Carrefour rachète 126 galeries commerciales à la foncière Klépierre

 |   |  310  mots
Carrefour détenait déjà 45 galeries marchandes avant la cession de 126 nouveaux sites en Europe par Klépierre. (Photo Reuters)
Carrefour détenait déjà 45 galeries marchandes avant la cession de 126 nouveaux sites en Europe par Klépierre. (Photo Reuters) (Crédits : reuters.com)
Grosse opération immobilière pour Carrefour: l'entreprise a racheté 126 galeries commerciales appartenant à Klépierre pour près de 2 milliards d'euros. Avec 8 autres actionnaires, elle créé une nouvelle société foncière : Carmila.

Pour près de 2 milliards d'euros, Carrefour a racheté 126 galeries commerciales à Klépierre. Celles-ci, situées en France en Espagne et en Italie, jouxtent les magasins du distributeur.

Naissance de Carmila

Carmila, une nouvelle foncière créée par Carrefour, sera chargée de gérer ce portefeuille ainsi que les 45 galeries que le groupe possédait déjà. Le géant de la distribution n'en détiendra que 42%, le reste étant partagé entre Amundi (Crédit Agricole), Axa, le néerlandais Blue Sky Group, BNP Paribas Cardif, Colony Capital, Crédit Agricole Assurance, Pimco (Allianz) et Sogecap (Société Générale). Un partage qui permet à Carrefour d'éviter d'avoir à consolider les comptes de Carmila dans les siens. 

Augmenter la valeur des hypermarchés

L'entreprise sera dirigée par Jacques Ehrmann, ancien PDG de Mercialys recruté en 2013 par le distributeur pour ses opérations immobilières. En tout, la valeur des 171 centres commerciaux de cette co-entreprise atteint 2,7 milliards d'euros, précise le groupe dans un communiqué diffusé mercredi soir. 

La veille, lors de l'assemblée générale des actionnaires, le PDG Georges Plassat avait justifié sa stratégie. Il s'agit selon lui de

"Reprendre le contrôle de nos galeries marchandes [afin de] sécuriser nos magasins en terme d'attractivité et d'augmenter la valeur sécable de nos hypermarchés."

Désendettement pour Klépierre

Pour Klépierre cette cession servira à financer son désendettement. Déduction faite des intérêts minoritaires, le produit de cette cession qui comprend les contrats de gestion locative et immobilière, s'élève à 1,5 milliard d'euros, dont 1,3 milliard qui seront utilisés pour rembourser des lignes de crédit.  Peu après l'annonce de l'opération, l'agence Standard & Poor's a indiqué que sa finalisation devrait entraîner un relèvement de la note de Klépierre, actuellement fixée à "BBB+".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :