Energie : le flop de l'ouverture à la concurrence

 |   |  405  mots
La facture de courant s'est envolée de 49% en moyenne depuis 2007 pour les clients aux tarifs réglementés utilisant un chauffage électrique et de 56% pour ceux utilisant un autre mode de chauffage, pointe le rapport.
La facture de courant s'est envolée de 49% en moyenne depuis 2007 pour les clients aux tarifs réglementés utilisant un chauffage électrique et de 56% pour ceux utilisant un autre mode de chauffage, pointe le rapport. (Crédits : reuters.com)
Le Médiateur de l'énergie a dressé mardi un bilan"plus que mitigé". Il regrette que le marché soit encore largement dominé par les anciens monopoles historiques.

Une ouverture toujours très partielle, avec peu d'impact en termes de baisse des prix mais impliquant davantage de litiges avec les fournisseurs. Tel est le bilan "plus que mitigé" de la concurrence dans le gaz et l'électricité, dressé mardi 16 juin par le Médiateur de l'énergie, qui dans son rapport annuel regrette :

"Sept ans après l'ouverture à la concurrence, le marché de l'énergie peine toujours à trouver son rythme de croisière".

  • 9,6% du marché de l'énergie conquis par de nouveaux entrants

"Si une courte majorité de Français sait qu'il est possible de changer de fournisseur, seuls 10% des ménages ont franchi le pas", précise l'autorité publique indépendante.

Résultat, les anciens monopoles historiques EDF et Engie (ex-GDF Suez) se taillent toujours la part du lion : dans le gaz, où les nouveaux entrants n'ont attiré que 16,7% des consommateurs particuliers, et encore plus dans l'électricité, où ils n'avaient conquis que 9,6% du marché à la fin de l'année 2014.

  • Des prix multipliés par deux depuis 2006

De plus, "si la concurrence devait apporter une baisse des prix, celle-ci est loin d'être au rendez-vous, particulièrement pour l'électricité", ajoute le Médiateur national de l'énergie.

L'autorité, créée en 2006 pour défendre les consommateurs d'électricité et de gaz, calcule ainsi que la facture de courant s'est envolée de 33% en moyenne depuis 2007 pour les clients aux tarifs réglementés utilisant un chauffage électrique et de 35% pour ceux utilisant un autre mode de chauffage. Côté gaz, la hausse sur la même période atteint 36% pour les clients aux tarifs réglementés se chauffant au gaz, ajoute le médiateur.

  • 14.412 réclamations en 2014

Enfin, "pour les consommateurs qui ont franchi le pas (du changement de fournisseur, NDLR), la satisfaction n'a pas toujours été au rendez-vous en termes de qualité de service", souligne l'autorité, qui "a observé une recrudescence de litiges, concernant des fournisseurs nouveaux entrants", comme le belge Lampiris ou l'italien Eni. Le médiateur évoque notamment des difficultés "à émettre les factures, à résilier les anciens contrats, à rembourser les trop-perçus...".

Au total, le médiateur de l'énergie a été saisi de 14.412 réclamations en 2014, soit 4,2% de moins que l'année précédente. Un peu moins d'un tiers d'entre elles ont été jugées recevables, et une "solution satisfaisante" y a été trouvée dans 65% des cas, selon le Médiateur.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/06/2015 à 0:21 :
Fausse concurrence, les autres entreprise comme direct energie, poweo ou autre s’adapte sur le prix de base de l'edf, de plus impossible de changer si votre ville est sous régie donc pas le choix et pas de concurrence
a écrit le 16/06/2015 à 19:52 :
la concurrence pour ces commissions théodule, c'est obliger edf à vendre son électricité pour que d'autres la revendent !!!
et yc obliger edf à racheter la surproduction des éoliennes à un prix inférieur à son coût de production ! et ensuite on dit bravo, l'éolien est compétitif !! mais de qui se moque t on ?
la seule concurrence est de celle de la production, donc que chacun puisse acheter de l'électricité produite en espagne, en allemagne, après avoir obligé edf et les autres transporteurs à louer leur lignes hautes tension, hors le marché n'est pas vraiment ouvert pour les particuliers !!!

donc parlons clair, on est sur des lobbys, on donne à certains acteurs des parts de marchés imposées par les régles mécaniques mises en place comme sur les télécom, ce n'est qu'un jeu de dupes et de favoritisme et comme on a l’électricité la moins chère en production, ce ne sont pas les pays étrangers qui vont concurrencer edf !!

si le but est de vendre moins cher, il faut auditer edf, faire un vrai contrôle des prix, le reste est une usine à gaz qui n'apporte rien, idem sur le gaz dont la baisse facile est de le désindexer du prix du pétrole, tout simplement
a écrit le 16/06/2015 à 19:36 :
la concurrence pour ces commissions théodule, c'est obliger edf à vendre son électricité pour que d'autres la revendent !!! et yc obliger edf à racheter la surproduction des éoliennes à un prix inférieur à son coût de production ! et ensuite on dit bravo, l'éolien est compétitif !! mais de qui se moque t on ?

la seule concurrence est de celle de la production, donc que chacun puisse acheter de l'électricité produite en espagne, en allemagne, après avoir obligé edf et les autres transporteurs à louer leur lignes hautes tension, hors le marché n'est pas vraiment ouvert pour les particuliers !!! donc parlons clair, on est sur des lobbys, on donne à certains acteurs des parts de marchés imposées par les régles mécaniques mises en place comme sur les télécom, ce n'est qu'un jeu de dupes et de favoritisme
et comme on a l’électricité la moins chère en production, ce ne sont pas les pays étrangers qui vont concurrencer edf !!

si le but est de vendre moins cher, il faut auditer edf, faire un vrai contrôle des prix, le reste est une usine à gaz qui n'apporte rien, idem sur le gaz dont la baisse facile est de le désindexer du prix du pétrole, tout simplement
a écrit le 16/06/2015 à 19:00 :
Les technocrates de l'Union Européenne et l'Etat Français sont complices de cette fumisterie de concurrence!
Une arnaque de Bruxelles. On a vu nos factures d'électricité grimper en flèche.
C'était à prévoir car je me souviens des grèves des agents EDF de 2004 qui l'avaient écris sur leur banderoles de Cégétistes. Ils n'avaient pas tort!
a écrit le 16/06/2015 à 16:34 :
Souvenir :
Est-ce le début d'une troisième vie pour Charles Beigbeder ? Ce «serial» entrepreneur, après avoir fait ses armes comme banquier d'affaires, s'était taillé un joli succès avec le lancement puis la vente de la société de courtage en ligne Selftrade. Dans la foulée, en 2003, il avait fondé Poweo dont il a annoncé la vente hier. Son holding familial Gravitation cède au groupe autrichien Verbund, déjà actionnaire à hauteur de 30 %, les 13,4 % du capital qu'il détient dans Poweo. Gravitation abandonne ses titres à 29 euros par action, soit une prime de 58 % et engrange ainsi près de 40 millions d'euros.
a écrit le 16/06/2015 à 12:22 :
Les français ne croient pas que la concurrence leur apportera des avantages : ni sur les coûts, ni sur la qualité de fourniture, ni sur la qualité se service. Ils ont pu tester l'Opérateur Historique depuis des dizaines d'années ; ils en étaient contents. alors qu'un dogmatique libéral se raconte et nous raconte des tas d'histoires pour nous faire croire que le fait d'introduire des intermédiaire dans la chaîne production, transport et distribution d’électricité va réduire les prix ; il faut pas nous prendre pour des imbéciles ! Et on comprend bien que cette personne défend d'autres intérêts que ceux des clients.
Réponse de le 16/06/2015 à 13:27 :
En matiere d'electricite, si elle fut et reste peu chere c'est uniquement parce qu'elle est fixee sur une base electoraliste et non economique. Ca fait des decennies que nous aurions du provisionner l'argent necessaire au demantelement nucleaire, au stockage des dechets, a l'entretien. Puisqu'EDF n'a pas eu les tarifs demandés, tous ces postes ont ete rognés.
Preferez-vous payer une electricite peu cher, ou sure ?
Quiconque ne veut etre èris pour un imbecile, se comporte en citoyen avisé.
a écrit le 16/06/2015 à 11:58 :
"si la concurrence devait apporter une baisse des prix, celle-ci est loin d'être au rendez-vous ..." Comment espérer une reprise économique quand les décideurs préfèrent leurs préjugés idéologiques au constat de la réalité ?
a écrit le 16/06/2015 à 11:29 :
Les anciens monopoles historiques contre les nouveaux monopoles en construction!
a écrit le 16/06/2015 à 11:18 :
Toujours etencore n'importe quoi. EDF est tres bien avec des prix bien plusbas que les autres. Maintenant quele marché est ouvert ils ont augmenté leur prix pour soit disant favoriser la concurrence. Encore des mensonges
a écrit le 16/06/2015 à 11:09 :
Cette mise en concurrence n'est pas un échec qu'en France. D'expérience en Angleterre, c'est exactement la même chose: prix de l'énergie en hausse constante, contentieux nombreux lorsque l'on change de fournisseur... ¨en suivant cette logique tout peut être mis en concurrence dans une commune: eau, collecte des déchets... mais on voit bien que dans ce cas ça ne marche pas. Les investissements nécessaires pour le renouvellement de nos centrales, proviendront uniquement de ce que payent les consommateurs. EDF a racheté l'américain constellation pour 4,7 milliards, puis l'anglais British energy pour 15 milliards d'euros puis l'italien edison pour 784 millions d'euros, puis seabords en angleterre pour 2,2 milliards, Areva et tout ça avec la cagnotte des 3,5 milliards d'euros de bénéfices nets annuels et en s'endettant. La privatisation a fait et continuera a faire gonfler les prix de l'énergie, car la logique c'est d'augmenter son chiffre d'affaire et ses bénéfices toujours plus chaque année, pour le bien des actionnaires et donc de l'Etat. C'est un impôt indirect. Sans cette privatisation on aurait pu limiter la hausse des prix tout en consacrant uniquement les bénéfices au renouvellement des centrales et du réseau et pas à des investissements capitalistiques aux quatre coins de la planète. Il y a des pans de l'économie qui devrait être protégés de la concurrence.
a écrit le 16/06/2015 à 10:17 :
J'ai pour ma part quitté l'opérateur historique simplement parce que je ne voulais plus continuer à suber des hausses de tarifs qui visent à maintenir les avantages sociaux des salariés d'EDF.
Réponse de le 16/06/2015 à 16:34 :
C'est bien et maintenant t'engraisse des actionnaires qui exploitent leur personnel. Le pire c'est qu'il est content Jeanjean !
Réponse de le 16/06/2015 à 22:29 :
Lol...on verra si tu ne la subira pas ton augmentation après tes 2 ou 3 ans de prix bloqués, tu crois quoi, qu'il vont sagement te proposer le même tarif?
Réponse de le 16/06/2015 à 22:35 :
Lol...on verra si tu ne la subira pas ton augmentation après tes 2 ou 3 ans de prix bloqués, tu crois quoi, qu'il vont sagement te proposer le même tarif? Si le tarif réglementé d'EDF prends 30% dans l'intervalle, tu prendra 30% aussi à échéance puisque c'est l'étalon. Et donc tu sera tout aussi victime de l'ouverture des marchés, car les dernières augmentations (ou plutôt annulation de blocage tarifaire par le conseil d'état) l'ont toutes été sur saisine de l'association des fournisseurs alternatifs se plaignant qu'ils ne peuvent pas marger comme ils souhaitent a cause des prix EDF maintenu artificiellement bas par les pouvoirs publics.
a écrit le 16/06/2015 à 10:12 :
Pourquoi feindre de s'étonner? il était annoncé dès le départ que le marché de l'énergie est un marché très particulier et ce marché a été privatisé uniquement pour satisfaire le dogmatisme européen du tout concurrence. La privatisation est sensée être bénéfique au consommateur or on constate que ce n'est pas le cas (sauf peut être pour les plus gros clients!). Une réussite de plus de cette Europe libérale!
a écrit le 16/06/2015 à 9:56 :
Tout le monde savait bien que le but des privatisations n'était pas de faire baisser les prix dans un secteur monopolistique, mais de faire que de belles affaires se réalisent en transférant la propriété collective à des intérêts privés. La catastrophe de la gabegie des privatisations dans les secteurs de l'énergie est la même aux Etats-Unis, en Angleterre et dans toute l'Europe bien sûr. Tout le reste c'est de l'idéologie
a écrit le 16/06/2015 à 9:55 :
Consternant alors qu'on a tous la preuve que la concurrence ne fonctionne pas dans la la fourniture d'energie electrique , que c'etait mieux avant , cette personne nous sort : "regrette que le marché soit encore largement dominé par les anciens monopoles historiques,"
On s'enfonce et il trouve rien de mieux à proposer que s'enfoncer encore plus . Comme la lumière tue les papillons de nuit, la foi en la concurrence l'aveugle.
On avait un superbe système, l'électricité la moins chere d'Europe (hors Norvege), une entreprise nationale qui ne faisait aucun profit vu qu'elle investissait tout ce qu'elle récoltait dans l’amélioration de son infrastructure .
Depuis on a des hausses de prix, les actionnaires s'en mettent plein les poches , l'argent part dans les paradis fiscaux et on va perdre notre électricité bon marché qui maintenait les entreprises consommatrice d’électricité ici . Oui le bilan est mauvais , ca prouve que la concurence dans ce domaine c'est du vent qu'un entreprise intégrée nationale est bien meilleure pour ses citoyens CQFD
a écrit le 16/06/2015 à 9:47 :
Les dérégulateurs pensaient qu'il suffisait d'introduire de la concurrence pour faire baisser les prix, mais comme ils n'avaient jamais mis les pieds dans une usine, ils ne savaient pas que produire de l'électricité nécessitait de très gros investissement amortissable à très long terme, ce que n'aime pas les marchés demandant un retour sur investissement rapide. Alors, constatant que les producteurs indépendant n'avaient ni les moyens techniques ni la patience d'attendre un retour sur investissement hypothétique, ils ont imposé à EDF de vendre à ses concurrents 25 % de sa production nucléaire 30 % en dessous du prix du marché (drôle de notion de la libre concurrence, EDF et l'état portent le risque, le privé empoche les bénéf !!!), mais même avec cet artifice, même en imposant à EDF de subventionner les énergies renouvelables, la concurrence ne peut pas s'aligner sur les prix d'EDF qui a su grâce (pour une fois) à une politique énergétique de l'état cohérente pendant plusieurs décennies, malgré plusieurs changement de gouvernements.
On le voit aussi dans l'aéronautique avec Airbus, lorsque la vision long terme nécessitant de gros investissements dans la durée, une politique industrielle a encore du sens.
NON, le marché de sait pas tout faire.
Réponse de le 16/06/2015 à 10:11 :
Vos arguments ne tiennent pas. Les prix ont baissé, simplement peu de français ont choisi d'en profiter et la plupart sont restés aux tarifs réglementés. Quant à dire que les entrants comme ENI et ses 80 000 salariés ne connaissaient pas leur métier, cela fait doucement sourire !
Contrairement à vos dires, EDF n'est d'ailleurs pas le moins cher sur le marché français.
Réponse de le 16/06/2015 à 10:22 :
C'est dommage, votre commentaire partait presque bien, puis paf, un dérapage mal contrôlé, et au tas... EDF ne subventionne pas les énergies renouvelables, il prélève une taxe pour le compte de l'Etat, qui dans la pratique, ne contribue en rien aux énergies renouvelables, puisque l'Etat dépense toujours plus qu'il n'en a le droit... Très grosse nuance...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :