Air France-KLM va replonger dans le rouge cette année

Le groupe, qui tablait jusqu'ici sur un résultat d'exploitation positif en 2011, indique qu'il sera en perte. Les 397 millions d'euros de profits dégagés au dernier trimestre sont largement en dessous des attentes des analyses.
La Tribune Infographie/BHEDOUIN
La Tribune Infographie/BHEDOUIN (Crédits : La Tribune Infographie/BHEDOUIN)

Le redressement n'aura duré qu'une année. Après avoir renoué de justesse avec les bénéfices l'an dernier, avec un bénéfice d'exploitation de 122 millions d'euros (28 millions pro forma), Air France-KLM va replonger dans le rouge en 2011. C'est ce qu'a annoncé le groupe mercredi, à l'occasion de la publication de ses résultats semestriels. Selon certains analystes, les pertes seront comprises entre 160 millions environ et 400 millions d'euros dans le pire des cas.

Jusqu'ici, la direction tablait pourtant sur un résultat positif. Si l'annonce était attendue par les analystes, le cours de Bourse, déjà en recul de près de 60 % depuis janvier, risque d'être à nouveau très chahuté ce jeudi. Au moins à l'ouverture. Car la performance du groupe au cours du dernier trimestre (juillet-septembre) est inférieure à leurs prévisions. Et de loin. Alors que le consensus tablait sur un résultat d'exploitation de 480 millions d'euros, les résultats se sont élevés à 397 millions, en chute de 31 % par rapport à l'an dernier.

Des résultats largement inférieurs à ceux de Lufthansa et British Airways (voir tableau) même si ces deux compagnies ont vu leurs bénéfices fondre au deuxième trimestre en raison notamment de la hausse de la facture carburant.

Pour autant, sur le trimestre écoulé, la baisse de l'Ebitdar (résultat d'exploitation avant amortissements, provisions et loyers opérationnels) se situe dans des niveaux comparables à celle de ses rivaux. « L'insuffisance de nos résultats ces derniers trimestres [...] montre que nous devons aller plus loin », a admis le PDG du groupe, Jean-Cyril Spinetta. « Dans ce contexte, trois priorités s'imposent au nouveau management : « La restauration de la compétitivité », qui implique de nouvelles réductions de coûts, « la restructuration de notre activité court et moyen-courrier » et la « réduction de la dette ».

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.