Lauvergeon déboutée de son action en référé contre Areva

 |   |  435  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Le tribunal de commerce vient de rejeter la requête d'Anne Lauvergeon, qui demandait que Areva publie l'intégralité de son rapport interne la blanchissant dans l'affaire Uramin. Ses conseils hésitent à poursuivre leur action sur le fond.

Au moment où "Atomic Anne" crée l?événement médiatique avec son livre "La femme qui résiste", elle subit un de ses premiers revers dans la guérilla juridique qu?elle mène contre son ex-groupe Areva. Le tribunal de commerce vient de la débouter de sa demande de publication, par Areva, de l?intégralité du rapport rédigé par les administrateurs indépendants du groupe nucléaire sur l?affaire Uramin.

"Le tribunal a jugé que ce rapport ne nous était pas indispensable pour mener notre action visant à établir la responsabilité d?Areva dans le préjudice causé à la réputation d ?Anne Lauvergeon", confirme Alexandre Merveille, du cabinet Versini Campinchi.

"Sincérité et régularité des comptes"

Anne Lauvergeon demandait que ce rapport, qui conclut que "la sincérité et la régularité des comptes des exercices antérieurs n'étaient pas remises en cause", soit publié afin de laver sa réputation, qu?elle considérait attaquée par les différentes "enquêtes" commandées par Areva à diverses officines et publiés en partie dans la presse.

Ces "enquêtes" suggéraient que des maladresses, voire des malversations avaient été effectuées à l?occasion de l?achat par Areva de la société Uramin. Achat qui s?est révélé, jusqu?à présent, une très mauvaise affaire puisque les différentes dépréciations ont ramené à zéro dans les comptes la valeur de ces mines d?uranium payées 1,8 milliard d?euros en 2007.

Ambitions politiques refroidies

Déterminés il y a encore peu à poursuivre leur action en justice pour demander réparation du préjudice subi par la réputation "d?Atomic Anne", les conseils d?Anne Lauvergeon adoptent aujourd?hui une position plus prudente en déclarant "étudier toutes leurs options". La bataille juridique est peut être en voie d?épuisement.

Mauvaise journée décidemment pour Anne Lauvergeon, qui a vu ses ambitions politiques refroidies par François Hollande lui-même dans les colonnes des "Echos". "Tant que les Français ne se sont pas prononcés, je ne forme aucune équipe et Anne Lauvergeon, que je connais et apprécie, est d'abord une dirigeante d'entreprise", déclare François Hollande dans cet entretien. "Je note que les personnalités issues de la société civile, aussi talentueuses soient-elles, ont eu souvent des difficultés pour accéder aux fonctions publiques", ajoute le candidat du PS à l'élection présidentielle. Interrogée sur cette déclaration vendredi sur France Inter, Anne Lauvergeon a répondu : "Message envoyé, message reçu".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/04/2012 à 11:38 :
pas plus que les bandits de l'UMP
a écrit le 14/04/2012 à 14:24 :
j'aimerais bien qu'on lui reprenne 75% de sa tune ,mais elle va bien trouver une niche.Ils aiment le pognon tous ces socialo
a écrit le 14/04/2012 à 11:18 :
Elle a eu la tune. De quoi elle se plaint ?
a écrit le 13/04/2012 à 20:13 :
Basta les juges inféodés à Sarkozy.
a écrit le 13/04/2012 à 20:11 :
Après l'élection de François Hollande, la justice redeviendra enfin indépendante et les choses changeront.
Réponse de le 16/04/2012 à 15:29 :
Pour qui?
a écrit le 13/04/2012 à 17:58 :
Et boum,par terre!!! Sur les fesses ! Aiiiiihhh ....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :