Lunettes chères : comment les opticiens contre-attaquent

 |   |  1146  mots
Face au projet de loi Hamon sur la consommation qui s'attaque notamment au marché des lunettes, les opticiens français organisent leur défense.
Face au projet de loi Hamon sur la consommation qui s'attaque notamment au marché des lunettes, les opticiens français organisent leur défense. (Crédits : Microsoft)
Benoît Hamon évalue à 1 milliard d’euros les économies réalisables grâce aux propositions d'amendements relatives à la vente d’optique en ligne. Pour se défendre, les opticiens classiques fustigent le web…pourtant ils s’y mettent eux aussi. Explications.

Dans le viseur, les opticiens français? Tandis que Marc Simoncini, le fondateur de Meetic, essaie de refaire le "coup de Free" en cassant le prix des lunettes, le gouvernement s'attèle à soutenir la vente d'optique en ligne. Pour Benoît Hamon, le ministre de la Consommation, les Français pourraient faire au moins un milliard d'euros d'économies grâce à la nouvelle législation.

Des réductions de " 30 à 40%" résulteraient d'un amendement du rapporteur Razzy Hammadi qui propose notamment d'obliger les ophtalmologues à indiquer sur leurs ordonnances la mesure des écarts entre les pupilles, ce qui aurait pour conséquences de faciliter les commandes de lunettes et de lentilles correctrices en ligne en les rendant plus "sûres".

Lunettes trop chères, le serpent de mer

Le but, là aussi, consiste à faire baisser le prix des lunettes. Un prix et plus globalement l'organisation d'un marché qui font l'objet de vives critiques depuis des mois que ce soit par l'association de défense des consommateurs UFC Que Choisir, par la Cour des Comptes ou bien sûr  par les vendeurs en ligne "pure-player" comme Sensee de Marc Simoncini.

Or, le problème n'est pas seulement économique. Car, si toutes les lunettes correctrices ne coûtent évidemment pas 470 euros - le chiffre retenu par les parlementaires comme étant celui du prix moyen d'une paire en France -, quelque 2 millions de Français renonceraient à s'équiper chaque année pour des raisons financières.  

Pourquoi les Français choisissent des lunettes chères

Dans ce contexte, les opticiens "classiques" - 11.000 en France en tout - tentent bien sûr de se défendre, d'abord sur le terrain de la communication. Depuis le mois de mars, lorsque Marc Simoncini a réveillé cette controverse en fustigeant "l'optique la plus chère d'Europe", les opticiens répètent le même type d'arguments.

Ils expliquent premièrement qu'en réalité si les prix sont apparemment si élevés c'est parce que contrairement à leurs voisins européens, les Français choisissent des lunettes avec de meilleures corrections, donc plus chères. Un choix d'autant plus facile à faire quand le niveau de remboursement pratiqué par certaines mutuelles laisse un reste à charge relativement faible pour chaque consommateur.

Ensuite, ils défendent un "service" à part qui justifierait l'existence des marges brutes très élevées. Ce faisant, ils restent discrets sur les millions dépensés en marketing. Celles-ci atteindraient 580 millions d'euros par an soit 60 euros par monture en moyenne, dont 6 euros seulement pour certains petits indépendants et bien plus pour les plus grosses enseignes selon l'UFC qui prend en compte les offres du type "deux paires pour le prix d'une". 

A leur ligne de défense, certains opticiens, ajoutent désormais de nouveaux arguments, directement liés au projet de loi. "Attribuer aux ophtalmologues le soin de mesurer l'écart pupillaire, permettra de sortir de la méthode auto-artisanale avec une carte bleue ou une règle qui font un peu peur au consommateur parce que ça fait amateur", argue Mathieu Escot chargé d'étude à l'UFC Que Choisir, qui soutient le projet du gouvernement.

Rester maître des mesures

Bien entendu, les opticiens tiennent à préserver cette activité qui justifie en partie l'existence de boutiques physiques. Philippe Peyrard, le patron d'Atol rétorque ainsi 

 "Les ophtalmologues, déjà peu nombreux et non formés pour cela, passent 6 à 7 minutes par patient, il faudrait rajouter 3 à 4 minutes pour mesurer cet écart et pour certain investir entre 800 et 1.000 euros dans de nouveaux appareils."

Incapable de mesurer un écart pupillaire les ophtalmos ? Stéphanie Dangre, qui dirige le groupe All, un réseau de 1900 opticiens indépendants tempère :

"Ils en sont capables bien sûr mais ce ne sont pas eux qui fabriquent les lunettes. Pour le confort il vaut mieux poser les lunettes sur le nez, effectuer des réglages etc…"

Brandir les menaces de délocalisations

A tout cela, certains ajoutent un argument macro-économique. Ils brandissent en effet les menaces pour l'emploi et les délocalisations. Le PDG de Krys, Jean-Pierre Champion déplore ainsi, en faisant référence aux économies évoquées par Benoît Hamon :

"On peut gagner un milliard à condition de détruire 5.000 emplois et de délocaliser 5 usines."

Un argument balayé à l'UFC où l'on rappelle que "depuis quinze les offres bas de gamme à 120 ou 150 euros pour les premier prix de lunettes avec verres progressifs sont entièrement réalisé à l'étranger". Chez les indépendants, Stéphanie Dangre pointe également le fait que les "lunettes le low-cost existent aussi en boutique, où au moins, des prises de mesures sont réalisées".

Ils sont déjà sur le web...

Et puisque le meilleur système de défense reste encore l'attaque, les opticiens se mettent de plus en plus… au web. Krys par exemple propose de choisir, commander et payer ses lunettes en ligne, en téléchargeant une ordonnance, puis d'aller récupérer ses lunettes en boutiques. 

"Les consommateurs peuvent faire leur comparaison en ligne, donc nous nous alignons" sur des prix affichés en moyenne deux fois moins élevés que dans les commerces classiques, assume Jean-Pierre Champion. Ce qui ne l'empêche pas de fustiger un "modèle économique [des pure-players] qui ne serait pas rentable.

Une analyse partagée par Philippe Peyrard, le patron d'Atol pour qui, les "pure players",

"ce sont surtout des financiers dont le modèle consiste à avoir un maximum de clients puis de revendre à des fonds pour faire un coup."

Chez Atol donc, pas question de se soumettre au système du "click and mortar", qui consiste à acheter en ligne et récupérer son produit en magasin. Cependant, même pour les plus réfractaires, le web a une utilité. De plus en plus, les pages internet des opticiens incluent des catalogues interactifs qui propose "d'essayer des lunettes virtuelles". Philippe Peyrard vante le sien :

 "Nous proposons une expérience d'avant vente où le consommateur peut essayer le produit de façon virtuelle, changer les branches, la forme, mais il faut se rendre en magasin pour un essayage complet".

L'expérience en question se conclue simplement sur la création d'un document avec un code de référence. Un système où il ne serait pas très compliqué, en cas de besoin de rajouter des prix et de permettre des transactions en ligne...

Des "Etats Généraux de l'optique"

"Nous n'avons pas peur de la concurrence à condition qu'elle soit saine (…) nous ne sommes pas contre internet à condition que ce soit utilisé intelligemment", conclue Stéphanie Dangre. En attendant que le système "commande en ligne" et "essayage en boutique", une sorte de "drive" des lunettes donc, se démocratise,  la représentante d'un groupe d'opticiens indépendants demande "des Etats Généraux de l'optique, pour que nos préoccupations sur la santé soient prises en compte".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/12/2013 à 21:09 :
Par ailleurs, il faudrait sanctionner les assurés peu scrupuleux avec les renouvellements ou remboursements.
Autant les corrections peuvent varier, autant la monture peut resservir.

Et dire que des syndicalistes n'hésitent pas à recourir à la flexibilité du système.
a écrit le 18/12/2013 à 19:12 :
cette marge d'environ 60 sert à payer les salaires, les charges de plus en plus lourdes, les frais de fonctionnement en constante augmentation dépassant de loin l'inflation (théorique).Bien sur , il y a des fraudeurs; à en croire des intervenants, c'est toujours l'opticien qui propose et jamais le client qui demande...Moi je dis non depuis longtemps; Si les contrôles étaient effectués régulièrement avec en sanction de fortes amendes et des interdictions d'exercer l'assainissement serait rapide (valable dans tous les domaines
a écrit le 18/12/2013 à 19:03 :
D'autre part aucun responsable n'a cherché à discuter la marge "faramineuse"; 233% d'après la cour des comptes, repris en choeur par beaucoup de journalistes ( sauf je crois 50 millions consos); je suis opticien, avec une affaire qui tourne et sur mon bilan la marge est de 63%. On peut vérifier auprès des CCI de France et des centres de gestion que les marges des opticiens sont entre 55 et 65% - coeff de 3, PAHT 33 PVTTC 99,marge=49,78€
Réponse de le 20/12/2013 à 8:28 :
63%, c'est déjà bien trop. J'ai opté pour l'achat en ligne, et c'est clair les prix sont bien plus raisonnable.
a écrit le 18/12/2013 à 18:55 :
Peyrard, Dangre et les autres auraient peut-être pu utiliser des arguments comme:
- sur les 470€, 77€partent dans la poche de l'état;- les opticiens doivent faire figurer des offres de base sur les devis (beaucoup de franchisés ont des offres simples-foyers à 39€,
159€ ou moins en progs) - 470€ ttc pour une durée moyenne de 2 ans, cela fait 0,64 ctsd'€
par jour (combien dépensent plus en cigarettes ou jeux à gratter)!
Réponse de le 20/12/2013 à 8:30 :
C'est curieux, les offres à 39 € ne sont jamais proposés...
a écrit le 17/12/2013 à 18:17 :
Mettons nous à la place du consommateur…

Qui d'entre nous prendrai le risque de payer un équipement complet, même moins cher, sans avoir essayer "physiquement" la monture et de tester l'efficience des verres choisis ?
Le projet de M. Hamon ne sera qu'un "pétard mouillé" ! J'en suis convaincu...
A vous lire.
a écrit le 17/12/2013 à 18:17 :
Mettons nous à la place du consommateur…

Qui d'entre nous prendrai le risque de payer un équipement complet, même moins cher, sans avoir essayer "physiquement" la monture et de tester l'efficience des verres choisis ?
Le projet de M. Hamon ne sera qu'un "pétard mouillé" ! J'en suis convaincu...
A vous lire.
Réponse de le 20/12/2013 à 8:31 :
C'est vous qui le dite...
a écrit le 17/12/2013 à 13:36 :
uniquement sur la fait que dans les autres pays européens l'optique est bien moins chère, les pros du secteur devraient faire part de beaucoup plus d'humilité, je ne crois pas que nos partenaires européens soient plus crétins que nous.
Si on scrute le train de vie des opticiens des années70, 80, l'on mesure les marges qu'ils se sont octroyées sur notre dos, une juste mesure irait dans le sens de la diminution de ces marges éhontées, mais y a du boulot.
Réponse de le 18/12/2013 à 17:30 :
Je me permet de vous laisser un petit commentaire car je suis opticienne depuis presque 12 ans et j'en ai marre d'entendre tout et n'importe quoi sur mon métier.
Oui, un équipement pour presbyte est plus cher en France que dans les autres pays Européens. Savez-vous seulement pourquoi ? Tout simplement parce que là ou d'autres pays vous propose en offre de lancement des doubles foyer,en France on vous propose des verres progressifs. Les Français sont certainement mieux équipés que dans les autreves pays.
Et pour parler marges, savez-vous que votre vendeur de prêt à porter fait un coefficient plus important que votre opticien de quartier ? De plus, il vous vend un produit fini ce qui n'est pas le cas de l'opticien.
Les verres de vue sont livrés brut et c'est votre opticien qui centre, taille et parfois perce vos verres de manière à les adapter à la monture que vous avez choisie. le matériel nécessaire à tout ça coûte entre 30 000 et 60 000 euros et fonctionne à l'électricité et à l'eau !!! Et vous oubliez tout les services rendu qui sont gratuit dans la mojorité des cas: réparations, changement de plaquettes et de manchons (non, non !! Les fournisseurs ne nous les offrent pas!), soudures, nettoyage, reglages, examen de vue complet et parfois adaptation lentille
Avant de critiquer, il faut connaitre.
Réponse de le 20/12/2013 à 8:33 :
Arrêtez vous allez me faire pleurer...
Réponse de le 24/12/2013 à 12:22 :
Pourquoi il y a t-il autant d'opticiens que de vendeurs de fenêtres ?
eux aussi doivent prendre des mesures, ajuster etc...
La réalité est qu'ils se font des marges honteuses comme les vendeurs de fringues et d'optique.
a écrit le 17/12/2013 à 13:06 :
En attendant, ils ne se sont pas gênés pour proposer de faire passer des solaires en vue aux fais de la Sécu pendant des plombes. A Toulouse, j'en ai pas un qui ne m'a pas proposé la combine... Hors de question que je pleure pour eux. Ceci dit, on peut rester dubitatif, l'ouverture sur le web des pharmacies n'a pas un effet au top... Bref, faut plutôt voir ça comme un rétablissement de l'équilibre de l'univers.
a écrit le 17/12/2013 à 11:12 :
Antoine depuis son atoll polynésien envisagerait de faire une nouvelle pub (cela reste toutefois à confirmer) , cette fois pour le gouvernement : "Auvol les opticiens"
a écrit le 17/12/2013 à 10:23 :
"L'expérience en question se conclue" simplement sur une faute d'orthographe
a écrit le 17/12/2013 à 10:11 :
Si on perd effectivement 5000 emplois pour 1 milliard d'économie, l'activité sort gagnante, car elle créera plus d'emplois grâce à cette économie. 1000000000 / 5000 / 12 = 16666€ par mois. Autant leur verser un RSA à 2000€ par mois ça couterait bien moins.
Réponse de le 17/12/2013 à 12:21 :
Calcul ridiculement simple...
1 milliard d'économie c'est aussi :
200 million de TVA non perçu
Le coût des licenciement
Les prélèvements sociaux qui saute.
M. Simoncini embauche 5 opticiens... Une pur folie.

Enfin les opticiens gagne tellement d'argent que les salaires sont effondrés en 10 ans. Il est maintenant d'environ 1 600€ net par mois pour 40 heures en travaillant les samedi et parfois les dimanche pour les plus chanceux.

Bref de la pur démagogie tout cela. Au passage il n'y a pas d'histoire de dividende et de gros actionnaire dans l'optique mais à 90% des PME et TPE
Réponse de le 20/12/2013 à 8:34 :
1600 € net. C'est scandaleux... Bien trop payés ces gens là.
Réponse de le 24/12/2013 à 16:43 :
ARTHUR, vous n'en avez pas ras le bol de baver sur votre voisin. Tout ce que l'on peut dire, c'est que ce gouvernement, qui criait au scandale en invoquant l'agrandissement la fracture sociale provoquée par le favoritisme des "riches" envers les "pauvres" de la précédente présidence, fait exactement la même chose, en pire, et dans le désordre (les "pauvre" envers les "riches"!!!). On n'a jamais vu autant de haine entre compatriote de classe sociale différente que depuis ces 18 derniers mois. pitoyable....
a écrit le 17/12/2013 à 9:42 :
Prochaine étape, les épiceries de luxe nommées Pharmacies. Saisie de l'ordonnance chez le Médecin sur un AmazonPharma puis livraison par la Poste !
a écrit le 17/12/2013 à 8:29 :
J'adore ces politiciens qui avancent des chiffres ( 1 milliard!) sans aucune base réelle, toujours largement exagérés et jamais réalises! C'est ce que l'on appelle de la publicité mensongère.
Réponse de le 17/12/2013 à 11:35 :
Il faut bien qu'Hamon justifie de sa fonction. S'il annonçait 100.000 euros d'économie, personne ne prêterait attention à sa logorrhée.
Il est cependant vrai que le nombre trop élevé de boutiques d'opticiens les oblige à augmenter leurs tarifs afin de compenser le faible nombre de leurs ventes.
Réponse de le 17/12/2013 à 11:36 :
Comme le Pdg de Kriss, "5.000 emplois perdus", sur quelle base !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :