Pétrole : la Libye va relancer ses exportations

 |   |  570  mots
La Libye a un besoin pressant de relancer son secteur pétrolier, sa principale ressource économique.
La Libye a un besoin pressant de relancer son secteur pétrolier, sa principale ressource économique. (Crédits : Reuters Ismail Zetouni)
La Compagnie nationale de pétrole (NOC) a annoncé jeudi la reprise de ses exportations de pétrole après le retour au calme dans le Croissant pétrolier.

Les autorités libyennes non reconnues, qui contrôlent la région du Croissant pétrolier, ont annoncé mercredi avoir remis la gestion des principaux terminaux pétroliers, dont elles se sont récemment emparées, à la compagnie nationale de pétrole (NOC).

Jusqu'à présent, ces ports du nord-est du pays étaient contrôlés par une milice de l'Est ayant prêté allégeance au GNA, le gouvernement d'union nationale, basé à Tripoli et reconnu par le communauté internationale.

Mais entre dimanche et lundi, les forces du général Khalifa Haftar, liées aux autorités non reconnues basées dans l'Est, s'étaient emparées des terminaux du Croissant pétrolier: Zoueitina, Brega, Ras Lanouf et Al-Sedra.

Jeudi, la NOC a affirmé qu'elle restait loyale au gouvernement d'union nationale (GNA) soutenu par l'ONU et qui siège à Tripoli, tout en précisant qu'elle appliquait "les instructions données par le Parlement" basé dans l'est et qui soutient les autorités parallèles.

Impact sur les marchés ?

Dans la foulée, ce jeudi, le président de la compagnie nationale de pétrole (NOC), Mustafa Sanalla, a promis de relancer les exportations.

M. Sanalla a ainsi indiqué que les exportations de brut allaient "reprendre immédiatement à partir des terminaux de Ras Lanouf et Zoueitina, et continueront à Brega". Elles reprendront d'Al-Sedra "dès que possible".

Cette annonce, laissant présager une hausse de la production, pourrait avoir des conséquences sur les marchés, dans un contexte mondial déjà tendu. Toutefois, certains analystes estiment qu'il faut considérer -une fois encore- cette information avec prudence :

 "La situation en Libye est parfois un peu dure à suivre, et il y a eu des faux départs auparavant, donc l'annonce de la NOC pourrait être prise avec des pincettes par les investisseurs", commentait Olivier Jakob, de Petromatrix, dans une note, avant d'ajouter : "Le contrôle des ports par la LNA (les autorités de l'Est, NDLR) est cependant un nouvel élément. (...) Ils ont un intérêt politique à collaborer avec la NOC".

>>>(RE)LIRE AUSSI : Libye : la bataille pour le pétrole inquiète les Occidentaux

Production de brut divisée par cinq depuis 2010

Ce retour au calme a permis à la NOC d'annoncer jeudi la levée de "l'état de force majeure sur tous les ports du Croissant pétrolier", ouvrant ainsi la voie à la reprise des exportations.

Pour rappel, l'état de "force majeure", invoqué dans des circonstances exceptionnelles, permet une exonération de la responsabilité de la NOC en cas de non-respect des contrats de livraison de pétrole. Cette mesure avait été décrétée en 2013 sur plusieurs sites pétroliers parce que la NOC s'était trouvée incapable d'honorer ses contrats de brut à ses clients.

La Libye a un besoin pressant de relancer son secteur pétrolier, sa principale ressource économique. Sa production de brut a été divisée par cinq depuis 2010, alors que le pays dispose des plus importantes réserves pétrolières d'Afrique (estimées à 48 milliards de barils).

Avant le soulèvement contre Mouammar Kadhafi, la Libye produisait 1,6 million de barils par jour. Elle n'en produit plus que 290.000 environ.

La NOC estime qu'elle pourrait passer en un mois à 600.000 bpj et 950.000 d'ici la fin de l'année à condition de bénéficier de nouveaux financements et de rouvrir les oléoducs du sud-ouest du pays

(Avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/09/2016 à 12:50 :
Excellente nouvelle. Plus d'offre=pétrole moins cher= on retire leur pouvoir de nuisance à des pays comme la Russie, le Venezuela ou l'Arabie saoudite.
Réponse de le 17/09/2016 à 18:16 :
Que vous ont-ils fait exactement la Russie, le Venezuela ou l'Arabie Saoudite?
Réponse de le 20/09/2016 à 12:10 :
@Sy : le nationalisme russe promu par Poutine, qui a éliminé toute opposition démocratique, menace la sécurité de l'Europe, avec l'Anschluss de la Crimée et l'occupation de fait d'une partie de l'Ukraine. Le Venezuela ne m'a rien fait mais les choix chavistes ont tué l'économie du pays. Ajoutons que le Venezuela chaviste a cherché par tous les moyens, y compris en y soutenant le terrorisme des FARC, à déstabiliser son voisin colombien. Quant à l'Arabie Saoudite, patrie du wahhabisme, et d'autres pétromonarchies du même coin, ce sont des sources de financement plus ou moins directes du terrorisme islamiste. Ajoutons enfin qu'un pétrole moins cher n'est pas pour arranger les affaires de Daesh. Et de ce qui est mauvais pour Daesh est bon pour nous...
a écrit le 16/09/2016 à 9:38 :
oui
a conditions de beneficier des financements
question suivante; qui va preter a un etat en guerre pour que sa compagnie nationale fasse des projets grandioses d'investissement dans un secteur en crise
hormis des socialistes francais apotres de l'investissement pas rentable avec l'argent des autres, on ne voit pas qui...
a écrit le 16/09/2016 à 7:47 :
Équations simples :
Pétrole = dollars
Dollars = Hommes + Armes
Hommes + Armes - loi = ?
a écrit le 15/09/2016 à 18:55 :
C'est pour cela donc que le cour du pétrole est suspendu depuis une semaine, que des mauvaises nouvelles pour le lobby pétrolier. C'est marrant mais je n'arrive pas à pleurer.
Réponse de le 16/09/2016 à 5:39 :
C'est vrai, le pétrole c'est mal. On en consomme pourtant tous, et beaucoup. Derrière le mot "lobby" (ça aussi c'est mal), il y a des centaines de milliers de gens qui en vivent. Sans compter que les cours du pétrole signifient que l'économie mondiale est en berne (et là, c'est des centaines de millions qui vont rester sur le carreau). Alors soyez satisfaits.
Réponse de le 16/09/2016 à 9:56 :
Les usines qui fabriquent des mines anti-personnelles, celles qui tuent et mutilent des dizaine de milliers d'enfants et de gens par an emploient également des milliers de personnes.

Sans parler des usines qui fabriquent des armes chimiques, des missiles, des fusils et-c...

Cet argument n'a aucune valeur.

Quant à l'économie qui s'écroulerait à cause de la chute du lobby pétrolier c'est également du grand n'importe quoi. D'une part l'économie mondiale ce n'est pas le pétrole et heureusement quand même non !? Par la suite quand une économie est sclérosée par trop de conservatisme, celle du pétrole dure depuis des dizaines et des dizaines d'années, c'est mauvais pour l'économie car cela l'empêche de respirer, cela étouffe les initiatives différentes et concurrentes, ce n'est que de la cellulite qui se répand.

Cela fait un siècle que la voiture électrique existe, à votre avis pourquoi cette technologie n'a t'elle pas avancé ?

Sans parler des énergies renouvelables qui se sont développées seulement grâce à la spéculation excessive sur le pétrole mais qui sinon ne seraient certainement pas là où elles en sont alors que franchement, et en plus nous en avons la technologie, j'ai vu qu'un ingénieur chinois avait inventé des vitres qui fournissaient de l’électricité quand même, comment cela se fait il que des énergies dont la matière première ne coute rien et dont l'exploitation est à peu de frais soit encore sous exploitée ?

Par ailleurs c'est depuis 2008 que nous nous enfonçons dans la plus profonde et grave crise économique du fait de notre oligarchie financière mondiale qui de part son dogme néolibérale est en train de vider les ménages de leur capacité d'acheter, cela n'a rien à voir avec la crise du pétrole qui elle n'a commencé qu'il y a un an.

Les dogmes mènent aux raisonnements imbéciles et improductifs, réveillez vous.
Réponse de le 16/09/2016 à 15:17 :
Je ferai abstraction de votre agrument sur les mines anti-personnelles, pathétique.
Je n'ai pas dit que l'économie s'écroulerait à cause de la chute du lobby pétrolier (décidément, ce lobby...) ; j'ai écrit que des cours bas traduisent une économie en berne.
Non, l'économie mondiale, ce n'est pas le pétrole mais quand le pétrole se vend mal, c'est que la consommation n'est pas là et que l'économie souffre.
Je sais que ça pollue moins la planète et que les gens qui, comme vous dans les forums, fustigent l'industrie pétrolière ou les multinationales s'en frottent les mains et préfèrent ignorer que du coup, beaucoup de gens auront faim.
Si la voiture électrique ou les énergies renouvelables n'ont pas encore décollé, n'allez pas chercher trop loin. Je sais bien que beaucoup de gens adorent la théorie du complot. Vous savez bien que jusqu'à présent, la voiture électrique n'avait pas encore atteint la polyvalence d'une voiture thermique.
Question dogmes, à vous lire, vous vous y connaissez.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :