Pourquoi le prix du pétrole devrait rebondir au 2e trimestre 2015

La production hors Opep s'adaptera à la baisse des cours tandis que la demande se redresserait, d'après une enquête Reuters publiée lundi et menée auprès de 30 économistes et analystes.
Nous pensons que 60 dollars le baril sera le niveau plancher auquel les producteurs de pétrole de schistes en pleine expansion aux Etats-Unis commenceront à sentir le vent du boulet, estime Natalie Rampono, analyste chez ANZ.
"Nous pensons que 60 dollars le baril sera le niveau plancher auquel les producteurs de pétrole de schistes en pleine expansion aux Etats-Unis commenceront à sentir le vent du boulet", estime Natalie Rampono, analyste chez ANZ. (Crédits : reuters.com)

Le Brent ne restera pas éternellement sous les 65 dollars. Une enquête Reuters menée auprès de 30 économistes et analystes donne un cours moyen du baril de Brent à 74,00 dollars l'an prochain et à 80,30 dollars en 2016, contre 61,67 dollars actuellement.

Selon les spécialistes interrogés, la production hors Opep va s'adapter à la baisse des cours tandis que la demande se redressera.

Baisse de production hors Opep

L'Opep a décidé fin novembre de ne pas modifier sa production, impliquant que la charge de réduire les extractions retombe sur les acteurs en dehors du cartel, et en premier les producteurs américains de schistes, expliquent des analystes. "Avec un prix en baisse, la production d'huile de schiste est moins intéressante, alors qu'il faut investir pour qu'elle continue de croître", explique Carsten Fritsch  pour la Commerzbank.

"Nous pensons que 60 dollars le baril sera le niveau plancher auquel les producteurs de pétrole de schistes en pleine expansion aux États-Unis commenceront à sentir le vent du boulet", estime Natalie Rampono, analyste chez ANZ. "Les baisses de production au-dessus de ce niveau seront limitées à d'autres producteurs de pétrole, plus petits, à des coûts plus élevés, aux États-Unis et au Canada. Toutefois, nous pensons que cela prendra 6 à 12 mois pour que ces réductions commencent à se voir", a-t-elle ajouté.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 18
à écrit le 23/12/2014 à 11:00
Signaler
La production US a doublee en 4 ans , les stocks de petrole US sont a leur plus haut niveau depuis 5 ans? selon EIA. La baisse des prix provient donc des facteures reels elle est justifiéE. Les productuers de petrole de schiste peuvent gagner de l'ar...

à écrit le 23/12/2014 à 9:11
Signaler
C'est bon pour l'Europe en attendant . Desserement progressif des politiques d'austérité+plan Juncker+baisse de l'Euro+baisse du brent+taux bas = feu vert pour une reprise de l'économie , meme lentement et meme avec une inflation nulle qui mine dans ...

à écrit le 23/12/2014 à 1:09
Signaler
A l'origine le prix de base était au alentour de 40$ le baril, mais le cout de production du pétrole de shiste américain n'étant pas rentable ils ont commencé a spéculer déçu et on fait monter les prix que l'on a connu au alentour de 150$. Le danger ...

à écrit le 23/12/2014 à 0:58
Signaler
Euh. Ils avaient prévus quoi il y a 6 mois ces 30 analystes ????

à écrit le 22/12/2014 à 23:19
Signaler
Toujours du n'importe quoi, ça mange pas de pain et n'engage surtout pas ceux qui le dise !

à écrit le 22/12/2014 à 19:15
Signaler
Certains se réjouissent de voir un prix du baril particulièrement bas, mais je crois que ce n'est pas une bonne nouvelle pour l'économie de voir toutes (?) les matières premières subir une telle volatilité: nous sommes dans l'excès..

le 22/12/2014 à 19:40
Signaler
C'est au contraire très bon, Bh. Ces variations montrent que les "prix" ne veulent rien dire. Que penser, donc, du "système" qui les fixe..?? Quid d'une vision d'avenir, dans ce cas. Tant pour une entreprise que pour un particulier..?? Géniale crise...

le 30/12/2014 à 16:57
Signaler
+ 1. Que de bluff dans tout cela et que de vol de Mr et Mme Lambda qui depuis bientôt 10 ans ont vu leurs épargnes pénalisées par la baisse artificielle des taux. En supposant que l'épargne soit récompensée d'un taux brut de 5% entraînant les taux h...

à écrit le 22/12/2014 à 16:37
Signaler
On peut comprendre les Arabes qui souhaitent conserver leur part de marché. C'est compréhensible surtout que c'est naturellement eux qui produisent le pétrole le moins cher. Pour les concurrents c'est pas drôle, mais la loi du marché est ce qui fonct...

à écrit le 22/12/2014 à 16:22
Signaler
Des pseudo économistes qui n'avaient pas anticipé la baisse des prix du baril prévoient maintenant leur hausse. . Alors qu'il est très bas. Hou là là quels visionnaires

le 22/12/2014 à 18:14
Signaler
Effectivement il y a de quoi être dubitatif au regard des récentes performances des économistes cependant un point n'est pas abordé par ces économistes: le contexte géopolitique. Les USA subventionnent énormément le secteur énergétique sur son territ...

le 22/12/2014 à 18:24
Signaler
Ce ne sont pas les "économistes"... Mais simplement les US qui viennent de s’apercevoir que la chute du flux de pétro-dollars va les couler encore plus. Soit, la "tactique" pour couler la Russie leur procure trop d'ennuis...

à écrit le 22/12/2014 à 16:09
Signaler
Des pseudo économistes qui n'avaient pas anticipé la baisse des prix du baril prévoient maintenant leur hausse. . Alors qu'il est très bas. Hiu là là quels visionnaires

le 22/12/2014 à 17:04
Signaler
+1000

le 22/12/2014 à 20:57
Signaler
+1000

à écrit le 22/12/2014 à 16:03
Signaler
DÉJÀ ??!!! mais non, il faut laisser le prix du baril encore un bon moment à ce prix là, il faut qu'on profite de la baisse, on s'en faut des la distribution pétrolières, du réseau, des pertes des entreprises, tout ce qu'on veut c'est faire le plein ...

le 23/12/2014 à 12:30
Signaler
J'espère que c'est une réponse au second degré?

le 23/12/2014 à 13:31
Signaler
et nous on boit jusqu a plus soif et merci pour la terre. Bobonne fais la valise on prend la bagnole le gasole est a 0,9999 depeche toi bord. de mrd

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.