Les États-Unis, le nouvel Eldorado des hydrocarbures grâce au schiste ?

La production d'hydrocarbures américains progresse tellement que les États-Unis pourraient dépasser l'Arabie Saoudite et devenir le premier producteur mondial en 2020. Ce grâce au prix du baril élevé qui permet la rentabilité de la nouvelle méthode d'extraction des huiles et gaz de schiste par fracturation hydraulique.
Copyright Reuters
Copyright Reuters

Les États-Unis seraient-ils en passe de devenir le premier producteur mondial d'hydrocarbures ? Ils en prennent en tout cas le chemin, si l'on en croit les prévisions du département à l'Énergie américain qui inclut dans ses statistiques le "crude", mais aussi d'autres formes d'hydrocarbures sous forme liquide tels que les biocarburants.

Le "nouveau moyen-orient"

D'après le département à l'Énergie (EIA), la production devrait atteindre un record à 11,4 millions de barils par jour en 2013, faisant des États-Unis le deuxième producteur mondial derrière l'Arabie Saoudite qui devrait atteindre les 11,6 millions de barils par jour la même année. Rien que cette année, la production totale est sur les rails pour progresser de 7% par rapport à l'an dernier et atteindre une moyenne de 10,9 millions de barils par jour. Soit sa plus forte progression en un an depuis 1951, surprenant même jusqu'aux experts. Selon Citibank, on peut attendre une production de 13 à 15 millions de barils par jour en moyenne en 2020, faisant des États-Unis un "nouveau moyen-orient".

Réduction par deux des importations

Les États-Unis, qui brûlent en moyenne l'équivalent de 18,7 millions de barils par jour, auront toujours besoin d'importer une partie de ce qu'ils consomment. Mais grâce à cette augmentation de la production domestique et aux progrès en matière de consommation de carburants des véhicules de transport, les importations pourraient chuter de moitié à la fin des dix prochaines années. Mais cela ne devrait pas avoir pour effet de faire baisser les prix à la pompe en raison d'une demande mondiale qui reste élevée, des coûts importants causés par les modes d'extraction utilisés. Cela devrait toutefois avoir pour effet de dynamiser l'économie américaine grâce aux créations d'emplois et au rééquilibrage de la balance commerciale.

Des méthodes d'extraction couteuses...

Cette hausse soudaine de la production américaine est le résultat de deux facteurs. Au début des années 2000 a été mis au point un nouveau mode d'extraction par fracturation hydraulique qui permet d'aller chercher le pétrole et le gaz prisoniers dans la roche. Principalement dans du schiste. Ce nouveau procédé, plus cher que les procédés traditionnels, a été rendu possible grâce à l'augmentation du prix du baril. D'ailleurs, selon les experts, ce procédé ne deviendrait plus rentable en dessous de 75 dollars le baril, et les foreurs seraient contraints de réduire leur production en conséquence.

... et très controversées

Il faut noter par ailleurs que l'extraction d'huile et de gaz par fracturation hydraulique, pourvoyeuse de nombreux emplois, n'est pas sans soulever un certain nombre de problèmes. Pour extraire les huiles et gaz du schiste, les pétroliers utilisent de l'eau, du sable et des produit chimiques sous pression qui font éclater la roche. Par ces fractures dans la roche s'échappe le gaz. Mais le risque est que certaines fractures atteignent les nappes phréatiques et polluent les sols. Depuis que les États-Unis ont autorisé ce nouveau système de forage, de nombreuses voix s'élèvent pour demander son interdiction.

Tout dépend du prix du baril et de l'Arabie Saoudite

En fait, tout va surtout dépendre de la stratégie qu'adoptera l'Arabie Saoudite en fonction de l'évolution des cours sur les marchés mondiaux. L'Arabie Saoudite est assise sur les plus grosses réserves de pétrole au monde, et a pour habitude d'augmenter ou de réduire sa production pour maintenir la stabilité du prix du baril. Toutefois, d'après l'Agence internationale de l'énergie, l'Arabie Saoudite devrait garder une production régulière au cours des 5 prochaines années. Quand à l'extraction par fracturation hydraulique, elle devrait continuer d'être rentable car le prix du baril ne devrait pas passer sous la barre des 89 dollars d'ici à 2017. Les États-Unis devraient donc rester divisés entre les pro et les anti-fratcuration hydraulique, mais aussi profiter de cette manne nouvelle, encore quelques temps.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 15
à écrit le 26/10/2012 à 10:03
Signaler
Bonjour, juste pour info, si la France venait à exploiter les gaz de schiste, elle n aurait pas la meme rentabilité vu qu elle n a aucun savoir ni technologie pour le faire, elle serait totalement dépendante des groupes pétroliers nord-américains, bo...

à écrit le 25/10/2012 à 17:35
Signaler
La fin du pétrole, pas de l'offre mais de la demande. les américains découvrent que l'énergie pétrole/gaz est sur la pente descendante. Jusqu'à présent leur stock national était sous terre, inexploité. Ils le gardaient en réserve préférant utiliser l...

à écrit le 25/10/2012 à 14:33
Signaler
Et quid de l'evolution de chaque puit ? Cet article est un peu leger sur les notions de reserves exploitables ou potentielles. Sommes-nous a la veille de l'explosion de la bulle des gaz et petroles de schistes ? Quant a l'Arabie Saoudite, un facteur...

à écrit le 25/10/2012 à 14:07
Signaler
vous lisez l'anglais? vous n'êtes pas un propagandiste vert ;mais vous voulez vous faire une opinion personnelle voila un site trés complet http://www.energyindepth.org/2010/06/debunking-gasland/

le 25/10/2012 à 15:29
Signaler
Un site très complet et indépendant en effet: Energy in depth est une émanation de l'IPAA, association des producteurs de pétrole américains indépendants. On a l'indépendance qu'on peut...

à écrit le 25/10/2012 à 14:03
Signaler
Genial on pourra en importer

à écrit le 25/10/2012 à 13:20
Signaler
Vous n'auriez pas pompé votre article sur USA Today.... le journalisme de nos jours... Vous devriez également faire un article sur la population qui vit aux alentours de ces "nouveaux" gisements : eau contaminée et inbuvable, maladie, agriculture to...

le 25/10/2012 à 13:28
Signaler
imbuvable sorry

à écrit le 25/10/2012 à 12:54
Signaler
J'aime bien cet article qui nous fait culpabiliser FRANCAIS VOUS ETES DES PIGNOUFS ET LES AMERLOCS DES WINNERS...

à écrit le 25/10/2012 à 11:33
Signaler
Et il finiront par boire de l'or noir par manque d'eau !!! Ils gagnent du temps et prennent des risques importants pour leur écologie, produire toujours plus dans un monde fini c'est nier l'évidence ....

le 25/10/2012 à 13:33
Signaler
Les US ont de très importantes réserves d'eau, et ces forages se font dans des zones "désertiques" ou presque. D'où la très grande différence avec la France, qui au contraire serait catastrophique pour l'environnement. Le débat sur le gaz de schiste ...

le 25/10/2012 à 16:26
Signaler
Ah bon ? Je vous invite à lire sur l'avenir du Colorado qiue l'on est en train d'assecher (pour d'autres raisons) et il y avait récemment un excellent reportage qui montrait l'explosion du prix de l'eau dans un certain nombre de villes petites et moy...

le 25/10/2012 à 17:16
Signaler
En 2021, le lac Mead, le plus grand réservoir d'eau des États-Unis qui alimente Las Vegas et une partie de la la Californie, risque de disparaitre.

à écrit le 25/10/2012 à 11:02
Signaler
Correction. En 2010, les USA produisaient 10,3 millions de barils par jour de carburant liquide. Donc 5,7 millions de barils de pétrole, 2,2 millions de barils de condensats de gaz naturel 0,9 million de barils de biocarburants et 1,1 million de bari...

le 25/10/2012 à 17:16
Signaler
Mais ils sont en train de répondre à la question avec récupération et recyclage.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.