Les prix des billets de train vont bientôt faire le yo-yo

Un décret va donner plus de liberté à la SNCF dans la fixation des prix, en fonction du remplissage. Selon un sondage publié lundi par l'association de consommateurs CLCV, les Français trouvent les prix du train trop élevés.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Dans une enquête réalisée auprès de 570 personnes à bord de trains français, l'association de consommateurs CLCV (Consommation Logement Cadre de Vie) montre que les usagers trouvent les tarifs trop chers, pas assez transparents, et que les retards ne sont pas assez indemnisés.

Elle propose une série de mesures concernant notamment l'information des consommateurs et le traitement des retards : simplifier la grille tarifaire, afficher le prix par kilomètre sur chaque billet, installer des écrans de comparaison tarifaire dans les gares, fournir une information fiable et systématique en cas de retard...

Une simplification qui n'est pas vraiment à l'ordre du jour à la SNCF... Un décret paru le 31 juillet au "Journal Officiel", repéré par "Challenges", va bientôt permettre à celle-ci de fixer ses prix plus librement. Son objectif est "d'adapter l?encadrement des tarifs de la SNCF à la faveur de l?ouverture progressive à la concurrence du marché ferroviaire". La distinction entre période de pointe et période normale sera abandonnée, et les prix pourront désormais varier jusqu'au dernier moment. Les tarifs resteront dans une fourchette fixée avec le gouvernement, mais qui sera plus large qu'aujourd'hui.

Cela signifie que, selon les règles du yield management, sur les trajets les plus demandés, les prix vont pouvoir monter, tandis qu'ils baisseront pour les périodes creuses. Ils seront aussi susceptibles de changer à tout moment en fonction des réservations. La SNCF devrait ainsi pouvoir optimiser le taux de remplissage de ses trains, et faire face aux événements inattendus.

"On ne peut pas avoir une entreprise publique qui fait du remplissage", se plaint Thierry Saniez, délégué général de la CLCV, qui craint une hausse des prix et une perte de transparence. En gage de bonne volonté, la SNCF s'est engagée à vendre 50% de ses billets à un prix inférieur ou égal au prix de base actuel (2nde classe période normale plein tarif).

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.