Proglio va demander la tête du PDG de Veolia... pour le remplacer par Borloo

 |   |  1149  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Plusieurs administrateurs de Veolia Environnement, dont le PDG d'EDF Henri Proglio, s'apprêtent à demander la tête du PDG du groupe, Antoine Frérot. Une issue logique à la guerre que se mènent les deux hommes depuis des mois. Alors que le CAC 40 poursuit sa hausse, Veolia reculait nettement ce matin. Le titre perdait 1,73% à 9,42 euros à l'ouverture.

Selon les Echos, Henri Proglio pourrait obtenir la tête d'Antoine Frérot, l'actuel patron de Veolia. L 'ancien ministre de l'Ecologie Jean-Louis Borloo figure parmi les successeurs pressentis, ajoute le quotidien, qui prédit qu'un conseil d'administration de Veolia Environnement prévu le 29 février sera crucial.

La guerre entre les deux hommes dure depuis déjà de longs mois et pourrait se solder demain en faveur du président d'EDF sans doute presser d'en finir avant des élections incertaines pour Nicolas Sarkozy, dont il est proche. Interviewé récemment par la Tribune, un proche du PDG déclarait : « Malgré toute la violence et l'hostilité dont fait montre Henri Proglio ces derniers mois à son encontre, Antoine ne renie rien de son héritage. Au contraire ».

Sarnez dénonce le mélange des genres

Marielle de Sarnez (MoDem) a dénoncé aujourd'hui l'éventuelle nomination de l'ex-ministre Jean-Louis Borloo à la tête de Veolia Environnement, derrière laquelle elle voit "la main du président de la République", estimant qu'il fallait "tourner la page sur ces pratiques". (...) Vous voyez bien le mélange consternant des genres. On est dans une espèce de mécano politique: "et je te rachète telle entreprise et je te place là celui qui devait être candidat et qui ne le sera plus si je te le place là... tout ceci n'a aucun sens"", a-t-elle lancé. A la question de savoir si elle y voyait "la main de Nicolas Sarkozy", la directrice de campagne de François Bayrou répond par l'affirmative: "Ah oui, bien sûr que j'y vois la main de Nicolas Sarkozy, c'est ce que tous les journaux racontent ce matin". "Moi je suis pour une ferme et stricte séparation des pouvoirs et nous avons sous les yeux exactement le contraire et c'est sur tout cela qu'il faut tourner la page le plus vite possible", a-t-elle conclu.

Plusieurs candidats à la succession

Selon les Echos, trois autres noms circulent pour la succession de  : Augustin de Romanet, directeur général de la Caisse des Dépôts, "mais dont l'entourage dément tout contact" ; Jacques Veyrat, l'ex-patron de Louis Dreyfus et Daniel Bouton, ancien PDG de la Société Générale. Le nom de Jean-Louis Borloo avait déjà été évoqué en septembre 2009 lorsqu'Henri Proglio avait quitté Veolia pour EDF.

Selon Libération, le dimanche 12 février Proglio et Sarkozy se sont rencontrés à l'Elysée pour discuter du sauvetage par EDF de la société Photowatt (voir nos articles). Mais la discussion aurait rapidement glissé sur le « cas Borloo » et son désaccord avec le refus de Nicolas Sarkozy de se prononcer en faveur du mariage gay. Borloo s'est également déclaré publiquement hostile à tout référendum sur le chômage ou l'immigration. Selon le quotidien, Nicolas Sarkozy et Henri Proglio auraient alors clairement évoqué le nom de Jean-Louis Borloo pour prendre la présidence de Veolia. Toujours selon Libération, la discussion se serait poursuivie dans l'avion, le jour du sauvetage de Photowatt. En substance le patron d'EDF, propose à Nicolas Sarkozy d'organiser une offensive visant à convaincre un certain nombre d'administrateurs de retirer le pouvoir à Antoine Frérot. Proglio aurait notamment plaidé auprès de Sarkozy pour un soutien des actionnaires qataris, qui détiennent 5% du capital.

Toujours selon Libération, au moins cinq membres du conseil d'administration auraient rencontré Jean-Louis Borloo, jeudi et vendredi dernier. Parmi eux, Augustin de Romanet, soutien dévoué qui fut son directeur de cabinet au ministère de l'Emploi en 2004. Sollicités par Libération, plusieurs de ces administrateurs ont confirmé ces rendez-vous, et au moins un d'entre eux aurait exprimé ses plus «froides réserves» quant à «l'opération Borloo.» Reste que ces «rencontres», plus ou moins discrètes, ont largement permis d'éventer le secret, un administrateur étant même convié par Jean-Louis Borloo, vendredi après-midi au siège du Parti radical... écrit le quotidien.

Proglio amer et très critique

L'hostilité de Proglio à l'égard de Frérot ne date pas d'hier. Après avoir récupéré en 2002 les activités environnement du naufrage de Vivendi, Henri Proglio a bâti Veolia en accélérant sa croissance à coups d'acquisitions souvent cher payées et d'endettement assumé. « Mais il a eu beaucoup de mal à lâcher les rênes. Depuis que les résultats de Veolia baissent, il est très amer, très critique », confirme un membre de son entourage. Et Henri Proglio, qui a réussi à cumuler pendant un an la double présidence d'EDF et de Veolia, ne fait rien pour aider son ex-poulain. Ainsi, l'avertissement sur résultat qui a fait l'effet d'une bombe sur les marchés fin juillet, a été lancé à cause d'EDF. « Le 28 juillet, nous avons reçu un coup de fil d'EDF nous annonçant qu'ils allaient publier le lendemain des dépréciations importantes sur Dalkia en Italie », raconte un membre de la direction. Dalkia International étant une filiale à 50-50 des deux groupes, Veolia a dû annoncer de son côté ces provisions. Et en a profité pour ajouter des dépréciations liées à plusieurs autres contrats et pays.

Présent, et souvent critique, au conseil d'administration de Veolia, Henri Proglio se tient par ailleurs étroitement au courant de ce qui passe dans son ex-groupe. « À sa demande, des membres de la direction lui rapportent régulièrement en passant par-dessus Frérot, comme s'il était aux commandes », confie un expert du secteur. Il a cependant renoncé à faire d'EDF le premier actionnaire de Veolia. En lot de consolation, il fait le forcing ces derniers temps pour qu'EDF monte à 50 % au capital de Dalkia France et exerce un « cocontrôle » sur cette filiale commune.

Entregent politique

« La dégringolade boursière de Veolia le met en délicatesse avec les actionnaires qu'il a fait venir au capital, comme le Qatar ou la famille Dassault », ajoute un connaisseur du groupe. La constitution d'un noyau dur a toujours été une obsession pour l'ancien PDG. « Cela reste une nécessité absolue, voire une urgence pour l'actuel patron qui mène des discussions dans ce sens », ajoute un proche de Proglio. Outre des relations très fortes avec les investisseurs, Henri Proglio se chargeait des liens avec les élus locaux. « Dans une entreprise aussi décentralisée, il faut une tête solide qui tienne les rênes d'une main de fer », note un spécialiste. Henri Proglio, à l'image de son mentor Guy Dejouany, le redouté patron de la Générale des Eaux, jouait ce rôle. « S'il y avait un problème quelque part, Proglio allait sur place sauver le coup », se souvient un ex-dirigeant du groupe.

Antoine Frérot, même s'il a dirigé deux des quatre branches de Veolia depuis 1990, n'a pas le même entregent politique. Il risque d'en payer le prix lors du conseil du 29 février.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/02/2012 à 21:17 :
Quand Antoine Selliere s'accorde 83 millions ? lors d'un C.A de Wendel est ce la manifestation du sovietisme, pouvez vous me donner le nombre de patrons américains incompétents qui ont coulé leur boite, LTCM est il un kolkhoze ? Lehman brother une banque nationalisée ? MADOFF était il un membre du soviet suprême ?
a écrit le 20/02/2012 à 20:25 :
Trop de médias se plaisent à colporter la rumeur sur Borloo pour ne pas croire qu'il s'agit d'une rumeur. Si Borloo n'est pas retenu, ces médias pourront crier haut et fort que leur action a été efficace pour éliminer l'intéressé ......au nom de l'information. J'ai même déjà l'impression de connaître les gros titres du Canard et de libé.
a écrit le 20/02/2012 à 20:04 :
Colombo à la tete de véolia vraiement l'état UMP n'est pas à une bourde près déja le candidat président ou le président candidat est amnésique sur son bilan !!!
a écrit le 20/02/2012 à 19:57 :
Véolia + Pernod/Ricard .......................... une idée de Borloo pour relancer le carafe.
a écrit le 20/02/2012 à 19:52 :
Proglio ? il a déjà massacré Véolia (fera-t-il la même chose d'EDF ?) et avec l'appui très ferme du chefaillon tente de mettre Borloo à l'eau, vaste problème et à la tête de l'eau plate croupissante ....
NATIONALISATIONS !!!
a écrit le 20/02/2012 à 17:47 :
J'en ai vraiment marre de cette économie mixte dans laquelle les entreprises d'état sont dirigées par un microcosme de copains qui passent de la politique à la direction d'entreprises et vice versa. Seules des entreprises telles que L'Air Liquide, Michelin, etc. ont de vrais dirigeants et non des charlots qui ne pensent qu'à s'en mettre plein les poches. Nous sommes en plein soviétisme avec un secteur privé esclave qui financent le monstre étatique.
J'irai voter, mais blanc pour dire que je ne suis pas à la pêche, mais que l'UMP et le PS ne dégoutent autant l'un que l'autre. J'espère que nous seront nombreux à nous exprimer ainsi.
a écrit le 20/02/2012 à 17:02 :
avec de telles pratiques l'abstention est la meilleure réponse. Je n'irai pas voter .
Réponse de le 20/02/2012 à 17:41 :
Si il faut faut voter pour éliminer la racaille. Votre vote sera le karcher indispensable pour bouter hors de nuire la racaille politicarde de l'UMP.
a écrit le 20/02/2012 à 16:48 :
Ou l'on voit le mal que peuvent faire à des entreprises des PREDATEURS du type Proglio ; tous ces types ont des egos trés surdimensionnés : ils sont bien assortis aux ;;politi....ciens
a écrit le 20/02/2012 à 15:43 :
pourquoi pas par Sarko, plutôt ?
Réponse de le 20/02/2012 à 16:04 :
Et la pollution de l'eau vous y pensez ?
a écrit le 20/02/2012 à 15:29 :
Trois sociétés ( Veolia, Séché+Saur,Suez) évoluant dans un périmètre identique sont forcément soumises à la double loi d'airain du darwinisme industriel et de la mondialisation dérégulée.Elles ne peuvent survivre à trois.L'une d'elle doit finir par s'eclipser.Et la vente à un fond ami s'imposera comme une solution.Un problème mal posé ne peut etre résolu.J'attends vos contributions au débat de pied ferme...
a écrit le 20/02/2012 à 14:47 :
Comment voulez vous que nous nous en sortions avec de tels guignols, mais que fait Niafron, qu'attend il pour leur casser les reins. Proglio aprés avoir réussi à faire virer ATOMIC ANNE, il continue et allez braves gens . Lisez le dernier bouquin de Péan et plus rien ne vous étonnera!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
a écrit le 20/02/2012 à 14:45 :
L'Action de Veolia va souffrir si Borloo est nommé ! Déjà que l'entreprise est très endettée, l'arrivée d'un clown pareil ne va pas améliorer son image.
a écrit le 20/02/2012 à 14:42 :
La bonne soupe pour l'abandon de la course à la présidence voilà donc la face cachée des petits arrangements du nouveau petit père du peuple avec l'ami Borloo...
Est ce que quelqu'un a pensé à le prévenir que VEOLIA c'était de l'eau !!!
a écrit le 20/02/2012 à 14:03 :
La République des copains et des coquins dans toute sa splendeur !
Réponse de le 20/02/2012 à 16:47 :
bouton très bien pour couler haquer il fera mieux faut pas que sarkommence!
a écrit le 20/02/2012 à 13:31 :
le plus grand problème de l'économie française n'est pas son système social, mais le népotisme( comme le dit si justement Daniel47170) qui a ravagé nos entreprises car l'accession aux responsabilités n'est pas du au mérite mais aux "copains". Le récent abandon de la course à la présidence de Borloo, prouve à quel point notre pays est devenu "Une république bananière"
Réponse de le 20/02/2012 à 13:46 :
très juste...
a écrit le 20/02/2012 à 12:37 :
NÉPOTISME, NÉPOTISME.
Frappant, déjà dit, mais Borloo à la flotte, c'est grand!
Plus sérieusement, "on" avait évoqué Borloo au perchoir, pour le remercier de son retrait.
Devons nous comprendre que la défaite est annoncée, que l'on case les amis, et que l'on verrouille les postes importants?

a écrit le 20/02/2012 à 12:22 :
La fumée ne sort encore pas pour annoncer l'élu au soir du 06 mai 2012, mais tout laisse à penser que le sortant va belle et bien être viré de bord, car en ce moment, on cherche à placer les amis dans une confortable retraite!! récemment muinc aux autoroutes et voilà borloo présenti pour laver plus propre que son prédécesseur!!
a écrit le 20/02/2012 à 11:32 :
C'est beau les petits arrangements entre amis...de quoi raviver les électeurs endormis. Mais bon c'est partout pareil, du temps du PS c'était la même chose.
a écrit le 20/02/2012 à 11:27 :
Pas pour longtemps si c'est Borloo!
a écrit le 20/02/2012 à 11:17 :
Mettre Borloo à l'eau, c'est mission impossible !
a écrit le 20/02/2012 à 11:09 :
Pas un mot pour ce pauvre M FREROT !
Je te l' avais bien dit (souviens toi, à Bordeaux): tu es trop honnête, trop scrupuleux, pas assez "diplomate"....mais c'est pour cela que je t'admire et veux t?honorer : tu peux être fier de ta déchéance!
a écrit le 20/02/2012 à 11:06 :
Voilà une bonne décision du "candidat du peuple", réfléchie, appropriée et totalement objective et saine pour le développement de l'entreprise VEOLIA.
Un type de décision que l'on aimerait voir prises plus souvent.
Merci Mr le Président, on aurait pu croire qu'avec l'EPAD et junior vous aviez compris, ben non ...
C'est pour cela que vous allez vous faire sortir aux prochaines éléctions.
Dommage et à la fois bien fait pour ce manque de clairvoyance.
SD
a écrit le 20/02/2012 à 11:06 :
C'est pas sympa ce titre,ça va faire baisser l'action.
a écrit le 20/02/2012 à 10:55 :
Ce qu'il y a de bien avec l'UMPS, c'est qu'ils offrent régulièrement et gratuitement des arguments de campagne à Marine le Pen :-). La république des copains dans toute sa splendeur.
a écrit le 20/02/2012 à 10:53 :
CELA NE CHANGERA JAMAIS COMBINE COMBINE..........
a écrit le 20/02/2012 à 10:30 :
Avec un niveau de valorisation historiquement bas et un endettement de 15 milliards d'euros,Veolia fait désormais figure de proie.Un investissement idéal pour le fond souverain du Qatar qui détient 5% du groupe et ambitionne de se positionner sur le créneau stratégique de l'eau,de l'énergie,des dechets et des transports.Pour le Qatar l'eau est un enjeu majeur qui n'a pas de prix.Le FSI n'a d'autre part plus les moyens pour augmenter sa participation.
a écrit le 20/02/2012 à 10:30 :
Avec un niveau de valorisation historiquement bas et un endettement de 15 milliards d'euros,Veolia fait désormais figure de proie.Un investissement idéal pour le fond souverain du Qatar qui détient 5% du groupe et ambitionne de se positionner sur le créneau stratégique de l'eau,de l'énergie,des dechets et des transports.Pour le Qatar l'eau est un enjeu majeur qui n'a pas de prix.Le FSI n'a d'autre part plus les moyens pour augmenter sa participation.
a écrit le 20/02/2012 à 10:23 :
Toujours les mêmes noms, toujours la même clique.

L'oligarchie des incapables, pour reprendre le titre d'un bon livre qui vient de sortir.
a écrit le 20/02/2012 à 10:08 :
Le commentaire de Dehors ToutDeSuite est stupide, un ramassi de ragots de gauchos qui ferait mieux d'avoir un profil bas et se souvenir des exploits de Mitterand dans ce domaine. Les rolex, je rigole, comment s'appelle le député socialiste collectionneur de montres??? Regarde la poutre dans ton oeil avant de parler de la soit disant paille dans les yeux des autres.
Réponse de le 20/02/2012 à 10:49 :
Les français de droite traditionnelle sont cocus avec la Sarkologie menteuse et très très déçus de la Fillonitude brouillonne et approximative, voir plutot "cossarde", fainéante. Les Ministraillons Fillon se sont illustrés par les jeux dans les bacs à sable et maintenant ils emploient la violence vulgaire pour rester hors d'eau. Leur noyade est proche.
a écrit le 20/02/2012 à 9:59 :
Ou comment remercier un "ami" qui s'est couché et rallié avant les présidentielles, en lui offrant un poste de prestige de grand patron au salaire indécent !!!!!
La république bananière devrait se souvenir de la guillotine !
a écrit le 20/02/2012 à 9:57 :
Pourquoi N Sarkozy est-il tellement redevable à H Proglio? Que ce Mr puisse se permettre d'avoir autant d'exigences souvent appuyées par NS est stupéfiant. Cela dépasse le simple copinage habituel. Quelque chose m'échappe.
Réponse de le 20/02/2012 à 10:16 :
meme taille, memes tallonettes peut etre, ou autre chose ...
Réponse de le 20/02/2012 à 12:12 :
Sarkozy n'est pas redevablee à Proglio. Sarkozy a un problème avec Borloo qu'il doit neutraliser. Donc Proglio se débarasse de Frérot, ce que Sarkozy soutient, à la condition que Frérot soit remplacé par Borloo, ce qui retire à Sarkozy une épide du pied dans la perspective des élections. Borloo patron de Véolia sort de la politique. C'est plutôt Sarkozy qui permet à Proglio de faire quelque chose, mais en profite pour faire coup double.
a écrit le 20/02/2012 à 9:46 :
Mr Borloo, ne nous décevez pas, restez pour lutter contre la Sarkologie et les Fillonneries.
a écrit le 20/02/2012 à 9:36 :
Borloo,est-il compétent ??? telle est la question.
a écrit le 20/02/2012 à 9:30 :
...quelle ordure ce Proglio qui n'a jamais supporté qu'on puisse lui succéder à la tête de Véolia ...c'est encore du Sarko tout ça !
a écrit le 20/02/2012 à 9:21 :
Borloo, boss de véolia !?!?
C'est du grand n'importe quoi !
Une chose est évidente, ce n'est pas borloo qui doit diriger véolia !!
Ainsi il lache la politique pour les affaires?!? Aurait il compris qu'il ne sera plus ministre dans 6 mois, donc il se recomverti !?!?
Arrivisme que tout cela !
Son seul objectif est de passe d'une planque à une autre !
D'ailleurs quand il aura planté l'entreprise avec ces CONN...IES,
il sera recasé ailleurs !
a écrit le 20/02/2012 à 9:13 :
Bon Jean-Louis comme tu as retiré ta candidature ... je te nome chez VEOLIA .. hein... à qui on dit merci !!!!!
a écrit le 20/02/2012 à 8:26 :
En fait M. Frerot a fait une erreur politique, il n'a pas caché les erreurs de son prédécesseur M. Proglio. Par contre M. Proglio est très politique, il aide N. Sarkosy pour régler le problème de Photowat, et il aide à recaser M. Boorlo. Tout deci sans se soucier de l'avenir des entreprises. EDF et Véolia finiront comme la France , gérée par des politiques, c'est à dire en dépôt de bilan.
a écrit le 20/02/2012 à 7:58 :
Les entreprises françaises ont besoin de managers et d'entrepreneurs, pas de politique qui ne savent que dépenser l'argent des autres.
Le "casage" des petits copains(ou des ralliés) aurait-il déjà commence ?
a écrit le 20/02/2012 à 7:15 :
S'il est si amer, pourquoi est-il parti? Pensait-il vraiement qu'il était simplement concevable en dehors des arrangements typiquement franco-français qu'il puisse cumuler la direction de deux acteurs majeurs et concurrents?
Dans la réalité, qu'a-t-il fait sinon un feu de paille à Véolia? Si les contrats de ces entreprises dépendaient à ce point de son entregent avec la sphère publique, le modèle était il viable? Quant à EDF, qu'a-t-il fait sinon commencer par "acheter" la paix sociale et syndicale en augmentant les salaires de manière inconsiédée au détriment des clients? Assez de ces personnages que l'on monte en épingle médiatiquement alors qu'ils ne méritent pas les louanges qu'on leur tresse.
a écrit le 20/02/2012 à 7:13 :
proglio n'est autres que la photocopie du rigolo que nous avons a l'élysée pas étonnant qu'il soit comme notre peit roi petit dctateur
a écrit le 20/02/2012 à 7:05 :
Et les nominations des copains et des coquins continue, un poste contre un soutien, lamentable.
Réponse de le 20/02/2012 à 16:10 :
faut tous ce mettre au boulot partout pour viré cette incapable
a écrit le 20/02/2012 à 0:34 :
'L'élite' c'est Sarko, comment ne pas l'être quand on est au gouvernement depuis 10 ans.
'Le système' c'est Sarko, comment ne pas l'être quand on a commencé la politique à 20 ans avec Chirac.
'L'argent' c'est Sarko, comment ne pas l'être quand on a été maire seulement de Neuilly.
'Le pouvoir' c'est Sarko, comment ne pas l'être quand le parrain de son fils est M. Bouygues.
'Le bling bling' c'est Sarko, comment ne pas l'être quand on commence sa mandature sur le Yacht de Bolloré.
'Le favoritisme' c'est Sarko, comment ne pas l'être quand on nomme son fils à l'EPAD.
Mais c'est aussi :
- « casse-toi pov'con »
- Bettencourt
- Woerth
- les cigares d'Estrosi
- les vacances tous frais payés de Pécresse (Asie) et Yade (AfS)
- le Fouquet's
- le bouclier fiscal
- les Roms
- le discours de Grenoble
- la politique étrangère désastreuse
- la manipulation H1N1 au coût faramineux
- la gestion de la crise de 2008 : mutualisation des coûts, privatisation
des bénéfices
- le bling-bling, les Rolex, les Ray Ban et le T-shirt NYPD
- les manipulations Jaurès, Môquet...
- l'ultrapersonnalisation de la politique
- le durcissement des méthodes policières
- cracher sur l'héritage de 68
- la fumisterie « travailler plus pour gagner plus »
- le climat de peur
- la place des lobbys dans le processus de décision
- la lune de miel de besson et de sa femme
- l'histoire de l'auvergnat d'hortefeux
- le mari de MAM,
- le fils sarko et son EPAD
- le fils sarko et son accident de scooter
- le frère sarko et mederic
- les procès intentés par Sarko lui-même pour des caricatures
- le démantèlement des services publics
- l'affaire Dassault
- la nomination par sarko des patrons de médias publics
- l'affaire Guillon/Porte
- augmentation de 172% du salaire du président de la république
- l'avion présidentiel Sarko One
- les violences policières répétées
- le yacht de Bolloré
- le grenelle de l'environnement mis à la trappe
- l'envoi de nouveaux contingents militaire en Afghanistan
- la gestion de la Dengue par Bachelot
- le passage en force par l'assemblée sur les retraites
- la non-réforme des retraites des parlementaires
- la nomination d'une potiche à la Halde
- le discours néo-colonial en Afrique de Sarko
- la détection des pédophiles et des futurs criminels à la maternelle (sic)
- « pas besoin d'avoir un Bac+5 pour torcher des mioches »
- son inculture historique, scientifique et sociologique permanente
- l'affaire lies hebbadj et sa récupération
- l'affaire « monoprix » passée inaperçu
- la gestion de crise après les inondations en Vendée et les zones noires.
- les mensonges permanents sur les différents chiffres économiques
- l'affaire Boutin et ses 9500?/mois
- l'affaire de la famille Amera
- l'affaire de l'appart d'un ministre de sarko
- le budget de l'Elysée en constante augmentation
- le coût écologique de l'Elysée
- le flicage sur internet
- les fichiers Rom et autres
- les fichiers de police illégaux
- l'affaire des écoutes de carlita
- le voyage touristique tout frais payés de pécresse en Asie
- son intrusion intempestive sur le tournage de W. Allen avec sa réaction
pathétique face aux journalistes
- la presse malmenée dans les manifs et autres
- la répression des sans papiers
- la jungle de calais
- les déplacements monumentaux avec routes bloquées, flics réquisitionnés
et arrestation de riverains (ex : le gars dans le parc à grenoble)
- affaire Wildenstein
- descends si t'es un homme (les marins du Guilvinnec)
- la gestion de la grippe A (les millards pour les médocs inutiles et les
masques)
- La gestion de la retraite
- Les préfets virés
- Les journalistes virés (paris match...)
- l'Affaire Tarnac
- La visite de Khadafi
- Mensonge sur les Allemands (impôts, Roms)
- Sauvetage de la finance mondiale
- Tentative de créer les subprimes à la Française la veille de la crise
des subprimes
- Sauvetage du bateau de Bolloré piraté en Ethiopie aux frais de la France
- Gestion des otages dans le monde (journalistes en Afghanistan, les
autres en Afrique)
- Conflits d'intérêt des Kouchner/Okrent
- le retour sans condition dans l'otan
- gestion de la « crise » tunisienne
- nommer Boillon ambassadeur en Tunisie
- le fric filé à B. Tapie
- la nomination de Proglio à la tête d'EDF et sa double rémunération à Veolia
- le Mediator
- les pressions pour faire démissionner le président de la FFF après la
Coupe du Monde
- la fronde des magistrats
- le tout à l'égout du cap Nègre
- le traité de Lisbonne
- Loppsi 2 et les « auxiliaires de police »
- la réforme de la médecine du travail glissée illégalement dans une loi
qui n'avait rien à voir
- la mise à l'écart des ONG « pas correctes » qui visitaient les centres
de rétention
- les infirmières bulgares
- Karachi
Réponse de le 20/02/2012 à 9:44 :
Vous avez raison, et nous sommes des électeurs de droite traditionnelle qui en avons marre des Mensonges et de la Vulgarité de l'Union des Menteurs Politicards, l'UMP, Union Méprise Peuple, Union Marche sur le Peuple depuis 10 ans.
Réponse de le 20/02/2012 à 9:54 :
Lisiblement vous le détestez,c'est même de la HAINE.
Réponse de le 20/02/2012 à 10:07 :
@DehorstoutDeSuite: il en manque,... ne serait-ce que la légion d'honneur de Monsieur Servier ou la diplomatie "Méxicaine"
Réponse de le 20/02/2012 à 10:21 :
Celà me rafraichit la mémoire et votre récapitulatif est instructif merci à vous.
Réponse de le 20/02/2012 à 13:51 :
merci... heureusement le soleil se lève tous les matins. Plus que quelques semaines...
Réponse de le 20/02/2012 à 18:37 :
La liste est longue et édifiante... Il en manque quelques uns, par exemple le mépris aux chercheurs "ils vont travailler car c'est chauffé" et le mépris des juges, la réforme calamiteuse de la formation des enseignants (nombre de candidats divisés par 2 ou 3 en un an !!!!), etc;
a écrit le 19/02/2012 à 23:45 :
Borloo à la tête d'une entreprise ? Pourquoi ne pas mettre un chef du CAC 40 comme chef d'état major des armées ?
Réponse de le 20/02/2012 à 10:13 :
Je préfère le voir là qu'à Matignon...
Réponse de le 20/02/2012 à 10:53 :
"Oldtimer", votre remarque est toute relative, il est en effet impossible de faire pire que ce que l'on a vu à Matignon avec les frasques des piètres ministres qui ont été choisis par ce pauvre Fillon flémart et désordonné pour des résultats tellement pauvres ... la France est devenu une friche à tous points de vue.
a écrit le 19/02/2012 à 22:40 :
Borloo, qui a toujours été malin, a visiblement compris que Sarkozy ne sera pas réélu, et donc qu'il ne sera plus ministre lui-même. Il cherche donc à se reconvertir hors de la politique.
a écrit le 19/02/2012 à 22:11 :
proglio et le meme roker que sarko capains copains et 2sales types
dehors aussi PROGLIO
a écrit le 19/02/2012 à 22:06 :
Écriture trop rapide et non relue ?

"n'a jamais supporter de lâcher les rennes."
Deux fautes. Un verbe et un résidu de Noël pour les rennes ?
"sans doute presser d'en finir"
Un verbe.
Veux pas jouer les brise-bonbons, mais tout de même...
a écrit le 19/02/2012 à 22:00 :
"... ancien PDG de Veolia, n'a jamais supporter ..."

... En fait il n'y a pas que dans les écoles d'ingénieurs que l'on oublie la conjugaison ...
a écrit le 19/02/2012 à 21:53 :
"n'a jamais supporter de "
"sans doute presser d'en finir"
pitié pour l'orthographe !
a écrit le 19/02/2012 à 21:28 :
En étant aussi marqué politiquement, ne risque-t-il pas de gêner le développement du groupe auprès des collectivités de tendance opposée ou concurrente ? C'est tout de même très "copinage" ce recrutement envisagé... Qu'en penseront les petits actionnaires ? Ils auront le droit de se taire, ce n'est pas de leur niveau.
a écrit le 19/02/2012 à 21:26 :
Oh, l'ortograf, vous fèt' un peu attension, siouplè ? merci, pardon merssi...
a écrit le 19/02/2012 à 21:14 :
La "république irréprochable"...
Réponse de le 20/02/2012 à 10:41 :
http://www.mediapart.fr/journal/economie/190212/veolia-antoine-frerot-sur-la-sellette-jean-louis-borloo-en-embuscade

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :