La fin des sanctions en Iran ferait durement chuter les prix du pétrole

Le retour de l'Iran ajoutera un million de barils par jour sur le marché mondial, selon la Banque mondiale. Les cours actuels du pétrole reculeraient ainsi de plus de 20%.

1 mn

Selon la Banque mondiale, la levée des sanctions va raviver l'économie de l'Iran avec une croissance de 5% en 2016 contre 3% cette année.
Selon la Banque mondiale, la levée des sanctions va "raviver" l'économie de l'Iran avec une croissance de 5% en 2016 contre 3% cette année. (Crédits : reuters.com)

La levée des sanctions contre l'Iran aura un impact "important" sur les marchés mondiaux du pétrole en faisant baisser les prix du baril de brut de 10 dollars dès 2016, estime la Banque mondiale lundi 10 août.

"Le retour plein et entier de l'Iran sur le marché mondial ajoutera au final un million de barils par jour, faisant baisser les prix de 10 dollars par baril l'année prochaine", écrit l'institution dans un rapport (le Brent passerait ainsi de 50,19 dollars le baril aujourd'hui à 40,19 dollars, ndlr).

Si cette prévision s'avérait exacte, les prix du pétrole, déjà déprimés par l'abondance de l'offre mondiale, reculeraient ainsi de près de 21% par rapport aux cours actuels.

Les exportations iraniennes bondiraient de 17 milliards de dollars

Pour rappel, aux termes d'un accord conclu avec les principales puissances occidentales, l'Iran s'est engagé à ne pas se doter de l'arme atomique en échange de la fin de l'embargo économique qui pèse notamment sur sa production pétrolière.

Selon la Banque mondiale, la levée des sanctions va "raviver" l'économie du pays avec une croissance de 5% en 2016 contre 3% cette année. Les exportations iraniennes devraient bondir de 17 milliards de dollars, soit 3,5% de son produit intérieur brut, assure également le rapport.

Les échanges commerciaux de Téhéran devraient principalement s'accélérer avec la Grande-Bretagne, la Chine, l'Inde, la Turquie et l'Arabie Saoudite, assure la Banque, qui rappelle toutefois que l'accord sur le nucléaire doit encore être ratifié avant d'entrer en vigueur.

(Avec AFP)

1 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 8
à écrit le 12/08/2015 à 1:43
Signaler
Il n'est pas certain que l'Opep et en particulier l'Arabie Saoudite ait intérêt à laisser le prix baisser autant et elle a encore les moyens de le faire remonter. C'est sans parler non plus des autres pays encore plus dépendants comme la Russie, le V...

à écrit le 11/08/2015 à 13:42
Signaler
Bonjour, Cet accord avec l'IRAN permet à Obama de relancer la machine économique de son allié traditionnel à savoir l'Europe en maintenant un prix du pétrole bas. Ainsi cela permet à Obama de s’assurer que ses alliés seront en mesure économiquement...

à écrit le 11/08/2015 à 12:19
Signaler
Coup de grâce pour le schiste américain. Mais sans doute pas pour longtemps, car la baisse de production classique continuera.

à écrit le 11/08/2015 à 11:50
Signaler
Qui spécule à la baisse sur le pétrole et les parapétroliers ? Le retour de l'Iran sur le marché est bidon car l'Iran n'a jamais cessé d'exporter plus ou moins frauduleusement une grosse partie de sa production. Par ailleurs, ses puits et ses install...

le 11/08/2015 à 13:32
Signaler
Tiens, un co actionnaire de cgg ^^

le 11/08/2015 à 15:33
Signaler
C'est tout le circuit des hydrocarbures qui est touché Donc pétroliers et parapétroliers réduisent les effectifs pour économiser, conserver au mieux des marges, investir, se restructurer, voir même se réorienter comme Total. L'Iran exportait pas gra...

le 11/08/2015 à 15:33
Signaler
C'est tout le circuit des hydrocarbures qui est touché Donc pétroliers et parapétroliers réduisent les effectifs pour économiser, conserver au mieux des marges, investir, se restructurer, voir même se réorienter comme Total. L'Iran exportait pas gra...

le 11/08/2015 à 15:34
Signaler
C'est tout le circuit des hydrocarbures qui est touché Donc pétroliers et parapétroliers réduisent les effectifs pour économiser, conserver au mieux des marges, investir, se restructurer, voir même se réorienter comme Total. L'Iran exportait pas gra...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.