13,8% : la réduction des émissions de CO2 des ménages français en 30 ans

 |   |  667  mots
DR
DR
Entre 1980 et 2010, les émissions de gaz à effet de serre des ménages français ont baissé de 0,4 tonnes d'équivalent CO2 par personne, selon l'Insee. Une évolution qui s'explique surtout par l'utilisation plus fréquente de sources d'énergie qui produisent moins de ces gaz en partie responsables du réchauffement climatique.

Un léger mieux. En trente ans, les ménages français ont globalement réduit leurs émissions de gaz à effet de serre. A la fin des années 2000, ils émettaient 2,5 tonnes d'équivalent CO2 par personne contre 2,9 tonnes au début des années 1980, selon une étude de l'Insee publiée ce 26 avril. Cela correspond donc à une réduction de 13,8%. Globalement, en tenant compte l'accroissement de la population, les émissions totales des ménages français se réduisent très légèrement, passant de 161 millions à 159 millions de tonnes.

Des logements qui polluent moins

Principale explication de cette évolution : les logements émettent un peu moins de gaz à effet de serre (GES). L'utilisation du charbon, qui représentait 14% des émissions au début des années 1980 a quasiment disparu pour ne représenter que 1% dans les années 2000. De même, l'utilisation du fioul a reculé au profit du gaz naturel. Or, ces combustibles sont également les moins économes en GES par rapport à la quantité d'énergie qu'ils produisent. Le charbon par exemple en émet 0,37 tonnes par mégawatt/heure (MWh) contre 0,23 tonnes/MWh pour le gaz naturel. Le bois utilisé comme combustible, considéré comme neutre du point de vue des émissions parce qu'il consomme du CO2 pendant la croissance de l'arbre dont il provient, est de plus en plus utilisé. A noter : ces chiffres représentent des émissions globales. Sont donc prises en compte non seulement les émissions produites lors de la combustion mais aussi toutes celles liées à la production du combustible (extraction et acheminement).

Pas d'amélioration dans les transports

En revanche, les émissions liées au transport individuel ont progressé, "du fait notamment de l'accroissement du parc automobile", selon l'Insee. Elles passent de 1,2 à 1,3 tonnes équivalent CO2. L'essor du gazole, relativement moins émetteur de GES explique en partie que les émissions liées au transport individuel n'aient pas explosé. Quoi qu'il en soit, entre transport et logement, les rapports se sont inversés. Au début des années 1980, le logement était le premier responsable des GES. C'est désormais le transport qui pèse le plus lourd (53% contre 47%). Voir graphique ci-dessous.

 

A noter : cette étude a volontairement choisi de ne pas prendre en compte les émissions liées aux transports publics, ni celles générées par la production d'électricité. Cette dernière catégorie ne représenterait que 10% du total des émissions de gaz à effet de serre provenant des ménages.

1 degré de moins = 1,8% d'émissions en plus

Du côté des causes de ces émissions, l'institut de statistiques pointe l'absence de corrélation entre l'évolution des émissions de GES et celle du produit intérieur brut, que ce soit à court ou à long terme. Ainsi, le PIB a crû de plus de 60 % en volume en trente ans, tandis que les émissions de GES générées par les ménages sont restées quasi stables. En revanche, l'Insee ne le mentionne pas, mais il existe un lien entre PIB et production de GES par les entreprises. Ces dernières ne faisaient pas l'objet de cette étude.

Ce qui influence la production de gaz à effet de serre par les ménages, c'est, en toute logique, le climat. "Une baisse de 1 °C en moyenne sur un trimestre entraîne une hausse de 1,8 % des émissions" et un centimètre de pluie, une hausse de 0,6% des émissions, indiquent les auteurs de cette étude. Par contre, le prix n'a pas d'influence à court terme. En effet, ce n'est pas parce que le fioul coûte plus cher d'un mois sur l'autre que les ménages vont changer rapidement de mode de chauffage. Dans les transports toutefois, les causes diffèrent : le prix du carburant peut pousser les émissions vers le bas. De même, une météo peu clémente réduit le nombre de déplacements.

Enfin, à titre de comparaison, les habitants de l'Europe de l'Ouest émettent 8,28 tonnes de CO2, selon des chiffres cités par l'Ademe (voir graphique ci-dessous).

Les émissions de CO2 par habitant dans le monde

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/04/2013 à 12:52 :
étude intéressante et on pourrait dire aussi que dans la meme période , le chômage a quadruplé , les taxes et impôts aussi , si c'est pour lutter contre le réchauffement climatique , ben les français paient très lourd cette politique là , alors que d'autres polluent peut-être mais sont moins saignés a blanc ..
a écrit le 29/04/2013 à 16:05 :
Merci Fessenheim et ses petites soeurs... et les millions de barils de petrole evites, ou magatonnes de charbon non brulees.

C'est vrai que nous allons bientot nous chauffer au vent...
a écrit le 26/04/2013 à 11:39 :
Les ménages produisent moins de CO2 pour leur chauffage, parce qu'il fait moins froid. Est-ce une bonne nouvelle?
a écrit le 26/04/2013 à 10:52 :
Rassurez vous, ca va remonter, puisqu'on veut moins de diesel et plus d'essence !
a écrit le 26/04/2013 à 10:23 :
Le CO2 n'est pas un polluant. C'est un gaz a effet de serre.
Quid des données sur les émissions de particules ? de NO2 ? ....
Quand les journalistes comprendront-ils que nous avons compris que polluants tuent ...localement. Alors que tout est focalisé sur le CO2 qui a impact global.
a écrit le 26/04/2013 à 8:29 :
Il n'y a aucune preuve de réchauffement climatique à cause du CO2, c'est meme le contraire, la température mondiale baisse, tout cela c'est de l'enfumage pour que des organismes comme le Gierc vive grassement avec l'argent du contribuable, c'est une escroquerie.
Réponse de le 26/04/2013 à 15:54 :
Pouvez-vous citer une étude scientifique mondiale qui atteste du refroidissement du climat ?
Réponse de le 26/04/2013 à 16:35 :
Pouvez vous citer une étude prouvant qu'il y a réchauffement lié à notre production de carbone? Je veux dire une étude où les modèles ne sont pas biaisés, dont les références ne sont pas triées, dont les séries initiales sont publiques et non manipulées, une étude scientifique en somme?
a écrit le 26/04/2013 à 8:25 :
C'est encore le genre de statistiques qui prend juste en compte les données qui sont intéressantes pour arriver à la conclusion qui a été décidé avant de commencer l'étude.
a écrit le 26/04/2013 à 8:02 :
Chut ! il faut laisser croire au changement climatique pour justifier une taxe sur l'énergie(la défunte taxe carbone)destinée à financer les retraites.
a écrit le 26/04/2013 à 7:42 :
Le CO2 n'est pas un polluant. Le CO2 est nécessaire à la vie sur terre, à la croissance des plantes. Les émissions humaines sont ridicules par rapport au CO2 naturellement présent dans l'atmosphère. Les températures ne montent plus depuis 15 ans tandis que les émissions humaines n'ont jamais été aussi élevées, à la suite du développement de la Chine, de l'Inde et du Brésil ces deux dernières décennies. Les journalistes doivent cesser de se mentir et de mentir aux Français avec le CO2.
Réponse de le 26/04/2013 à 17:48 :
Les émissions endogènes atteignent environ 30% des naturelles, pas négligeable.Quant aux températures qui ne montent plus depuis 15 ans, vous lisez trop Allègre...Vous vivez retiré du monde ou quoi?
Réponse de le 29/04/2013 à 16:53 :
Je ne comprends pas... J avais fait le test de N. Hulot pour savoir si je polluais beaucoup et a partir du moment ou je prenais l avion, j etais un veritable danger pour la planete. Les menages francais voyageraient ils moins depuis 30 ans? J en doute...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :