Face à la montée des eaux, un village de l'Alaska choisit de déménager

 |   |  372  mots
Le village avait d'ailleurs déjà décidé de déménager en 2002, mais n'avait finalement pas réussi à le faire.
Le village avait d'ailleurs déjà décidé de déménager en 2002, mais n'avait finalement pas réussi à le faire. (Crédits : Wikicommons)
Shishmaref, peuplé par la tribu indigène des Inupiat, perd chaque année 3 mètres de littoral à cause du réchauffement climatique. mais le déménagement coûterait 180 millions de dollars.

Menacés par la montée des eaux, ils ont été consultés sur leur avenir. Et la majorité (89 contre 78) a voté pour l'option de partir. Les 600 habitants de Shishmaref, village de l'Alaska situé sur les rives d'une fine île du détroit de Béring, ont choisi de déménager collectivement dans un lieu -non encore déterminé- de la terre-ferme, a annoncé jeudi 18 août la municipalité, citée par l'agence Reuters.

Chaque année, Shishmaref perd en effet quelque 3 mètres de littoral, a mesuré l'université d'Auburn en partenariat avec le corps des ingénieurs de l'armée américaine. L'érosion serait due selon les scientifiques au réchauffement climatique, qui aurait fait fondre la glace protégeant autrefois l'île des tempêtes de mer, ainsi que le permafrost (strate du sol gelé en permanence) qui soutient la langue de terre. Plusieurs édifices ont déjà dû être transféré et des digues ont été construites pour limiter les dommages.

Déracinement

Le village avait d'ailleurs déjà décidé de déménager en 2002, mais n'avait finalement pas réussi à le faire. La relocalisation sur le continent, qui selon une étude de faisabilité publiée en février pourrait prendre plus de 10 ans, coûterait en effet 180 millions de dollars, rapportent les médias locaux. Elle impliquerait en outre une forme de déracinement pour cette population indigène (de la tribu des Inupiat) qui vit sur l'île depuis des générations.

Les habitants de Shishmaref ne sont toutefois pas les seuls à être confrontés à la difficulté d'un tel choix. Le Government Accountability Office (GAO, organisme d'évaluation et d'investigation du Congrès des États-Unis) a comptabilisé une douzaine de villages indigènes en Alaska confrontés à la menace croissante de la montée des eaux: en mars le ministère de l'Intérieur américain a d'ailleurs débloqué 6,5 millions de dollars pour les aider. Et selon le Arctic Institute, d'autres municipalités américaines, dans les Etats de l'Alaska, de Washington et de la Louisiane, aurait déjà décidé de déménager, rapporte Reuters. Selon Christina DeConcini du World Resources Institute leur nombre serait d'ailleurs destiné à croître.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :