Total décroche un contrat pour extraire du gaz naturel au sud de l'Argentine

 |   |  446  mots
Total détient détient 37,5% des parts du consortium qui exploitera un gisement à 5,5 kms en profondeur en Terre de feu.
Total détient détient 37,5% des parts du consortium qui exploitera un gisement à 5,5 kms en profondeur en Terre de feu. (Crédits : Bloomberg)
La compagnie pétrolière française fait partie d'un consortium, formé avec l'allemand Wintershall et l'anglo-argentin Pan American Energy, qui vient d'obtenir l'autorisation d'extraire du gaz naturel situé en Terre de feu. L'investissement s'élèverait à 1,8 milliard de dollars.

L'Amérique du Sud est décidément un territoire de développement stratégique pour Total. Après l'annonce de l'attribution du plus grand gisement pétrolier brésilien au consortium formé par le Brésilien Pétrobras (40%), Shell et Total (20% chacun) et les chinois CNPC et CNOOC (10% chacun), Total a officialisé mercredi son projet d'exploitation de gaz naturel dans le sud de l'Argentine.

Un investissement estimé à 1,8 milliards de dollars

Le gisement offshore (sous-marin) de gaz naturel est situé en Terre de Feu. Le français détient 37,5% des parts du consortium et aura cette fois pour alliés l'allemand Wintershall (37,5%) et l'anglo-argentin Pan American Energy (25%). Ils exploiteront ensemble un gisement situé à 5,5 kilomètres en profondeur, dans le domaine Pleyade Vega, a précisé mercredi celui qui dirige ce projet, Javier Rielo, lors d'une intervention télévisée. Le montant de l'investissement n'a pas été officiellement dévoilé, il est estimé à 1,8 milliard de dollars par plusieurs médias argentins. Dans un premier temps, le gisement Vega Pléyade aura une production de 6 millions de m3/jour puis la production atteindra dix millions de m3/j.

Total opère depuis 1978 en Argentine et assure 30% de la production de gaz naturel du pays. La société continuera d'occuper une place importante dans l'approvisionnement en gaz comme l'a expliqué Ladislas Paszkiewicz, directeur exploration-production de Total sur le continent américain : "Dans un contexte de croissance, de la demande d'énergie en Argentine, ce nouveau développement confirme l'engagement du groupe à contribuer à l'approvisionnement en gaz du pays à long terme".

Le gaz de schiste en ligne de mire

Ce feu vert du gouvernement argentin pour cette exploitation intervient alors que l'Argentine essai de combler ce que Miguel Galuccio, PDG de la compagnie pétrolière YPF nationalisée en 2012, appelle un "sérieux" déficit énergétique, qui a atteint 5,4 milliards de dollars en août d'après l'Agence Nationale des Statistiques argentine.

Le ministre argentin de la Planification, Julio de Vido estime que l'exploitation accordée au consortium dont fait partie Total permettra d'économiser 1,6 milliard de dollars de carburant importé par an. Un point positif pour le gouvernement sachant que depuis 2007, l'Argentine est devenue très dépendante des terminaux d'importation de gaz naturel liquéfié et des importations de gaz bolivien, rappelle Le Figaro.

Total s'intéresse aussi au gaz et au pétrole de schiste. Depuis la fin de l'année 2011, elle mène des opérations d'exploration et d'évaluation de dans le bassin de Neuquen, dans le sud-ouest de l'Argentine. La compagnie y possède déjà des participations dans une dizaine de permis d'exploration et concessions d'exploitation pour des hydrocarbures non conventionnels.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/10/2013 à 15:34 :
Ben quoi , les Argentins ne font que remplacer les espagnols qu'ils ont foutu dehors.

De plus je d'accord avec Gruick c'est en effet bien Total qui commande l'état Français .
a écrit le 24/10/2013 à 14:23 :
@Michel:
Où avez vous vu jouer ça ? La société Total est complètement privée, et l?État n'y détient aucune participation ! Se renseigner avant de poster SVP. Cordialement.
Réponse de le 24/10/2013 à 15:54 :
Autant pour moi, je pensais que l'état avait conservé des parts à l'instar de France Telecom.
a écrit le 24/10/2013 à 12:51 :
A défaut de pouvoir exploiter le gaz de schiste en France, Total travaille en Argentine. Autant d'impôts qui ne seront pas payés en France. Mais nous l'avons voulu.
a écrit le 24/10/2013 à 11:30 :
On se rapproche des Malouines ....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :