Le marché du livre résiste à la crise

 |   |  668  mots
Copyright AFP
Copyright AFP (Crédits : AFP)
Dans un contexte de baisse des ventes des biens culturels en 2011, le marché du livre a une nouvelle fois fait preuve de stabilité, avec un chiffre d'affaires de 4,2 milliards d'euros et près de 400 millions de volumes vendus. Alors que l'édition 2012 du Salon du livre s'apprête à ouvrir ses portes du 16 au 19 mars, retour sur les phénomènes littéraires de l'année.

Le livre tire son épingle du jeu. Alors que la vente des biens culturels a souffert de la crise en 2011, celle des livres se maintient. Avec 4,2 milliards d'euros de chiffre d'affaires et près de 400 millions de volumes vendus, le secteur du livre est stable par rapport à 2010 (4,3 milliards d'euros). Dans ce tableau, la littérature générale continue de se tailler la part du lion, avec 28% du chiffre d'affaires, soit le même niveau qu'en 2010. 

Certains secteurs se portent tout de même mieux que d'autres. Les livres "jeunesse" sont ainsi en légère régression, notamment à cause de la baisse du segment de la lecture en grand format. Les éditeurs attendent encore la série populaire qui prendra la suite de Harry Potter et de Twilight, qui ont gonflé les ventes ces dernières années.

Les "bulles" cartonnent

Le secteur "Loisirs - Vie pratique", qui avait connu une année 2010 exceptionnelle, marquée par les succès de la méthode de régime Dukan, subit lui aussi un contre-coup. Malgré tout, le segment des livres de cuisines permet de limiter la chute, dynamisé par l'offre abondante de coffrets de fin d'année et par l'arrivée de nouvelles collections. 

Pas d'inquiétude en revanche pour la bande-dessinée, qui se porte comme un charme. Grâce au succès de plusieurs BD jeunesse adaptées au cinéma en 2011, le secteur a vu ses ventes augmenter en 2011 par rapport à 2010. Ainsi, Les Schtroumpfs, Tintin, Titeuf ou encore l'Elève Ducobu se sont mieux vendus grâce à leur passage sur grand écran.

Un top 10 dominé par les romans

Comme souvent, les romans dominent le classement des dix meilleures ventes de l'année, puisqu'ils occupent... 9 places. Mais ce triomphe reste à relativiser. La première place est ainsi occupée par l'essai Indignez-vous !, de Stéphane Hessel, qui cumule plus d'1,75 million de livres vendus ! Cet appel à la mobilisation citoyenne écrase littéralement la concurrence, puisque le deuxième livre le plus populaire en 2011, La délicatesse, de David Foenkinos, affiche "seulement" 750.279 ventes, soit un million de moins. La couleur des sentiments, de Kathryn Stockett, complète le podium, et détient la particularité d'être le premier livre traduit de l'étranger du classement. Comme La délicatesse, le roman a été adapté au cinéma, ce qui explique partiellement ses excellentes ventes (521.164 exemplaires).

2011 a également été l'année de la confirmation des auteurs à succès. Guillaume Musso place ainsi deux romans à la quatrième et à la cinquième place, respectivement L'appel de l'ange, et La fille de papier. Son compère Marc Lévy, champion du roman lacrymal, réussit lui aussi à intégrer deux livres dans le top 10 : Le voleur d'ombres (7è) et L'étrange voyage de Monsieur Daldry (8e). Une belle performance des deux auteurs les plus "bankables" de France. Entre eux, la romancière américaine Katherine Pancol glisse, à la sixième place, Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi, l'un des grands succès surprise de l'année (409.926 livres vendus).

Enfin, les deux dernières places du classement sont occupées par deux auteurs estimés par les critiques, Fred Vargas, avec L'armée furieuse (357.877 ventes), et Delphine de Vigan, avec Rien ne s'oppose à la nuit (314.222).

Les traductions gagnent du terrain

Autre tendance, les livres traduits continuent de s'implanter avec succès dans nos librairies. Ils représentent maintenant 15,9% du total des livres commercialisés en France, en augmentation constante depuis 2009. Et c'est bien évidemment les livres dans la langue de Shakespeare qui sont les plus traduits. 6.130 livres venus de pays anglo-saxons ont été vendus, soit 60% du nombre total des traductions. En deuxième place, les livres traduits du japonais représentent 8,8% des traductions. Merci aux mangas, qui ne cessent de séduire les jeunes.

Mauvaise nouvelle : les prix, eux aussi, ont augmenté en 2011, de 2,2% en moyenne. Les livres jeunesse et les livres pratiques sont ceux qui font le plus mal au portefeuille, puisqu'ils se sont appréciés de 3,9%. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/03/2012 à 17:40 :
il est prouvé que l'épaisseur d'un livre ne rime pas avec qualité... alors de grâce que les auteurs soient moins prolifiques et meilleurs, ce qui leur permettrait de reduire le coût des livres...
a écrit le 16/03/2012 à 11:37 :
Pour que le marché du livre se porte mieux, il faudrait que les éditeurs appartenant à la mafia de Neuilly sur Seine (comme les médias) cessent d'arnaquer les écrivains (surtout les nouveaux qui n'écrivent pas ce qui est politiquement et même sociologiquement correct). En 2002 je me suis admirablement fait truander par La Société des Ecrivains, située près de l'Elysée (quartier des escrocs). Cette société qui a du en posséder beaucoup d'autres a fait faillite pour réapparaître ensuite avec les mêmes dirigeants.
En ce qui me concerne pas une seule maison d'édition française ne publiera ce que j'écris. D'ailleurs étant bilingue, je viens de terminer un livre-fiction en anglais qui sera publié aux USA....
Jean-Claude Meslin indigné et écoeuré par la médiocrité ambiante, depuis 30 ans
a écrit le 16/03/2012 à 10:33 :
voilà une bonne nouvelle !
a écrit le 16/03/2012 à 8:10 :
La TVA "nouveau taux" va s'appliquer le 1er avril. A voir comment les prix vont être modifiés. Arrondis à l'euro supérieur, on conserve les centimes ?? Parfois l'occasion est belle d'en profiter, surtout si ça se vend pas mal, finalement ("le marché du livre a une nouvelle fois fait preuve de stabilité").

Ça serait intéressant de savoir ce que les gens en font. Ils les conservent, les donnent, les jettent après lecture ? Juste pour faire le lien avec les e-livres qui, pour moi, sont plus des livres à jeter car la pérennité des fichiers protégés (informatiquement + droits d'auteur) est sujette à inquiétude (relire un e-livre dans 20 ou 30 ans, possible ?? Fichier intact, compatible, ... Non transmissible par succession)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :