Eurotunnel devient propriétaire des navires de SeaFrance

 |   |  702  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Un conseil d'administration de la SNCF a acté lundi un abandon de créances très important en faveur du groupe public. Cette opération a permis à Eurotunnel d'acheter les navires de SeaFrance et à la SCOP, d'ancien salariés de SeaFrance, d'exploiter ces navires.

Eurotunnel est propriétaire depuis lundi des ferries de la compagnie SeaFrance liquidée en janvier 2012 avec 880 salariés en France, comme l'a révélé "latribune.fr". Le juge commissaire chargé de la vente des actifs de la compagnie de ferries de la SNCF a attribué les actifs de SeaFrance au groupe Eurotunnel, qui avait fait la meilleure offre au cours de l?appel d?offres du mois de mai.

Le prix maximum de 65 millions d?euros avait été proposé par Eurotunnel, groupe coté en Bourse, pour l?acquisition des trois navires Rodin, Berlioz, Nord Pas de Calais. Un prix très légèrement supérieur à celui qu?offrait l?alliance franco-danoise Louis-Dreyfus Armateurs/DFD qui s?est lancée il y a trois mois, après la liquidation de SeaFrance, dans l?exploitation d?une ligne sur Calais-Douvres et emploie aujourd?hui plus de 300 salariés, majoritairement d?anciens de SeaFrance. Il s?agit d?un rebondissement de dernière heure dans ce dossier, car jusqu?à ces derniers jours, le scénario d?une vente aux enchères publique des navires tenait la corde. L?appel d?offres du mois de mai, s?était en effet soldé par des prix d?achat des navires très insuffisants pour couvrir les créances, dont celles de la SNCF.

La SNCF renonce à une créance de 180 millions d'euros

Vendredi 8 juin, les 18 administrateurs de la SNCF, maison-mère de SeaFrance, ont été convoqués en urgence à un conseil d?administration ce lundi à 8 heures pour acter un abandon de créances très significatif de la SNCF. Selon des sources proches du dossier, la SNCF renoncerait à 180 millions d?euros, chiffre qui comprendrait l?aide au sauvetage de 70 millions d?euros accordée en 2011. Cette aide avait été acceptée par Bruxelles sous réserve d?un remboursement ultérieur de la part de SeaFrance à la SNCF. Les autres créanciers (banques, PME) devront également s?asseoir sur une part importante de leur créance du fait du faible montant récupéré par le liquidateur.

On peut supposer que les administrateurs de la SNCF (7 représentants de l?Etat, 5 personnalités qualifiées et 6 représentants de salariés) se sont sentis très mal à l?aise ce lundi 11 juin vis-à-vis du projet de délibération qui leur a été soumis. Selon plusieurs avis recueillis par "latribune.fr", il "s?agit clairement d?une man?uvre politique d?entre deux tours, dont l?objectif est de faire plaisir aux tenants du projet de SCOP". Le projet d?Eurotunnel est en effet de confier l?exploitation des navires à une SCOP, société coopérative constituée d?anciens salariés de SeaFrance, syndiqués au Syndicat maritime nord (radié en mars 2012 par la CFDT). Ces derniers bénéficient d?une aide supra-légale de 25.000 euros promise par Nicolas Sarkzoy début 2012, une aide destinée aux ex-salariés de SeaFrance investissant dans la SCOP ou dans une entreprise du Calaisis. Les porteurs de la SCOP se gardaient pourtant lundi après-midi de toute euphorie, indiquent des sources à Calais. Les actions pénales en cours seraient elles de nature à empêcher le lancement de la SCOP ? Pour mémoire treize anciens salariés ont déjà été mis en examen (vol en bande organisée, abus de confiance, faux et usage de faux).

Déjà deux opérateurs sur la ligne Calais-Douvres

A Calais, tous les partis politiques sans exception soutiennent le projet Eurotunnel/ SCOP.  Le socialiste Yann Capet (23 % des exprimés dimanche) a d?ailleurs dans son comité de soutien quatre syndicalistes (ex-CFDT) de SeaFrance. Françoise Vernalde, la candidate du Front National (15 % des suffrages exprimés dimanche) et Jacky Hénin, le candidat du Front de gauche (14 % dimanche) avaient chacun pour suppléant un ancien syndicaliste de la CFDT SeaFrance.
La question de fond est de nature économique car il n?y a pas la place en termes de marché, pour trois opérateurs maritimes entre Calais et Douvres. Or, la place est déjà occupée par le britannique P&O qui exploite six navires, dont deux géants, et l?alliance Louis-Dreyfus/DFDS qui en exploite deux.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/07/2012 à 12:31 :
Bonjour,

Quel est la nouvelle adresse pour pouvoir postuler à SEA FRANCE? merci
a écrit le 12/06/2012 à 23:36 :
Il y a une complémentarité entre le tunnel et les navires.
Réponse de le 13/06/2012 à 13:32 :
Ah bon!!
Pouvez vous expliciter cette affirmation.
Merci

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :