"L'obsolescence programmée est intentionnelle mais difficile à prouver"

 |   |  1641  mots
Son réseau lancera prochainement un service de location de machines à laver durables.
Son réseau lancera prochainement un service de location de machines à laver "durables". (Crédits : Reuters)
Depuis l’Autriche, Sepp Seisenriegler, pionnier de la consommation durable, tente de rallier fabricants d’électroménager, consommateurs et décideurs politiques à sa cause. Le but : fabriquer, acheter et contrôler des machines à laver ou des réfrigérateurs plus solides et plus faciles à réparer. Il compte sur l’économie collaborative pour la concrétiser.

Le festival Ouishare célèbre l'économie du partage. Pour Sepp Eisenriegler, c'est loin d'être une idée neuve en Europe. Cet ancien professeur de lycée autrichien a créé une association de défense de l'environnement en 1988 puis fondé deux entreprises sociales et solidaires dans le domaine de la réparation d'électroménager. Son réseau R.U.S.Z et D.R.Z (centre de démantèlement et réparation) emploient désormais 160 personnes, pour partie d'anciens chômeurs de longue durée ou d'anciens prisonniers. Ses projets reposent sur un principe simple: pour consommer moins, et mieux, il faut posséder moins d'objets, les réparer et les partager davantage.

Il plaide désormais sa cause jusque dans les couloirs de Bruxelles où il espère que sera adoptée une réglementation visant à attribuer des scores de durée de vie aux appareils électroménagers, sur le même modèle que les indicateurs de performance énergétique.

En attendant, son réseau lancera prochainement un service de location de machines à laver "durables". Cet entrepreneur activiste détaille son projet à la Tribune, en marge d'un forum dédié aux innovations vertes organisé par la Commission européenne à Barcelone.

La Tribune : Qui ciblez-vous avec votre programme de location ?

D'abord nous visons tous ceux, et ils sont nombreux, qui ne peuvent se permettre d'acheter du neuf, même si les prix sont très bas. Ensuite, il y a une proportion croissante de la population qui veut consommer autrement. Entre 20 et 25% de nos clients actuels pourraient acheter neuf, mais ils viennent quand même réparer leurs vieilles machines ou bien acheter en seconde main. Cela me rend très optimiste pour mon modèle de location qui consiste à louer une machine à laver réparable, que nous nous engageons à remplacer pour une durée indéterminée. Il suffit de 1.500 clients pour que ce soit rentable. Nous discutons également avec la municipalité de Vienne, pour les écoles, les logements sociaux etc.qui utilisent des machines non professionnelles de piètre qualité à haute fréquence et qui pourraient être intéressés car un tel contrat représente un coût prévisible.

Cela ressemble à un programme de leasing, comme pour les voitures...

En quelque sorte, mais je me méfie de ce terme. Parce qu'habituellement, c'est une façon d'acheter à crédit. Vous louez pendant cinq ans puis vous devez payer le solde du prix et l'objet est à vous. Siemens et Bosch proposent ce type de solutions. Mais le problème, c'est que pendant les cinq premières années, tout va bien, et ce n'est qu'ensuite que les pannes commencent. Je veux proposer des contrats justes, valable tout au long de la vie du client et qu'ils pourraient même transmettre à leurs enfants s'ils partent dans une maison de retraite par exemple.

10 euros par mois

Quel est le coût de ce service ?

Tout dépend du modèle. Pour ceux qui souhaitent uniquement faire des lessives, cela coûtera 10 euros par mois. Pour ceux qui veulent un 'arbre de noël' avec toutes les fonctionnalités possibles, ce sera 20 euros.

Pour dénoncer l'obsolescence « programmée », vous avez également créé une grille d'évaluation de la durée de vie de l'électroménager [les résultats doivent être publiés avant la fin de l'année]. Qu'est-ce qui vous fait dire que les fabricants conçoivent sciemment des objets pour qu'ils deviennent inutilisables à un moment donné ?

C'est tout la question. Est-ce intentionnel ou pas ? Le problème avec la nouvelle loi française, c'est justement qu'il faut prouver que c'était intentionnel. Ça l'est évidemment, mais c'est très difficile à prouver. Prenons le cas des téléviseurs: dans la plupart d'entre eux, vous trouvez des pièces appelées condensateurs électrochimiques de très mauvaise qualité. Elles sont très peu coûteuses : environ 0,02 centimes d'euros. Nous utilisons des pièces plus résistantes et parvenons à produire des téléviseurs d'une durée de vie équivalente à 10 ans. Les absorbeurs de choc des machines à laver ou bien les codes d'erreur impossibles à modifier sans accès aux logiciels sur les machines digitales sont d'autres exemples. Le problème, c'est que seule les grandes associations de protections des consommateurs peuvent se permettre de lancer de longues et coûteuses procédures judiciaires.

>> Transition énergétique : les mesures votées par les députés

Vous devez avoir des relations compliquées avec les fournisseurs... Comment réagissent-ils ?

Cela dépend. Nous ne nous entendons pas très bien avec ceux qui produisent des machines jetables. Je leur dis que cela relève de l'obsolescence et que je peux le prouver parce que nous ne pouvons pas réparer leurs machines. Le problème vient aussi de ce que les consommateurs en Autriche ont plutôt tendance à retourner chez les distributeurs qui leur ont vendus ces produits, comme Saturn et Mediamarkt [deux marques du groupe allemand Media Saturn] par exemple. J'ai rencontré certains dirigeants de ces entreprises car la nouvelle législation leur impose de récupérer les anciennes machines et de les confier aux entreprises faisant de l'insertion sociale. Mais, ils préfèrent payer quelques milliers d'euros d'amendes, des « broutilles » pour eux, plutôt que nous confier les objets retournés à réparer.

Comment répondez-vous face à ce type de contradicteurs ?

Je vais sur le terrain des sentiments. Je dis : 'monsieur le président, vous avez des enfants, pensez à leurs enfants, vos petit-enfants, lorsqu'ils manqueront de ressources naturelles'. Ils sont divisés car, d'un côté, ils veulent agir en hommes d'affaires, d'un autre, ils savent que leur comportement n'est pas respectueux de l'environnement.

Quels arguments rationnels économiques leur opposez-vous ?

Nous pouvons tenter de convaincre les grandes compagnies en leur proposant de tester des choses pendant un temps limité pour ensuite vérifier l'impact. Je n'ai pas forcément besoin de récupérer tous les produits rapportés par les clients, mais seulement ceux qui peuvent être réparés. Et puis, il faut reconnaître que l'économie verte, les produits verts, sont d'autres moyens de faire des profits. La responsabilité sociale et environnementale des entreprises (RSE) est un instrument de marketing.


L'UE très forte pour combattre les monopoles

Vous réclamez une régulation européenne visant à indiquer leur durée de vie sur chaque produit d'électroménager. Qu'est-ce qui vous fait croire que de telles régulations pourraient être validées?

L'Union européenne est très forte pour combattre les monopoles, je crois que c'est l'étape suivante.

Compte tenu de la puissance de conviction des lobbies auxquels vous vous opposez, combien de temps pensez-vous que cela prendra ?

Oui, ils peuvent être très puissants! Mais je suis très optimiste car les standards Ecodesign et Ecolabel sont en cours de révision. Nous savons que ça peut être un processus très long. Car il faudra ensuite les appliquer dans chaque Etat. Mais nous pensons que cela pourra être le cas en 4 ou 5 ans. Ce qui fait vraiment avancer les choses, plus encore que les régulations européennes, c'est que la société civile est très en colère. Je crois que l'avant-garde, les gens qui refusent d'acheter des voitures mais préfèrent partager les trajets, les gens qui font de l'agriculture urbaine, tous ceux qui s'engagent dans un mouvement de transition sont à la pointe du changement. Ils changent leurs habitudes, ils cessent d'acheter toutes ces choses inutiles dont nous nous encombrons. Dans une habitation européenne, il y a en moyenne 10.000 objets ! Toutes ces choses peuvent sembler peu onéreuses mais à la fin cela coûte très cher, et il faut travailler beaucoup pour s'offrir tout cela. Mais certaines personnes commencent à réduire leur propriété au minimum. Ils s'éloignent du consumérisme et réfléchissent à ce que signifie « vivre bien ». Je crois que pour cela, il faudrait aussi réduire la vitesse et avoir plus de temps, plus de temps pour les loisirs.

 "Nous devons entretenir une relation bien plus forte avec les objets du quotidien"

Ces nouveaux modes de consommation, cette quête volontaire de la « sobriété », cela ne concerne qu'une minorité de consommateurs. Comment comptez-vous la diffuser ?

Pour accroître la durabilité des produits, de tous les produits, pas seulement électroniques mais aussi les vêtements ou les meubles, il faut inciter les gens à être inventif. C'est ce que nous faisons dans nos « repair café », tous les mercredi depuis novembre 2013. C'est un concept qui a aussi été développé depuis les Pays-Bas par une ancienne journaliste, Martine Postma.

Quel est le principe ?

Dans les sessions que j'organise, je veux apprendre aux gens à réparer des produits qu'ils auraient tendance à jeter parce qu'une petite partie ne fonctionne plus. Certaines personnes appellent cela de « l'empowerment ». Ils sont accueillis chez nous avec du café, des biscuits, nous leurs prêtons nos outils, nous les aidons à trouver des solutions. C'est gratuit, ils peuvent faire des dons s'ils le souhaitent. Parfois, ils font plus que réparer, ils trouvent d'autres solutions toutes simples. Comme partager leur perceuse, un objet que leurs propriétaires utilisent en moyenne 2,5 fois par an. L'autre point important, c'est que lorsque les gens réparent les appareils eux-mêmes, ils développent une autre relation avec ces objets. Si vous tricotez vous-même une écharpe vous ferez tout votre possible pour la recoudre en cas d'accroc. Mais si vous l'avez achetée cinq euros dans un magasin, vous vous direz que vous n'avez qu'à en acheter une autre. C'est précisément cela l'objectif : il faut entretenir une relation bien plus forte avec les objets que nous utilisons au quotidien, c'est la seule manière de nous dissuader de les jeter !

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/11/2017 à 9:46 :
Whirpool champion du monde l'obsolescence programmée!!! J'ai eu 3 appareils de type micro-onde-crips (family chef); tous ont eu une panne au bout de 3 ans (au même moment donc pas le hasard). Vu le prix de l'appareil entre 300 et 400 euros, on se moque du monde. Bref, je change de marque, à voir si les autres enseignes font pareil?
Ces méthodes devraient être lourdement punies,comme pour Volkswagen est ses diesels. Avec de lourdes amendes, une super mauvaise pub, ils vont peut-être comprendre...
a écrit le 26/08/2017 à 10:59 :
Beaucoup de <a href="http://machine-a-laver-linge.com/">machine à laver</a> sont devenues jetables. Elles semblent être programmées pour tomber en panne un jour après la fin de la garantie. On doit agir pour résoudre ce problème. Depuis 2011, les constructeurs sont obligés de concevoir des machines économiques. De même, on les oblige de concevoir des machines robustes.
a écrit le 26/05/2015 à 11:42 :
Techniquement c'est peu envisageable, tout appareil soumis à l'électronique est muni de condensateurs, en pratique ce sont ce qu'on appelle des chimiques(proches des batteries comme technologie), 2 rubans d'aluminium séparés par un isolant poreux contenant un électrolyte, c'est l'oxydation de l'aluminium qui isole une des faces.
La valeur d'un condo dépend de l'inverse de carré de l'isolant, et la ce sont moins que des microns.
Dans le temps cet électrolyte s'évapore et le condensateur voir sa valeur disparaître et l'appareil petit à petit va ne plus fonctionner.
Un condo durée de vie moyenne de 2 ans à 8 ans.
Panne typique sur les écrans plats, la télé qui met un temps fou à s'allumer, ou qu'on n'arrète plus parce qu'elle ne repart pas. (pc fixe idem)
Suffit de changer tous les condos de l'alim (quelques euro chez conrad) et ça repart comme une neuve.
Seule chose qu'on peut faire, il éxiste des condensateurs 85° et des 110° la durée des 110° est facilement du double, interdire en France tout produit équipé de condensateurs 85°.
NB j'ai 67 ans, je fais de l'électronique depuis 55 ans, et trouve toujours aussi amusant que les pannes à + de 50% sont dues aux condos que ce soit à domicile ou en usine.
Réponse de le 27/05/2015 à 0:12 :
Combien faut-il de temps pour 1) diagnostiquer et 2) réparer cette panne, comparé au prix d'un nouvel appareil en prenant en compte 3) le coût d'une heure de main d'œuvre d'un technicien?
Réponse de le 27/05/2015 à 10:44 :
@votre pseudo, vous avez raison dans la majeure partie des cas, le dépannage coûte plus cher que l'objet, de plus il commence à vieillir et il est temps d'en changer.
Par contre pour un petit bricoleur (pas un spécialiste), c'est à sa portée, les condensateurs chimiques dans la majeure partie des cas sont accessibles au fer à souder.
Ne manque pas de tutos sur youtube.
Le gars(nana) qui a fait un peu de techno au lycée ou au collège ne perd pas son temps, écrans plats, lave linge, séche linge etc gratos.
Et s'il y avait une option bricolo au bac?, n'est-ce pas aussi utile que la musique la peinture le latin?
a écrit le 26/05/2015 à 11:28 :
Pour les imprimantes ,l'obsolescence des cartouches est facile a prouver,un témoin de niveau bas s'affiche automatiquement en avance.Que fait Bruxelles?Ah,fautpas froisser certains lobbies généreux
a écrit le 25/05/2015 à 22:19 :
L'obsolescence programmée peut etre étendu à tout produit et service .Faisaons tout hyper durable et comme ça l'emploie deviendra une absolescence immédiate et non programmée.....
a écrit le 25/05/2015 à 22:10 :
Il faut etre serrieux un peu .L'obsolescence programmée est un leurre .L'electromenager est garanti 2 ans .Pour 90 € environ supplementaire vous pouvez avoir une extention de garantie de 3 ans soit au total un appareil garanti 5 ans .De plus si c'était vraiment le cas ,il suffirait à un fabriquant de donner 5 ou 10 ans de garanti ,il raflerait la mise sur tout les marchés !Pourquoi personne ne le fait !Une seule et unique raison .Faire de la qualité coute cher et de la sur qualité trés cher .La qualité de fabrication d'un satellite ou d'un fusée n'a rien à voir avec celle d'une machine à laver .Le moindre roulement à bille de trés haute qualité coute plus cher que n'importe quelle machine à laver .Pas cher pas bon tout le monde sait ça .On peut faire des machine à laver inusable à ......3000 ou 4000 € qui pourra se les payer !Les bons plans pour acheter de l'électro menager est d'attendre les soldes ou des opérations coup de poing dans les grandes enseignes .Les modeles exposés un peu agés sont souvent soldés à 40 % voire plus .J'ai acheté un four Bosch encastrable prix de base affiché 600 € .40 % de reduction dessus ça fait 240 € d'économies avec lesquels j'ai payé une extension de garantie de 3 ans pour 80 €.L'économie se chiffre donc à 160 € .Operation finale un four à 600 € garanti 2 ans obtenu à 440 € avec une garantie de 5 ans !De plus ne pas pouvoir se payer du neuf est un leurre .Vous empruntez 500 € à 9 % (ça peut paraitre beaucoup ....) sur 6 ans !Un petit calcul montre un remboursement mensuel '''''DE 9 €'''''' moins cher que les 10 € de location sur de l'occasion !On se demande ou est l'arnaque !9 € (PAR MOIS !!!!!)c'est le prix d'un paquet de cigarette et d'un demi et bien sur certains n'ont pas les moyens ..........
a écrit le 25/05/2015 à 12:09 :
"L'Europe très forte pour combattre les monopoles"? Et qu'en vont ils combattre le principal monopole? Les politiciens sont le principal frein de nos pays en s'offrant le monopole et en empêchant tous choix politique aux élections incitant les citoyens à ne plus voter (car plus aucun choix n'existe)... Quand l'Europe va s'attaquer à ce monopole? Jamais vu que ce sont tous des politiciens...
Réponse de le 25/05/2015 à 22:14 :
Vous n'avez ''''pas le choix ''''au premier tour des presidentielles /legislatives en France !Vous devez etre drolement difficile !
a écrit le 25/05/2015 à 11:56 :
Pour mettre fin aux pratiques (intentionnelles ou pas) de "l'obsolescence programmée", il y a une solution simple et qui ne coute pas grand chose: imposer une durée de garantie (pièces et main d’œuvre) de 10 ans aux industriels !
Les produits risquent d'être plus chers mais le consommateur sera gagnant sur la durée Mon exemple personnel: 3 lave linges achetés en 10 ans, soit environ 2000 euros dépensés, combien pour une machine unique qui aurait durée au moins 10 ans?
Réponse de le 25/05/2015 à 12:12 :
Tous dépend des produits: une voiture 30 ans, une maison 100... De plus ils pourraient commencer par le consortium des ampoules de phillips et compagnie... Il y a des preuves par papiers, des reportages... Pourtant ils ne font rien, alors pour le reste on peu toujours rêver.
Réponse de le 25/05/2015 à 13:37 :
une voiture qui dure 30 ans ? avec les normes qui changent tous les 4 matins et certaines mairies qui veulent interdire les vieux véhicules ?
et elle coûterait combien à l'achat ?
il vaut mieux recycler.
Réponse de le 25/05/2015 à 17:47 :
Et vu que vous serez au chômage ( pas d'obsolesence, pas de production ... Pas de production, pas d'emplois...) c'est sur que vous allez pouvoir payer plus ...
Réponse de le 25/05/2015 à 17:48 :
Et vu que vous serez au chômage ( pas d'obsolesence, pas de production ... Pas de production, pas d'emplois...) c'est sur que vous allez pouvoir payer plus ...
Réponse de le 26/05/2015 à 0:19 :
sans le savoir, vous faites le jeu d'une idéologie qui a ses limites: la plus grande est son incapacité à penser le monde différemment pourtant des modèles différents existent et ils fonctionnent grâce à la volonté et l'intelligence!!
Réponse de le 26/05/2015 à 21:41 :
@jul : et quand il n'y aura plus de ressources naturelles pour produire les biens de consommation, quelle sera la solution ?
a écrit le 25/05/2015 à 11:45 :
Dès la retraite, l'obsolescence programmée est patente : Les rhumatismes, le foie, les palpitations cardiaques, la tête, tout fout le camp...
a écrit le 25/05/2015 à 10:17 :
L'exemple des condensateurs est tellement flagrant que certains constructeurs s' en servent comme argument de vente en certifiant leurs condensateurs "made in Japan" avec moult détails sur leur nombre de couches...
a écrit le 25/05/2015 à 10:08 :
Voilà d'excellentes initiatives. Je signale toutefois que des appareils électroménagers peuvent être durables. Je possède un four à micro-ondes de marque Toshiba affiché comme fabriqué en France; je m'en sers quotidiennement sans problème depuis 1989. Ma machine à laver fonctionne aussi depuis 1998, mais certes comme célibataire son emploi est moins intensif que dans une famille.
Réponse de le 25/05/2015 à 12:26 :
Idem pour mon lave linge electrolux fabrique en France. Plus de 15 ans d utilisation.
Réponse de le 25/05/2015 à 14:20 :
@Hulk
15 est un minimum. J'ai utilisé de 1992 à 2009 une machine à laver (professionnelle) de marque Schultess, construite en Suisse. Elle était réparable, mais le coût des pièces détachées est devenu prohibitif. Depuis 2009, j'utilise une autre machine (professionnelle) que je compte bien garder...et transmettre à mes petits enfants. (Pour mes enfants, c'est déjà fait). Je reconnais que j'ai une situation privilégiée pour acquérir ce type de matériel d'occasion, très cher à l'état neuf.
a écrit le 25/05/2015 à 9:59 :
Bravo !
Est-ce qu' il existe l'équivalent en France?
a écrit le 25/05/2015 à 9:35 :
faut en tenir une couche pour croire que la coque de l'iphone se fend spontannement au bout de 1864 jours, 3 heures et 2 minutes, ou qu'un virus en assembleur, cache dans une partition invisible du disque du frigo envoie une surtension a date choisie
pour le reste effectivement les produits sont concus ' pour durer un certain temps', variable selon le type de produit, et testes en fonction
personne ne va offrir 300 ans de garantie sur un frigo ou une voiture; limite ca serait possible, ca se retrouverait dans le prix
hors il se trouve que les gens ne veulent rien payer, que reparer ca coute bcp plus cher que faire venir un reparateur, et qu'en plus les gens ont besoin de changer ( voitures, vetements, concubin, etc..)
Réponse de le 25/05/2015 à 10:22 :
Il n'y a pas d'obsolescence programmée, juste des fabricants qui doivent vendre et donc fabriquer un produit le moins cher possible en espérant que ça tienne pendant la durée de garantie
Réponse de le 25/05/2015 à 11:06 :
Quand ces bons penseurs vont-ils s'intéresser à la seule obsolescence démontrable : celle de la vie, qui s'interrompt en moins de 100 ans !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :