La fin des sanctions en Iran ferait durement chuter les prix du pétrole

 |   |  256  mots
Selon la Banque mondiale, la levée des sanctions va raviver l'économie de l'Iran avec une croissance de 5% en 2016 contre 3% cette année.
Selon la Banque mondiale, la levée des sanctions va "raviver" l'économie de l'Iran avec une croissance de 5% en 2016 contre 3% cette année. (Crédits : reuters.com)
Le retour de l'Iran ajoutera un million de barils par jour sur le marché mondial, selon la Banque mondiale. Les cours actuels du pétrole reculeraient ainsi de plus de 20%.

La levée des sanctions contre l'Iran aura un impact "important" sur les marchés mondiaux du pétrole en faisant baisser les prix du baril de brut de 10 dollars dès 2016, estime la Banque mondiale lundi 10 août.

"Le retour plein et entier de l'Iran sur le marché mondial ajoutera au final un million de barils par jour, faisant baisser les prix de 10 dollars par baril l'année prochaine", écrit l'institution dans un rapport (le Brent passerait ainsi de 50,19 dollars le baril aujourd'hui à 40,19 dollars, ndlr).

Si cette prévision s'avérait exacte, les prix du pétrole, déjà déprimés par l'abondance de l'offre mondiale, reculeraient ainsi de près de 21% par rapport aux cours actuels.

Les exportations iraniennes bondiraient de 17 milliards de dollars

Pour rappel, aux termes d'un accord conclu avec les principales puissances occidentales, l'Iran s'est engagé à ne pas se doter de l'arme atomique en échange de la fin de l'embargo économique qui pèse notamment sur sa production pétrolière.

Selon la Banque mondiale, la levée des sanctions va "raviver" l'économie du pays avec une croissance de 5% en 2016 contre 3% cette année. Les exportations iraniennes devraient bondir de 17 milliards de dollars, soit 3,5% de son produit intérieur brut, assure également le rapport.

Les échanges commerciaux de Téhéran devraient principalement s'accélérer avec la Grande-Bretagne, la Chine, l'Inde, la Turquie et l'Arabie Saoudite, assure la Banque, qui rappelle toutefois que l'accord sur le nucléaire doit encore être ratifié avant d'entrer en vigueur.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/08/2015 à 1:43 :
Il n'est pas certain que l'Opep et en particulier l'Arabie Saoudite ait intérêt à laisser le prix baisser autant et elle a encore les moyens de le faire remonter. C'est sans parler non plus des autres pays encore plus dépendants comme la Russie, le Vénézuela, le Nigéria etc voire l'Iran. En outre la consommation remonte. Différentes prévisions qui intègrent tous les paramètres signalent une légère hausse dès l'an prochain et sur l'année et plus encore ensuite. Ce n'est donc sans doute qu'un épisode temporaire dont il faut profiter au contraire pour se désengager du pétrole, du gaz et du charbon et enfin voir à plus long terme.
a écrit le 11/08/2015 à 13:42 :
Bonjour,
Cet accord avec l'IRAN permet à Obama de relancer la machine économique de son allié traditionnel à savoir l'Europe en maintenant un prix du pétrole bas.
Ainsi cela permet à Obama de s’assurer que ses alliés seront en mesure économiquement et militairement d’assurer la sécurité des intérêts occidentaux en méditerranée et Afrique subsaharienne alors que les USA se repositionnent en Asie et dans l'océan indien.
D'un point de vue stratégique c'est très correct sachant que dans le même temps les USA restent premiers producteurs mondial de brut mais principalement destiné à leur marché intérieur ce qui leur enlève la dépendance des pays du Golfe et d’Amérique latine mais en plus affaiblit les monarchies pétrolières un peu trop prompt à l'émancipation du paternalisme US et se laissant un peu trop aller vers des radicalismes religieux incompatibles avec l'intégration à une communauté mondiale plutôt modéré quand à la question religieuse donc source à terme de conflit avec les voisins asiatiques et européens.
C'est plutôt fin comme stratégie. Il va laisser à son successeur une situation économie, politique et géostratégique bien plus lisible que ce qu'il avait obtenu à son arrivée à la maison blanche mais surtout il essaye de se dépêtrer des conflits armés et laisse libre court à la négociation politique qui est plus saine sur le long terme ... tant que l'on a un interlocuteur en face.
Quoi qu'on en dise je le trouve plutôt très bien le président Obama. Premier mandat difficile mais second mandat très actif sur tous les plans (Environnement, Santé, Politique étrangère, Énergie, Économie européenne etc ...).
a écrit le 11/08/2015 à 12:19 :
Coup de grâce pour le schiste américain.
Mais sans doute pas pour longtemps, car la baisse de production classique continuera.
a écrit le 11/08/2015 à 11:50 :
Qui spécule à la baisse sur le pétrole et les parapétroliers ? Le retour de l'Iran sur le marché est bidon car l'Iran n'a jamais cessé d'exporter plus ou moins frauduleusement une grosse partie de sa production. Par ailleurs, ses puits et ses installations ayant été mal (ou pas du tout) entretenus depuis des dizaines d'années et les recherches quasiment interrompues, il va y avoir du travail pour CGG, Technip et les autres dont ou se demande bien pourquoi les cours ont autant baissé.
Réponse de le 11/08/2015 à 13:32 :
Tiens, un co actionnaire de cgg ^^
Réponse de le 11/08/2015 à 15:33 :
C'est tout le circuit des hydrocarbures qui est touché
Donc pétroliers et parapétroliers réduisent les effectifs pour économiser, conserver au mieux des marges, investir, se restructurer, voir même se réorienter comme Total. L'Iran exportait pas grand chose, c'est d'ailleurs pour cette raison qu'il a des millions de barils déjà extraits prêts à inonder le marché. Par contre pour ré-exploiter à plein régime, il va falloir réviser toutes les installations qui ne tournaient pas ou peu depuis longtemps.
---
Il y a au moins CMA CGM qui n'a pas raté le départ, puisque, le lendemain de l'accord, "a annoncé lundi (03) avoir décidé de reprendre ses livraisons à l'Iran dès le début aout", pour le compte de la Chine il me semble.
Réponse de le 11/08/2015 à 15:33 :
C'est tout le circuit des hydrocarbures qui est touché
Donc pétroliers et parapétroliers réduisent les effectifs pour économiser, conserver au mieux des marges, investir, se restructurer, voir même se réorienter comme Total. L'Iran exportait pas grand chose, c'est d'ailleurs pour cette raison qu'il a des millions de barils déjà extraits prêts à inonder le marché. Par contre pour ré-exploiter à plein régime, il va falloir réviser toutes les installations qui ne tournaient pas ou peu depuis longtemps.
---
Il y a au moins CMA CGM qui n'a pas raté le départ, puisque, le lendemain de l'accord, "a annoncé lundi (03) avoir décidé de reprendre ses livraisons à l'Iran dès le début aout", pour le compte de la Chine il me semble.
Réponse de le 11/08/2015 à 15:34 :
C'est tout le circuit des hydrocarbures qui est touché
Donc pétroliers et parapétroliers réduisent les effectifs pour économiser, conserver au mieux des marges, investir, se restructurer, voir même se réorienter comme Total. L'Iran exportait pas grand chose, c'est d'ailleurs pour cette raison qu'il a des millions de barils déjà extraits prêts à inonder le marché. Par contre pour ré-exploiter à plein régime, il va falloir réviser toutes les installations qui ne tournaient pas ou peu depuis longtemps.
---
Il y a au moins CMA CGM qui n'a pas raté le départ, puisque, le lendemain de l'accord, "a annoncé lundi (03) avoir décidé de reprendre ses livraisons à l'Iran dès le début aout", pour le compte de la Chine il me semble.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :