Prix des carburants : les associations de consommateurs remontées avant leur rencontre avec Moscovici

 |   |  817  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : AFP)
Pierre Moscovici réserve ce lundi la primeur de ses mesures pour lutter contre l'envolée des prix du carburant aux associations de consommateurs qu'il recevra cet après midi à Bercy. UFC-Que Choisir et la CLCV sont loin d'être convaincues par les dispositions déjà annoncées.

Les associations de consommateurs restent assez insensibles au geste du gouvernement qui leur réserve la (presque) primeur des mesures de lutte contre la flambée des prix à la pompe en les recevant lundi à Bercy. Et pourtant le ministre de l'économie Pierre Moscovici et celui de la consommation Benoit Hamon présenteront dès lundi à l'UFC-Que Choisir et à CLCV leur dispositif, tandis que les distributeurs pétroliers devront, eux, attendre mardi pour en prendre connaissance.

Cette marque d'égard ne suffit pas à leur faire approuver les deux mesures déjà dévoilées : une baisse « modeste » et « provisoire » des taxes sur les carburants et la mise en place d'un « organisme de surveillance de l'élaboration des prix", dans le but de vérifier que les stations-essence ne gonflent pas indûment leurs marges. « Avec cette baisse des taxes, le gouvernement est complètement à côté de la plaque », lance Alain Bazot, président de l'association UFC-Que Choisir. «Avec cette mesure, l'Etat va s'appauvrir, alors qu'il ne peut pas se le permettre, et le consommateur ne va rien sentir », ajoute-t-il. « Le gouvernement désigne inutilement les distributeurs à la vindicte populaire avec cet observatoire. Le problème des prix des carburants ne vient ni des taxes, ni des marges de distribution, mais des marges de raffinage », affirme-t-il.

"Ce n'est pas à la hauteur de la situation"
« La baisse des taxes, c'est bien quand l'essence vaut très peu cher. Aujourd'hui c'est autre chose qu'une petite mesure qu'il faut prendre », enchérit Reine-Claude Mader, présidente de la CLCV. « Nous ne sommes pas contre la mise en place d'un observatoire, nous l'avons même demandé, mais cette mesure n'est pas à la hauteur de la situation », ajoute Thierry Saniez, de CLCV. « Quand vous avez un problème, vous voulez des solutions pas un observatoire pour analyser le problème ».

Un des rares à afficher une certaine satisfaction, c'est l'association « 40 millions d'automobilistes » qui profite du débat actuel pour tenter de se hisser dans la cour des interlocuteurs de l'Etat sur ce dossier. « On salue la création de cet organisme. On sera vraiment heureux si les automobilistes sont intégrés à cet outil », déclare Pierre Chasseray, délégué général de l'association qui compte 320.000 membres. Et il affiche son programme : « On espère que cet organisme se réunira souvent. Si on l'intègre, on veillera à ce qu'il ne soit pas une coquille vide mais un outil de défense du pouvoir d'achat de l'automobiliste ». Il a envoyé une demande écrite à Bercy pour faire partie des invités lundi. Sans réponse à ce jour.

"Il faut une baisse radicale des taxes"

Si elles jugent les initiatives actuelles du gouvernement insuffisantes, les associations de consommateurs proposent, elles, des plans d'actions plus larges. Pour CLCV, il faut s'attaquer aux quatre composantes du prix du carburant : les taxes, les marges de distribution et de raffinage mais aussi au prix mondial du brut. Il faut d'abord baisser radicalement, et non pas « modestement », le poids des taxes. « Est-ce normal qu'un produit qui est une dépense contrainte pour des milliers de gens, et qui est en train de devenir inabordable, soit taxé au deux tiers ? » s'exclame Thierry Saniez, qui n'exclut pas que cette baisse s'accompagne d'un hausse de la fiscalité sur d'autres domaines.

« Pourquoi les raffineurs ont-ils multiplié leurs marges par trois depuis dix ans ? et les distributeurs par deux ? », s'interroge-t-il, n'hésitant pas à contredire les affirmations des professionnels. Eux-même confortés par un rapport récent de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes que la Tribune s'est procuré. Pour Alain Bazot, d'UFC-Que Choisir, c'est même la question centrale. « « Il n'est pas normal que toute la société souffre au bénéfice d'une seule entreprise, Total, qui affiche des profits faramineux complètement illégitimes ». « Avec les nombreuses fermetures récentes de raffineries en Europe, la stratégie des pétroliers est clairement de raréfier le produit. Et donc de le rendre plus cher », affirme le président de l'association.

Les deux associations de consommateurs se rejoignent également pour demander une approche européenne, voire mondiale, de régulation du marché pétrolier. Et une politique française volontariste de sortie du pétrole. « Il faut sortir les Français de la dépendance au pétrole. Cela devrait être la priorité numéro un, en développant notamment des alternatives à l'automobile, dans les zones péri-urbaines notamment », estime Alain Bazot.

En attendant, ils restent prudents sur les idées qui circulent actuellement : des chèques-carburants distribués par les entreprises (« Qui paierait ? quid des non salariés ? », s'interroge Thierry Saniez), ou du retour des vignettes. « Un système qui permettrait le financement solidaire par les populations aisées des centre ville des populations des zones rurales à revenus modestes ? c'est séduisant, mais très schématique », commente-t-il.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/08/2012 à 11:48 :
L' association des consommateurs des produits vivriers en République Démocratique du Congo encorage les associations des consommateurs à tenir un dialogue permanent avec le Ministre de l'energie et celui de la consommateur de maniére à protéger les droits des consommateurs afin d'envisager une politique à long terme en matiére de fixation des prix de carburant .
a écrit le 28/08/2012 à 9:58 :
Si l'on regarde l'inflation depuis 1960, on voit que les prix ont été multiplié par 10. Si l'on regarde le prix du litre d'essence en 1960, on voit qu'il valait l'équivalent de 0,15 euros (1 NF) . En multipliant 0,15 par 10 on obtient 1,5 euros. En 50 ans, il y a donc très peu de différence entre l'inflation générale et celle de l'essence. Par comparaison avec un autre moyen de transport: le ticket de métro parisien en carnet: 1960: 0,37NF (soit 5,6cts d'euro). Il est actuellement à 1,27 euros. Son prix a donc été multiplié par 22. Pourquoi ces informations ne sont elles pas systématiquement rappelées? Pourquoi vouloir entretenir le mythe d'une essence chère, alors qu'elle ne vaut pas davantage qu'avant les chocs pétroliers? Pour déprimer les Français, pour qu'ils râlent?
a écrit le 27/08/2012 à 22:11 :
Bref, un effet d'annonce, mais à grand frais, juste pour dire "ça baisse".
Cela, dit puisque le pétrole pollue, il est normal de le taxer lourdement comme tous les polluants.
a écrit le 27/08/2012 à 20:55 :
Bien sûr qu' un plein nous coûte aujourd'hui plus cher qu' hier ...
Mais est-ce le cas de notre budget "essence" à nombre de kilomètres égal ?
Les voitures d' aujourd'hui consomme en moyenne au moins 30 % des modèles équivalents datant de dix ans ou plus.
a écrit le 27/08/2012 à 17:35 :
Et pour le fuel domestique,comment se chauffer avec 720,euros par mois;surtout quand tu vis à la montagne,et les déplacements pour faire un minimum d'achats pur bouffer?Le plein fait 2000 litres.Merci pour la solution.
Réponse de le 28/08/2012 à 12:00 :
Allez vivre en ville et en plaine, ou mieuxau bord de la mer ou au Maroc!
a écrit le 27/08/2012 à 16:16 :
Pour mémoire, en plus de la simple comparaison des cours en 200: la différence entre prix à la pompe sur autoroutes et hors autoroute était de 20 centimes de Franc. Elle est désormais de 20 centimes.... d'Euro, soit un gain supplémentaire de 6,55957.
Mr Ayrault, votre beau rapport de vos "grands spécialistes" des ministères a-t-il noté cet autre point???
a écrit le 27/08/2012 à 15:52 :
Des consommateurs en manque! Pourquoi a t on fait la guerre à Khadafi si c'est pour payer le pétrole toujours plus cher. Iraient-ils jusqu'à pousser nos armés en Arabie Saoudite? La faute à Total, aux actionnaires toujours plus
a écrit le 27/08/2012 à 14:54 :
On n'oublie aujourdh'ui qu'on nous vend du pétrole que l'on a acheté il y a trois mois
quel en était le prix et la parité euro/dollard ?
a écrit le 27/08/2012 à 14:13 :
Il y a un parametre que tout le monde semble oublier.Il s'agit de la parité Euro/Dollar.La situation de certains pays de la zone Euro risque d'affecter durablement la valeur de ce dernier par rapport à la devise de l'oncle Sam. Comme le pétrole s'achète en dollars.....et encore heureusement que le franc a été remplacé par l'Euro....Je crois que la situation serait pire.
Réponse de le 27/08/2012 à 17:37 :
Doublement FAUX: le pétrole se paye en Dollars ET en Euros!
De plus, si vous faisiez le calcul, vous constateriez que parité incluse cela ne fait pas le compte.
En 2008: baril 150$ / parité 1,5, soit baril à 100? / SP 95 à 1,5? ......!!!!!!!
AVANT de lancer des jolis mots qui font sérieux, merci d'aller regarder des sites comme boursorama ou prixdubaril.com vous aurez directement le cours en Euro!
a écrit le 27/08/2012 à 12:52 :
Si on baisse temporairement les taxes sur l essence...on taxe quoi a la place....de facon definitive...
a écrit le 27/08/2012 à 12:36 :
L'industrie pétrolière est gérée par des "apotres - ou des chantres - de la pénurie", de la production au raffinage.
a écrit le 27/08/2012 à 12:32 :
Après toutes les belles promesses, le changement ne semble pas être celui qu'attendaient les électeurs !
Si tout ce tapage se ramène à 1 ct d'euro de rabais par litre, alors celà donnerait un plein pour 50 cts de réduction.
Une brimade insupportable: 1/2 euro pour 50 litres de carburant!
L'Association des Consommateurs devrait manifester à cette insulte en refusant radicalement une proposition aussi rabaissante.Malgré toutes les mauvaises explications trouvées par le gouvernement, le citoyen lui, ne voit que les engagements présidentiels censés améliorer le contenu de sa marmite. De ce point de vue, rien n'a encore change, sauf les cadeaux corporatistes somptuaires qui ruinent un peu plus notre économie !
On achète d'abord les voix, et après "ON VERRA BIEN" assure Haynault le sous-fifre, avec une affectation méprisante, qui se voudrait être un sourire.
Réponse de le 27/08/2012 à 15:20 :
fallait etre naif pour y croire quand la précédente présidence à vidé les coffres et nous a aggravé encore le déficit (le grand gésticulateur voulait sa guerre à coup de milliards), ils sont revenus sur les promesses : quand les murs d'une maison s'écroulent, ce n'est pas la peine d'y mettre de la tapisserie pour l'embellir
a écrit le 27/08/2012 à 12:31 :
Ce nouveau gouvernement prend le peuple pour des nazes, déjà annoncé une baisse des carburants quand tout le monde est rentré de vacances c'est du foutage de gueule!

Au lieu de prendre des vacances, ne pouvait-il pas bosser un peu au lieu de faire du 35h gouvernemental?
A les entendre , no problèmes...
Réponse de le 27/08/2012 à 13:55 :
Ca devient clownesque
a écrit le 27/08/2012 à 12:11 :
taxer l'essence quoi de plus "normal" quand on est contre la TVA sociale ..rien de plus associal que les moyens de transport pour aller bosser non ??? chercher l'erreur notre gouvernement"normal" en invente une tous les jours..mais chut.. de meme que si l'on supprime les patrons il n'y aura plus d'ouvriers ,si l'on supprime l'acces a l'essence il n'y aura plus de voitures ..sympa non ou simpliste..que tout un chacun se rappelle le sketch de Fernand Raynaud sur le "boulanger"..
Réponse de le 27/08/2012 à 12:27 :
+1
a écrit le 27/08/2012 à 12:02 :
Dans l'état des finances publiques, il faudra choisir entre une baisse des taxes sur l'essnce et une hausse des impôts directs pour financer le ''cadeau''. Voilà encore un bel exemple de la démagogie politique. Et pourquoi ne pas baisser sa vitesse et donc sa consommation, marcher un peu plus, bref faire montre d'intelligence plutôt que d'attendre tout et toujours de l'Etat, lequel est par ailleurs ruiné? Ce débat sur le prix de l'essence, dans la conjoncture actuelle, économique, financière et environnementale, est complètement suréaliste!!.
Réponse de le 27/08/2012 à 12:55 :
attendez! vous demandez au gens de devenir responsables, la! vous cherchez a vous faire pendre, ou quoi! nan, en france, il faut expliquer ' c'est pas ma faute', et voter un impot ' juste', c'est a dire ' juste paye par les autres'
a écrit le 27/08/2012 à 11:45 :
Le pétrole est donc très cher? mon Dieu à combien est-il donc ? Un rapide détour par un site internet bien intéressant (http://prixdubaril.com/) nous indique que les bourses fixent les prix en ce 23 juillet 2012 à:

Pétrole WTI : 89$
Pétrole Brent : 103$

Cela doit donc être très cher pour expliquer le prix du carburant. Comme c?est l?été, qu?il fait beau et que l?on serait mieux à une terrasse ou au bord de la piscine à siroter sa boisson préférée, nous pourrions nous arrêter là !

Oui mais ?. toi, lecteur attentif, toi qui a lu le premier billet de ce blog, tu sais que nous allons creuser un peu plus.

Le pic de prix du pétrole a été atteint en juillet/août 2008. A ce moment, le sans plomb était à 1,5 et les échanges de pétrole au maximum (durée très courte) se sont fait à :

Pétrole WTI : 145$
Pétrole Brent : 146$

Tiens, tiens me direz-vous mais c?était beaucoup plus cher ! Comme certains me brandissent déjà la pancarte « parité euro/dollar », voici les chiffres :

2008 : parité 1,5
2012 : parité 1,2

Et rassurez-vous, je vous fais le calcul :

Pétrole WTI en 2008 : 96 ?
Pétrole Brent en 2008: 97 ?
Pétrole WTI en 2012 : 73 ?
Pétrole Brent en 2012: 85 ?

Le pétrole était donc environ 20% plus cher pour du carburant légèrement moins cher que maintenant !

La hausse du prix de l?essence est donc à chercher ailleurs? peut-être dans les marges du raffinage qui est devenu un quasi monopole d?une société à très profits très, très élevés?
a écrit le 27/08/2012 à 11:36 :
la bande à Hollande a force de faire croire qu'ils peuvent tout régler et que l'état même ruiné à les moyens de dépenser démontre que il y a un gouffre entre baratin , fausses promesse et réalité

sauf que lorque on a ouvert la machine ......
a écrit le 27/08/2012 à 11:29 :
Curieux ! l'attitude des associations de consommateurs! pour de nombreuses personnes l?augmentation de l'age de la retraite est indispensable ETC . . . le système libérale est une bonne chose ETC . . . mais dés que l'on touche à leur seule objet de vanité, alors là, c'est la catastrophe. Pourtant le prix du baril de pétrole est incontournable, la raréfaction des énergies carbone est une évidence. Ceux qui demandent la suppression des prestations sociales sous le prétexte de diminuer la dette, soudainement demandent la baisse des taxes sur le pétrole pour leur petit confort personnel. curieux cette perte de bon sens , NON?
a écrit le 27/08/2012 à 11:20 :
Presse française : dans cet article le prix du litre d'essence ou du diesel n'est pas donné, afin que nous puissions appréhender la marge exacte des pétroliers. Ensuite les fausses idées généreuses : des bons distribués par les entreprises !! on marche sur la tête, que fait on pour celui qui se dépave en vélo ou celui qui a acheté un appartement dans PARIS (une fortune) s?astreignant à un crédit supérieure à celui qui habite en banlieue et qui refuse de prendre les transports en commun.
a écrit le 27/08/2012 à 11:15 :
Le gouvernement et ses médias nous racontent ce qu'ils veulent et man?uvrent avec les chiffres. Les 125 M? de pertes sont par rapport au référentiel du prix actuel mais comme vous le savez tous le carburant augmente continuellement donc des recettes pour l'état qui augmentent aussi : chaque année l'état récolte des recettes de plus en plus élevées. Ce qui m'amène à dire que le montant des recettes devrait être le référentiel et plus ou moins fixé en début d'année (et oui un budget ça se planifie / calcule dans une entreprise) et en partant de ce budget, l'état honnête pourrait annoncer des baisses de taxes significatives et non des pertes !

Réponse de le 27/08/2012 à 11:33 :
Il me semble que vous défendiez l?augmentation de l'age de la retraite et la baisse des prestations sociales pour combler le trou de la dette ! Je suis donc surpris de vous voir demander la baisse des taxes sur le pétrole pour améliorer votre budget personnel.
Réponse de le 27/08/2012 à 12:18 :
je pense que vous n'avez pas saisi l'objet de mon commentaire.
Pour résumer, je dis juste que l'on fait dire au chiffre ce que l'on veut et qu'il serait plus honnête pour l'état et les médias de parler de référentiel. Concernant mon budget personnel, je me moque un peu du cout annuel si le litre de GO augmente de 20ct, par contre pour certain cette différence est lourde à supporter.
a écrit le 27/08/2012 à 11:09 :
Organisons une manifestation contre la TIPP: Taxe Interdisant le Pétrole à la Population... Dans ce pays, la consommation est interdite... on croît rêver!
Réponse de le 27/08/2012 à 12:15 :
Et l?accès aux soins ! et le système éducatif Français qui est 36éme rang alors que nous étions dans les 10 premiers dans les années 60 ! Et les 10 personnes les plus fortunées qui ne paient pratiquement pas d?impôts dans notre pays ! Qu'en pensez vous ? Puisque cela ne vous choque pas, alors il faut payer la TIPP !!!!
Réponse de le 27/08/2012 à 13:23 :
Çà ne ne sert à rien une manifestation ; au mieux, si elle est réussie, elle fera la une des journaux 2 jours et on passera à autre chose ! Il vaudrait mieux organiser des grèves de consommation : pendant une journée tous ceux qui peuvent ne roulent plus en véhicule à carburant pétrolier et on ne va plus à la pompe. Si on arrivait juste à rassembler 20% des automobilistes, le "trou" pendant une journée serait assez visible et pourrait faire réfléchir les plus puissants acteurs du problème !
a écrit le 27/08/2012 à 10:53 :
Carburants, taxes, nucléaire, pub. à la TV ... etc, ce gouvernement c'est la cour du Roi Pétaud... et le travailleur le Dindon de cette farce !
a écrit le 27/08/2012 à 9:55 :
combien coûterait une baisse de 10 ct par litre
a écrit le 27/08/2012 à 9:54 :
Pour info, sur un litre à 1?50 il y a 60ct pour la compagnie pétrolière. Elle a des coûts et ne marge qu'à 1ct. ce qui veut dire que pour baisser le prix d'1ct (et que nos amis pétroliers continuent à gagner de l'argent) il faut prendre sur la partie fiscale. Une baisse équivalant à 1ct sur la partie fiscale coûterait 150 million d'euros sur 3 mois... pour 1 ct ça donnerait 1.5 milliard sur 3 mois... on peut se le permettre??? je ne pense pas
Réponse de le 27/08/2012 à 10:19 :
j'ai eu ma réponse mer !
Réponse de le 27/08/2012 à 10:20 :
vous voulez dire 10 centimes = 1.5 milliard?
Réponse de le 27/08/2012 à 12:37 :
u comme ça c'est sur que ça fait réfléchir
a écrit le 27/08/2012 à 9:43 :
Un pétrole cher est une bonne chose - moins de pollution
a écrit le 27/08/2012 à 8:31 :
1° Comme tout produit dont la demande est supérieure à l'offre, le prix augmente donc le prix du pétrole brut va augmenter. 2° Pour diminuer le prix des carburants, il faut diminuer les taxes, l'état doit diminuer drastiquement ses dépenses c'est-à dire réduire son train de vie et dégraisser cette pléthore de politiques et de fonctionnaires redondants. Mais cela ne sera pas encore suffisant à court terme, il faut imaginer une solution pour les citoyens qui doivent de déplacer pour se rendre au travail. Il y a combien d'années que certains ont suggérer le développement des transport publics quand nous n'étions pas encore en faillite. Et oui les politiques de tout bord, vous êtes de très mauvais dirigeants.
a écrit le 27/08/2012 à 8:17 :
Certes, le pétrole est voué à disparaître mais , alors que le monde entier paie son carburant beaucoup moins cher que nous TTC, l'es états européens, sous couvert de pédagogie continuent de ponctionner le contribuable européen de façon éhonté.....payer presque 60% de taxes sur un produit dont on ne peut pas se passer est un véritable racket! Nous ne pouvons pas nous passer de voitures et les véhicules "electriques ou hybrides" coûtent beaucoup trop chers pour le consommateur moyen. si le carburant était vendu à un prix décent, moins de 90 cents le litre, non seulement nous ne conduirions pas plus mais cela ferait du pouvoir d'achat supplémen,taire.....sur unplein de 60 litres @ 1.71 le SP95 = 102 euro dont plus de 55 euros de taxes!!!!!!!!!!!! c'est comme acheter un litre de lait à 1 euro et donner à l'éta 55 cents pour avoir le droit de le boire! Non, l'état est le vrai responsable et ce depuis toujours....

aux USA: 1 litre: 90 cents
en Australie: 1.12
au LUX: 1.24
en France: 1.70
en NZ: 1.25
Réponse de le 27/08/2012 à 8:45 :
Beaucoup de pays européen paye le carburant aussi cher que nous sinon plus cher (Allemagne ,Italie..),même la Norvége pays producteur.Avant de diminuer le prix des carburants ,faudrait dégraisser le mamouth que représente l'Etat lui même.
Réponse de le 27/08/2012 à 9:44 :
On pourrait commencer par faire payer l'impôt à ceux qui n'en paient pas ( près de la moitié des français!), réintroduire le 19.6 dans la restauration y comprix Mcdo! revoir les niches fiscales....etc....le prix des carburants en france est scandaleux! Ceux qui défendent l'essence chère, soit ne paient pas leur essence, soit habitent en centre ville de Paris... pour les autres qui comme moi parcourent 60km pour aller au travail, payer son essence est un luxe! dont e me passserai bien....
Réponse de le 27/08/2012 à 13:48 :
Effectivement, cela grève le budget. Moi même, je fais 30km deux fois par jour, ce qui me revient à un peu plus de 5 euros par jour. J'avoue qu'une baisse serait plus que bienvenue. Mais il faut se poser la question du financement de cette aide. En clair, a t-on le droit de faire payer notre essence par le contribuable?
Réponse de le 27/08/2012 à 16:13 :
Au cas ou n'y auriez pas pensé, je vous suggère d'habiter plus prêt de votre travail :-)
J'suis sympa je vous donne ce conseil gratuitement.
a écrit le 27/08/2012 à 8:14 :
Nous sommes entrés dans un monstrueux choc pétrolier : le fait que l'on est aujourd'hui à/autour du pic mondial (maximum de flux, de débit) de production de pétrole.
Les taxes au volume ont été mises en place à la suite des premiers chocs, et ces taxes ont été efficaces : un Européen consomme à peu près la moitié du pétrole consommé par un Américain. Pousser les produits et modes de vie vers une dépendance moindre au pétrole et l'unique maigre chance de « gérer » le virage.
Et quoi qu'on en dise, pour cela les taxes au volume sont le meilleur instrument, ne pas oublier que les bagnoles n'ont fait que grossir ! (dernière clio plus lourde que ne l'était une R16 par exemple).
Décision du gouvernement idiote, anachronique, cout-termiste comme il est impossible de faire pire.
Et le plus grand drame dans cette histoire, est sans doute le silence assourdissant au sujet de ce qui nous arrive dessus ... (et maintenant, pas dans 10 ou 20 ans)
A signer et relayer :
http://tribune-pic-petrolier.org/
Réponse de le 27/08/2012 à 8:23 :
Les voitures n'ont fait que grossir mais elle ne consomment pratiquement plus rien, on arrive à 3/3,5 l aux 100 aujourd'hui même avec une voiture de type Mégane.
La décision du gouvernement est ridicule parce qu'elle ne fera gagner que 3/4 cts par mois aux Français, donc rien, et elle coûtera chère mais dans le moyen terme, il faudra bien réduire les taxes pour plafonner le prix le temps que l'électrique prenne la relève.
Réponse de le 27/08/2012 à 13:26 :
A Laurent
Que celui qui consomme 3 l aux 100 avec son véhicule me donne la recette. Il ne faut pas confondre les données constructeurs obtenues dans des conditions et avec des réglages optimaux et la consommation de tout un chacun même ayant des réflexes de conduite "écologiques". Pour ce qui est des véhicules à propulsion électrique, à mon humble avis, ce n'est pas demain la veille qu'ils prendront la relève, s'ils la prennent un jour d'ailleurs.
a écrit le 27/08/2012 à 7:39 :
Beaucoup de Français ne semblent pas avoir compris que des milliards de gens veulent adopter leur mode de vie, rouler en voiture,avoir des climatiseurs dans leur maison etc... L'offre de pétrole ne semblant pas devoir augmenter de manière significative,ni les états renoncer à leurs taxes, les prix ne peuvent que monter... Et encore sommes-nous dans un contexte de ralentissement économique mondial. Peut-être pourrait-on organiser des séances de prière dans les stations services, comme ça s'est vu aux USA? J.L Mélénchon pourrait-y faire un sermon à résonance politique!
Réponse de le 27/08/2012 à 10:41 :
l'escroquerie continue, ils vont baisser quoi ? la hausse actuelle n est que du vent....pour preuve : vendredi le diesel était à 1.42 le litre.
Aujourd'hui il est à 1.44 le litre pourtant le change dollars / euro et le prix du baril sont restés identiques.... on nous prend vraiment pour des imbéciles
Réponse de le 28/08/2012 à 0:53 :
Naturellement que l'on prend la propulation pour des imbéciles.
Ça a toujours été le cas.
La vaseline elle n'a pas augmenté.

Vous faites pas de soucis
Ça va continuer.


Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :