Arnaud Montebourg lorgne déjà la "rente" du gaz de schiste... en cas d'exploitation

 |  | 367 mots
Lecture 2 min.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : AFP)
Pour le ministre du Redressement Productif, l'exploitation du gaz de schiste doit être réservée à une société publique. Sa "rente" doit servir à financer "la mutation écologique".

Pour Arnaud Montebourg, si exploitation des gaz de schiste il y a, elle doit être confiée à une compagnie nationale publique. Le ministre du Redressement productif souhaite que les revenus tirés de l'exploitation de cet hydrocarbure finance "la mutation écologique". Il s'est ainsi exprimé lors d'une audition de l'Assemblée nationale mardi, avant que son cabinet ne confirme ces déclarations à l'AFP ce mercredi.

"Pour capter la rente, et là c'est une position tout à fait personnelle qui n'engage pas le gouvernement, c'est une idée (...), c'est que nous puissions avoir une compagnie publique et nationale exploitant les gaz de schiste, et captant la rente, la partageant avec les territoires, permettant d'affecter les industries au plus près, leur diminuant le prix de l'énergie et assurant le financement de la mutation énergétique du reste du pays, et notamment nous libérant des hydrocarbures", a ainsi déclaré Arnaud Montebourg.

L'interdiction reste de vigueur

Mais le cabinet du ministre du Redressement productif a tenu à préciser que pour l'instant, "le cadre fixé par le président de la République est de dire qu'il n'y aura pas de fracturation hydraulique". De son côté, Arnaud Montebourg n'exclut pas le développement d'une nouvelle technologie qui s'affranchirait de cette méthode jugée trop polluante. "Je pense qu'on arrivera avec la technologie dans très peu de temps au gaz de schiste écologique. Où il n'y a pas de pollution", a-t-il déclaré. Ce n'est pas la première fois qu'Arnaud Montebourg évoque le gaz de schiste. Ses prises de positions avaient d'ailleurs occasionné un litige avec l'ex-ministre de l'environnement, Delphine Batho.

Manque de données précises...

De plus en plus de voix réclament un assouplissement de la position du gouvernement concernant les hydrocarbures de schiste afin de profiter de cette manne à l'image des Etats-Unis. Ce pays pourrait ainsi devenir l'un des premiers producteurs d'hydrocarbures au monde à horizon 2020. Il n'en reste pas moins qu'aucune étude n'a pu établir de manière scientifique les réserves réelles des sous-sols français en gaz ou pétrole de schiste. Récemment, un institut a revu à la baisse (-24%) ses estimations des réserves potentielles françaises... 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/07/2013 à 13:34 :
Colbert fait a nouveau sa crise !
a écrit le 12/07/2013 à 11:04 :
Peut-on en France utiliser la manne des gaz de schistes pour financer les investissements d'économies d'énergie et le développement des énergies renouvelables ?
Dans le cas contraire, comment les finance-t-on ?
Par l'augmentation de la dette ?
La France a-t-elle aujourd'hui les moyens de se passer totalement des gaz de schistes ?
IL faut savoir que la France importe tous les ans 50 milliards de m3 de gaz.
Les réserves sont estimées à 3900 milliards de m3.
a écrit le 12/07/2013 à 8:25 :
La Roumanie autorise le groupe pétrolier Chevron à pratiquer des forages d'exploration de gaz de schiste dans trois zones de l'est de la Roumanie.
L'Agence américaine d'information sur l'énergie (EIA) estime que la Roumanie et ses voisins bulgares et hongrois pourraient avoir au total 538 milliards de mètres cubes de réserves de gaz, ce qui suffirait à couvrir tous les besoins de la Roumanie pendant près de 40 ans.
a écrit le 11/07/2013 à 15:12 :
Bref, Mr Montebourg produit beaucoup de gaz de schismes.
a écrit le 11/07/2013 à 15:10 :
calmez vous les blogueurs: dans Les Echos de ce-jour on lit " que le ministre Ph.Martin " est
contre les propos de la langue facile du gouvernement : Montebourg. Voila que ça recommence
avec la bagarre chez le cirque Hollande & Co.
a écrit le 11/07/2013 à 14:34 :
avec tous les dégâts provoqués par l'extraction du gaz de schiste aux USA, pollution des nappes phréatiques, les poissons ont les branchies qui fondent à cause des 900 produits chimiques utilisés par l'industrie du gaz de schiste ! les gens qui habitent à proximité ,meurent du cancer , les enfants ont de l'asthme, les maisons sont invendables,
les paysages, la faune et la flore détruits, c'est effarant la puissance des lobbys pour nier l'impact sur l'environnement !
Réponse de le 12/07/2013 à 15:42 :
Oui, tout à fait d'accord, on ne parle pas assez des 4 millions de morts causés par l'exploitation des gaz de schiste aux USA cette année. Et ces dégâts sur l'environnement qui interdisent l'accès au quart de la surface du pays.
a écrit le 11/07/2013 à 12:58 :
A de Montenbourg : et mettre ses copains socialistes à la tete de cette organisme, comme ça il n'y aura de rente que pour les socialo-capitalistes de gauche.....
Réponse de le 11/07/2013 à 13:51 :
+1
a écrit le 11/07/2013 à 12:58 :
Tant qu'on en sera à la fracturation hydraulique, il n'y aura pas d'exploitation du gaz de schiste en France, çà ne serait pas rentable ; il suffit de compter le nombre de camions nécessaires pour l'exploitation d'un seul puits, de multiplier par le prix du gasoil pour s'en rendre compte ! Quand à l'exploitation par une méthode révolutionnaire non polluante, ... je rappelle qu'on attend toujours celle espérée depuis les années soixante pour faire "disparaitre" les déchets nucléaires de façon totalement propre.
Réponse de le 11/07/2013 à 14:08 :
Idem pour les eaux usées. Manger trop de cassoulet (entre autre) nuit à l'environnement. Arrêtons de déposer lâchement nos étrons!
a écrit le 11/07/2013 à 12:12 :
En ch?ur avec les verts du Gvt. Il est des noootres, il a manger son chapeau comme nous autres...
a écrit le 11/07/2013 à 12:04 :
Green Cross france et Territoires et son directeur exécutif Nicolas Imbert réagissent aux déclarations de Montebourg en publiant un article qui montre que l'exploitation des gaz de schiste ne peut pas financer la transition énergétique. A lire ici : http://gcft.fr/WP/les-gaz-de-schiste-ne-peuvent-pas-financer-la-transition-energetique/
a écrit le 11/07/2013 à 12:01 :
Il ne dit pas n'importe quoi mais, mais, mais... l'industrie publique en charge de l'exploitation sera financé par le contribuable et nous aurons du gaz à bon prix. Puis, parce que l'UE imposera la concurrence obligatoire dans ce domaine, elle sera privatisé pour trois fois rien. Les Français ont été spolié de toutes "LEURS" entreprises national, et jamais la concurrence dans les domaine de l?énergie, le transport etc n'a fait baisser les prix.C'est l'argument employé pour nous voler os richesse. Il est urgent de nationaliser les secteur clé de notre économie, d'instauré les monopole et de reprendre notre avenir en main. Un pays qui n'est pas propriétaire de son secteur énergétique, télécoms et transport n'est pas un pays souverain!
Réponse de le 11/07/2013 à 12:57 :
N'importe quoi. Aux USA tout est privé. C'est pas un pays souverain ?
a écrit le 11/07/2013 à 11:54 :
En France, 90% du gaz naturel est utilisé dans le chauffage résidentiel, tertiaire et industriel. 36 millions de TEP (tonne équivalent pétrole) sur un total de 40 millions. Le reste est utilisé pour produire de l'électricité. Le chauffage résidentiel-tertiaire (donc l'eau chaude sanitaire) utilise 50% du gaz naturel. Avec l'isolation, les pompes à chaleur sur eaux usées, le chauffage solaire (certaines technologies permettent d'atteindre 250 C°) et les chaudières biomasses, la France peut massivement réduire sa consommation de gaz naturel, ceci jusqu'à la fin des temps.
a écrit le 11/07/2013 à 11:52 :
très drôle : après EDF (et le monopole nucléaire non polluant comme chacun sait) largement privatisée, ELF (Essence et Lubrifiants de France), TOTALement privatisée... voici SDF (Schiste De France, non polluantes bien entendu) 100% publique qui fera la fortune de l'Etat pour le financement de la transition énergétique (comme personne n'en doute)
Réponse de le 11/07/2013 à 14:47 :
Je me demandais, quand le gaz ne sortira plus, pourquoi ne pas enterrer les dettes du pays dans ces puits ? Du pur recyclage vertueux. :-)
Ils sont aveuglés par les USA, mais si l'exploitation donne un produit plus cher que celui du marché, que préconisent-ils ? Conserver SDF public ?
Les gens sont vraiment pressés, l'Angleterre, l'Allemagne (& Pologne) vont servir de cobayes pour voir en vraie grandeur les tenants et aboutissants. Un labo réel, ça sera passionnant.
a écrit le 11/07/2013 à 11:40 :
Les verts et les roses c'est l'alliance de la carpe et du lapin.S'allier pour etre élu est antinomique avec les divergences: trouver à tout prix des nouveaux marchés et de nouvelles sources d'énergie pour la survie économique de la maison France dont les roses ont les clés, et vivre d'amour et d'eau fraiche en gambadant nus dans la fraiche rosée du matin. Voilà deux programmes sympas pour gouverner...
a écrit le 11/07/2013 à 11:24 :
2 poids, 2 mesures, ou lui aussi va être viré demain? Il est comme Batho... mais en pire.
a écrit le 11/07/2013 à 11:16 :
Et alors ? et alors ? Et.. et.. Zozo est arrivé, sans se presser ,le grand Zozo ,le beau Zozo avec son gaz de schiste et ses grands derricks ! Creuser ,polluer, trouer les beaux paysages français et ce que nous gagnerons d'un côté nous le perdrons en recettes touristiques ! Sans compter les conséquences imprévisibles des forages : le village de Lochwiller par exemple où par suite de géothermie les maisons se fissurent les unes après les autres !!!
a écrit le 11/07/2013 à 11:00 :
Les énormes dégâts que l'exploitation du gaz de schiste occasionera à l'environnement sera compensé, pour la lutte contre les atteintes à l'environnement, par les bénéfices de celle-ci. Ce serait pas plus simple de laisser le gaz là où il est. Et d'éviter de nouvelles atteintes à l'environnement. Si on doit tous finir par boire de l'eau en bouteille, je ne sais pas où sera le gain.
Réponse de le 11/07/2013 à 11:19 :
l'eau en bouteilles n'est pas la panacée non plus d'après des analyses! on prend peur ......
Réponse de le 11/07/2013 à 13:01 :
Et l'eau des bouteilles vient d'où ? vous croyez que la pollution s'arrêtera en limite de propriété parce qu'il s'agira d'une zone protégée pour l'exploitation de l'eau de source ?? C'est comme le nuage de Tchernobyl il s'est arrêté à la frontière c'est bien connu....
a écrit le 11/07/2013 à 10:48 :
Symptôme Batho ? Labsus ? Ouverture des yeux ? Peu importe .
Pour une fois que ce garçon ne dit pas n'importe quoi , on ferait bien de s'intéresser à son propos . Commençons dès maintenant l'exploitation du gaz de schiste , même par fracturation hydraulique ,
et développons la recherche pour un autre mode d'exploitation par financement privé sou contrôle technique d'une Agence d'Etat existante .
a écrit le 11/07/2013 à 10:43 :
Vraiment trop drôle ce type : encore une "usine à gaz" publique avec des rentiers du service "public" à sa tête : faillite assurée.
a écrit le 11/07/2013 à 10:34 :
Il faut investir massivement dans la recherche avant de chercher à exploiter le gaz d schiste. Il ne faut pas dire "non, jamais" ou alors dans quelques années, on achètera ce gaz à nos voisin (comme l'Allemagne qui vien d'ouvrir une brèche sur son exploitation). La logique toute française est toujours de dire non et après on importe et il est trop tard pour rattrapper le retard. Il faut être réaliste: nous aurons encore besoin d'hydrocarbures pour assurer nos besoins en énergie. les énergies renouvelables ne peuvent être qu'un complément. Le charbon est une énergie vraiment polluante et nous n'avons pas de pétrôle. Nous sommes en pèriode de crise donc nos besoins en énergie sont moindres. Mais, on espère une reprise et qui dit reprise dit augmentation des besoins en énergie. Seulement pour le recherche, on a besoin des investisseurs privés, l'état ne pouvant assumer seul. Après ça difficile de dire que l'état en sera le seul bénéficiaire.
Réponse de le 11/07/2013 à 11:01 :
Si le charbon est une énergie vraiment polluante, que doit-on dire du gaz de schiste ? Vraiment, vraiment, vraiment, vraiment polluante ???
Réponse de le 11/07/2013 à 13:20 :
Vos propos sont de bon sens dans un débat qui en manque singulièrement. Avec quelques remarques.1°) On peut faire toutes les expériences de labo, rien ne peut remplacer les tests in-situ, il faudra donc avoir des garanties raisonnables quant aux conditions de fracturation et aux produits utilisés. 2°) le but n'est évidemment pas d'augmenter la part d?énergie fossile consommée en France mais ne substituer aux importations (55 milliards, 90% du déficit commercial) un gaz (et huile) produite localement pour échapper aux mains crochues de l'URSS et de l'OPEP. 3°) Les énergies non conventionnelles ne sont pas durables mais elles pourraient permettre de faciliter la transition énergétique vers des ressources perennes. 4°) les investissements à réaliser pour exploiter les gaz et huiles de schistes se chiffrent en milliards. L'industrie pétrolière est prête à en assumer les risques, tout ce qu'elle demande c'est qu'on leur laisse la possibilité d'explorer et d'estimer les réserves autrement que sur des coins de table et des analogues douteux. 5°) La France est entrain de rater l'occasion de développer un savoir faire, comme elle a raté le développement éolien, le photovoltaïque et bien d'autres choses.
Réponse de le 11/07/2013 à 16:36 :
@@nadia, réponses à vos points : 1. D'autres pays ont déjà testé in-situ, conclusion : les industriels ne sont pas en mesure de garantir quoi que ce soit. 2. Essayez d'imaginer le niveau de production nécessaire pour satisfaire notre consommation. Il faudra au moins 10 ans pour le faire et nous n'avons actuellement aucune idée des "réserves" de gaz présentes sous nos sols. 3. Votre emploi du conditionnel est on ne peut plus approprié. Il n'y a pas de pays/groupe cherchant une énergie pérenne, uniquement des énergies consommables pour lesquelles ses utilisateurs doivent leur assurer une rente. 4. L'industrie pétrolière n'est pas prête à assumer les dégâts environnementaux générés (les exemples ne manquent pas) donc hors de question de leur laisser carte blanche. 5. Les résultats de vos exemples de l'éolien et du photovoltaïque parlent pour eux mêmes. Si le gaz de schiste est de la même veine on devrait donc éviter d'y toucher.
a écrit le 11/07/2013 à 10:23 :
dans quasiment tous les pays petrolier, la manne va a une elite corrompue et la population elle n a droit qu aux effets negatifs. L exemple caricatural est le nigeria mais c est pas le seul: l algerie, l angola ...
Pire, la manne petroliere incite les gens a ne pas innover mais a tout attendre de l etat. regardez les pays du golfe qui ont une fortune . Qu en font ils ? des universites, des prix nobles ? non, des mosquees, des centres commerciaux (ex DUbai) des achat d armes, de club de foot (ex PSG) ... quand tout sera depense, il seront aussi pauvre qu avant
Réponse de le 11/07/2013 à 10:32 :
ils n'investissent pas, à part dans des gabegies, ou presque! ça leur fera les pieds !!
a écrit le 11/07/2013 à 9:03 :
L'exploitation du gaz de schiste en France, au delà des aspects écologiques, ne réduirait en rien la facture du gaz pour les consommateurs . Elle aurait aussi comme conséquence une augmentation du prix de l'eau... Aux USA le prix du gaz a été divisé par 2 pour les américains et les entreprises, en France la rente du gaz de schiste engraisserait encore les politiques et leurs privilèges gaz de schiste non merci aucun avantage!!!
Réponse de le 11/07/2013 à 9:48 :
+1. Aux US, le gaz de schiste est déjà une bulle financière qui est en train de dégonfler. Sans compter les dégats hallucinants pour l'environnement.
a écrit le 11/07/2013 à 8:17 :
Rien à attendre pour La France : des ressources en plus dans ce pays, c'est toujours plus de dépenses publiques.
Réponse de le 11/07/2013 à 10:39 :
exact, de toute façon quoi que l'on fasse, quoi que l'on "économise", il n'y en aura jamais assez!! trop avides , tous !!
a écrit le 11/07/2013 à 7:59 :
La rente du gaz de schiste,c'est ce que disait M.Boiteux en parlant de la rente nucléaire.Mais les Français ne sont pas assez intelligents pour comprendre!Qui veut en débattre?
a écrit le 11/07/2013 à 7:44 :
Quand on voit le mal que ce type a fait a la France...
Comfiez lui qqchose il la ruine en un rien de temps.
a écrit le 11/07/2013 à 6:59 :
Ah ce qu'il est génial! Vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tue... Moi aussi je fais les plans de ma super villa luxueuse sur la cote pour utiliser mes super revenus futurs...
a écrit le 10/07/2013 à 23:54 :
Encore une societe publique...Du grand n importe quoi. C'est demontre depuis longtemps que des que l'on confie quelque chose au public en France ca fonctionne mal ou ce n'est pas rentable. Il suffit de confier au prive et de prelever une taxe, ca ca fonctionne.

Si Free n'etait pas arrive, on en serait encore a payer nos abonnements Internet a 60E/mois avec F Telecom...
Réponse de le 11/07/2013 à 4:52 :
du grand n'importe quoi. Il suffisait de regarder le reportage diffusé sur ARTE pour comprendre que les entreprises privées font ce qu'elles veulent : faire de l'argent sur le dos des habitants des zones concernées en polluant l'environnement et sacrifier ainsi la faune et la flore. L'exploitation écologique : encore une invention française comme l'avion renifleur pour rechercher du pétrole. Les hommes sont prêts à tout pour satisfaire des petits besoins présents sans penser à l'avenir , aux générations futures.
Réponse de le 11/07/2013 à 10:21 :
Sus au privé ? Mais il suffit de lire les nombreux rapports de la Cour des Comptes pour se rendre compte de la gabegie des entreprise publiques. Les déficits du public sont payés par nos impôts. Ceux du privé par les actionnaires. Et de plus, qui dit privé dit concurrence. Alors, vive le privé, n'en déplaise à Arte !
Réponse de le 11/07/2013 à 10:22 :
C'est le rôle de l'Etat de contrôler les activités des entreprises privées.
Réponse de le 11/07/2013 à 10:36 :
vous avez ENTIEREMENT raison + UN !
Réponse de le 11/07/2013 à 11:13 :
a trop drôle , le privé meilleur que le public , la dette publique française est a 94% et la dette privée du pays vous la connaissez ? , dette des entreprises et des ménages , hum?? , c'est du 120% c'est cette meme dette privée qui en 2008 avec des supprimes a la noix qui a engendré la crise on l'on est , heureusement qu'il y'a eu des fonds publics pour sauver les banques , sinon beaucoup d'entreprises auraient fait faillites avec l'effondrement des banques et le nombre de familles moyennes devenant SDF comme en 1932 aurait été hallucinant , en matière de gabegie le genre humain est impayable
a écrit le 10/07/2013 à 20:57 :
Moi je peux vous dire que Mr Montbourg ne sera plus là pour parler de quoi que ce soit dans quelques mois ....Et bonne vacances à tous!
Réponse de le 11/07/2013 à 13:08 :
+1 !
a écrit le 10/07/2013 à 20:56 :
Habitant le Nord pas de Calais, nos anciens ont bénéficié de la "rente" charbon mais au prix de nombreux sacrifices .Plusieurs décennies de production voire générations et puis après ? Notre région ne sait jamais relevée de la fin des gisements de charbon .Si certains politiques veulent nous faire croire que l'histoire peut se réécrire ,les dégâts environnementaux en plus ... NON MERCI ! Le pragmatisme voudrait que la 3 ème révolution industrielle se mette en route mais sans compromettre les générations actuelles et à venir !
Réponse de le 10/07/2013 à 21:39 :
Le NPC a un potentiel énorme en gaz de houille, qui est exploitable sans fracturation. Il suffit de forer aux bons endroits.
a écrit le 10/07/2013 à 20:36 :
Le gouvernement cherche partout des recettes pour payer ses fonctionnaires qui ne sont pas une variable d'ajustement. Mais leurs moyens matériels sont tellement diminué du fait des coupes budgétaires qu'il ne peuvent plus remplir leurs missions. L'état socialiste, à travers l'office national des forêts, casse les prix de l'énergie sur le bois de nos forêts surexploitées. Il est prêt à facturer le pays pour quelques quelques milliards m3 de gaz. Tout cela annonce une nouvelle affaire du genre escroquerie en bande organisée.
Réponse de le 10/07/2013 à 21:03 :
De toute manière cette société publique deviendra vite non rentable
Réponse de le 10/07/2013 à 21:27 :
Surtout si elle est gérée comme l'UMP !!!!!!!!
Réponse de le 11/07/2013 à 0:40 :
...il reste la filière "gaz des fonctionnaires"... C'est quand même une réserve inusable : plus de cinq millions... :-)
a écrit le 10/07/2013 à 20:34 :
Mr Montebourg devrait apprendre par c?ur la liste des produits chimiques que l'on retrouvera dans la nature. L'eau potable sera plus chère que le gaz.
Il ferait mieux d'attendre de voir comment les USA vont détruire leurs réseaux hydrologiques par l?appât du gain à court terme.
Réponse de le 10/07/2013 à 22:07 :
L'ennui de sa logique est que si une méthode alternative existe, ça sera un industriel qui l'aura mise au point, et la proposera comme moyen d'éviter le massage, non, la fracturation hydraulique. Il y aurait tellement d'argent à se faire s'il y avait des ressources disponibles. Avoir une méthode efficace non interdite et la garder pour soi, quelle idée !!
Tout ça pour trouver une ressource vertueuse pour les finances de l'Etat et pouvoir faire une transition énergétique gratuite.
On a peut-être de vieilles mines d'or à remettre en route, d'autres à mettre en place, avant que le cours ne chute trop.
a écrit le 10/07/2013 à 20:03 :
M Montebourg se distingue prét a touts avec sa petite calculatrice car il s?agit que d?appuyer sur X pour fantasmer, avec des chiffres quitte a détruire écologiquement notre beaux pays, félicitation



Réponse de le 10/07/2013 à 20:56 :
montebourde n'a toujours pas pris conscience de l'importance du poste qu'il encombre... Il est toujours en train de faire campagne pour montrer qu'il est bien "à gauche toutes" au sein du PS, plutôt que de s'occuper sérieusement des affaires industrielles...
Réponse de le 10/07/2013 à 20:58 :
Ce type est parfaitement indécrottable : il ne pense qu'à sa prochaine élection (comme beaucoup) et il est prêt à toute mesure néfaste et démagogique : un vrai socialiste comme on en fait peu !
a écrit le 10/07/2013 à 19:38 :
De toute façon, on y viendra au gaz de schiste.
J'espere avec des méthodes pas polluante, mais on y viendra.
Avec l'actuelle augmentation des charges salariales, et la concurrence des faibles couts énergétiques de pays comme les usa ou on les exploites, un transfert des charges sera nesecaire, et on nous prouvera, a grand cout d'augmentation de l'énergie par edf, qu'il le faut.
Petit a petit, l'opinion publique dont le porte-monnaie sera touche changera de sens.
Et on y viendra.
Réponse de le 10/07/2013 à 19:52 :
Pour cela il faudrait qu'on évite toutes les merdes démontrées ailleurs. Pollution par les saletés injectées (référence USA), glissement et effondrements de terrain (référence UK), couts des transports (référence partout), sans oublier la cerise sur le gâteau, on n'est absolument pas sur des volumes a exploiter, comme la Pologne vient d'en faire les frais... Ca fait vraiment beaucoup de conditions pas remplies pour avancer... Mais pourquoi pas
Réponse de le 10/07/2013 à 21:01 :
Un ami de GDF Suez me disait que les techniques étaient prêtes pour certain types d'extractions mais trop couteuses .. Il me proposait une bonne dizaine d'années avant d?être réellement fiable. Moi je peux vous dire que si c'est pour avoir froid l'été ou chaud l'hiver ; c'est stupide d'extraire de nouvelles sources d'énergies . A moins d'en vouloir à nos descendants?
a écrit le 10/07/2013 à 19:09 :
J'aime bien les idées de M Montebourg qui sont si... rafraichissantes. Celle-ci vient de faire gondoler de rire toute la communauté des pétroliers. De combien de milliards d'euros dispose donc monsieur Montebourg pour sa grande idée, sachant que ça pourrait se faire à fonds perdus?
Réponse de le 10/07/2013 à 20:39 :
Et si au lieu d'inventer une nouvelle usine a gaz, il pourrait éventuellement ouvrir les yeux et constater simplement qu'il existe déjà une TIPP/TIC dont le montant devrait depuis des décennies déjà être l'outil de financement de la transition énergétique ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :