Métallurgie : 260.000 postes seraient détruits d'ici à 2025

 |   |  295  mots
Plus vraisemblablement, le nombre d'emplois sauvegardés s'établirait à 30. 000 en ventilant les allègements de charges entre baisse des prix, investissement, augmentation de la masse salariale et reconstitution de trésorerie, explique le syndicat.
"Plus vraisemblablement, le nombre d'emplois sauvegardés s'établirait à 30. 000 en ventilant les allègements de charges entre baisse des prix, investissement, augmentation de la masse salariale et reconstitution de trésorerie", explique le syndicat. (Crédits : Reuters)
Les industries de la métallurgie devraient détruire un cinquième de leurs effectifs selon une étude présentée mardi aux partenaires sociaux, a indiqué la CFDT. Les allègements de charges autour du pacte de responsabilité auraient un "effet modeste" sur la dégradation de l'emploi.

Secteur en crise depuis quelques années, la situation de la métallurgie ne devrait pas s'améliorer dans les prochaines années. C'est ce que démontre une étude du cabinet BIPE présentée mardi 30 septembre aux partenaires sociaux, d'après la CFDT:

"Les industries de la métallurgie continueraient de perdre un nombre important d'emplois ces dix prochaines années: les effectifs passeraient de 1,3 million à 1,04 million en 2025 (soit 260.000 postes détruits, ndlr)."

4 milliards d'euros d'allègement de charges

Réalisée dans le cadre des négociations autour du pacte de responsabilité, l'étude précise en outre que les allègements de charges consentis aux entreprises atteindraient "un montant total d'environ 4 milliards d'euros sur la période 2014-2020" et "dégageraient en moyenne 0,6 point de croissance par an", toujours selon la CFDT.

Cela ne convainc pas le syndicat qui y voit un "effet modeste" sur la dégradation de l'emploi, permettant, "au mieux, de sauvegarder 67.000 emplois, s'ils étaient utilisés pour créer un choc d'investissement".

"Plus vraisemblablement, le nombre d'emplois sauvegardés s'établirait à 30.000 en ventilant les allègements de charges entre baisse des prix, investissement, augmentation de la masse salariale et reconstitution de trésorerie", ajoute le syndicat.

Opportunités d'emplois dans la métallurgie

Toutefois, il y a une lueur d'optimisme selon la CFDT. L'étude met en évidence "de réelles opportunités" en termes d'emploi dans la métallurgie: "l'effet 'pacte de responsabilité', conjugué aux départs à la retraite et aux mobilités externes, conduirait à un besoin annuel de 107.000 recrutements en moyenne, sur la période 2016-2025".

Dans le cadre du pacte de responsabilité, les branches professionnelles sont invitées à négocier sur l'emploi notamment, en échange des 40 milliards d'euros octroyés aux entreprises d'ici à 2017.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/10/2014 à 13:47 :
"négocier sur l'emploi notamment, en échange des 40 milliards d'euros octroyés". L'octroi n'a jamais créé d'emploi dans le monde libre créé par la révolution française, mais a fortement géné le développement agricole et industriel. Ce qui a justifié son abolition en 1948. Depuis son abolition, les gouvernements socialistes n'ont cessé de vouloir intervenir en jouant à emploi contre allègement d'octroi.
a écrit le 01/10/2014 à 10:33 :
Aux 260 000 postes détruits il faut ajouter les milliers de postes qui ne sont pas créés parce que les agences bidules de l'innovation et les centres machins bidouilles de l'innovation comme l'ex OSeo Anvar BPI innovation MASSACRENT et MéPRiSENT les projets innovants dans la métallurgie
Réponse de le 01/10/2014 à 11:34 :
les pouvoirs publics ont promu un certain nombre d'initiatives de R&D en Lorraine, à Metz et à Florange, non ?
c'est ce que les gens demandent. que l'Etat fasse tout à leur place.

on nous apprend que les entreprises sont en retard dans l'usage du numérique. par contre la France est classée dans les tout meilleurs pays en matière de e-Government, notamment pour les relations avec les acteurs économiques...
quel pays de veaux.
a écrit le 01/10/2014 à 8:58 :
entre la loi florange et la recente remise en cause du plan social des contis, plus personne ne veut investir en france !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :