Avec le Qatar, l'Algérie construit une usine géante d'acier à 2 milliards de dollars

 |   |  156  mots
Ce complexe sidérurgique est réalisé dans le cadre du partenariat entre Sider et Qatar Steel.
Ce complexe sidérurgique est réalisé dans le cadre du partenariat entre Sider et Qatar Steel. (Crédits : reuters.com)
Afin de réduire ses importations d'acier, estimées à 10 milliards de dollars par an, l'Algérie a débuté, en partenariat avec le Qatar, la construction d'une usine qui doit produire 4,2 millions de tonnes d'acier par an.

Réduire la dépendance aux importations d'acier. L'Algérie et le Qatar ont lancé lundi 9 mars à Jijel (300 km à l'est d'Alger) la construction d'un complexe sidérurgique qui va coûter deux milliards de dollars, a annoncé l'agence APS. Le Premier ministre du Qatar, Abdallah ben Nasser ben Khalifa Al-Thani, s'est rendu sur les lieux pour donner le coup d'envoi du chantier avec son homologue Abdelmalek Sellal.

4,2 millions de tonnes d'acier par an

L'usine, qui va employer 3.000 personnes, contribuera à réduire les importations algériennes d'acier, estimées à 10 milliards de dollars par an (environ 9,2 milliards d'euros). Elle fabriquera à partir de 2017, quelque 4,2 millions de tonnes d'acier plat et aciers spéciaux destinés entre autres à l'industrie du rail en Algérie.

Ce complexe sidérurgique est réalisé dans le cadre du partenariat entre Sider, groupe détenu à 51% par l'État algérien et 49% par Arcelor Mittal et qui produit 600.000 tonnes d'acier par an, et Qatar Steel.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/08/2015 à 10:15 :
Qatar- mécanique

L’acier te la métallurgie sont les principaux industries de base de la mécanique. Elle doit profiter de cette occasion unique pour lancer son industrie automobile avec le Qatar.
Il n’est plus question d’une marque automobile mais plutôt d’une union stratégique mécanique.
1-La Tunisie a choisi une union stratégique mécanique avec l’URSS.
2-Le Maroc a opte’ pour la France, en ce qui concerne ce domaine industriel vital.
3- l’Algérie n’a plus de choix Elle est dans l’obligation d’acquiesce avec une puissance mondiale industrielle du même calibre. L’éventail du choix se rétrécit aux puissances militaires mondiales suivantes :
1- RFA ……….. WV
2- USA ………….Ford ou Chevy
3-Le Japon………Toyota
4- La Chine …… avec ses Trois premières marques.
Ce choix permet a ce pays d’avoir deux clients clés au départ : le Qatar et lui-même.

Tous ceux qui conseillent a` l’Algérie d’autres marques se trompent complètement de stratégie, à long terme.
Ce n’est plus une question de mécanique automobile. C ‘est une question de stratégie industrielle, qui doit être constante dans l’espace temps.
Messieurs Mohamed IADADENE et Docteur Mebtoul doivent réviser, leurs options.
Il s’agit de vendre coûte que coûte sa production dans un marche’ trop compétitif et non pas de racheter a l’usine les voitures invendues ou invendables.
L’objet économique d’une usine est de faire de l’argent et non pas de perdre.
Le raisonnement des dirigeants algériens est complètement schizophrène pour ne pas dire suicidaire.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :