Réforme ferroviaire : Jacques Rapoport nommé à la tête de RFF pour travailler main dans la main avec la SNCF

 |   |  528  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : AFP)
Jacques Rapoport, directeur général adjoint de La Poste, a été proposé à la présidence de Réseau ferré de France (RFF) par le gouvernement.

C'est Jacques Rapoport, directeur général adjoint de La Poste, qui remplacera Hubert du Mesnil à la tête de Réseau ferré de France (RFF). Le ministère délégué aux Transports l'a annoncé samedi. Plus exactement, il a annoncé avoir proposé le nom de Jacques Rapoport au conseil d'administration de RFF qui se prononcera ensuite par vote. Aucune surprise à attendre. Ce sera bien lui l'un des hommes-clé de la réforme du rail français, dont les grandes lignes ont été annoncées mardi par Frédéric Cuvillier, le ministère délégué aux Transports.

Compétence de dialogue
Jacques Rapoport, 60 ans, "sera chargé de conduire RFF sur la voie de (la) mutation, et de mener les discussions pour rapprocher RFF de SNCF Infra et de la Direction des circulations ferroviaires, en vue de la création d'un gestionnaire d'infrastructure unifié, regroupant 50.000 cheminots", a indiqué le ministère dans un communiqué. "Il sera chargé d'améliorer les liens avec la SNCF", selon le ministère qui souligne les "compétences d'homme de dialogue" de M. Rapoport. Le projet de réforme ferroviaire prévoit de rassembler au sein d'un gestionnaire d'infrastructure intégré (GIU) Réseau Ferré de France, la Direction de la circulation ferroviaire (DCF) et les cheminots de la SNCF travaillant à la maintenance du réseau (SNCF Infra).Ce GIU, dont le statut juridique n'a pas encore été défini, doit être rattaché à la SNCF par un lien qui reste aussi lui aussi à établir. Hubert du Mesnil, 62 ans, a défendu un projet opposé préconisant une séparation stricte entre gestionnaire de l'infrastructure et opérateur ferroviaire, conformément aux directives européennes.

Bonne connaissance des Epic
"Le casting est parfait", a commenté une source proche du dossier contactée par l'AFP. "Jacques Rapoport a travaillé dans le domaine des transports, à la RATP à une époque agitée socialement (grèves de 1995, NDLR), à Keolis (filiale de la SNCF) dans un secteur ouvert à la concurrence, et surtout il a travaillé à la Poste qui a connu un changement de statut". La Poste est en effet devenue une société anonyme en 2010.
Une expérience "devrait aussi lui être utile au moment où les Etablissements publics à caractère industriel et commercial (Epic) sont particulièrement surveillés par Bruxelles", selon une autre source proche du dossier, citée par l'AFP. Ce statut créé pour des sociétés offrant un service public bien spécialisé et qui ne peuvent être soumises au droit de la concurrence, est toujours en place en place chez RFF et la SNCF. Il est dans le viseur de Bruxelles qui estime que les Epic faussent le jeu de la concurrence en raison des garanties illimitées que l'Etat confère à l'entreprise publique. Le changement de statut de La Poste provient justement d'une attaque de Bruxelles sur ce point.

Autre nomination à venir, Aéroports de Paris
Après la BPI, RFF, le gouvernement doit nommer très prochainement le futur président d'Aéroports de Paris. Sauf couac de dernière minute, ce sera l'ancien président de la Caisse des Dépôts, Augustin de Romanet qui sera choisi.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/11/2012 à 15:07 :
Un postier conducteur de train ? C'est un peu comme demander à un éboueur d'être pilote d'avion :-) non pas que j'ai quelque chose contre les éboueurs (il faut de tout pour faire un monde), mais chacun son métier et les vaches seront bien gardées, non :-)
Réponse de le 04/11/2012 à 16:47 :
"Le casting est parfait" Celui la, au moins, il me piquera pas ma place !
a écrit le 04/11/2012 à 13:54 :
Foutage de gueule et jeux d'écriture , ce sont les mêmes taules avec le même patron incapable : l'état
a écrit le 04/11/2012 à 12:55 :
Le jeu des chaises musicales, entre personnes du même milieu.
Et tout cela doit changer la vie des citoyens ?????
a écrit le 04/11/2012 à 12:22 :
jacque rapetout trop fort , à l'ENA il a apprenne plein de chose
Réponse de le 04/11/2012 à 16:00 :
Rapoport au rapport !
a écrit le 04/11/2012 à 11:54 :
C'est cela les castes dirigeantes du pays. On passe de La Poste aux Chemins de fer. C'est pour cela que la France est de plus en plus à la traîne.
Réponse de le 04/11/2012 à 16:49 :
Vous avez bien eu Calvet de la BNP à PSA, Varin de la métallurgie à PSA, le DG de la CDC qui va aller à ADP....
a écrit le 04/11/2012 à 11:47 :
Je suis toujours un peu surpris par les 'capacités' de ces dirigeants d'entreprises 'publiques' à changer de casquette aussi facilement. Par rapport au vécu de l'utilisateur que je suis, les commentaires ci-dessous sur l'exemplarité de la SNCF et des cheminots d'antan me parait franchement angélique. Oui le transport de masse doit rester un service publique mais pas à n?importe quel prix.
Réponse de le 04/11/2012 à 12:25 :
vous dites "pas à n'importe quel prix" ? Allez voir en Grande Bretagne les tarifs pratiqués ! Notre grande fille s'y trouve actuellement et elle est sidérée par les prix du train (100% des compagnies ferroviaires sont PRIVEES y compris certaines sous la bannière de KEOLIS du groupe ... SNCF !) tout comme le stationnement SYSTEMATIQUEMENT PAYANT devant les gares , les supermarchés,...HEUREUX les aveugles au royaume des voyants ! Quant à "l'angélisme" ,nous en sommes loin pour les salariés mais les "images d'Epinal" sont tenaces y compris au 21ème siècle !
a écrit le 04/11/2012 à 11:12 :

Continuite dans une convention qui profite a un dementellement deguise ! la sous traitance coute elle moins chere qu un Cheminot ??? 50 ET 55 ANS §
a écrit le 04/11/2012 à 10:24 :
SNCF et RFF : Fallait-il les faire divorcer ? Comme l'a déjà fort bien dit Thierry Mignauw ex directeur de l'INFRA à la SNCF du temps où le mariage était de rigueur , un métier était le CIMENT entre tous les acteurs : celui du TRANSPORT (appelé également L'EXPLOITATION). Ces cheminots étaient POLYVALENTS est maintenaient la cohésion du système ferroviaire très complexe.Et oui,faire rouler un train en SECURITE à L'HEURE c'est plus compliqué que de faire voler un avion voire un autocar et cela les politiciens ne l'ont JAMAIS COMPRIS ! Pour eux , il fallait LIBERALISER,DEREGLEMENTER quitte à DETRUIRE ce qui marchait ! Faut-il rappeler la légendaire REGULARITE des trains de LA SNCF y compris pour ceux qui se contentaient de regarder passer les trains ? Le DRAME d'un outil comme celui de la SNCF (comme bien d'autres.) .. est qu'il a toujours était l'outil des politiques pour le meilleur (la reconstruction de la France après la guerre par exemple) et ... le pire (les heures noires de la 2ème guerre mondiale).Alors s'il fallait rétablir un VRAI SYSTEME FERROVIAIRE , c'est par la COHESION METIERS qu'il faudrait revenir ! Imaginez un hôpital où les services se font littéralement concurrence entre eux avec un quasi PILLAGE des compétences ! Et bien voilà le triste spectacle de SNCF (remarquez l'absence de "LA" voulue par "LE" PDG actuel et "SA" tutelle !) Le cheminot est devenu "collaborateur" , cloisonné dans son métier empêchant le client (TGV) et l'usager (TER et TRANSILIEN) de connaître le pourquoi des dysfonctionnements ! A eux de vous faire préférer un autre système ferroviaire !
Réponse de le 04/11/2012 à 10:39 :
"Faire, defaire pour refaire", c'est la devise de votre elite de politiciens de l'ENA qui n'ont jamais mis les mains dans le cambouis
Réponse de le 04/11/2012 à 11:21 :
@ Viking: "Faire, defaire pour refaire": c'est la devise du chemin de fer !
Réponse de le 04/11/2012 à 11:42 :
À l heure de la redécouverte du Tramway le champ des possibles est ouvert.
Réponse de le 04/11/2012 à 13:05 :
Il faut etre cheminot pour affirmer que faire rouler un train en sécurité à l'heure c'est plus compliqué qu'un avion.
Moi ce que je retiens de la cohésion métiers de la SNCF, c'est la capacité à mieux faire grève, à se moquer royalement des clients ( il n'y avait déjà aucune information de l'usager il y a vingt ans, ne pas réinventer l'histoire) et les queues incroyables aux guichets pour obtenir une info ou un billet d'un personnel qui n'en avait rien à faire du client..
Quand à l'excellence du service il y a des années, elle tenait plus de la faiblesse du trafic de l'époque avec des trains plus homogènes qu'à la vertu du système et encore plus au fait qu'il était sacrilège d'attaquer le service public et inconvenant d'en parler à un moment où on reconstruisait la France.
Maintenant chacun est libre de réécrire l'histoire suivant ses lubies..
Réponse de le 04/11/2012 à 19:18 :
A BIOMAN : C'est sur que faire voler un autocar c'est très compliqué. Mais avec vos amis, pas de doute que vous y parveniez. Syndicalement à vous!
Réponse de le 05/11/2012 à 6:39 :
il ne faut pas imaginer l'hopital que vous decrivez,il faut accepter qu'il fonctionne comme cela depuis des lustres..;malheureusement il faudrait etre realiste,ce qui manque beaucoup dans ce pays...mais vu qu'on s'accroche au pinceau,on a pas besoin d'echelle...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :