Les jeunes, prêts à "coucher" pour réussir en entreprise

 |   |  367  mots
Près d'un salarié sur 10 (9%) se dit prêt à coucher pour réussir et les 18-24 ans sont même près d'un sur cinq (18%).
Près d'un salarié sur 10 (9%) se dit "prêt à coucher" pour réussir et les 18-24 ans sont même près d'un sur cinq (18%). (Crédits : Reuters)
Si "flatter les chefs" reste la stratégie la plus efficace pour réussir en entreprise, trois quarts des jeunes de 18 à 24 ans se disent "prêts à tout" pour réussir en entreprise, et près d'un sur cinq irait même jusqu'à "coucher", selon un sondage OpinionWay pour les éditions Tissot publié lundi.

A en croire un sondage réalisé pour les éditions Tissot, spécialisées en droit du travail, la réussite en entreprise passe par tout, mais pas forcément par les compétences. Ainsi, 53% des salariés interrogés se disent "prêts à tout" pour réussir, davantage les hommes (59%) que les femmes (47%). Cette envie de réussite à tout prix est encore plus forte chez les jeunes : 75% des jeunes pourraient donc tout accepter, contre 51% des 35-49 ans et 44% des 50 ans et plus.

18% des 18-24 ans valident la "promotion canapé"

Si parmi les options, le fait de "communiquer en permanence sur ses réalisations" recueille 53% des suffrages, 30% d'entre eux se disent aussi prêts à "ne pas dire la vérité" à leurs supérieurs ou leurs collègues (39% des 25-34 ans), et 22% sont prêts à "acquiescer à toutes les idées de leur boss, même celles qui ne leur semblent pas pertinentes". Enfin 22% sont prêts à "user de leurs charmes".

Dans une proportion loin d'être négligeable, près d'un salarié sur 10 (9%) se dit "prêt à coucher" pour réussir et les 18-24 ans sont même près d'un sur cinq (18%).

Savoir flatter, plus utile que les compétences

Autre enseignement de l'étude, parmi les salariés interrogés, ceux qui réussissent le mieux en entreprise sont d'abord ceux qui "savent flatter leurs chefs" (43%) - mais seuls 26% des 18-24 ans le pensent, contre 48% des 50 ans et plus -.

Ainsi, la capacité à flatter ses supérieurs passe avant les compétences puisque seulement 36% des sondés pensent que ceux qui réussissent le mieux en entreprise "sont les plus compétents".

Quant aux ambitieux "qui n'agissent que dans leur propre intérêt", ils ne réussissent pas forcément mieux puisqu'ils ne recueillent que 38% des suffrages. Enfin, inutile de jouer la carte de la sincérité. Seulement 14% des interrogés pensent que l'honnêteté rime avec réussite dans la sphère de l'entreprise...

Sondage réalisé du 6 au 14 avril par questionnaire auto-administré en ligne auprès d'un échantillon de 1.060 salariés issu d'un échantillon de 2.067 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus (méthode des quotas).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/05/2016 à 9:34 :
Denis Baupin en a rêvé, la jeunesse est prête !
a écrit le 10/05/2016 à 5:33 :
Reponse a Physicien ;
Ce serait plutot a decharge......
a écrit le 09/05/2016 à 23:20 :
Comportement latin...
a écrit le 09/05/2016 à 17:56 :
A la place de " sont prêts à coucher", un sondage pour nous dire "ont déjà couché" en distinguant pour hommes / femmes et par tranches d'âge.

Des recrutement directs à des postes relativement élevés, pas de diplôme en relation ( mais histoire de l'art, géographie, sociologie), pas d'expérience. "C'est un excellent profile".

Toutes ressemblances avec …
a écrit le 09/05/2016 à 16:44 :
sondage pas très malin et encore moins convaincant : de toute façon la compétence seule finit par payer ! et le c...l a ses limites !
a écrit le 09/05/2016 à 16:26 :
Ben ça présuppose la très faible intelligence des chefs, et leur peu d'investissements dans le destin de l'entreprise mais leur flatte leur égo démesuré.
Ils ont raison de penser comme ça ces jeunes, si leur chef, ridicule petit cadre intermédiaire grimpé gràce à des combines peu morales n'est pas monté en haut de la hierarchie c'est à cause de son incommensurable incompétance.
Faut pas hésiter, avec un peu de chance vous pourrez éliminer ce contreproductif et apporter une pierre à l'évolution de la boîte.
a écrit le 09/05/2016 à 13:29 :
Ceci dit, dans notre monde libéralisé, il me vient que cette situation pourrait être utilisée pour mettre à mal un concurrent. La plupart des managers masculins tomberaient facilement dans le piège, vu qu'ils y pensent parfois assez souvent, et que dans les entreprises, les directions générales ne font pas de rappel à l'éthique et de mise en garde contre le social engineering... Tout est bon pour faire tomber un concurrent. Bon, aux US, ils sont paranos, ne jamais être seul avec une femme ou laisser la porte ouverte ou être sous couverture de caméra de surveillance.
a écrit le 09/05/2016 à 13:13 :
Est-ce que notre président a utilisé ce stratagème pour faire avancer sa carrière :-) ????
a écrit le 09/05/2016 à 12:35 :
"Dans une proportion loin d'être négligeable, près d'un salarié sur 10 (9%) se dit "prêt à coucher" pour réussir et les 18-24 ans sont même près d'un sur cinq (18%)".
Ce qui fait en réalité presque le double en pourcentage, compte tenu de la population concernée par la promotion canapé.
Réponse de le 09/05/2016 à 18:40 :
Parce que vous croyez qu'il n'y a pas du tout de garçons prêts à coucher ?
a écrit le 09/05/2016 à 11:59 :
La promotion canapé, c'est vieux comme le monde, rien de nouveau sous le soleil.
a écrit le 09/05/2016 à 11:17 :
Coucher - Dénoncer ses collègues - Mentir - Récupérer le travail des autres …
a écrit le 09/05/2016 à 11:07 :
Si cela peut donner des idées tordues à des managers, je leur rappellerais que dans notre société un dépôt de plainte pour harcèlement sexuel pourrait leur pendre au nez... avec à la clef un petit tour en cabane au frais...
a écrit le 09/05/2016 à 10:19 :
Pourquoi, ce n'était pas le cas les années précedentes ?
a écrit le 09/05/2016 à 10:19 :
ils ont tout compris
a écrit le 09/05/2016 à 10:17 :
Faudra le dire à Denis Baupin.
a écrit le 09/05/2016 à 9:37 :
A partir de 18%, vous affirmez que les jeunes sont prêts à coucher pour réussir. Évitons les raccourcis rapides...
a écrit le 09/05/2016 à 9:36 :
Le vrai problème de l'économie française ne serait pas le niveau des charges ?
a écrit le 09/05/2016 à 9:33 :
Coucher c'est pas nouveau
a écrit le 09/05/2016 à 9:22 :
"Enfin, inutile de jouer la carte de la sincérité."
Merci pour cette conclusion pleine de bon sens. L'argent n'est pas une fin en soi, du moins ne devrait pas l'être. C'est avec ce genre d'article qu'on normalise ces travers et qu'on perd de vue l'important : l'humain. Quand allez-vous changez votre sens du mot "réussite"?
a écrit le 09/05/2016 à 9:22 :
Amusant comme article.
Qui paie ce genre de sondage?
Après, pourquoi roule le journaliste:
Le titre: Les jeunes, prêts à "coucher" pour réussir en entreprise= 51%
L'introduction: et près d'un sur cinq irait même jusqu'à "coucher"= 20%
Que cherche t'on a nous vendre? La Loi El-Khommery II ou la loi Strauss Kahn?
a écrit le 09/05/2016 à 9:14 :
Si c'est pour pondre des articles aussi débiles, merci de changer de métier!
Réponse de le 09/05/2016 à 23:22 :
Couché sur le papier arf..

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :