Et si le baril de pétrole tombait à 50 dollars en 2015 ?

 |   |  586  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
C'est en tout cas l'hypothèse avancée par l'analyste Alphavalue qui affirme que la chute des prix du gaz américains, due au gaz de schiste, va entrainer, par effet domino, une division par deux du prix du baril. Tour d'horizon des conséquences.

Cabinet d?analyse indépendant, Alphavalue adore phosphorer sur les hypothèses «contrariantes», par exemple prévoir un prix de baril divisé par deux d?ici à 2015 quand tout le monde table sur un pétrole cher, voire très cher, dans les années à venir. Ce scénario du baril à 50 dollars n?est pas pour autant un pur jeu intellectuel. Le cabinet affirme que l?effondrement des prix du gaz américains, qui sont tombés entre 2 et 3 dollars l?unité de mesure (contre 11 à 12 dollars en Europe et 17 dollars en Asie) va, par effet de contagion, faire plonger le baril de pétrole sur la planète entière.

Le charbon va transmettre au monde la chute du prix du gaz américain
«La courroie de transmission entre le gaz de schiste américain et le pétrole mondial, c?est le charbon, puisque que le gaz américain ne se transporte pas, ne s?exporte pas», affirme Alexandre Andlauer, analyste pétrole et gaz chez Alphavalue. En avril 2012, pour la première fois outre-Atlantique, le gaz a fait jeu égal avec le charbon dans la production d?électricité. Bilan: les prix du charbon chutent dans le monde, relançant la compétitivité de cette source d?énergie face au gaz naturel? non américain et aux produits pétroliers. Ce qui entraînerait, selon Alphavalue, une diminution de l?indexation des prix du gaz sur ceux du pétrole. Ce mouvement est déjà enclenché en Europe, selon eux, comme en témoignent les baisses de prix de gaz consentis récemment par Gazprom à E.ON dans les contrats long terme.

Phénomène de contagion
De fil en aiguille, Alphavalue prédit un phénomène de contagion: des prix du gaz qui baissent sur les marchés spots, ce qui entraine une substitution du gaz avec le pétrole dans ses usages industriels et dans le transport, et au final une chute du prix du baril à 50 dollars à horizon 2015.
Un tel scénario entraînerait une hausse de 46 milliards d?euros des bénéfices des entreprises mondiales en 2015, selon les calculs d?Alphavalue. Les gains des secteurs qui en bénéficieraient ?au premier rang desquels les producteurs d?électricité (17 milliards), métaux et mines (9,5 milliards) et chimie (9,5 milliards)- dépassant les pertes du grand perdant, le secteur pétrolier (-24 milliards d?euros).

Une hausse de 0,5% de la croissance des pays consommateurs
Examinant les effets macro-économiques mondiaux d?un tel scenario, les analystes d?Alphavalue ne tombent pas dans l?euphorie. Si le prix du pétrole était divisé par deux d?ici à 2015, cela entrainerait une hausse de 0,5% de la croissance dans les pays consommateurs, ce qui laisserait un gain de 0,2 ou 0,3% pour la croissance mondiale, calculent-ils. Et encore cette hypothèse est-elle optimiste ! «Contrairement à ce que la plupart des macroéconomistes prédisent dans un tel cas, nous ne tablons pas sur un jeu à somme nulle entre les gains des pays consommateurs et les diminutions de revenus des pays producteurs», déclare Philippe Brossard, économiste chez AG2R La Mondiale.
Et cet effet, pas totalement foudroyant, serait en outre de courte durée. «Au bout de 5 à 6 ans, les pays consommateurs pâtiraient d?une moindre compétitivité dans leurs échanges. En clair et en simplifiant, le Japon, par exemple, se mettrait à augmenter ses achats en volume d?un pétrole pas cher, mais aurait de plus en plus de mal à vendre aux Saoudiens ses appareils photos», explique l?économiste.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/10/2012 à 20:51 :
l'analyse reprise ici : http://www.legazdeschiste.fr/impact-economique/29092012,un-baril-de-petrole-a-50-dollars-en-2015-grace-au-gaz-de-schiste-,109.html
a écrit le 03/10/2012 à 14:24 :
C'est triste comme nouvelle. La pollution de l'explotation des gaz et pétrole de schiste est exceptionnelle pour notre environnement. Tout pour le marché , rien pour être vivants. Je souhaite de tout mon coeur un triplement du prix du baril de pétrole. Ceci permettra enfin l'appartition de véritables solutions pérennes (et pas un semblant d'énergie renouvelable) qui permettra la mise à disposition de l'Energie sans le pouvoir des lobbies et des cartels financiers qui nous étrange chaque jour un peu plus !
Réponse de le 05/10/2012 à 14:45 :
@Philippe : vous enfilez les clichés comme des perles. la pollution par fracturation hydraulique est parfaitement maitrisée et n'est pas plus polluante que n'importe quelle forme d'extraction d'énergie (qui restera tjrs polluante dans l'absolu). votre phrase sur le marché et rien pour les êtres vivants est stupide, ça ne veut rien dire : un marché est un endroit où se rencontrent des êtres vivantss pour échanger dans un contrat gagnant gagnant, docn le marché c'est tout pour les êtres vivants. parceque avec des énergies renouvelables pérennes, il n'y aura pas de lobby associés ? votre angélisme est confondant (ou partisan) C'est le gouvernement qui vous étrangle chaque jour un peu plus....
Réponse de le 23/10/2012 à 13:53 :
@john galt, pour parler de perles qui s'enfilent et d'angélisme, vous n'êtes pas en reste !
Le saint marché qui sauve nos âme contre le triste gouvernement qui nous étrangle...
Je pense surtout que vos avis sont irréconciliables.
Voilà qui m'attriste beaucoup plus : sectarisme idéologique et égoïsme des extractivistes, malgré notre course à l'abîme...
a écrit le 30/09/2012 à 19:05 :
SUR que le prix vas baisser de 50%, le père noël sa faire aussi un passage bas ?..
Il y aura toujours de la demande car pour l?instant et encore pour 10 ans , il ni a rien de mieux pour faire fonctionner une voiture, un camion et même un tracteur?.
Alors pour s la transition écologique ils vas falloir attendre encore un peu?.
Réponse de le 17/12/2014 à 13:45 :
Alors, il avait raison ou pas? What a shame
a écrit le 29/09/2012 à 5:04 :
Une des consequences inattendue de la reussite americaine dans le development de leurs reserves de gaz, est que sans avoir ratifie les accords de Kyoto (rappelez vous la colere des ecolos europeens...) les U.S.A ont desormais des resultats en matiere de pollution et effet de serre, bien meilleurs que ceux auquels ils auraient du s'engager si ils les avaient signes ! Toutes les vieilles centrales au charbon sont remplacees par des centrales a gaz !
Réponse de le 05/10/2012 à 11:50 :
Pas si inattendue ...
trés bonne gestion des américains ... bien loin de certaines gesticulations européennes.
Le hic reste toujours le problème de l'eau qu'aggrave l'exploitation du gaz de schiste ... c'est l'indicateur à utiliser pour les US ...
a écrit le 28/09/2012 à 17:07 :
Le prix du gaz de schiste est artifiellemnt bas aux usa car la marge de production est fait sur les condensats simultanement extraits. Le gaz est un sous produit brade. Si le prix du crude tombe, les prix du gaz de schiste repartiront a la hausse pour mantenir les profits des producteurs.
a écrit le 28/09/2012 à 17:04 :
Super ! Comme ça l'Etat français pourra encore dépenser +. Qu'est-ce qu'ils vont bien encore nous inventer ? ? Je réfléchis, mais la liste est tellement longue !!!!
a écrit le 28/09/2012 à 14:31 :
C'est bien pour cela que l'Iran s'empresse de construire tant et plus de centrales nucléaires, ils redoutent en effet que la programmation US de faire décoller le prix du baril depuis la première guerre du Golfe jusqu'aujourd'hui, ne se solde à terme par un écroulement (provisoire) du prix du pétrole ce qui bouleverserait plus d'une économie liée essentiellement au Pétrole.
Car enfin quoi, l'Iran exporte quel produit manufacturé? Des babouches?
a écrit le 28/09/2012 à 12:04 :
je crois pas car si l'etat d'israel voleur d'etat, agresse l'iran : 1)israel va recevoir une raclé 2)le baril sera à 200 dollars
Réponse de le 28/09/2012 à 12:21 :
je doutes qu ils recoivent une raclé "Lol" tout comme une guerre contre l'Iran serait loin d être facile si ca arrive se sera juste un carnage qui nous plongera a ricochet dans une 3eme guerre mondiale Si Israel est acculé ils utiliseront la bombe soyez en certain ce qui irradiera probablement les champs de pétrole les rendant inexplotables Personne n aura d interet à cette guerre ca fera tourner le buisness de l armement un moment mais elle pourrait vite dégénérer Comment réagiront les Russes? comment réagiront les Chinois? comment réagira l Europe ...Qui s est mais c est trés inquiétant
Réponse de le 28/09/2012 à 12:31 :
Selon un rapport confidentiel de la délégation des affaires stratégiques ( D A S ), révélé par le Canard Enchaîné, avec une nouvelle guerre dans le Golfe, "les prix du pétrole doublent, avec un litre d'essence à 3 euros et un rationnement provisoire".
Réponse de le 28/09/2012 à 14:18 :
@LOL : Israel voleur d'Etat ? Alors dans ce cas la France devrait se redécomposer avec un bout à l'Allemagne, Espagne, Angleterre .... , la Californie rendu au Mexique ... Le principe de la force et de la conquête est là ! Bref quand on met des pantins comme dirigeant dans ces pays vous appelez ça comment, mais bon c'est vrai on est des sauveurs,. Ceci étant le pétrole n'a AUCUNES raisons d'être à 100 aujourd'hui donc on peu dire n'importe quoi pour 2015 !
a écrit le 28/09/2012 à 1:42 :
Etude théorique. Quid des tensions géopolitiques type guerre iran israel?
Réponse de le 28/09/2012 à 2:13 :
Laissez nous rêver un peu?
Réponse de le 17/12/2014 à 13:47 :
Je crois que vous aviez tord Chris
a écrit le 28/09/2012 à 1:08 :
...alors Hollande pourra tenir ses promesses que le prix du carburant baisse ..! (enfin, si entre temps il ne rajoute pas quelques impots et taxes dessus !!?
a écrit le 27/09/2012 à 22:26 :
Cette étude oublie une chose importante: ces matières premières ne servent pas à la même chose... 75% du pétrole sert dans les transports. Or, dans ce domaine, le gaz et le charbon ne sont pas des concurrents du pétrole. Peut être un jour roulerons nous au gaz, mais certainement pas en 2015...
Réponse de le 27/09/2012 à 23:13 :
Tout à fait. L'étude oublie aussi que le marché du pétrole n'est pas concurrentiel mais oligopolistique. Je vois mal les pays de l'OPEP laisser les prix s'effondrer. Ils sont devenus accros au pétrole cher.
Réponse de le 28/09/2012 à 8:59 :
Moins de 60% du pétrole consommé sert aux transports. La tendance lourde à la réduction de la consommation dans ce domaine va peser à la baisse sur le prix du baril.
a écrit le 27/09/2012 à 19:39 :
Excellent article avec deux informations essentielles. La première : le prix du gaz que nous payons en Europe, surtout en France, est artificiellement dispendieux mais n'est pas inéluctable. Ces prix incroyables imposés par les monopoles ou les cartels organisés et contrôlés par les Etats collectivistes n'ont d'autre but que de spolier outrageusement les acteurs économiques et contribuent à amplifier la crise. De même, l'excuse écologique qui favorise des éoliennes, interdit le gaz de schiste ou subventionne des investissements inutiles, ne tient pas une seule seconde. La seconde : les prévisions malthusiennes sur le pétrole, le peakoil et toutes ces fariboles, sont encore une fois totalement inopérantes et seront démenties par les faits sans aucun doute. La technique progressant sans cesse, le coût d'extraction des pétroles profonds ne peut que baisser notablement dans les prochaines années. Un prix du baril à 50$ est donc tout à fait envisageable.
Réponse de le 28/09/2012 à 3:43 :
On voit que vous ne connaissez rien au secteur, c'est affolant vos délires.
Réponse de le 28/09/2012 à 8:47 :
L'argument d'autorité (j'ai raison parce que je fais croire que je suis un expert) est vain et infantile. Il faudrait songer à grandir un peu, gamin !
Réponse de le 28/09/2012 à 13:31 :
@excellent article : "le coût d'extraction des pétroles profonds ne peut que baisser notablement" : ça faisait longtemps que je n'avais pas vu une telle ânerie énoncé avec autant d'autorité ... Les coûts d'extraction ne peuvent que monter avec le temps : en effet, on commence généralement pas exploiter le pétrole "facile" à exploiter, donc peu coûteux, puis celui "un peu moins facile", puis celui difficile, puis celui très difficile, etc ... Les progrès technologiques aident certainement, mais il est rare que cela permette une baisse du coût, en général ça limite seulement la hausse (il faut une révolution technologique pour baisser les coûts malgré la hausse des difficultés des gisements : en l'occurrence, je ne vois pas trop de "révolution" dans cette industrie lourde). Sauf à ce que tu nous annonces une révolution technologique qui rende la découverte et l'extraction de pétrole "facile", le coût ne peut que monter avec le temps (même si quelques baisses provisoires de coûts peuvent apparaître de temps en temps).
Réponse de le 17/12/2014 à 13:48 :
Et bien bravo. Vous travailliez chez CGG ou bien?
a écrit le 27/09/2012 à 19:15 :
Tout ça pour dire que l'économie est bien trop complexe pour la compréhension du commun des mortels.
Article passionnant quant à la mécanique de formation des prix d'une matière première.
Réponse de le 27/09/2012 à 19:47 :
Pas d'accord. La vraie science économique, nécessairement libérale, est simple à comprendre si on veut bien ne pas perdre son temps avec les mensonges idéologiques collectivistes qui la déforment depuis tant d'années. C'est en éduquant correctement le commun des mortels à la vraie science économique qu'on progressera rapidement. L'honnête homme, c'est-à-dire l'homme correctement éduqué, est économiquement libéral.
Réponse de le 27/09/2012 à 22:16 :
J'espère que vous êtes en plein second degré sinon vous n'avez plus qu'à construire une église pour votre croyance.
a écrit le 27/09/2012 à 19:05 :
C'est beau d'y croire !!!!!!!!!!!!!!!!!!
a écrit le 27/09/2012 à 18:59 :
Pour l'instant le meilleur pétrole à 110 $ le baril (ou demain, à 50) est celui que l'on ne consomme pas.
a écrit le 27/09/2012 à 18:07 :
D'ou l'intérêt de se pencher sur les ITAF qui ne sont pas les dernières mascottes en vogue, mais les impôts et taxes affectés au financement de la sécurité sociale, objet de la dernière chronique audio proposée sur la webradio indépendante AWI
a écrit le 27/09/2012 à 17:36 :
Impossible de descendre sous les 70 dollars le baril. Le développement du pétrole de schiste, du pétrole offshore ultra-profond et du pétrole des sables bitumineux n'est rentable que si le prix du pétrole reste au dessus de 70-80 dollars le baril. Quand le pétrole WTI est tombé à 78 dollars en juin 2012, tous les projets pétroliers ont été revus à la baisse en Amérique du Nord.
Réponse de le 27/09/2012 à 22:28 :
Bien dit! J'ajouterais aussi que les pays de l'OPEP (45% de la production mondiale) n'hésiteront pas à fermer les vannes pour faire remonter le prix. Ils l'ont fait en 2009, ils n'hésiteront pas à le refaire.Ces pays ont besoin d'un cours du pétrole élevé (90 USD) pour équilibrer leurs budgets.
Réponse de le 28/09/2012 à 10:32 :
Pas pour équilibrer leur budget, mais pour amasser des tonnes et des tonnes de dollars et racheter à tout va en occident...
a écrit le 27/09/2012 à 17:27 :
Et nous, en France, nous ni verrons que du feu... Et oui, avec les socialo au pouvoir et leur fameux "patriotisme fiscale" ils vont s'engraisser un peu plus en compensant la baisse par de nouvelles taxes!
Réponse de le 27/09/2012 à 19:12 :
Certes, mais c'es quand même les grands gestionnaires de l'UMP qui ont multiplié la dette de la France par 1,5
Réponse de le 27/09/2012 à 19:48 :
Eh oui, UMP = socialisme = PS.
Réponse de le 27/09/2012 à 20:25 :
Tout à fait la droite libérale n'existe pas dans ce pays .
a écrit le 27/09/2012 à 17:01 :
chouette le gouvernement va pouvoir mettre plein de taxes supplementaires pour compenser!
Réponse de le 28/09/2012 à 18:47 :
Sérieusement, je le souhaite vivement. Vous n'avez pas entendu parlé d'une dette impressionnante à réduire ?
Réponse de le 05/10/2012 à 13:56 :
Moi aussi,je souhaite qu'on mette une taxe sur l'énergie pour financer les retraites car cela permettrait de réduire le cout du travail en réduisant les charges sociales,donc de réduire le chomage.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :