Montée en pression à EDF : jusqu'à 7.000 postes supprimés en 4 ans

Alors que ce matin se tient un comité central d'entreprise, de nouveaux chiffres sortent, plus inquiétants encore que ceux d'hier sur l'ampleur du plan d'économies que la direction va soumettre aux représentants des salariés.

2 mn

Cette intensification des réduction d'effectifs inquiète les syndicats, alors que l'entreprise a de gros chantiers devant elle (maintenance lourde des centrales nucléaires françaises et construction de deux réacteurs RPR à Hinkley Point, en Angleterre).
Cette intensification des réduction d'effectifs inquiète les syndicats, alors que l'entreprise a de gros chantiers devant elle (maintenance lourde des centrales nucléaires françaises et construction de deux réacteurs RPR à Hinkley Point, en Angleterre). (Crédits : © Charles Platiau / Reuters)

Hier, des sources au fait du dossier avaient déjà évoqué une amplification des suppressions de postes par rapport aux premières propositions faites par la direction d'EDF il y a un an - elle tablait alors sur 2.300 à 4.200 suppressions sur deux ans (2016-2018) et le Pdg d'EDF Jean-Bernard Lévy avait alors assuré qu'il n'irait "pas plus loin dans les baisses d'effectifs" que ce qui avait déjà été annoncé aux partenaires sociaux. Hier donc, une première augmentation en nombre et en durée était communiquée à la presse : jusqu'à 5.200 postes et sur trois ans.

Ce matin, les chiffres s'emballent : l'objectif cible qui pourrait être communiqué aux représentants du personnel ce jeudi matin en comité central d'entreprise (CCE) serait compris entre 5.200 et 7.000 suppression de postes, et cela, sur une durée désormais de quatre ans.

Les fonctions supports ciblées. La R&D en ligne de mire ?

L'électricien prévoit désormais que ses effectifs en France se situeront fin 2019 dans une fourchette comprise entre 60.200 et 62.050 salariés, contre 67.200 fin 2015, selon plusieurs sources syndicales. Soit une baisse d'effectifs de 7,7% à 10,4% en quatre ans, contre 5% en trois ans initialement prévu.

Principaux concernés par ce volet: les salariés des fonctions support (achats, juridique, RH, commercial, logistique...). Mais l'intersyndicale CGT, SUD, CFE-CGC, CFDT, FO et CFTC de la R&D alerte aussi sur les baisses d'effectifs qui "menacent la recherche".

Interrogé, EDF s'est refusé à tout commentaire. Première force syndicale de l'entreprise, la CGT "entend se servir du débat en CCE pour demander à la direction de revoir sa copie", selon son représentant Philippe Page Le Mérour.

Moins de personnel en phase de maintenance lourde des centrales ?

Cette intensification inquiète en effet les syndicats, alors que l'entreprise a de gros chantiers devant elle (maintenance lourde des centrales nucléaires françaises et construction de deux réacteurs RPR à Hinkley Point, en Angleterre).

Pour mémoire, s'agissant du volet financier du plan d'économies, l'électricien avait en janvier 2016, assorti les réductions d'effectifs d'un plan d'économies de 700 millions d'euros sur trois ans. Quatre mois après, en avril, c'est finalement de 1 milliard d'euros jusqu'en 2019 qu'il s'est engagé à réduire ses charges opérationnelles. Un effort qui intervient alors que l'Etat, son actionnaire à près de 85%, va renflouer à hauteur de 3 milliards d'euros le groupe endetté. Ici aussi, les chiffres vont-ils encore s'amplifier ?

(Avec AFP)

___

Lire aussi : Areva, EDF... ce que prévoit le budget de l'Etat actionnaire (28.09.2016)

2 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 9
à écrit le 03/02/2017 à 16:19
Signaler
Je ne sais pas comment les budgets sont gérés et validés par les managers et/ou controlling mais c’est assez hallucinant. Il devrait déjà limiter l’utilisation des consultants extérieurs qui atteint plus de la moitié de certains services. Et parfoi...

à écrit le 03/02/2017 à 14:29
Signaler
74 milliards de dette + 100 milliards d'investissements a venir au minimum. Pour une capitalisation de 19 milliards. Ils peuvent supprimer tout les postes qu'ils veulent ça ne suffira pas. Voilà se qui arrive quand vous laisser les reines aux politiq...

à écrit le 02/02/2017 à 18:32
Signaler
Le juste prix....qui dit mieux? Et si on poussait à 10 000....

à écrit le 02/02/2017 à 17:00
Signaler
EDF va très mal. Le personnel hors les 3.000 salariés du CCAS, travaille moins des 1.600h annuelles correspondant à 35h sur 47 semaines. En faisant 32h sur beaucoup moins de semaines il est normal que l'entreprise allège son effectif. Les quelques m...

à écrit le 02/02/2017 à 14:05
Signaler
combien E D F donne au comité d'entreprise +les logements pour les vacances +d'autres avantages .......... Salutations

à écrit le 02/02/2017 à 12:07
Signaler
Ce sont en bonne partie les conséquences des charges plus importantes liées au vieillissement du parc nucléaire, aux surcoûts de l'EPR, à la baisse des énergies, à la concurrence des renouvelables et une adaptation insuffisante notamment. D'autres s...

à écrit le 02/02/2017 à 10:10
Signaler
Merci beaucoup aux politiques débiles allemandes d'austérité appliquées à la lettre par notre gouvernement sans questionnement.

à écrit le 02/02/2017 à 9:48
Signaler
Coté positif de ce "délestage" c'est que les avantages des salariés EDF SA qui ont jusqu'à 27 à 31 jours de congés supplémentaires, jusqu'à 4650 à 7700€ de primes, intéressement ou participation, self, complémentaire retraite, mutuelle, prévoyance, p...

le 02/02/2017 à 13:39
Signaler
Eh bas je ne savait pas que j'avais autant d'avantages !!! petit recap les jours de congés supplémentaire sont juste du que la plupart des centrales ou les agents travaillent font 40h/ semaine donc RTT 7700 euros de primes supplémentaires, p...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.