Clap de fin pour Petroplus, les deux derniers candidats ont été rejetés

 |   |  299  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le tribunal de Commerce de Rouen a rejeté les deux offres de reprise de la raffinerie Petroplus de Petit-Couronne. Le gouvernement "prend acte"

Toujours pas de repreneur pour Petroplus. Les deux entreprises encore en lice se sont vues signifier le rejet de leur candidature par le tribunal de commerce de Rouen. Le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg et Michel Sapin ont signifié dans un communiqué qu'ils avaient pris note de cette décision.

Le gouvernement "prend acte" de cette décision, ont indiqué dans un communiqué les ministres du Redressement productif Arnaud Montebourg et de l'Emploi Michel Sapin, en promettant d'oeuvrer au reclassement des salariés. Assurant avoir mobilisé "tous les moyens possibles" pour trouver un repreneur potentiel, ils estiment que "rien n'aurait été pire qu'une solution précaire qui aurait finalement nui aux salariés et à leurs familles".

"Les repreneurs n'ont pas été en mesure de lever l'ensemble des ambiguïtés"

La société panaméenne NetOil candidate et l'entreprise libyenne Murzuq Oil étaient les dernières sur les rangs pour reprendre la raffinerie normande. "Malheureusement, les repreneurs n'ont pas été en mesure de lever l'ensemble des ambiguïtés, l'ensemble des doutes qui résidaient dans leurs offres. En conséquence, le tribunal n'a pu que rejeter les offres qui nous étaient présentées aujourd'hui", a indiqué Me Jean-Marie Valentin, l'avocat du comité d'entreprise à la sortir de l'audience ce mardi. De son côté, le député socialiste de Seine-Maritime a regretté que les repreneurs n'aient pas su "apporter les garanties" nécessaires pour cette reprise.

Abandon d'un candidat égyptien

Le site, qui compte 470 salariés, a déposé le bilan en janvier 2012. Sa liquidation avait été prononcée en octobre par le tribunal de commerce de Rouen qui avait toutefois autorisé la poursuite de l'activité jusqu'au 16 avril. Un ultime délai après 18 mois de rebondissements, qui n'aura toutefois pas suffi à sauver le site de Petit-Couronne.

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/04/2013 à 21:48 :
il faut envoyer un faire part à A Montebourg

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :