La réforme énergétique britannique, une aubaine à un milliard d'euros pour EDF ?

 |   |  371  mots
EDF possède 7 des 8 centrales nucléaires britanniques (photo : Reuters)
EDF possède 7 des 8 centrales nucléaires britanniques (photo : Reuters) (Crédits : reuters.com)
Le gouvernement britannique souhaite subventionner le marché de l'énergie. EDF, propriétaire d'un parc nucléaire important, pourrait en profiter.

EDF profitera-t-elle de la politique énergétique britannique ? L'entreprise française pourrait obtenir de Londres des aides pouvant aller jusqu'à 800 millions de livres (environ 1 milliard d'euros) affirme ce lundi le quotidien The Guardian

Vaste plan d'aide

Afin de se répondre à la volatilité du marché et de s'adapter aux difficultés d'approvisionnement dans le cadre de la transition énergétique, Londres projette un vaste programme comprenant la création d'un "marché des capacités". Celui-ci consiste à assurer le maintien "en veille" de centrales afin qu'elles puissent répondre à des pics de demandes, et à les rémunérer pour cela. 

A partir de décembre 2014, un certain nombre d'entreprises pourront concourir pour y participer et le marché lui-même serait lancé pour l'hiver 2018. Ce sont surtout les sites de production d'énergie au gaz qui seraient visés, d'après les experts du secteur. Mais le ministère britannique de l'Energie (Department of Energy and Climate Change) a admis que le projet pourrait concerner l'énergie nucléaire, relativement moins chère à produire. 

EDF pourrait être candidate

EDF serait dès lors en première ligne puisque l'entreprise française possède 7 des 8 centrales nucléaires britanniques. Il lui faudrait cependant répondre à l'appel d'offres et être jugée éligible. 

La compagnie française ne souhaite pas préciser si elle  se portera candidate en décembre. Elle a simplement fait savoir au Guardian qu'elle pourrait être intéressée.

Rien n'est encore gagné pour EDF

Pour le ministère de l'Energie britannique, il est encore trop tôt pour savoir qui va remporter la subvention :

"Le contrat sera déterminé par un appel d'offres ouvert à la concurrence donc il n'est pas encore possible de dire avec précision quelle sera la part de chaque technologie subventionnée". 

Controverse

Outre-Manche, le projet de réforme suscite une controverse sur sa faisabilité et son coût potentiel. Il risquerait en outre être bloqué par Bruxelles. 

Quoi qu'il en soit, Outre-Manche, l'entreprise française a déjà rempli une grosse case sur son carnet de commandes. Elle a en effet remporté un contrat géant pour la construction de 2 EPR à Hinkley Point. Montant du butin espéré: pour 16 milliards de livres sterling (19 milliards d'euros).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :