La "renaissance" d'une compagnie nationale des mines de France

 |   |  354  mots
La Compagnie nationale des mines de France sera dotée d'un budget de 200 à 400 millions d'euros. (Photo :Reuters )
La Compagnie nationale des mines de France sera dotée d'un budget de 200 à 400 millions d'euros. (Photo :Reuters ) (Crédits : reuters.com)
Dans un entretien au Parisien, le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg a annoncé la "renaissance" d'une Compagnie nationale des mines de France (CMF), chargée d'explorer les sous-sol français et étrangers "en respectant les aspirations environnementales de nos concitoyens".

"Avec l'appui du président de la République, j'ai organisé la renaissance d'une compagnie nationale des mines pour prospecter et exploiter d'abord notre sous-sol", explique Arnaud Montebourg, qui précise : "tout en respectant les aspirations environnementales de nos concitoyens".

Le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg confirme vendredi dans un entretien au Parisien la "renaissance" d'une "Compagnie nationale des mines de France" (CMF), dotée d'un budget de 200 à 400 millions d'euros et chargée d'explorer les sous-sol français et étrangers.

Territoires d'outre-mer

"Elle accompagnera aussi l'exploitation du sous-sol de nos territoires d'outre-mer, comme en Guyane, où nous disposons de réserves d'or considérables et où sévit un orpaillage sauvage. Là-bas c'est la loi de la jungle dans le secteur minier", assure le ministre.

"Nous explorerons aussi le sous-sol d'autres pays. Les pays d'Afrique francophone, notamment, aimeraient travailler avec nous plutôt que d'avoir affaire à des multinationales étrangères", dit Montebourg, précisant que la nouvelle compagnie publique aura également "vocation à travailler en Asie centrale et en Amérique du sud".

Afin de créer cette nouvelle entreprise publique, "la France va fédérer l'agence des participations de l'Etat et le bureau des recherches géologiques minières (BRGM) qui ensemble vont investir entre 200 et 400 millions d'euros sur cinq à sept ans", précise le ministre. "Nous sommes en train de boucler le budget de l'entreprise".

L'Etat comme "acteur intelligent de l'économie"

Selon Arnaud Montebourg, l'industrie minière n'appartient "absolument pas" au passé.

"Nous recherchons du lithium par exemple, un métal fondamental pour les batteries des véhicules électriques...Avec notre nouvelle compagnie minière, nous protégerons nos intérêts nationaux !"

C'est la première entreprise publique créée par la France depuis 1993 et l'avènement du Laboratoire français du fractionnement et des biotechnologies.

Alors que Montebourg est interrogé sur ce "grand retour de l'Etat actionnaire" après l'annonce de l'entrée dans le capital de PSA, le ministre assure que "la stratégie du gouvernement est de considérer l'Etat comme un acteur intelligent de l'économie servant les intérêts de notre nation".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/02/2014 à 19:36 :
allez, Arnaud combien vas-tu mettre de tes copains aux poste de direction ??
a écrit le 23/02/2014 à 11:05 :
Heureusement, la silicose n'existe plus.
a écrit le 23/02/2014 à 11:01 :
Il est très fort ce Montebourg. Reste plus qu'à relancer les industries de sabots de bois.
a écrit le 22/02/2014 à 14:32 :
C est une excellente initiative.
a écrit le 22/02/2014 à 9:42 :
nous allons bientot devenir la russie , nationalisation ,droit d'expression bafoué au sous couvert de racisme ou autres
a écrit le 22/02/2014 à 8:53 :
il y a du détournement de mineur dans l'air.
a écrit le 22/02/2014 à 8:48 :
L'homme de l' anti mondialisation économique l'homme qui avait promis l'Etat chez Mittal etc etc enfin il a son joujou étatique. On pourrait rire du côté minable de ce ministère unique dans le monde "redressement productif" le fait d'accepter ce nom ridicule montre le ridicule du personnage qui a pris le fauteuil. Un politique crée sa m.... et laisse aux contribuables l'addition. Tous les politiques de droite comme de gauche y compris nos deux clones des Fronts et de l'UDI parti des refoulés et des vexés sont sur le même moule des idées pour certains des actions pour les autres mais un seul bilan une France dans le déclin qui reste dans la visée d'une bonne république bananière dans laquelle le pouvoir est devenu le plus grand jeu de la destruction de notre pays. L'Ukraine vient de faire basculer le pouvoir de politiciens minables pouvons espérer la même chose en France sans violence?
a écrit le 21/02/2014 à 18:57 :
Il n'est pas seulement inutile mais il jette l'argent du contribuable par les fenêtres, mais les Français sont habitués qu'on les plume et qu'on les pigeonne mais là qu'on jette leurs oeufs dans les détritus, cela devient fort de café, il risque de se voir couper la tête sous peu !
Réponse de le 21/02/2014 à 19:34 :
Et avec l'argent investi (avec nos impôts), il va pouvoir remettre de l'ordre en Afrique... et y faire des dépenses sociales !
Réponse de le 22/02/2014 à 12:07 :
Ou alimenter son compte d'évasion fiscal en Suisse
a écrit le 21/02/2014 à 17:42 :
j'en ai marre aucun de mes commentaires n'est publié !
a écrit le 21/02/2014 à 16:18 :
J' ai travaillé sur des piplines en France et ces l' état qui a mis des billes au démarrage pour devenir privé par la suite . Autrement dit qui a les moyens de faire de la recherche ?
Réponse de le 22/02/2014 à 8:53 :
Il y a combien d'années et quel était l'état de la France. Les mines ou plus le très fond est propriété de l'Etat le sous sol de votre terrain ne vous appartient pas. L'Etat décide qui doit faire quoi et avec qui. Si vous considérez l'Etat compétent demander aux habitants de la région de Salsigne et vous comprendrez mieux que l'Etat n'a pas de vision économique concurrentielle mais seulement et uniquement une vision politique de ses décisions.
a écrit le 21/02/2014 à 15:49 :
Pour rentabiliser ses mines il faudra utiliser les mêmes techniques que celles pour le nickel en Nouvelle Calédonie, gigantesques camions et scrappers et trous géants dans le sol. Quand pensent les amis écologistes de notre Ministre. Sur le fond c'est une bonne idée, mais quel maire acceptera de voir tous les jours des noria de camions traversaient sa commune
Réponse de le 21/02/2014 à 19:30 :
Les écologistes ne pensent pas : ils réagissent affectivement...
a écrit le 21/02/2014 à 15:38 :
Je ne vois pas des Bac+4 aller au fond des mines
a écrit le 21/02/2014 à 14:23 :
On n'a touché le fond, maintenant on commence à creuser?
a écrit le 21/02/2014 à 14:12 :
A nous les gaz de schiste !!!!
a écrit le 21/02/2014 à 14:02 :
Je crains qu'à terme, et en cas de succès et de valorisation du sous-sol, ce ne soit une belle façon de financer nos déficits et la gabegie socialiste (qui au passage n'est pas le seul fait des seuls socialistes), bref la folie dépensière de l'Etat français, et d'éviter ce que tous les politiques ne veulent pas affronter par manque de courage ou par intérêt, à savoir sa réforme complète. C'est sûr qu'un Etat rentier est l’environnement idéal pour le développement du clientélisme, de la dépense sans compter, et de l’idéologie en dehors des réalités.
a écrit le 21/02/2014 à 13:58 :
c'est vrai qu'avec l'intregration de la République Centrafricaine (très riche sous sol) comme DOM TOM, la France a effectivement besoin d'une société minière pour mener a bien ses opérations humaniTerre! Pas si mou le Flanby!
a écrit le 21/02/2014 à 13:16 :
Il faut dire qu'avec le Brésil qui pille tous les jours l'or de Guyane, pour mieux le blanchir, avec l'Etat français en complice, le ras-le-bol est atteint.
Reste que contrairement à ce que dis l'homme à la marinière, cette compagnie ne changera rien.
a écrit le 21/02/2014 à 13:03 :
"L'Etat acteur intelligent de l'économie", quel comique, je suis mort de rire. Il suffit de voir l'état des finances publiques pour constater son niveau en la matière. Dernier exemple en date : Hollande veut faire venir de l'investissement en France, pour fêter ça, une nouvelle taxe sur les transactions financières… Ca va surement inciter les investisseurs du monde entier!! Si il voulait vraiment relancer l'investissement il la met au placard et il réintègre l'avoir fiscal sur dividende.
a écrit le 21/02/2014 à 12:56 :
On peut créer une nouvelle entreprise, mais si on ne change pas le cadre réglementaire (droit du sous-sol, code minier,...) je ne vois pas où sera le profit nouveau. Mais peut-être cette annonce n'est-elle que l'amorce de ce changement d'un cadre juridique ,...
Réponse de le 21/02/2014 à 21:38 :
Ça va l'affiliation au régime minier avec statut du mineur au coût de revient faramineux est fermé.
a écrit le 21/02/2014 à 12:15 :
parole parole...

Le Bureau de Recherche Géologique et Minier BRGM, appartenant à 100 % à l'Etat, connaissant des mines, employant des géologues et des explorateur existe déjà.

Montebourg veut donc créer un double de ce qui existe déjà... un énième bidule étatique. Il y a des baffes qui se perdent.
Réponse de le 22/02/2014 à 1:29 :
le BRGM n'a plus pour mission (ni les moyens avec à peine 1000 salariés) l'exploitation minière. Une compagnie minière c'est autre chose.
a écrit le 21/02/2014 à 12:15 :
parole parole...

Le Bureau de Recherche Géologique et Minier BRGM, appartenant à 100 % à l'Etat, connaissant des mines, employant des géologues et des explorateur existe déjà.

Montebourg veut donc créer un double de ce qui existe déjà... un énième bidule étatique. Il y a des baffes qui se perdent.
a écrit le 21/02/2014 à 11:14 :
Germinal est de retour ! Pourquoi pas, à condition que ce projet se concrétise rapidement et ne soit pas un effet d'annonce supplémentaire.
Réponse de le 21/02/2014 à 11:43 :
C'est pas idiot de vouloir préserver nos ressources et exploiter les minerais qui sont ou seront utilisés dans les hautes technologies.
Après, on peut se demander si investir 200/400 millions (et ce sera certainement plus) dans ce type d'industrie (!) est véritablement ce que la France doit faire et surtout l'état français. Aujourd'hui la France a besoin d'entreprises innovantes, dynamiques, avec du personnel qualifié et un droit du travail similaire aux pays anglo-saxons. Alors là on pourra dire que nous sommes sur la bonne voie.
Vouloir réactiver ce type d'industrie est-ce bien l'avenir. Je préférerai en tout cas que cet argent soit investit dans les entreprises qui ont des difficultés actuellement.
a écrit le 21/02/2014 à 11:05 :
Au programme, gaz de schiste, uranium et charbon... tout ce qu'adore EELV.
Réponse de le 21/02/2014 à 11:16 :
Exactement, c'est un outil pour préparer le gaz de schiste.

Ce gouvernement est suicidaire!

Il oublie que potentiellement 30% de son électorat est proche des verts, et que si Joly a fait un si petit score c'est au nom de promesses écologiques qui ne seront pas tenues.

Non seulement Hollande va nuire à la France en faisant une politique de droite imbécile, mais en plus il va exploser la gauche!
a écrit le 21/02/2014 à 11:02 :
C est comme cela qu il pense reduire le nombre de fonctionnaire Je pense que tous ces mecs qui vont au gouvernement ne devraient pas y rester plus d un an apres ils deviennent completement fada dans ce misrocosme cela doit etre contagieux
Réponse de le 21/02/2014 à 11:14 :
Tous les employés de l'Etat ne sont pas des fonctionnaires.

C'est pour cela que la baisse du nombre de fonctionnaires ne se traduit pas forcément par une baisse des dépenses publiques, car ont recrute des contractuels et on fait paye des formidables entreprises pour faire le travail au moins aussi mal!

Chez EDF, il y a de moins en moins de fonctionnaires, chez orange quasiment plus, chez EDF idem...je peux vous faire une longue liste d'entreprises publiques qui recrutent en CDI, cdd et interim et qui prospèrent sans .3
Réponse de le 21/02/2014 à 11:47 :
Les employés d'EDF n'ont jamais été vraiment fonctionnaires, mais salariés du statut IEG (industries électriques et gazières). C'est toujours largement le cas aujourd'hui, et ce statut n'a pas grand-chose à envier à celui de fonctionnaire (sécurité de l'emploi - il n'y a d'ailleurs pas de cotisations chômage -, conditions de retraite très avantageuse, faible temps de travail...).
Réponse de le 22/02/2014 à 1:24 :
les employés du BRGM ne sont pas fonctionnaires non plus (c'est un EPIC)
a écrit le 21/02/2014 à 10:20 :
transformer le BRGM, établissement public, en société nationale CMF, est un tout petit pas vers la privatisation ou un grand pas vers le gaspillage.
Réponse de le 22/02/2014 à 1:39 :
le BRGM joue le rôle de service géologique national, une privatisation est peu envisageable. Il peut toutefois (étant donné que c'est un EPIC) avoir des participations dans des filiales (pouvant être revendues par la suite). Il ne s 'agit pas de transformer le BRGM en CMF (qui aura visiblement une mission totalement différente).
a écrit le 21/02/2014 à 10:08 :
Et encore une société publique qui sera aussi inefficiente que les autres , c'est bien l'URSS.
Réponse de le 21/02/2014 à 11:07 :
total, safran, airbus ,renault... Les entreprises qui ont été ou sont publiques sont plutôt des succès.

La moitié du cac 40 est constituée d'anciennes entreprises publiques.
Réponse de le 21/02/2014 à 11:47 :
Renault a été conduit dans le mur par la gestion publique et a été sauvé par une privatisation. Airbus marche à cause des capitaux allemands. Total est privé et était un bourbier quand l'Etat s'y melait (scandale Elf). La seule chose qui marche comme entreprise publique, c'est l'armement parce que là l'Etat dépense sans compter.
Réponse de le 21/02/2014 à 13:46 :
@@gringo "Airbus marche à cause des capitaux allemands" a bon? quelles sont vos sources cher ami? et les ingenieurs francais qui y travaillent, comptent-ils pour du beurre dans la reussite du groupe?
a écrit le 21/02/2014 à 9:55 :
Une compagnie nationale des mines, il me semble que ç'a déjà existé sous le nom de "Charbonnage de France", compagnie qui a été supprimée en 2007 ....
Réponse de le 21/02/2014 à 12:25 :
Il vont créer "Mines de France" dont celles pour les crayons papier. Quand ça fera "plouf", il dira "au moins on a essayé" (pâle réconfort).
Réponse de le 21/02/2014 à 21:35 :
Charbonnages entreprise la plus endettée de France à l'époque qui a coûté un bras aux contribuables. Par ailleurs on a mis 50 ans avec les aides CECA pour fermer les mines françaises peu rentables avec le statut du mineur ( chauffage logement gratuit à vie et réversible ) sans compter qu'on a mis le personnel en congé charbonnier de fin de carrière ( payer à rester chez eux a rien faire des l'âge de 45 ans) et il y en a des milliers dans le nord et l'est qui ont 50 ans et qui bossent pas depuis 15 ans déjà. Alors si c'est pour recréer ça non merci.
a écrit le 21/02/2014 à 9:39 :
Colbert et Turgot réunis , elle est pas belle notre France !, Bravo Président . j ai l air de me moquer mais la réussite est souhaitable.
a écrit le 21/02/2014 à 9:28 :
L'Etat "acteur intelligent de l'économie" ? C'est un oxymore ! Toute l’histoire économique montre le contraire (une fois l'intox et la propagande éliminée)...
a écrit le 21/02/2014 à 9:03 :
Pas un mot sur l'Europe qui devrait être le premier de nos partenaires dans ce type de projets. L'Europe n'est qu'un fromage de plus pour nos technocrates. Nos élites pensent encore comme dans les années 50 c'est incompréhensible.
a écrit le 21/02/2014 à 9:00 :
Sauf erreur de ma part, en France celui qui explore (gaz de schiste, etc.), exploite ensuite. Ceci permettra donc de nationaliser les gains si effectivement de nouvelles ressources minières peuvent être exploitées dans le futur. Idem pour le gaz de schiste si un jour des technologies propres permettent de l'exploiter.
Réponse de le 21/02/2014 à 9:56 :
Exploration et production relèvent de deux types de permis différents et surtout demandent des budgets qui n'ont pas du tout la même ampleur. Il est normal et légitime que la France cherche à connaître son sous-sol mais les investissements à réaliser pour passer à la production sont souvent colossaux et dépassent les budgets publics, sans compter le risque toujours possible sur l'étendue du gisement et la valorisation du minerai. Donner un peu plus de moyens au BRGM pour reprendre l'inventaire des gites (abandonné au début des années 80),c'est sage. Vouloir exploiter soi-même c'est périlleux.
a écrit le 21/02/2014 à 8:56 :
Ah, voila le model de cet incompétent du ministère de l'improductif. Aller au charbon et défendre l'Establishement contre les nouveaux acteurs...Il est nul notre ministre...
Réponse de le 21/02/2014 à 10:51 :
Commencez donc par apprendre le français : modèle et non model (anglais) !
Réponse de le 21/02/2014 à 12:09 :
Au moment même où la fermeture des dernières mines sur le territoire métropolitain est envisagée à Trélazé (banlieue d'Angers) on peut espérer que la belle ardoise française continuera à être prospectée et exploitée par la nouvelle compagnie nationale des mines!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :