Comment Engie innove pour ne pas être "uberisé"

Engie prend les devants pour éviter de subir "l’ubérisation" qui ne manquera pas de survenir, dans l’énergie comme ailleurs. La deuxième édition de son "Innovation Week" est l’un des temps forts de sa stratégie.
Dominique Pialot

4 mn

Remise des Trophées Engie de l'Innovation 2016.
Remise des Trophées Engie de l'Innovation 2016. (Crédits : Reuters)

Mitsui et Engie seront-ils encore des fournisseurs d'énergie dans quelques années ? Aussi iconoclaste qu'elle puisse paraître, la question n'est pas posée par un dangereux écolo hurluberlu ou une startup ayant l'ambition « d'uberiser » les énergéticiens traditionnels, mais par Tomo Suzuki. Ce vice-président du conglomérat japonais, notamment présent dans l'énergie, où il a noué de nombreux partenariats avec l'ex-GDF Suez, la pose dans le contexte particulier de l'Innovation Week.

Organisée pour la deuxième année par Engie, cette semaine dédiée à l'innovation ne se contente plus de décerner, comme depuis 30 ans, les Trophées de l'innovation, parmi les 580 dossiers déposés par 2.500 collaborateurs de 62 pays. Elle se compose cette année de 150 événements de tous formats dans 27 pays. De Pékin au Brésil en passant par Singapour, Bruxelles, Metz, Quimper ou Ajaccio, des matinales (animées en France par Erik Orsenna et ouvertes aussi bien aux salariés d'Engie, aux journalistes, aux chercheurs, à d'autres entreprises) mais aussi des hackatons, concours de startups et autres appels à projets mobilisent les équipes de l'énergéticien qui se veut le « leader sur la transition énergétique».

Dans le "top of mind" des startups et innovateurs

« La qualité des événements est montée d'un cran d'une année sur l'autre », affirme Stéphane Quéré, directeur de l'innovation du groupe, qui insiste sur sa volonté, avec cette Innovation Week, de « créer un rituel ».

Le management s'y implique au plus haut niveau, puisque la directrice générale Isabelle Kocher elle-même, ainsi que Thierry Lepercq, nouveau directeur général adjoint et membre du comité exécutif (comex) en charge de la recherche, de la technologie et de l'innovation, et Stéphane Quéré interviennent à tour de rôle par Skype dans de nombreux événements. Objectif de ce grand raout ? Booster la culture de l'innovation en interne, et placer Engie dans le « top of mind » des startups et autres innovateurs. Avec, à la clé, la possibilité de pouvoir choisir sur quelles innovations miser.

« Ce qu'on souhaite, c'est qu'il se passe concrètement quelque chose lors de cette semaine », ajoute Stéphane Quéré, citant les accords noués au Brésil ou à Chalon-sur-Saône à l'issue de la première édition.

Echange d'énergie entre particuliers via smartphone

Car l'affaire est entendue : une véritable révolution énergétique est en marche, qui représente de multiples défis pour les grands énergéticiens traditionnels. Déclarations fortes et spéculations ébouriffantes ont d'ailleurs émaillé la matinale consacrée au nouvel âge des renouvelables:

« L'innovation est une question de survie » ; « les renouvelables associées aux réseaux locaux vont permettre aux marchés émergents de passer directement à la phase post-transition » ; « les particuliers pourront peut-être bientôt s'échanger de l'énergie directement via leur smartphone » ; « ceux qui ne sont pas encore connectés à un réseau choisiront peut-être de ne jamais se connecter », etc.

Face à ces défis, Engie a décidé d'adopter une attitude offensive et de « mettre la technologie au cœur de sa stratégie », martèle Thierry Lepercq. Le fondateur de SolaireDirect (racheté en juillet 2015 par Engie) et ancien banquier n'hésite pas à annoncer dans l'énergie des disruptions semblables à celles apportées par les fintech dans la finance.

« Le peer to peer reste encore balbutiant dans l'énergie », reconnaît-il, évoquant l'expérimentation menée à Brooklyn sur l'application de la blockchain au solaire. Mais comme dans d'autres secteurs, il prédit l'avènement de la plateformisation.

Une France 100% énergies renouvelables en 2030 ?

Heureusement pour les énergéticiens, leur secteur présente quelques différences avec ceux de l'hôtellerie ou du transport.

Les vainqueurs de cette nouvelle ère des plateformes seront donc « ceux qui, à l'agilité d'une startup, pourront ajouter des compétences en matière d'infrastructures, une ambition digne d'un Elon Musk - fondateur de Tesla bien décidé à révolutionner le transport individuel - la maîtrise de la régulation et l'intensité capitalistique nécessaire. »

Un portrait qui ressemble à s'y méprendre à Engie... Pour mettre toutes les chances de son côté, Thierry Lepercq a prévu de se livrer à un exercice assez rare : le "backcasting", qui consiste à imaginer clairement le point d'arrivée et à établir un rétroplanning. Il revendique une « vision ambitieuse de leadership technologique, pas seulement dans l'esprit mais aussi dans l'échelle ». La réflexion intègre en effet les différents blocs (mobilité, production, stockage...) au niveau mondial. L'horizon choisi est 2030, « ce qui est assez long changer radicalement et suffisamment court pour constituer un horizon industriel ».

D'ailleurs, Thierry Lepercq annonce la sortie prochaine d'une étude réalisée sur une région française et démontrant la faisabilité à cet horizon d'un mix 100% énergies renouvelables, sur la base d'une approche à la fois industrielle, économique et financière.

Dominique Pialot

4 mn