EDF : "Je ne suis candidat à rien, je ne suis pressenti pour rien" jure le président de la SNCF

 |   |  293  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Selon l'AFP le gouvernement chercherait à écarter Henri Proglio de la présidence d'EDF en février, une date qui coïncide avec la fin de mandat de Guillaueme Pepy

Alors que le nom de Guillaume Pepy ressort pour prendre les rênes d?EDF à la place d?Henri Proglio, le président de la SNCF a assuré ce vendredi sur France 2 qu?il n?est "candidat à rien" et "pressenti pour rien". Selon l?AFP qui cite deux sources proches du dossier ayant requis l?anonymat, le gouvernement a réactivé le scénario d'un débarquement anticipé d?Henri Proglio, éclaboussé par des fuites embarrassantes sur la coopération nucléaire avec la Chine, "Cette fois-ci, l'Etat est décidé et veut aller au bout. Le calendrier, c'est qu'il parte après les résultats annuels, fin février ou début mars", selon l'une de ces personnes, proche du gouvernement, alors que son par son mandat court jusqu?à fin 2014. La date du départ anticipé coïncide avec la fin du mandat du patron de la SNCF.

Une cote énorme au gouvernement
En août, le Parisien avait déjà évoqué le scénario. "L'information est sans fondement", avait alors déclaré les services du Premier ministre, tandis que l'Elysée faisait état de "rumeurs".

Pour autant Guillaume Pepy est très apprécié au gouvernement et à l?Elysée où beaucoup le verrait bien prendre la tête d?EDF. Guillaume Pepy a réussi à placer au gouvernement plusieurs cadres qu'il a formé àla SNCF, dont Pierre Cunéo, nommé directeur de cabinet de la ministre de l'Ecologie Delphine Batho, mais aussi David Azéma, son ancien numéro deux, à la tête de l'agence des participations de l'Etat. En outre, il peut compter sur l'appui de Louis Gallois, nommé par le gouvernement commissaire général à l'investissement, et dont Guillaume Pepy a été le numéro deux à la SNCF.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/12/2012 à 13:23 :
Mes biens chers frères, mes biens chères soeurs , je prie pour que les trains arrivent à l'heure en ce jour de réveillon . Mais attention : pas de boogie-woogie avant minuit ce soir !
a écrit le 29/12/2012 à 22:20 :
""Je ne suis candidat à rien, je ne suis pressenti pour rien" eh ben tais toi et travaille alors !
a écrit le 29/12/2012 à 18:38 :
Espérons qu'il ne pratique le fichage à l'EDF, des clients, comme il le fait à la SNCF!!!
a écrit le 29/12/2012 à 17:59 :
Et pourtant il louche sur le poste depuis longtemps..
a écrit le 29/12/2012 à 12:56 :
Je ne suis candidat à rien, je ne suis pressenti pour rien, je suis bon à rien, comme les coco- socialos
a écrit le 29/12/2012 à 11:58 :
....et la main "sur le coeur !
a écrit le 29/12/2012 à 5:55 :
pour la SNCF il faut commencer par la retraite partir après 42 ans de cotisations comme tout les français fini les privilèges de certain fonctionnaires
Réponse de le 29/12/2012 à 9:53 :
"é1000" ,connaissez-vous le montant total de vos cotisations destinées au système de retraite ? Etant cheminot depuis 32 ans , je vais vous lire ma fiche de paie : cotisations retraite employeur (SNCF) + salarié (moi) = 36,6 % du brut imposable rien que pour la retraite que vous jalousez ! Si un jour vous subissez le chômage , vous serez néanmoins considéré comme cotisant malgré le manque à gagner pour notre modèle social ! Mais vous pouvez toujours postuler à la SNCF non pas pour être fonctionnaire (les cheminots ne sont pas fonctionnaires) mais être ... CONTRACTUEL ! (ils sont de plus en plus nombreux) Quant aux augmentations salariales mirifiques que certains veulent faire croire , l'année 2012 aura signifié + 0,5% à la SNCF (+0,9% en 2011) et la nécessité d'assumer une complémentaire santé comme la majorité des Français et des indemnités de dimanches,fêtes, nuits NON PRISES EN COMPTE POUR LA RETRAITE (contrairement au privé) J'attends vos chiffres "é1000" mais je pense que vos cotisations retraite (employeur+employé) devraient avoisiner les 26,2 % du brut imposable ... La jalousie constitue la violence des faibles ! Je vous invite à assurer votre service le jour de l'an (1er janvier) contre une indemnité horaire de fête s'élevant à 4,44? soit 35,52? BRUT.
Réponse de le 29/12/2012 à 12:00 :
et VLAN !!
Réponse de le 29/12/2012 à 20:28 :
@Bioman: Votre connaissance du secteur privé c'est plus que mince! D'un salarié du privé, le patron paye 80% de charges à l'Etat du salaire que perçoit le salarié, comme charges patronales, le salarié paye autour de 26% de charges salariales. En cas de chômage les trimestres sont comptés, mais, pas de points, 4 ans de chômage 16 trimestres, s'ils tombent dans les derniers 25 ans, c'est, un tiers de retraite en moins....donc mini...!!!!
Réponse de le 29/12/2012 à 21:29 :
@ Hannah: le montant total des charges salariales et patronales est de 82% du salaire net, 28% pour le salarié et 54% du salaire net (42% salaire brut) pour la part patronale. Pour le chômage et la retraite, vous confondez la retraite complémentaire (en points) et la retraite de base (en trimestre) calculée sur les 25 meilleures années et non les 25 dernières. Vos connaissances sont aussi très minces...
Réponse de le 31/12/2012 à 13:41 :
Quelques régimes "sociaux"spéciaux existent encore à la SNCF, à EDF, à l'armée,... On peut chercher à aligner ces régimes sur le régime général, chaque fois que ce dernier est moins coûteux: c'est ce que fait le DRH de la SNCF semble-t-il,... Mais pourquoi ne pas aussi regarder en quoi ces régimes spéciaux ne devraient pas, au contraire, proposer des axes de progrès pour le régime général,...
Réponse de le 31/12/2012 à 22:10 :
Vive dédé 35 et Bioman......
a écrit le 29/12/2012 à 3:59 :
Encore un winner à qui on fait un promotion? A ce rythme, on va avoir une équipe olympique!
Réponse de le 06/01/2015 à 0:48 :
plus vite les Anglais partirons,mieux tout le monde se portera.
a écrit le 28/12/2012 à 21:40 :
Tiens, ce n'est pas ce que dira Hollande en 2017 ? "Je ne suis candidat à rien, je ne suis pressenti pour rien"
Réponse de le 29/12/2012 à 12:02 :
pourquoi faire aujourd'hui, ce que je peux, p-etre accomplir demain? ma foi !
a écrit le 28/12/2012 à 21:31 :
Pourquoi les grandes entreprises publqiues sont elles dirigées par des vieux ?
Réponse de le 29/12/2012 à 12:04 :
bof! peut être, ont -ils de l'expérience? c'est pas dans les vieilles marmites, qu'on fait les meilleures soupes" ?
a écrit le 28/12/2012 à 21:29 :
Je ne suis candidat à rien, je ne suis pressenti pour rien, je suis un bon a rien .Qu'il finisse au moins sa phrase meme si on avait deja tout compris depuis longtemps.
a écrit le 28/12/2012 à 15:37 :
En bon cheminot Guillaume Pepy préfère se la couler douce à la SNCF secteur protégé par un monopole que EDF qui s'est ouvert "un petit peu" à la concurrence où il devra démontré sa capacité de P-dg pas sur que cela lui réussisse lorsque l'on regarde la SNCF dans état pitoyable...
Réponse de le 28/12/2012 à 19:33 :
La Sncf est confrontée elle aussi à la concurrence.
Sur le fret où de nombreux concurrents sont sur le marché, avec des résultats contrastés...
Veolia a meme arrêté son activite ferroviaire.
Les grandes lignes sont aussi ouvertes.
Guillaume Pepy est un bon président qui a reussi à faire de la Sncf une entreprise bénéficiaire, en croissance et qui embauche.
Réponse de le 28/12/2012 à 21:18 :
A "ras le bol"; ce n'est pas la SNCF qui est en mauvais état mais le système ferroviaire Français voire Européen ! La faute a un actionnaire unique qui ne dit pas son nom : l'Etat.Imaginez ce dernier exigeant toujours plus d'investissements (lignes TGV par exemple mais sans apports financiers) et un ABANDON du FRET ferroviaire ! C'est ce qui s'est passé en France ces 30 dernières années.A l'exception de la LGV Atlantique financée à hauteur de 30% sur fonds publics, TOUTES LES AUTRES LIGNES ONT ETE FAITES PAR L'EMPRUNT !!! Cela s'appelle la dette de RFF (demain réunifié avec l'INFRA SNCF) L'ardoise flirte avec les 30 Milliards ?.Le réseau à grande vitesse fait la FIERTE de la maison FRANCE mais ... au prix d'un abandon croissant des transports quotidiens (corail, trains de nuit,Transilien,...) ! Cela rappelle l'époque de "Versailles" où l'opulence voisinait avec le dénuement ! Pour conclure et sans donner d'avis sur le PDG actuel (qui a su "naviguer" pendant les 5 années "Sarko") , rappelons néanmoins que le premier patron de la SNCF est ... l'Etat ! Alors reportez vos critiques à ce dernier ! Quant qualifier le ferroviaire de secteur "protégé" , dois-je rappeler que la concurrence INTERMODALE est quotidienne ! (avion et surtout route).Comme je le rappelle souvent , en Grande Bretagne où le PRIVE ferroviaire est UNIQUE depuis l'anéantissement des British Railways (la SNCF Britannique...) par les ultra-libéraux (M.Tatcher),ces compagnies se sont partagées le "magot" mais SANS SE CONCURRENCER et à des coûts nettement supérieurs à ceux de la France ! Alors , les critiques franco-françaises devraient être pondérées par un regard un peu moins étroit et surtout plus ... Européen !
a écrit le 28/12/2012 à 14:39 :
la sncf est dans un état catastrophique...et on est en train de nous refaire l histoire de descoing avec ce manager catastrophique."interdit de parler de lui négativement"
qui prend le rer ou le tgv? une catastrophe

on espère juste qu il ne sniffe pas a
a écrit le 28/12/2012 à 13:59 :
Ce gouvernement est émotionnel dans tout ce qu'il touche. Les décisions sont irrationnelles et ses intentions relèvent de la prière républicaine, des stigmates, de la morale sociale patriotique.
Après les drames de Doux, Peugeot, Florange, Depardieu, pigeons, voici le drame de Proglio.
a écrit le 28/12/2012 à 13:40 :
je ne suis candidat à rien parce que je ne suis pas bon à grand chose
Réponse de le 29/12/2012 à 12:11 :
en attendant, j'ai d'excellents émoluments

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :