Chiffre du jour : 100 milliards d'euros pour passer le nucléaire à 50% du parc électrique d'ici 2030

 |   |  486  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Bloomberg)
Sur les 590 milliards d'euros qui seront nécessaires d'ici 2030, d'après l'Union française de l'électricité, pour mettre en place la transition énergétique, le coût de la baisse de la part du nucléaire ne représente que 100 milliards d'euros.

Un chiffre en trompe l??il. Le Figaro de ce mercredi titre « 590 milliards d?euros pour changer de modèle énergétique ». En fait, ramener la part du nucléaire de 75% à 50% de la production électrique ne représente que 100 milliards d?euros, soit 17% du total, selon l?Union française de l?électricité (UFE) qui a livré aujourd?hui ces estimations.

Un surcoût de 25% pour les investissements liés au système électrique

Selon l?UFE qui rassemble les producteurs d?électricité de l?hexagone, il faudrait investir 590 milliards d?ici 2030 pour réaliser la transition énergétique décidée par François Hollande (dont 422 milliards pour le système électrique et 170 milliards pour les efforts d?efficacité énergétique). Mais combien cela couterait de faire face à l'augmentation de la demande d'électricité en gardant 75% de nucléaire ? 100 milliards d'euros de moins, selon l'UFE, sur les 422 milliards d'euros nécessaires pour adapter le système électrique d'ici 2030. En d'autres termes, baisser à 50% la part du nucléaire représente 25% des travaux nécessaires par ailleurs pour faire évoluer le système électrique d?ici 2030.

100 milliards d'euros aussi pour augmenter les énergies renouvelables

L?UFE explique : d?ici 2030, il faudrait investir 200 milliards d?euros pour faire face à l?augmentation de la demande en gardant 75% de nucléaire. Intégrer les objectifs du Grenelle de l?environnement sur les énergies renouvelables coûte 100 milliards de plus (soit 300 milliards). Enfin, baisser la part du nucléaire coûterait 100 milliards d?euros supplémentaires, soit 400 milliards d?euros environ.

L'UFE a alourdi la facture totale de 200 milliards par rapport à novembre 2011

Il y a juste un an le même syndicat professionnel estimait à 382 milliards d?euros le coût du passage à 50 % du nucléaire d?ici 2030 et des efforts en matière de maîtrise de la demande. Il avance 590 milliards d'euros aujourd'hui. Pourquoi ce bond de 200 milliards d?euros ?

Des objectifs relevés en matière d'efficacité énergétique

D?abord, l?UFE a rajouté 100 milliards d?euros pour les efforts liés à l?efficacité énergétique : les investissements nécessaires se montent à 170 milliards d?euros, estime l?UFE, contre 70 milliards avancés il y a un an. « Nous avons relevé les objectifs en matière de maitrise de la demande, compte tenu de la volonté politique affichée. L?an dernier, nous les avions abaissés car il nous semblait que le financement ne serait pas au rendez-vous », précise l?UFE.

Un doublement des dépenses en energies renouvelables et réseaux

Ensuite l?UFE a rajouté 100 milliards, passant de 312 à 422 milliards d?euros, les investissements nécessaires à la transformation du système électrique. « Nous avons doublé la part des énergies renouvelables dans le mix 2030 et le coût des travaux liés aux réseaux, conformément au bilan prévisionnel de RTE, [la filiale d?EDF chargée du transport de l?électricité] », explique l?UFE.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/11/2012 à 12:13 :
Le débat est focalisé sur la production d'électricité ; il occulte un problème tout aussi crucial qui est notre aliénation au pétrole, dont les importations plombent notre balance commerciale. On pourra réduire considérablement les besoins de pétrole si on développe activement la mobilité électrique tous azimuts (déplacements collectifs, déplacements individuels, mise au point de solutions pour longs trajets...)
a écrit le 29/11/2012 à 20:39 :
Ou alors, on ne change rien, tout simplement. Parce que qui dit baisse du nucléaire dit baisse de fourniture d'électricité, baisse des emplois, hausse du coût de l'électricité. Mais personne ne veut le comprendre!
a écrit le 29/11/2012 à 11:09 :
Cette étude semble oublier l'essentiel: la sobriété énergétique. La sobriété c'est la fin des gaspillages. Et c'est gratuit. Aucun investissement pour réduire sa note d'électricité en baissant un peu le chauffage ou en n'oubliant pas d'éteindre la lumière en partant.
Autres exemples:
- L'extinction des enseignes lumineuses des magasins la nuit : économie 750 MW soit presque la production d?un réacteur nucléaire 900 MW
- Vitrer les rayons produits frais des supermarchés économiserait l? équivalent de la consommation de 125 000 logements
- Les panneaux publics lumineux et interactifs que vous voyez dans métro consomment équivalent de 2 ménages français.Projet des dizaines de milliers. Supprimons-les !

L'emploi est oublié. Créer des emplois a un coût mais c'est bénéfique. L'efficacité énergétique et les renouvelables créeront beaucoup plus d'emplois que le maintien du nucléaire
Réponse de le 02/12/2012 à 16:08 :
Oui mais... plus l'énergie est chère plus les emplois industriels fichent le camp!
Voyez les USA... ils retrouvent une énergie bon marché avec lae gaz de chiste... les entreprises grosses consommatrice reviennent... donc les emplois aussi!!!
Et quand il s'agira d'augmenter VOTRE facture... là on est souvent un peu moins "pour"!
Et que fait on de du nucléaire propre, la fusion, qui devrait arriver dans les décennies qui viennent? Energie qui serait propre et inépuisable!!!
a écrit le 28/11/2012 à 15:11 :
D'après le texte c'est bien 200 milliards qui sont imputables aux ENR : 100 pour les objectifs du Grenelle, 100 pour les nouveaux objectifs.
Rappelons que les objectifs du Grenelle sont imposés par l'UE, et que la France n'en voulait pas initialement :

http://www.euractiv.fr/energie-environnement/energiearticlepaquet-energie-climat-commission-propose-solutions-precises-contraignantes-limiter-changement-climatique-00635-903.html
"Avant même la publication du paquet de la Commission, le président de la République française avait écrit à Jose Manuel Barroso pour exprimer de vives critiques à l?encontre du mode de calcul, et de la contrainte qu?il imposait à la France (lire EurActiv 17. 01. 2008). En effet, selon ce procédé, en France, les énergies renouvelables devront représenter 23 % de la consommation totale d?ici 2020. Cet effort est d?autant plus important pour la France que Bruxelles a refusé de considérer l?énergie nucléaire comme une énergie renouvelable. Or le nucléaire permet à la France d?émettre peu de GES (25 % de moins que la moyenne européenne)"
http://www.euractiv.fr/energie-environnement/tagenergie20100208france-presente-son-plan-sur-renouvelables-se-conformer-paquet-energie-climat-1379.html
"En effet, c?est bien du paquet proposé par Bruxelles en janvier que provient l?objectif de 23 %."
a écrit le 28/11/2012 à 14:01 :
A production nucléaire constante, le chiffre de 50% en 2030 est atteint par le simple fait de l'augmentation de la consommation d'électricité. 300 milliards sont nécessaires pour mettre à niveau la capacité de production. Il serait honnête de comparer ce chiffre à un investissement équivalent dans l'électricité nuléaire. Est-ce 200 milliards?. Le coût d'être propre serait 100 milliards, soit 5,5 md par an. C'est Follande.
a écrit le 28/11/2012 à 13:30 :
590 milliards d'? font environ EUR 27,000 par foyer, sur 18 ans soit EUR 1,500 par an plus les dérives coûts (ici, 200 milliards d'? - ou un supplément de +/- EUR 900 par foyer - viennent d'être ajoutés, en 12 petits mois....). Y a t'il un pilote sur ce compteur bleu qui plane ?
a écrit le 28/11/2012 à 13:22 :
La France peut facilement économiser 150 TWh, soit l'équivalent de 1/3 de l'électricité nucléaire produite en France (429 TWh en 2010). L'éclairage, le chauffage électrique et la réfrigération consomment environ 180 TWh par an. En utilisant des technologies déjà disponibles (éclairages LED, isolation, pompes à chaleur, réfrigération par stockage de froid la nuit...) il y a de quoi économiser 140-150 TWh par an.
Réponse de le 28/11/2012 à 14:44 :
En fermant des usines on économisera encore plus....
a écrit le 28/11/2012 à 13:16 :
L'auteur ferait bien de relire son texte.
Un consommateur même avisé ne peut pas comprendre ces chiffres ( variation enre ?50 et ? 590 milliards ) , et à quoi chacun se réfère..
On attend une présentation explicative.

Cordialement,*

giantpanda
Réponse de le 19/09/2014 à 19:48 :
Benoît Coeure et Asmussen ne font qu' exprimer publiquement leurs biais idéologiques personnels et leurs sympathies politiques sans aucune considération pour la dure réalité des faits...Jusqu'à mieux informé les Abenomics sont une gigantesque arnaque pour le japonais moyen et ont surtout profite aux marchés d'actifs à travers le monde...ce que Mr Coeure ne semble pas comprendre ni admettre
a écrit le 28/11/2012 à 12:49 :
UFE? EDF, GDF, AREVA....
Surtout ne changeons rien au modèle actuel, et ne cherchons pas à soustraire à ce montant les coûts évités : risque nucléaires, déchets produits en plus, investissements pour prolonger les centrales, etc... et les gains : emplois créés (plus nombreux dans les ENR que dans le nucléaire centralisé), indépendance énergétique augmentée, etc...
Réponse de le 28/11/2012 à 12:59 :
@Arnaud : c'est vraiment gentil d'aider à créer les emplois en Chine (cf. l'épisode des panneaux solaires) ou ailleurs...
Réponse de le 28/11/2012 à 15:27 :
C'est le conservatisme du nucléaire français qui a fait prendre ce retard sur la Chine!
Réponse de le 28/11/2012 à 17:02 :
les chinois à ma connaissance, utilisent tres peu pour eux_meme l'energie solaire, préférant le charbon local autrement plus polluant que le nucleaire
Réponse de le 28/11/2012 à 18:09 :
Selon vous le charbon est plus polluant que le nucléaire?!
Pour les émissions de carbone peut-être, mais c'est tout.
Le nucléaire laisse des traces et surtout des coûts!
Réponse de le 29/11/2012 à 20:36 :
@Briskoto, si vous vous plaignez des coûts du nucléaire, je devine aisément que vous êtes anti-renouvelable! Parce que quand on voit, par exemple, que l'électricité solaire est entre 3 et 5 fois plus chère, il ya de quoi s'énerver!
Réponse de le 30/11/2012 à 9:15 :
C'est faux! Si vous comptez dans le prix du kW/h l'intégralité des coûts engendrés, le nucléaire est très cher en plus d'être ingérable de par ces déchets. Ce que vous semblez ne pas voir c'est que l'éolien et le solaire n'utilisent pas de combustible EUX
Réponse de le 30/11/2012 à 16:53 :
Et alors? Ce que je vois, c'est que mon électricité est bon marché car je m'alimente grâce au nucléaire. Ces déchets sont gérés: soit ils sont recyclés pour refaire du combustible (mot que vous ne semblez pas apprécier), soit ils sont soigneusement entreposés dans des centres étudiés pour. Il n'y a jamais eu personne de mort en France à cause de déchets radioactifs. En attendant, l'uranium est moins cher que le vent et le soleil, vu les prix de l'énergie.
Réponse de le 30/11/2012 à 18:21 :
Le problème VOUS ne le voyez pour l'instant pas, ce sera votre lointaine descendance qui les rencontrera
Réponse de le 01/12/2012 à 10:39 :
Cela fait plus de 40 ans qu'on exploite le nucléaire en France et nous n'avons jamais rencontré de problèmes majeurs. Et avec les nouveaux réacteurs encore plus sécurisés, je ne vois pas pourquoi cela changerait.
Réponse de le 01/12/2012 à 12:39 :
Tenez vous mieux au courant, ne lisez pas que des informations émanantes du lobby. Vous verrez qu'il y a continuellement des accidents dans les centrales nucléaires françaises et que beaucoup de pays ne prennent ces risques encourus par nous à notre insu. Il y a d'ailleurs un quadruple mensonge sur la sécurité, l'indépendance, la gestion des déchets et le coût réel de tout ça
Réponse de le 01/12/2012 à 13:18 :
Allons, ne confondez pas incident et accident, renseignez-vous aussi, c'est totalement différent. Quoique vous croyiez, la France est quasiment totalement indépendante grâce au nucléaire et ce n'est pas avec le renouvelable que ce serait possible. Si la sécurité n'était pas assurée, il y aurait eu bien plus d'ACCIDENT, mais ça fait plus de 30 ans qu'on a des REP et résultat, pas un problème majeur. Le coût, on le ressent dans la facture électrique: elle est très basse! Et pour ce qui est des déchets radioactifs, j'ai déjà exposé mon point de vue.
Réponse de le 01/12/2012 à 14:21 :
AtomicD, vous parlez d?indépendance alors que le minerais pour nos centrales nous l'importons! Ce serait comme dire que nous le serions pour le pétrole. Aberrant.
La filière nucléaire est déjà désastreuse au niveau humain et écologique avant même que le combustible n'arrive sur le sol français. Et jusqu'ici: il n'y a aucune vraie solution pour les déchets.
Réponse de le 01/12/2012 à 15:39 :
Le combustible, c'est Areva qui l'exploite, il ne nous coûte donc quasiment rien. Pour ce qui est des solutions pour les déchets radioactifs, des études sont en cours pour les mettre dans de l'argile en profondeur. Si elles n'existent pas pour le moment, les solutions existeront pour plus tard.
Réponse de le 01/12/2012 à 15:39 :
Le combustible, c'est Areva qui l'exploite, il ne nous coûte donc quasiment rien. Pour ce qui est des solutions pour les déchets radioactifs, des études sont en cours pour les mettre dans de l'argile en profondeur. Si elles n'existent pas pour le moment, les solutions existeront pour plus tard.
Réponse de le 01/12/2012 à 16:11 :
alors que l'électricité verte (eolienne, solaire, biomasse,...) est la solution qui existe dès maintenant mais qui est remise à plus tard...
Réponse de le 01/12/2012 à 18:16 :
Ca fait bien plus longtemps qu'on étudie les énergies vertes, par rapport au nucléaire, et pourtant, elles n'ont jamais réussi à percer dans le domaine de la production électrique car elles sont trop inutiles.
Réponse de le 01/12/2012 à 19:24 :
Oui voila pas besoin de nucléaire tout est dit
Réponse de le 02/12/2012 à 10:53 :
Je ne vois pas pourquoi tirez-vous cette conclusion de ce que j'ai dit, ça n'a rien à voir. J'ai simplement dit que malgré les très longues années pendant lesquelles on a étudié les renouvelables, elles n'ont jamais été utiles.
Réponse de le 02/12/2012 à 14:02 :
Dommage! Moi qui avais cru vous avoir ouvert les yeux, vous les refermez aussitôt pour redevenir aveugle
Réponse de le 02/12/2012 à 18:59 :
Je n'ai jamais fermé les yeux, je vous rassure. Au contraire, je regarde vers l'avenir, c'est pourquoi je défends le nucléaire (et je ne suis pas la seule personne à le faire.
Réponse de le 03/12/2012 à 17:34 :
"On a trop pensé que l'énergie nucléaire était bon marché, et qu'on pouvait par conséquent développer massivement le chauffage électrique, des choses comme ça qui sont des aberrations énergétiques" citation émanant il y a quelques années du corps des mines, pourtant haut lieu pronuke
Réponse de le 03/12/2012 à 18:42 :
Mais il ne faut pas oublier de dire qu'ils n'en pensent pas moins au sujet des énergies renouvelables.
Réponse de le 03/12/2012 à 19:25 :
Ils ne peuvent faire sans énergie, donc en viennent aux énergies durables, puisque propres et sans combustible
Réponse de le 04/12/2012 à 19:37 :
Le nucléaire peut être considéré comme une énergie durable, vous savez. Quand on utilisera de l'hydrogène ainsi que ses isotopes dans les réacteurs à fusion, nous aurons une énergie quasi-illimitée et beaucoup plus puissante que la fission. C'est pour dans les années 2050, mais on aura les RNR pour patienter.
Réponse de le 05/12/2012 à 13:27 :
http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/energie-environnement/20121204trib000735119/l-epr-de-flamanville-plus-cher-que-l-eolien-terrestre-.html

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :