Le pétrole fait une incursion sous les 30 dollars, du jamais vu depuis 2003

 |   |  479  mots
L'Energy Information Administration (EIA) américaine a dit s'attendre à ce que la production mondiale augmente encore jusqu'à la fin de l'an prochain, notamment avec la probable levée des sanctions occidentales contre l'Iran.
L'Energy Information Administration (EIA) américaine a dit s'attendre à ce que la production mondiale augmente encore jusqu'à la fin de l'an prochain, notamment avec la probable levée des sanctions occidentales contre l'Iran. (Crédits : © Essam Al Sudani / Reuters)
Les cours affichent ainsi leur septième séance consécutive de baisse, sans précédent depuis la crise financière, un mouvement alimenté principalement par les doutes sur la demande chinoise et l'absence de diminution de l'offre mondiale.

Une première depuis plus de 12 ans. Les cours du pétrole à New York sont brièvement tombés mardi 12 janvier sous le seuil de 30 dollars le baril, poursuivant un mouvement de baisse qui les ont fait chuter de près de 18% depuis le début du mois.

Le contrat février sur le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) perdait 97 cents, soit 3,1%, à 30,44 dollars le baril en fin de séance après être brièvement tombé, peu avant la clôture, à 29,93 dollars, son plus bas niveau depuis décembre 2003. Le Brent a quant à lui fini à 30,86 dollars, en repli de 69 cents, soit 2,19%, après un plus bas à 30,34 dollars.

| Opinion Pourquoi le prix du pétrole devrait encore baisser

La Chine et la surproduction en cause

Les cours affichent ainsi leur septième séance consécutive de baisse, sans précédent depuis la crise financière, un mouvement alimenté principalement par les doutes sur la demande chinoise et l'absence de diminution de l'offre mondiale.

"Le marché reste sous pression à cause des implications du retour imminent de l'Iran" avec la levée imminente de sanctions contre Téhéran "et du fait que l'on n'attend aucune mesure de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep)", a résumé Andy Lipow, de Lipow Oil Associates.

L'annonce d'un attentat suicide qui a fait au moins dix morts à Istanbul et les déclarations du ministre nigérian du Pétrole sur la volonté de "quelques" pays membres de l'Opep d'organiser une réunion d'urgence du cartel ont provoqué une séance une brève remontée des cours mais la tendance s'est vite inversée. Le ministre du Pétrole des Emirats arabes unis (EAU) a écarté l'hypothèse d'une initiative de l'Opep, jugeant que la stratégie actuelle, visant à défendre les parts de marché en faisant baisser la production nord-américaine, fonctionnait.

Le cours moyen du baril de brent à 50 dollars en 2017?

"Pour que le marché se stabilise, il faut que la production continue à baisser aux Etats-Unis et que les investissements continuent à diminuer", a prévenu Andy Lipow. De son côté, l'Energy Information Administration (EIA) américaine a dit s'attendre à ce que la production mondiale augmente encore jusqu'à la fin de l'an prochain, notamment avec la probable levée des sanctions occidentales contre l'Iran.

L'agence fédérale table sur un cours moyen du Brent de 40 dollars en 2016 et 50 dollars en 2017 et sur un prix du brut américain inférieur de deux dollars environ à celui du Brent cette année et de trois dollars l'an prochain.

"S'il ne se passe rien d'énorme et si la situation des économies émergentes ne s'améliore pas, le prix du pétrole ne semble pas en mesure de remonter avant la fin 2017", a estimé Kevin Book, analyste spécialisé du cabinet ClearView Energy Partners.

 (avec Reuters et AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/01/2016 à 14:18 :
En effet le prix du pétrole baisse mais pas le prix à la pompe. comment se fait il que le diesel ait fondu de presque 40 cents alors que celui de l'essence a baissé, certes mais de beaucoup, beaucoup moins. Avant noël, un hyper de la région de Rennes vendait le SP95 € 1.18 et toutes les stations de Dinan ( je parle de super et hyper) vendaient le SP95 autour de € 1.28/1.30.....aujourd'hui alors que le baril de pétrole est à $30, le prix de notre "nectar" à 95 d'octane est toujours à ce prix, soit autour de 1.24....comment cela se fait-il? Certaines stations comme Total continuent d'ailleurs de vendre le SP95 a plus de 1.40!!
a écrit le 13/01/2016 à 10:44 :
il faut creer une taxe sur l'énergie pour compenser la baise du prix du pétrole mais les français ne sont pas d'accord
Réponse de le 13/01/2016 à 12:18 :
Vous vivez sur Mars?

Regardez vos factures d’énergie, elles sont grevées par les taxe diverses et variées. Pour ce qui est du pétrole, la TICPE+TVA c'est plus de 400% de taxe sur le prix sortie de raffinerie.
Réponse de le 19/01/2016 à 10:35 :
Regardez votre feuille de paie; vous verrez que le montant des taxes diverses est beaucoup plus important, en euros. Merci.
a écrit le 13/01/2016 à 9:39 :
Et nous autres consommateurs n'allons pas nous en plaindre. Dans ce monde de spéculateurs qu'eux-mêmes ne sont pas capables de comprendre c'est ça de prit.
a écrit le 13/01/2016 à 8:42 :
comme le disait un analyste, y a pas de reel pb demand/supply a court terme..... par contre sur les futurs ' curieusement', les gens sont massivement short, ce qui fait que les prix s'ecroulent.....
y aurait il une banque americaine qui prevoyait le baril a 20 apres l'avoir prevu a 140 derriere tout ca? mystere....
maintenant si le baril descend a 20, meme l'arabie saoudite ne gagnera plus grand chose, et diminuera les plafonds.......... et vu comme la marge de manoeuvre est faible, les prix peuvent s'envoler aussi vite qu'ils sont descndus! ( rachats de shorts compris!!!!!)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :