Air France : la prime de Pierre-Henri Gourgeon rejetée en assemblée générale

Au coeur d'une polémique, Pierre-Henri Gourgeon, ex-PDG d'Air France KLM s'est vu opposer un refus de sa prime de 400.000 euros par une écrasante majorité lors de l'assemblée générale du groupe réunie ce jeudi. Mais cela n'implique pas forcément un remboursement de cette somme.
Pierre-Henri Gourgeon, l'ex directeur général d'Air France-KLM. - Copyright Reuters
Pierre-Henri Gourgeon, l'ex directeur général d'Air France-KLM. - Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

A une écrasante majorité, l'assemblée générale d'Air France à dit "non" aux 400.000 euros de prime qui devait être accordée à Pierre-Henri Gourgeon, l'ancien PDG du groupe. Au total, 78,80% des actionn air es ont voté contre, 19,44% ont voté pour, 1,76% se sont abstenus. Pour respecter une clause de non-concurrence pendant trois ans, cette somme lui avait été attribuée après son éviction en 2011. Et si l'actuel patron d'Air France, Jean-Cyril Spinetta avait prévenu que cette prime serait "probablement rejetée" par l'assemblée générale, il a aussi indiqué que cela n'impliquerait pas son remboursement par l'intéressé. "Le code du commerce est d'une très grande clarté (...) Le rejet, s'il intervient, n'aura pas de conséquence directe sur cette indemnité dont il a été bénéficiaire", avait-t-il ajouté tout en défendant le principe de cette prime.

Le gouvernement au créneau

Peu avant ce vote, le ministre de l'Economie, Pierre Moscovici, avait appelé Pierre-Henri Gourgeon à rembourser "de lui-même" cette somme, au nom de la "morale". L'entreprise connaît en effet de lourdes difficultés et prépare un plan de restructuration. Le groupe compte économiser 2 milliards d'euros d'ici fin 2014. Dans ce contexte, le gouvernement est montée au créneau cette semaine. L'Etat, actionnaire d'Air France/KLM à hauteur de 15,7%, a décidé de voter "contre" le versement de cette prime, a ainsi annoncé mercredi le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg. Or, juridiquement, le vote "contre" cette prime ne devrait pas avoir de conséquences.  Pierre-Henri Gourgeon a déjà touché cette prime en parallèle d'une indemnité de départ de plus d'un million d'euros (qui, celle-ci, ne fait pas l'objet d'une résolution). Et, puisqu'il s'agit d'une convention légale entre deux parties, rien ne l'oblige à la rembourser.

Pour en savoir plus : Le vote de l'Etat contre la prime de l'ex patron d'Air France ne servira à rien

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 01/06/2012 à 12:26
Signaler
Vu la façon dont Air France a été gerée, je pense que la prime de non concurrence ne doit pas etre versée, pour permettre a ce dirigeant d'aller mettre la pagaille chez les concurrents

à écrit le 31/05/2012 à 19:06
Signaler
C'est vrai que 400000 € par rapport à une dette de 4000000000 € ça ça changer les comptes d'Air France ! Et en plus ils ont déjà été versé ,de par son contrat établi des années auparavant , alors faire du rétroactif et du démagogique pourquoi pas mai...

le 31/05/2012 à 22:09
Signaler
Désolé de vous contredire, même si dans le fond votre réflexion est très juste, mais il y a une (tout petite minuscule) erreur dans vos chiffres : la dette de cette belle compagnie n'est pas de 400.000.000 euro, mais bien, à la cloture des comptes 20...

à écrit le 31/05/2012 à 18:58
Signaler
Un "grand spécialiste" de la morale, à n'en pas douter : un de plus qui confond morale et éthique. Et ministre de premier plan, en plus ! Voilà qui promet pour la suite...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.