L’éolien offshore décolle dans un marché des renouvelables qui se tasse

 |   |  620  mots
Au total, l'éolien offshore a mobilisé près de 30 Mds$ en 2016
Au total, l'éolien offshore a mobilisé près de 30 Mds$ en 2016 (Crédits : Reuters)
Ajouté à la baisse rapide des coûts, le ralentissement du développement des énergies renouvelables en Chine et au Japon en 2016 entraîne une baisse des investissements au niveau mondial. Signe d’une nouvelle maturité, l’éolien offshore fait exception.

C'est le seul secteur des énergies renouvelables dont les investissements de l'année 2016 se sont accrus en 2016: l'éolien offshore. Essentiellement en Europe, notamment avec le feu vert accordé au parc de Hornsea au large des côtes britanniques, pour une puissance de 1,2 gigawatt (GW) et un investissement de 5,7 milliards de livres (6,48 Mds€) mais aussi en Chine.

Au total, l'éolien offshore a mobilisé près de 30 Mds$, en hausse de 40% par rapport à 2015. A elle seule, l'Europe a attiré 25,8 milliards de dollars (24,35 Mds €) contre 4,1 Mds$ pour la Chine, tandis que de nouveaux marchés émergent en Amérique du Nord et à Taïwan. Cette progression reflète une certaine maturité du secteur, notamment en termes de compétitivité, de fiabilité et de performance.

Elle est d'autant plus remarquable qu'elle s'inscrit dans un contexte de baisse globale des investissements dans les renouvelables, à 287,5 milliards de dollars (271,4 Mds€), en recul de 18%. Cette chute s'explique en partie par la poursuite d'une forte baisse des coûts des équipements. D'ailleurs, les capacités installées dans le solaire ont été plus importantes en 2016 qu'en 2015 (70 GW contre 56 GW), malgré des investissements en baisse de 32% à 116 Md€. En revanche, le marché mondial de l'éolien est passé de 63 GW à 56,5 GW, pour un investissement en recul de 11%.

Chine et Japon digèrent la forte croissance des dernières années

Mais cette baisse globale des investissements, toutes énergies renouvelables confondues, s'explique essentiellement par les ralentissements observés en Chine (-26% par rapport au record de 2015) et au Japon (-43%). Sur le premier marché mondial des renouvelables, qui a connu une croissance exponentielle ces dernières années, l'heure est à l'investissement dans les réseaux et à la réforme du marché de l'électricité, indispensable pour que les capacités déjà installées puissent être exploitées au mieux, alors qu'une partie de leur production est aujourd'hui perdue.

Au Japon, à la géographie difficile, la croissance viendra demain des installations solaires résidentielles, boostées par des conditions favorisant l'autoconsommation, plutôt que des grandes centrales au sol.

Ces deux marchés, qui pèsent 47% du marché mondial, expliquent un recul des investissements de 26% pour la zone Asie-Pacifique. Ils ont également reculé en Afrique du Sud, au Chili, au Mexique, au Brésil...Dans la plupart des pays émergents, la majeure partie des projets ayant remporté les enchères au cours de l'année ne sont pas parvenus à boucler leur financement avant fin 2016.

L'Europe progresse grâce à l'éolien offshore

L'Europe en revanche a vu ses investissements augmenter légèrement (3%) en 2016, à près de 71 Mds$, un phénomène largement dû à la bonne tenue de l'éolien offshore, aujourd'hui concentré en Europe. Dès lors, rien d'étonnant si le Royaume-Uni mène la danse sur le Vieux Continent (25,9 Mds$), ou plutôt dans ses eaux, suivi par l'Allemagne (15,2 Mds$). Avec 3,9 Mds$ (en baisse de 5%), la France arrive en troisième position. Les professionnels du secteur se félicitent du redémarrage de la filière éolienne, avec 45% de hausse des capacités installées. Malgré cela, le pays n'est toujours pas sur la  trajectoire qui doit lui permettre d'atteindre ses objectifs (23%) fixés dans le cadre du paquet climat-énergie décidé par l'Union européenne en 2008. Il faudrait pour cela que le rythme d'installation de nouvelles capacités entre 20015 et 2020 soit deux fois supérieur à celui observé entre 2005 et 2014.

Globalement, comme l'a rappelé le directeur général de l'Irena (Agence internationale des énergies renouvelables), Adnan Amin dimanche 14 janvier lors de l'Assemblée générale, pour respecter les objectifs climatiques arrêtés lors de la COP21, les investissements dans les énergies renouvelables doivent au moins tripler pour atteindre environ 900 Mds$ (845 Mds€) par an d'ici à 2030.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/01/2017 à 16:39 :
Je trouve chouette toutes ces éoliennes plantées en mer, comme il y a tout le temps du vent, elles ne s'arrêteront jamais, pas d'imbéciles pour en interdire la construction, les touristes, les pires, n'ont pas la voix au chapitre, et ça fera des réserves marines ou on ne pourra pas chaluter, juste mettre des casiers ou pêcher à la ligne.
J'attend vite de les voir tourner entre l'île de Noirmoutier et l'île d'yeu, ça sera surement plus beau que le mur de béton de st jean de monts, merlin plage construit pour les bobo parisiens! (psitt!, pensez à ôter vos excréments nos petites maisons vendéennes aimeraient revoir la mer et les éoliennes)
a écrit le 16/01/2017 à 21:30 :
Purée les bobos écolos avec leur énergie renouvelable me font marrer balaise: les panneaux solaires avec le rendement actuel proche de zéro pointé cause pas de soleil! les éoliens ne tournent pas en ce moment à cause d'anticyclone me font rigoler. Heureusement nos centrales nucléaires nous donnent quelques ma(i)cronwatts pour charger nos mobiles. Les écolos socs cocos aux piloris tous et haut vite Ha ha
Réponse de le 17/01/2017 à 11:04 :
nos voisins qui n'ont pas choisi le tout nucléaire, n'ont pas l air de crever de froid...Vous devez être un chanceux, moi on me les donne pas les watts, je les achète et de plus en plus chers, alors que l'offre est en surcapacité, allez comprendre...Encore un sujet, où le fait d'être partisan n'a aucune efficacité, mais bon l'important c'est que vous vous fassiez du bien j'imagine.
Réponse de le 17/01/2017 à 11:19 :
"proche de zéro", c'est toujours mieux que le zéro tout court de l'EPR hein ;-)

Sinon éolien offshore tape dans les 30-40% de rendement, balaise non?
a écrit le 16/01/2017 à 20:11 :
L'analyse année par année, surtout en terme financiers plutôt qu'en capacités, n'est pas très pertinente, on compare nettement plus les progressions sur plusieurs années. Par exemple le stockage décolle, en mobilité les véhicules électriques également et on retrouve des similitudes comme lorsque le solaire a décollé et que les prix ont baissé. Il est également plus intéressant de croiser ces données avec l'évolution des mix énergétiques par pays, vers plus d'indépendance et moins de pollutions et d'émissions de Ges. Il y a des pays qui avancent sans faire de fautes de choix et ce sont sans doute ceux là les plus intéressants. La Chine a fait quelques fautes mais avance bien avec toute une industrie export et idem dans les véhicules électriques. En Afrique certains pays font des bons choix. En Europe la Suède est un bon modèle. La France est en retard et encore trop bloquée par son lobby nucléaire qu'il va encore falloir financer de nouveau c'est très pénible, on traîne un vieux boulet!
a écrit le 16/01/2017 à 19:03 :
Merci pour cette information fort instructive. Que l'éolien offshore se porte bien cela n'est pas anormal étant donné que c'est l'énergie renouvelable la plus tardive alors que la plus efficace, la plus productive, la moins fragile et celle qui porte le moins à la contestation des riverains, les poissons étant habitués aux déchets des humains y gagnent.

Que le marché du renouvelable en ces temps de croissances en berne et de crise économique systémique n'est pas anormal non plus, ce serait bien juste que l'on nous dise ce qu'il en est réellement de la situation économique mondiale qui malgré les chiffres contestables des uns et des autres semblent vraiment moribonde.
Réponse de le 16/01/2017 à 21:37 :
économiquement parlant les prix de revient des panneaux solaires sont à un max les prix de kw des éoliens terrestres sont à un prix max max et les prix de revient du kw des éoliens sont à un prix max en exponentiel. Ce sont des élucubrations des bobos cocos socs parigots du Marais qui se chauffent avec de l'électricité fournie par nos centrales nucléaires Ainsi soit il Inch Allah
Réponse de le 17/01/2017 à 9:32 :
@citoyen blasé: "économie mondiale moribonde", le FMI a relever ses prévisions de croissance mondiale juste hier...Je sais qu'on est passé dans le monde de la post vérité, mais sur quoi basez vous donc votre analyse? Je sais que vous le savez et n'y voyez donc aucune offense, mais le monde est bien plus vaste que l'Europe ou l'ensemble des pays développés...

@kiravi: merci de m'avoir appris que nos "bobos cocos socs parigots du Marais" avaient pris le pouvoir dans des pays aussi divers que l'Allemagne, la Chine, le Japon ou encore pris le contrôle de Total. Enfin Dieu n'a rien à voir là dedans, ce sont des décisions politiques et économiques, vous faites vraiment un drôle de Monsieurjesaistout...
Réponse de le 17/01/2017 à 11:50 :
"élucubrations des bobos cocos socs parigots du Marais"

Vous n'avez pas trouvé plus long ? Dommage c'est tellement passionnant...

"le FMI a relever ses prévisions de croissance mondiale juste hier.."

Vous parlez de cette institution qui affirme que les politiques d'austérités sont un désastre mais qui soutien l'europe dans ses politiques d'austérité ?

Crédible en effet...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :