Amazon rachète PillPack au désespoir des pharmacies traditionnelles

Par latribune.fr  |   |  638  mots
Un an à peine après le rachat de Whole Foods, qui avait secoué le marché mondial de la distribution, le géant du commerce électronique a annoncé l'acquisition de PillPack, un spécialiste de la vente en ligne de médicaments, transaction qui peut potentiellement bousculer tout le secteur. (Crédits : Reuters)
L'achat de cette pharmacie en ligne jeudi par le champion du e-commerce a fait immédiatement plonger en Bourse les "drugstores" (les distributeurs de produits pharmaceutiques) américains.

Jeudi en début de séance, les principaux indices boursiers américains poursuivaient leur repli. Certes, la prudence face aux incertitudes sur le commerce international limitait les prises de risque, mais cette fois-ci, on assistait à une nouvelle initiative d'Amazon qui secouait le secteur de la distribution pharmaceutique, accentuant le plongeon des indices. Quelques minutes après le début des échanges, l'indice Dow Jones perdait 99,92 points, soit 0,41%, à 24.017,67 alors que le Standard & Poor's 500, plus large, recule de 0,2% à 2.694,35 et que le Nasdaq Composite abandonne 0,19% à 7.431,30.

Amazon créait donc une fois de plus l'événement : un an à peine après le rachat de Whole Foods, qui avait secoué le marché mondial de la distribution, le géant du commerce électronique a annoncé l'acquisition, pour un montant non précisé, de PillPack, un spécialiste de la vente en ligne de médicaments, transaction qui peut potentiellement bousculer tout le secteur.

Impact immédiat sur les grandes chaînes de "drugstores": Walgreens Boots Alliance chutait de 9,45%, de loin la plus forte baisse du Dow, CVS Health cèdait 7,8% et Rite Aid 11,11%, tandis que les grossistes McKesson et Cardinal Health perdaient autour de 5%. Même le gestionnaire des remboursements médicaux Express Scripts lâchait 4,5%.

A l'inverse, Amazon tirait les marrons du feu, gagnant d'emblée 0,23%, et finissant la journée à +2,47%.

PillPack a échappé à Wallmart qui la valorisait moins de 1 milliard

La startup PillPack opère un site de commerce spécialisé dans la distribution de médicaments sur ordonnance auprès de ses clients, y compris ceux ayant des affections multiples, et qui propose notamment des conditionnements par doses et la livraison à domicile. PillPack peut exercer dans 49 Etats américains, autant dire quasiment partout aux Etats-Unis.

La société avait suscité l'intérêt de Walmart, qui voulait la racheter pour moins de 1 milliard de dollars, avait rapporté CNBC en avril. L'opération avec Amazon (montant non communiqué, bis repetita) doit être bouclée au second semestre, d'ici la fin de l'année, sous réserve de l'approbation des autorités de régulation concernées.

Santé et pharmacie en pleine intégration verticale

Laboratoires de fabrication de médicaments, mutuelles de remboursement des soins de santé, grossistes et les chaînes de pharmacies sont les acteurs de cette filière santé confrontés à d'importants changements, notamment avec l'entrée en vigueur de l'Obamacare (2010) qui a généralisé l'assurance maladie.

Ces acteurs doivent également faire face à la hausse des prix des médicaments et à la menace d'une concurrence nouvelle venue des distributeurs en ligne comme Amazon.com. Ces bouleversements tous azimuts ont déclenché un vaste mouvement de consolidation verticale comme en témoignent les opérations à coups de dizaines de milliards de dollars de ces dernières années.

Ainsi, en décembre 2017, la chaîne américaine de pharmacies CVS Health a officialisé le rachat d'Aetna, spécialisé dans l'assurance santé, pour 69 milliards de dollars. Ou encore celui du prestataire de services pharmaceutiques Express Scripts par l'assureur santé Cigna (67 milliards).

En février 2018, Walgreens Boots Alliance (13.000 pharmacies, valorisé 67,82 milliards de dollars ou 55,05 milliards d'euros) a approché le grossiste en médicaments AmerisourceBergen (qui réalise 30% de son chiffre d'affaires avec Walgreens) en vue d'un rachat. Ni l'un ni l'autre des protagonistes n'ont jusqu'ici confirmé les rumeurs de fusion ou acquisition mais les analystes persistent à croire un rapprochement très probable :

Un accord Walgreens-AmerisourceBergen permettrait "d'améliorer la rentabilité du géant de la pharmacie grâce à sa puissance commerciale vis-à-vis des fabricants de médicaments brevetés et génériques", estimait en février Ana Gupte, analyste chez Leerink.

Enfin, en janvier, Amazon.com, Berkshire Hathaway et JPMorgan Chase avaient annoncé, quant à eux, s'associer dans une coentreprise destinée à faire baisser les coûts d'assurance maladie de leurs employés américains.

(Avec Reuters)