STX : Paris et Rome veulent surmonter leurs divergences

Les dissonances restent présentes entre la France et l'Italie après la nationalisation du chantier naval STX. A l'issue d'une rencontre entre les ministres des Finances des deux pays, il semblerait toutefois que le dialogue est maintenu pour tenter de trouver un compromis. Date clé pour les discussions ? Le 27 septembre, pour le sommet franco-italien.
(Crédits : STEPHANE MAHE)

Les gouvernements français et italien ont convenu, mardi, d'aplanir leurs divergences après la nationalisation du chantier naval STX France, pourtant promis à l'Italien Fincantieri, qui a ouvert une crise entre les deux pays.

"Les gouvernements italien et français expriment leur volonté commune de surmonter leurs divergences concernant l'équilibre de la structure du capital de STX", indique le texte d'une déclaration commune, rendue publique après une rencontre à Rome entre le ministre italien des Finances Pier Carlo Padoan et son homologue français Bruno Le Maire.

> Lire aussi : Attractivité : le dossier STX, symbole du mal français

Les deux gouvernements se sont fixé jusqu'au 27 septembre, date d'un sommet entre le président français Emmanuel Macron et le chef du gouvernemnet italien Paolo Gentiloni, pour tenter de trouver une solution "réciproquement acceptable", selon cette déclaration.

"Des divergences n'ont pas été éliminées"

Les ministres français et italien se sont rencontrés pour tenter de trouver une issue à la crise née entre les deux pays après la nationalisation "temporaire" de STX France, chantier naval basé à Saint-Nazaire pourtant promis à l'Italien Fincantieri sous la présidence de François Hollande.

Le nouveau président français Emmanuel Macron a toutefois décidé de rouvrir le dossier et de réviser le pacte d'actionnaires, en proposant à l'Italie un accord 50-50. Ce que Rome refuse, réclamant la majorité absolue du capital du chantier français.

"Nous avons constaté qu'il reste encore des divergences qui n'ont pas été éliminées", a déclaré le ministre italien Pier Carlo Padoan devant la presse.

Ce à quoi a répondu Bruno Le Maire :

"Nous avons des difficultés et des opinions différentes sur STX, mais nous trouverons une solution adéquate."

Un pôle naval, civil et militaire franco-italien ?

Le ministre des Finances français s'est dit prêt à revenir à Rome dès septembre, avant le sommet franco-italien le 27, pour tenter d'aplanir ces divergences.

Il a également évoqué l'idée d'un grand pôle naval, civil et militaire entre la France et l'Italie, pour faciliter cet accord, ce à quoi le gouvernement italien s'est montré favorable.

"La France et l'Italie expriment leur volonté de faciliter la création d'une industrie navale européenne plus efficace et compétitive", indique ainsi la déclaration commune.

Encore faut-il, que la "confiance revienne" entre les deux pays, a souligné le ministre italien du Développement économique, Carlo Calenda, qui a participé à la rencontre. Et pour ce faire, a-t-il ajouté, il est nécessaire de trouver un accord sur STX "qui respecte dans la substance les accords déjà conclus avec le gouvernement français".

L'accord conclu par l'ancien gouvernement prévoyait de confier 48% du capital de STX France à Fincantieri et 6% à une fondation basée à Trieste, où est également installé le groupe italien.

(avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 10
à écrit le 03/08/2017 à 4:25
Signaler
France may remain without industrial champions in a lot of strategic sectors, in which the other countries have those. True naval partnership should be equal, as airbus and land system partnership, without somebody's dominance.

à écrit le 02/08/2017 à 21:55
Signaler
Les chantiers STX de Turku en Finlande, ont été rachetés par Meyer-Werft. Excellente collaboration entre les Allemands et les Finlandais. STX-Saint-Nazaire avait volé à Turku la commande des "Oasis" du temps des subventions camouflées d'un ancien mai...

à écrit le 02/08/2017 à 21:51
Signaler
Je ne voit pas ou les Français et les Italiens peuvent collaborer dans le naval militaire !? Naval-Group ( DCNS) et Fincantieri sont en concurrence féroce sur ce plan. Les Italiens ont éliminé DCNS du programme SEA 5000 des Frégates Australiennes. Fi...

à écrit le 02/08/2017 à 21:48
Signaler
Je ne voit pas ou les Français et les Italiens peuvent collaborer dans le naval militaire !? Naval-Group ( DCNS) et Fincantieri sont en concurrence féroce sur ce plan. Les Italiens ont éliminé DCNS du programme SEA 5000 des Frégates Australiennes. Fi...

à écrit le 02/08/2017 à 18:17
Signaler
Que veut faire la France aujourd'hui de son site industriel et de son savoir faire ? Nos politiques ont t ils vraiment une vision de l'avenir, en sachant que ce ne sont pas des industriels et encore moins de fins stratèges d'entreprise. Car tout cel...

à écrit le 02/08/2017 à 15:29
Signaler
Le ministre français va supplier les italiens d'accepter un nouveau deal défavorable à Fincantieri. La France a perdu sa dignité refusant de conclure un accord qui avait déjà été négocié. J'espère bien que Fincantieri se retire de cette opération pou...

à écrit le 02/08/2017 à 12:46
Signaler
L'Europe de la défense exige une concentration industrielle entre les acteurs majeurs. Après la chute de l'Union soviétique, une telle opération s'est réalisée aux USA. Pour les intéressés, je conseille vivement la lecture de cet article pour mieux c...

le 02/08/2017 à 15:25
Signaler
@Arsène: 1) explique-nous d'abord comment , après avoir fait un petit dans le dos, on peut encore conserver sa crédibilité. 2) quelle est la différence entre l'armement de l'ex-URSS et la Russie actuelle ? L'Union européenne reste un concept à défini...

à écrit le 02/08/2017 à 12:45
Signaler
Conseiller régional des Pays de la Loire, j'ai suivi de près ce dossier depuis mai 2016. J'ai consulté des spécialistes des procédures collectives internationales qui m'ont indiqué que la meilleure chose à faire pour mettre STX France à l'abri des p...

le 02/08/2017 à 13:48
Signaler
"mettre STX France à l'abri des prédateurs, en cas de faillite de la maison mère coréenne STX Offshore & Shipbuilding, serait qu'elle demande sa mise en sauvegarde auprès du Tribunal de Commerce de St Nazaire, conformément à la loi de 2008." ...Certe...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.