La compagnie tchèque CSA divorce brutalement d'Air France

 |   |  518  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : BLOOMBERG NEWS)
La compagnie tchèque a décidé de mettre fin à sa "joint venture" et à ses "code share" avec la compagnie française, qui perd son principal allié en Europe centrale.

Coup dur pour Air France. Déjà en retard par rapport à son rival Lufthansa en Europe centrale, la compagnie française perd son principal allié dans la région, Czech Airlines (CSA). La compagnie tchèque, partenaire d'Air France-KLM dans l'alliance Skyteam, a décidé de rompre son accord bilatéral avec Air France. Outre l'arrêt ce dimanche de l'accord de partages de codes ("code share", système qui permet de commercialiser les vols d'une autre compagnie) entre Paris et Prague dévoilé la semaine dernière par le site Internet Tourmag.com, le divorce est encore plus profond. Air France et CSA ont également mis fin à leurs code-share sur les vols en correspondances au-delà de Paris et Prague. Soit une quinzaine de destinations pour chacun des deux transporteurs.

Surtout, selon nos informations, c'est carrément toute la "joint venture" entre les "hubs" des deux compagnies de Paris et de Prague, qui prend fin. Elle a été dénoncée en janvier avec un préavis très court de deux mois. Improprement appelée "joint venture" dans l'aérien puisqu'il n'inclut pas de liens capitalistiques, ce type de collaboration consiste à partager les coûts et les recettes sur un programme de vols commun.

dégradation des relations

Air France dit « prendre acte de la décision de CSA ». La nouvelle équipe dirigeante du transporteur tchèque, chargée de redresser la compagnie a, semble t-il, jugé que ce partenariat lui était défavorable sur le plan financier. Pris de cours, Air France a proposé, en vain, des solutions palliatives : échange de blocs-sièges sur les avions notamment. La compagnie a même sollicité une entrevue entre les deux patrons de chaque compagnie, déclinée par CSA. Ce divorce n'est que l'ultime étape d'une dégradation des relations entre les deux compagnies depuis moins de trois ans.

Les Tchèques n'avaient pas apprécié la candidature d'Air France-KLM au rachat de l'autrichienne Austrian Airlines en septembre 2008. Celle-ci a choisi Lufthansa. Mais si Air France l'avait emporté, Austrian, très puissante en Europe de l'Est, aurait complètement éclipsé la petite CSA dans son (modeste) rôle de tête de pont de la compagnie française dans cette région. L'amertume, côté tchèque, est montée d'un cran un an plus tard, quand Air France s'est retiré du dossier de la privatisation de CSA, jugé risqué.

Bilan des courses : CSA et Air France vont devenir concurrents entre Paris et Prague. Chacune des deux compagnies ayant décidé d'augmenter leur nombre de vols, cette surcapacité risque d'entraîner une baisse des prix. Jouer en solo n'est peut être pas la meilleure façon pour CSA d'assurer son avenir. D'autant que son plan de restructuration (fusion avec l'aéroport de Prague accompagnée d'un prêt d'environ 100 millions d'euros d'une société publique) fait l'objet d'une enquête de Bruxelles.

En outre, même si pour l'heure CSA reste dans Skyteam la compagnie française ne compte plus son point d'appui en Europe centrale. De quoi renforcer davantage l'hégémonie de Lufthansa dans cette zone.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/03/2011 à 22:10 :
@eurofederal... merci de vos lumières !!! heureusement qu'il reste des experts !!! Juste une question: c'est quoi le marché européen ??? Si l'idée c'est de laisser CSA disparaître au profit de la Luft; et que simultanément, on signe à tour de bras avec des indiens ou des chinois, où est l'erreur ? Merci de m'expliciter; ou bien n'ai je rien compris ??? PS pour Alitalia c'est sûrement vrai puisqu'ils viennent de conclure par des bénéfices...
a écrit le 28/03/2011 à 14:28 :
CSA va vite tomber dans les bras de la Lufthansa.... il semblerait que AF-KLM n'ait pas beacoup de talent pour faire grandir le groupe... après le fiasco Alitalia, la déconvenue Austria,.... il ne reste plus grand chose en EU...
Réponse de le 28/03/2011 à 15:39 :
Il reste encore un allié de poids en Europe de l'Est : Aeroflot.
CSA realisera son erreur et reviendra.
Réponse de le 28/03/2011 à 16:51 :
Aerolflot ne sert à rien à AF en Europe centrale. Son hub de Moscou est trop excentré. Les passagers français vont pas aller à Moscou pour prendre une correspondance pour aller en Hongrie par exemple. De plus, les accords entre AF et Aeroflot ne sont pas valables que sur les lignes d'Aeroflot où il n'y a pas d'avions russes, ce qui réduit les possibilités.
Réponse de le 28/03/2011 à 16:57 :
Aeroflot est une compagnie étrangère et non européenne......la Russie ne fait partie des 27 états de l'Union donc une telle alliance me semble vouée à l'échec....
Réponse de le 28/03/2011 à 21:18 :
@ eurofederal : avant de réagir par endoctrinement, faut te renseigner: Aeroflot fait déjà partie de Sky Team depuis de nombreuses années, et l'aéroport de Domodedovo est déjà un grand aéroport international.
Réponse de le 28/03/2011 à 21:36 :
rien à voir eurofédéral, c'est pas parce qu'une boite est étrangère qu'on put pasv avoir une grosse alliance. La preuve, af et delta
Réponse de le 30/03/2011 à 13:29 :
@Patrickb : avant de réagir.. faut te renseigner, Aeroflot est basé à Cheremetievo. C'est là qu'essayent de faire AF et Aeroflot...
Réponse de le 01/04/2011 à 17:45 :
Bruxelle ne laissera jamais LH racheter CSA, car LH a deja racheter Austrian. Il n'y aurait plus de concurence.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :