Recyclage : Suez cède des activités pour 1,1 milliard à PreZero (l'insatiable Schwarz qui s'étend en Europe)

 |  | 452 mots
(Crédits : Charles Platiau)
Le protocole d'accord est signé et concerne les activités de recyclage dans quatre pays européens. Alors que plane la menace d'un rachat par son concurrent Veolia, l'entreprise atteindrait d'un coup avec cette opération près de la moitié de son objectif de cessions prévu dans son plan stratégique annoncé en octobre 2019. Pour le secteur du recyclage européen, c'est une nouvelle phase de grandes manœuvres qui s'ouvre.

Suez a annoncé mercredi entrer en négociations exclusives avec PreZero, branche environnementale du groupe Schwarz, pour la cession de ses activités de recyclage (dites "recyclage et valorisation") situées dans quatre pays européens : les Pays-Bas, le Luxembourg, l'Allemagne et la Pologne.

Le montant de la transaction envisagé : 1,1 milliard d'euros. Le recyclage des plastiques et des déchets dangereux ne font pas partie du périmètre.

Suez, objet d'une tentative de rachat par son concurrent Veolia, atteint ainsi 40% de l'objectif de cessions/acquisitions prévu par son nouveau plan stratégique annoncé l'an dernier, indique le communiqué.

En lançant le 2 octobre 2019 son plan « Shaping Suez 2030 » sur quatre ans, le groupe se mettait en ordre de marche "face aux opportunités et défis de la décennie" pour "devenir le leader mondial des services à l'environnement", avec, à l'époque, des résultats tangibles envisagés dès 2021.

Et dans ce cadre, Suez affirme que cette transaction ouvre la voie pour de nouvelles opportunités et collaborations avec le groupe Schwarz. De fait, un coup d'oeil sur les grandes manoeuvres côté acheteur, montre de nombreux points d'intérêt communs entre les deux groupes.

La consolidation européenne du secteur du recyclage est en marche

Pour situer le contexte de cette transaction, l'acheteur allemand Schwarz, c'est grosso modo 100 milliards d'euros de chiffres d'affaires par an, dont une bonne part provient du secteur de la grande distribution : le groupe familial est numéro un européen (et 4e mondial) de la vente au détail, essentiellement avec des marques de distributeur (il est également producteur de produits de boulangerie, boissons, glaces...) : il possède les chaînes de magasins Lidl, Aldi, Kaufman. Selon son rapport annuel de 2018, le groupe exploitait plus de 11.800 magasins en 2018 (environ 10.000 succursales Lidl, le reste de Kaufland) dans 30 pays.

Un relais de croissance pour Schwarz

Le développement du bio, des services informatiques, des ventes en ligne (+56% dans le monde en 2018) font certes partie des relais de croissance du groupe allemand, mais l'activité de recyclage a clairement le vent en poupe: témoin, le rachat fin août 2018 du groupe Tönsmeier, spécialisée donc dans la gestion des déchets (élimination, recyclage et valorisation), par GreenCycle, une société du groupe Schwarz, responsable du recyclage et de la fourniture d'énergie du groupe Schwarz dans plus de 11.000 magasins Lidl et Kaufland.

Tönsmeier a été rebaptisée PreZero. L'entreprise, qui emploie plus de 3.000 personnes (chiffres 2017) est installée en Allemagne, aux Pays-Bas et en Pologne - quasiment le même périmètre géographique que Suez-, a contribué au chiffre d'affaires de Schwarz pour 500 millions d'euros dès la première année.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/09/2020 à 9:12 :
>> l'acheteur allemand Schwarz, c'est grosso modo 100 milliards d'euros de chiffres d'affaires par an (...) le groupe familial est numéro un européen de la vente au détail, (...) il possède les chaînes de magasins Lidl, Aldi, Kaufman <<
Ah bon? Lidl et Aldi c'est pareil?
a écrit le 16/09/2020 à 9:58 :
Pas facile de créer un groupe français de taille mondiale. Suez/Véolia , cela rappelle
l'OPA d'Usinor sur Arcelor , les deux groupes tricolores ne voulaient pas s'entendre.
Du coup , l'indien Mittal a raflé la mise, plus de fusion entre français , adieu la possibilité d'avoir une société leader. Et dire que les contribuables ont payé des milliards de francs
pour sauver la sidérurgie pour arriver à ce résultat.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :