EPR de Flamanville : Areva était au courant depuis 2006 des anomalies

 |   |  315  mots
Interrogée le 19 avril sur l'avenir de l'EPR de Flamanville, la ministre de l'Écologie et de l'Énergie Ségolène Royale avait affirmé que le réacteur n'était pas condamné.
Interrogée le 19 avril sur l'avenir de l'EPR de Flamanville, la ministre de l'Écologie et de l'Énergie Ségolène Royale avait affirmé que le réacteur n'était pas "condamné". (Crédits : DR)
Une note de l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire a été transmise il y a neuf ans au groupe nucléaire français. Elle l'informait de fragilité dans la structure du cœur du réacteur, seule pièce qui ne peut pas être remplacée pendant toute la durée de vie de l'installation. L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a révélé le 15 avril l'anomalie de fabrication.

Areva savait. Dès 2006, le groupe français a été informé, après réalisation d'analyses chimiques sur l'acier qui compose le couvercle du réacteur en construction de Flammanville, que celui-ci présentait des fragilités. C'est ce que révèle dans son édition de mercredi 8 juillet, Le Canard Enchaîné, s'appuyant sur une note de 32 pages rédigée par l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) et transmises il y a neuf ans à Areva.

"Ce qui nous a surpris, c'est que les gens d'Areva n'aient pas réagi devant une valeur anormale aussi élevée", raconte à l'hebdomadaire satirique, Sylvie Cadet-Mercier, responsable du suivi des nouveaux réacteurs à l'IRSN. Et ce, alors que l'étude montre "une concentration en carbone qui atteint deux fois la norme admise", fragilisant le cœur du réacteur -seule pièce qui ne peut pas être remplacée pendant toute la durée de vie de l'installation-, en réduisant sa résistance aux très fortes pressions et violents chocs thermiques. D'après Areva, la présence d'une telle quantité de de carbone est "inhérent au refroidissement des grands lingots" d'acier, explique-t-elle au journal.

Le réacteur n'est pas "condamné" pour Royal

Interrogée le 19 avril sur l'avenir de l'EPR de Flamanville après que l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a révélé le 15 avril l'anomalie de fabrication, la ministre de l'Écologie et de l'Énergie Ségolène Royale avait affirmé que le réacteur n'était pas "condamné".

"Les Français peuvent être rassurés au sens où l'ASN dit les choses", a estimé la ministre, vantant un "système français transparent (...) et ça, c'est quand même un progrès extraordinaire. [...] Cela permet au parlement de faire des auditions, au gouvernement d'exiger des évaluations, des tests complémentaires, ce qu'Areva s'est engagé à faire".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/07/2015 à 13:06 :
Cette triste histoire n'est que la partie visible de l'iceberg. Le nucléaire à la Française est un gigantesque foutoir animé par les prétentieux ingénieurs-apparatchiks du Corps des Mines qui n'ont rien à faire de l’intérêt de ceux qui les financent, c a d les contribuables. Je ne voie qu'une seule issue à cette pantalonnade atomique, un scénario à la Fukushima: un pilote psychotique finira bien par crasher un airbus sur un site nucléaire, par ex. la piscine de refroidissement de la Hague. "Scénarios impossible", prétendront nos géniaux Technocratres . Et pourtant si l'avion de Germanwing avait visé la centrale du Tricastin ou Cadarache, c'est pas les 2 malheureux mirages 2000 venus (bien trop tard) d'orange qui auraient pu changer quoi que ce soit...
Réponse de le 13/07/2015 à 15:06 :
Qu'avez-vous donc contre les ingénieurs (des Mines ou autres) ?
Une méchante aigreur !
Soit vous êtes gravement ignorant, soit vous mentez : des scenarii de crash d'avion sont effectivement étudiés (avion militaire de chasse, avion civil) avec mise en place de moyens en conséquences. Consultez donc l'article sur les EPR dans Wikipedia pour un minimum d'informations.
Mais certaines caractéristiques des protections (bétons, ...) sont classées "secret défense".
D'où des polémiques ...
a écrit le 08/07/2015 à 23:12 :
Dans un contexte extrêmement défavorable, je tiens à féliciter les acteurs et constructeur au quotidien de l'EPR, leur dévouement dans la réussite du projet dans lequel les politiques de nombreux bords n'ont de cesse d'accumuler les embuches.
C'est d'un tel niveau que cela va à l'encontre même de l'effet soit disant recherché une meilleure sureté d'exploitation.
Les dispositions en place sont démesurées pour l'objectif recherché voire m^me trop la volonté d'en faire un installation difficilement exploitable est une évidence c'est de la trahison nationale.
L"association Areva Siemens une erreur stratégique de haut vol pour l'industrie nucléaire Française.
Courage à nos pionniers trahis par le systèmes et parfois les leurs,qui doivent impérativement réussir il en va de la crédibilité de l'industrie Française.
a écrit le 08/07/2015 à 22:59 :
Complétement d"accord avec Bachibouzouc, la cuve a été construite selon les normes et code qui depuis ont évolués avec effet rétroactif Bravo...,bien sur que cela est connu dés l'application de ces nouvelles normes la cuve été déjà construite.( les cuves des 50 réacteurs n'ont pas de soucis majeurs à ce jour aprés 1000 ans cumulé d'exploitation)
Par ailleurs l'idéologie écologique terroriste à, par ces mensonges et contrevérités sensiblement détruit l'image du nucléaire Français en s'insérant progressivement dans les réseaux décisionnels de la fonction publique en toute impunité.
Pour notre grand mallheur avec l'aide des Allemands qui sans vergogne et donneurs de leçons ont su détourner à leur avantage l'image du faux propres en nous vendant le co2 et la lignite américaine à bas cout, après avoir quitté l'EPR (EDF n'en voulait pas sous cette forme)et placé suffisamment de matériel à l'intérieur pour en contrôler le cout et notre dépendance. Tout cela pour nous faire accepter une technologie intermittente dont nous n'avons pas besoin, des TAG vendues à GE et des chaudières bois émettrices de CO2 (ex ex Eurodif et ferme au crocodiles c'est ahurissant bravo les écolos)
Le prix des subventions annuelles aux énergies renouvelables est de l'ordre de 4Mds euros soit 60% de l'EPR volontairement plombé par leur soin.(Capteurs Chinois et opérateurs souvent étrangers)N'oublions pas qu'EDF doit vendre de plus à la concurrence 25% de son energie la moins chère à prix coutant,et a du céder ses parts dans la CNR au profit de GDFSUEZ ENGIE. Si vous n'avez pas encore compris a qui profite le démantèlement du seul atout industriel qui nous restait écrivez moi
Si avec
a écrit le 08/07/2015 à 18:05 :
Plus d'infos :
-
http://www.asn.fr/Informer/Actualites/EPR-de-Flamanville-anomalies-de-fabrication-de-la-cuve
-
http://www.asn.fr/Media/Files/Precisions-techniques-sur-les-anomalies-de-fabrication-de-la-cuve-de-l-EPR-de-Flamanville
-
http://www.sfen.org/fr/le-blog-des-energies/tempete-dans-une-cuve
a écrit le 08/07/2015 à 17:30 :
En attendant nous continuons à financer ce "machin" qui risque bien de rester en construction perpétuelle. A raison d'un milliard par an, combien cela nous coûtera au final, si tant est que quelqu'un stoppe un jour la gabegie.
Il est vrai que pour l'image de marque du constructeur, déjà bien entamée, ce serait une catastrophe.
a écrit le 08/07/2015 à 17:15 :
Les français manifestent de plus en plus leur rejet de la classe politique mais s'ils savaient tout, ils les chasseraient à coup de balai !
a écrit le 08/07/2015 à 16:58 :
j'ai été dans l'industrie comme directeur juridique..... oui on sait mais il faut cacher car nous avons des comptes a fournir aux associés, a la bourse, ..mais la on ne peut que se dire que areva a cacher volontairement a tous ces disfonctionnement, mais dans le lobby nucléraire c'est la principe pârle t on encore du coffrage de Tchernobil qui n'a que 10 ans de retard??? un incident on classe....rapidement, donc tout le monde a menti, super anne??? ses commissaires aux comptes, la distribution de dividendes....je pose aussi une question super phénix on est ou ??
a écrit le 08/07/2015 à 16:42 :
Mme Royal nous vante un système français t-r-a-n-s-p-a-r-e-n-t .....9 ans après!!! Dans le genre je dis la vérité mais pas tout de suite!!! mais bon dormons sur nos 2 oreilles Mme la ministre est là!!! et c'est sûr elle, elle dit tout!!!
a écrit le 08/07/2015 à 16:42 :
Cette triste histoire n'est que la partie visible de l'iceberg. Le nucléaire à la Française est un gigantesque foutoir animé par les prétentieux ingénieurs-apparatchiks du Corps des Mines qui n'ont rien à faire de l’intérêt de ceux qui les financent, c a d les contribuables. Je ne voie qu'une seule issue à cette pantalonnade atomique, un scénario à la Fukushima: un pilote psychotique finira bien par crasher un Airbus sur un site nucléaire, par ex. la piscine de refroidissement de la Hague. "Scénarios impossible", prétendront nos géniaux Technocrates . Et pourtant si l'avion de Germanwing avait visé la centrale du Tricastin ou Cadarache, c'est pas les 2 malheureux mirages 2000 venus (bien trop tard) d'Orange qui auraient pu changer quoi que ce soit...
a écrit le 08/07/2015 à 15:39 :
Combien de milliards aurions nous économisé si le problème avait été pris en considération en 2006 ? car il n'est pas certain du tout qu'en fin de compte "ce machin" ne soit jamais terminé mais sa construction permanente. A raison d'un milliard par an ...
Bonjour la publicité à l'export !
a écrit le 08/07/2015 à 15:13 :
Je constate que ces dernières années, la presse nationale s'est mise à parler du nucléaire toutes les semaines, pour des problèmes généralement sans lendemain. Pourquoi ?

Je me demande si ça n'est pas lié à une conjonction d'intérêts, entre la presse qui y trouve le moyen de faire de l'audimat en clouant au pilori "les élites technocratiques", l'industrie éolienne et photovoltaïque qui y voit un moyen de mettre un bâton dans les roues de son principal concurrent, les lobbies écologistes qui y voient un moyen de faire avancer leur agenda politique, et les lobbies gazier que ça arrange toujours bien.

Ainsi pourquoi ne parle-t-on pas plus du gaz ou du charbon, qui posent pourtant des problèmes écologiques, économiques, sanitaires et géopolitiques infiniment plus graves et plus immédiats ?
a écrit le 08/07/2015 à 14:55 :
La presse aime bien exciter les gens avec des histoires de scandale. Et l'industrie nucléaire, parce qu'elle est éloignée du quotidien des gens, est suffisamment mystérieuse pour se prêter à tous les fantasmes.

Sauf que là, il n'y a pas de scandale : Fabriquer des pièces parfaites est physiquement impossible. Tout le travail d'un industriel est de faire en sorte que les défauts de ses produits soient en dessous d'un certain seuil, généralement réglementaire.

Au moment de sa fabrication, la cuve de Flamanville 3 respectait son seuil. Mais au cours du chantier de l'EPR, la réglementation a changé. La question est maintenant de savoir si la cuve respecte la nouvelle réglementation.

Areva, qui connaît bien évidemment les défauts de sa cuve depuis le début, pense que oui. Ce sera vérifié par une série d'expérimentations. Donc affaire à suivre.
a écrit le 08/07/2015 à 12:46 :
Cette triste histoire n'est que la partie visible de l'iceberg. Le nucléaire à la Française est un gigantesque foutoir animé par les prétentieux ingénieurs-apparatchiks du Corps des Mines qui n'ont rien à faire de l’intérêt de ceux qui les financent, c a d les contribuables. Je ne voie qu'une seule issue à cette pantalonnade atomique, un scénario à la Fukushima: un pilote psychotique finira bien par crasher un airbus sur un site nucléaire, par ex. la piscine de refroidissement de la Hague. "Scénarios impossible", prétendront nos géniaux Technocratres . Et pourtant si l'avion de Germanwing avait visé la centrale du Tricastin ou Cadarache, c'est pas les 2 malheureux mirages 2000 venus (bien trop tard) d'orange qui auraient pu changer quoi que ce soit...
a écrit le 08/07/2015 à 12:42 :
On peut etre rassuré que l''ASN dit les chose', non mais je reve ! On peut etre rassuré que (enfin) la communicaton et la transparence se fasse ! Mais le minimu, et ca n'est qu'a la grande frousse de l'ASN lors de Fukushima qui a compris etre le fusible qui paierait pour les conneries des autres en cas d'accident en France.
Tout ca en dit long sur le mensonge nucleaire. Au fait, a 2015, quel est le cout de revient du kWh EPR .... motus.
a écrit le 08/07/2015 à 12:19 :
Humm! on se refabrique doucement un psychodrame franchouillard nucléaire à la Creys Malleville, il me semble.
C'est tellement bon de se faire frémir avec une bonne cata potentielle.
Tout en faisant griller ses toasts avec l'électricité que nous fabrique notre fantastique parc de centrales.
a écrit le 08/07/2015 à 12:13 :
qu en dit maintenant la petite lauvergeon?
quand la justice va t elle s occuper d areva?
a écrit le 08/07/2015 à 11:12 :
Bravo areva. En cas d incident de toute facon ils auraient ete "responsable mais pas coupable" au pire et "c est pas nous, on savait pas" au mieux

Je suis pret a parier qu il n y aura aucune sanction pour cette dissimulation
a écrit le 08/07/2015 à 10:02 :
Ce n est que le reflet de la dérive d incompétence de nos élites politiques et économiques...... On voit où on en est aujourd'hui hui...... Idem pour la grece.....tout le monde savait......mais tout le monde a vendu a la grece, l Allemagne en premier.....sans se poser les bonne soirée userions sur l'endettement...... Et maintenant, on accuse les grecs......... Qu on veut mettre en plus dans la misère...... Alors qu on a laissé filer l argent des grandes fortunes du pays dans les banques...allemandes.....
Réponse de le 08/07/2015 à 10:22 :
Pour les grecs c'est leur responsabilité

Mais ça ressemble aux nôtres on vote pour des incapables et voila

A quand le procès public de mme lauvergeon ??
a écrit le 08/07/2015 à 9:10 :
Imprécision : c'est la cuve du réacteur qui est concernée et non le coeur :)
a écrit le 08/07/2015 à 9:03 :
"le réacteur n'est peut être pas condamné", mais dans ce cas, la sécurité risque de l’être.
Quand à l’attitude d'Areva, si les faits sont avérés, elle parait irresponsable. Il est vrai que lorsqu l'on n'a pas de comptes à rendre on peut interpréter les normes et les chiffres à l'envie et on peut devenir les "maitres du monde et de la matière". Sauf peut être pour l'aspect financier ? où c'est l’état qui paye quoi qu'il arrive.
Mais dans tous les cas, on a l'impression qu'ils se dispensent de toute rigueur, qu'elle soit économique ou technologique.
Bon courage à EDF pour essayer de rattraper les dégâts et on comprend mieux leurs réticences..
a écrit le 08/07/2015 à 8:50 :
Connaissant bien la boutique, ça a du se terminer par "ils nous font c... ces c.-là"
Phrase emblématique que j'ai entendue des tas de fois chez Cogema puis chez Areva plus tard qui est l'expression de la suffisance et de la morgue des dirigeants de l'entreprise
a écrit le 08/07/2015 à 8:28 :
cela n'a pas empeché à notre petite anne lauvergeon de se faire payer un salaire annuel d'un million pendant toutes ces années

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :