Air France lance HOP ! , la compagnie qui doit contrer les low cost en régions

 |   |  800  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : BLOOMBERG NEWS)
Air France a annoncé ce lundi le regroupement des filiales régionales Britair, Regional, Airlinair sous la marque HOP ! (for Air France plus précisément), qui va commercialiser des billets à partir de 55 euros et développer les options payantes sur des lignes régionales et européennes. Ce pôle régional pèsera près d'un milliard d'euros de chiffre d'affaires, disposera d'une centaine d'avions et assurera près de 500 vols par jour vers plus de 130 destinations.

HOP ! C'est le nom de la nouvelle compagnie qu'a annoncé ce lundi en début d'après-midi Air France pour rebondir dans le transport régional. Il s'agit du dernier pan de la restructuration de l'activité court et moyen-courrier d'Air France. Censée symboliser la simplicité d'un voyage aérien, cette marque commune  ("Hop ! for Air France" plus précisément) va chapeauter trois compagnies filiales régionales du groupe, Regional et Britair et Airlinair, dont les noms vont tous s'effacer au profit de HOP ! Ce pôle régional, qui sera piloté par Lionel Guérin, PDG jusqu'ici de Transavia et d'Airlinair, pèsera près d'un milliard d'euros de chiffre d'affaires, possèdera 98 avions de 48 à 100 sièges (dont 12 pour maintenance et réserve) et assurera près de 500 vols par jour vers plus de 130 destinations françaises et européennes. Objectif : endiguer l'offensive des compagnies à bas coûts sur les lignes transversales françaises (région-région), Easyjet et Ryanair, sur les plus gros flux de trafic, mais aussi Volotea, la petite compagnie à bas coûts espagnole créée par le fondateur de Vueling, Carlos Munoz qui s'est positionnée en France sur ce marché important. Et passer à un niveau de pertes compris entre 20 à 30 millions d'euros aujourd'hui à un retour à l'équilibre en 2014 et des bénéfices en 2015. «Les low cost pèsent en moyenne 40% du marché intra-européen, mais seulement 20% en France. Leur potentiel de développement est donc important. Air France se devait de réagir sous peine de voir ses parts de marché se réduire comme peau de chagrin », explique un expert du secteur. HOP ! débutera ses activités fin mars.

Autonomie de gestion 

Ce changement de marque traduit la volonté de se démarquer en partie d'Air France (tout en bénéficiant de certains avantages comme le programme de fidélité Flying Blue, les contrats firmes et probablement quelques vols en partage de codes) et de gagner en autonomie de gestion. Ce changement signifie la fin des contrats de franchise entre les compagnies régionales et Air France. Si HOP ! va conserver une activité pour le compte d'Air France (des affrètements pour alimenter le hub de Roissy), son second métier sera d'avoir une activité propre, avec sa propre commercialisation et son propre code Iata. Ce réseau s'étendra sur 136 villes. Une nouvelle offre tarifaire divisée en trois gammes de prix (bas, moyens, élevés) va être annoncée. « Les tarifs dans la gamme la plus chère seront légèrement abaissés, ceux de la gamme la moins chère, beaucoup plus », explique une source interne. Le prix d'appel est fixé à 55 euros TTC tandis que le tarif le plus cher s'élèvera à 350 euros l'allers simple. Parallèlement, HOP ! Va développer les options payantes pour augmenter les recettes annexes. « L'objectif est de conserver les clients qui payent les prix élevés (les billets sont complètement flexibles) et d'attirer de nouveaux clients par les bas prix », explique un proche du dossier. La compagnie va également animer le marché à coup de promotions pendant les périodes creuses en termes de trafic affaires, a indiqué en aparté Lionel Guérin.

Regional, le poil à gratter

Cette baisse des prix s'accompagne d'une baisse des coûts de 15%, obtenue par les synergies réalisées par les trois compagnies, par la création de trois business units, chacune spécialisée sur un type d'avions (Embraer, CRJ, ATR) et par de nouveaux accords du personnel qui visent à augmenter la productivité des salariés. Si les négociations sont toujours en cours chez Britair, elles sont plus compliquées chez Regional, où le comité d'entreprise a lancé une procédure judiciaire contre le plan de départs volontaires. «Nous sommes un peu le poil à gratter de ce projet », reconnaît un pilote de Regional. « Le PDV» est bloqué en raison notamment de la requête des pilotes de bénéficier comme leurs collègues d'Air France de possibilités de reclassements chez Transavia, la compagnie à bas coûts d'Air France.

Pas contre une ouverture du capital

Sur le plan capitalistique, si Ce pôle régional est aujourd'hui une filiale à 100% d'Air France, son PDG, Alexandre de Juniac n'exclut pas une ouverture du capital. "Ce n'est pas nécessaire au fonctionnement de HOP !, mais si un investisseur public ou parapublic veut prendre une part du capital, nous ne sommes pas contre", a-t-il expliqué,

Un dossier compliqué

Pour autant, certains observateurs sont sceptiques. «Air France fait le contraire des grandes compagnies qui ont plutôt tendance à se désengager du transport régional, explique un observateur. Faire des petits prix avec des avions régionaux dont les coûts au siège sont plus élevés qu'un A320, par exemple, semble compliqué ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/04/2013 à 16:15 :
Une analyse de la pertinence de cette décision, ici : http://www.narominded.com/2013/04/hop-un-nouveau-crash-pour-air-france/
a écrit le 29/01/2013 à 20:50 :
Il y aura t il des vols Genève Brest ''ca manque
a écrit le 29/01/2013 à 1:04 :
Comment arriver à faire du " low-cost" avec de avions de cette taille??
Une baguette magique?
Ou un nom style upla up! barbatruc!
Réponse de le 29/01/2013 à 7:34 :
D'accord avec vous. Les coûts au siège sont trop élevés (deux fois plus qu'un A319).
a écrit le 28/01/2013 à 23:46 :
Faire des états roux avec des avions de 100 ou moins de 10 places c'est tout à fait possible même mieux qu'un A320 à moitié vide qui coûte 20% de plus à opérer qu'un avion de 100 places. Très étrange, article sponsorise par Airbus ou par Air françe qui désire se séparer définitivement de son activité régionale ?
a écrit le 28/01/2013 à 21:05 :
A perpignan, on nous annonce "HOP" espérons que les tarifs baisseront....???
A ce jour pour un aller et retour Perpignan/Paris , départ vol de 7h15, retour de Paris vol à 20h35 d'Orly : coût = 642?....!!!! pour un passager.....!!
a écrit le 28/01/2013 à 14:49 :
Pourquoi toujours cracher dans la soupe. Air France tente, crée et on ne peut le lui reprocher.
Si elle n'avait rien fait, elle aurait perdu des parts de marché et tout le monde alors lui reprocherait une "erreur de marketing", un manque de créativoité, etc...
Laissez donc travailler ceux qui tentent et cessez de critiquer.
Nous avons une compagnie aérienne fancaise dont le seul tort est d'avoir des syndicats prédateurs et qui est une référence sur le marché. Félicitons-nous en !
a écrit le 28/01/2013 à 14:45 :
Bonjour à tous,
Les salariés de britair ne sont bien entendu pas partie prenante dans les choix politiques et financiers d'Air France ni, d'ailleurs, de la future structure HOP.
Concernant les pertes du réseau court et moyens courriers d'Air France, tant Airlinair,Régional que Britair n'en sont pas responsables.La productivité de ces filiales est proche de celle d'easyjet.
Concernant cette fois les "boutades" sur HOP et les "crash" : sachez que BRITAIR a une politique des plus sérieuses sur la sécurité des vols et qu'aucun ostracisme n'est fait sur les incidents pouvant survenir ou survenus.
Donc, s'il vous plait pour le millier de salariés qui se préoccupe sérieusement tout les jours de la sécurité des clients que BRITAIR transporte,n'assimilez pas HOP et donc BRITAIR à une quelconque compagnie aérienne non sérieuse.
Nous n'avons pas choisi le nom mais nous sommes soucieux de faire valoir notre immense attachement et respect du client aussi bien commercialement qu'au niveau de la sécurité des vols.
La cfdt britair.
Réponse de le 08/10/2013 à 17:28 :
parent d'un employé HOP ancien employé de BRITAIR, je suis d'accord avec les propos, c'est une compagnie sérieuse et qui respect ses clients
certaines compagnies à bas prix ne le sont pas
maquette77
a écrit le 28/01/2013 à 14:13 :
Ils ont embauché pour le nom celui qui a inventé la marque YOP.
C'est vrai que ça sonne ridicule, de plus pour un anglophone ça sonne comme une espoir( hope) de ne pas se crasher.
a écrit le 28/01/2013 à 10:46 :
Bon choix, bon nom. Pas aussi débile qu'il n'y paraît
Réponse de le 28/01/2013 à 11:48 :
Excellent y compris dans sa traduction en anglais.De plus une seule syllabe...
C est le TOP...
Réponse de le 28/01/2013 à 12:56 :
Hop la boom... le crash pour quand ?
Réponse de le 28/01/2013 à 14:41 :
"Bienvenue à l'escale Hop".
Et je parle même pas des salles.....

D-E-B-I-L-E
a écrit le 28/01/2013 à 10:38 :
Combien a touché le "marketeur spécialiste en communication" pour trouver un nom aussi débile ?
a écrit le 28/01/2013 à 10:35 :
En tout cas à l'aéroport franco-suisse de Bâle/Mulhouse, EasyJet a pris de l'avance en couvrant quasiment toute l'Europe et même le Maroc, la Turquie et Israël, France comprise ! AF a toujours négligé cette plate-forme pourtant apte à drainer de la clientèle 3 de pays. Quant à Strasbourg depuis le départ forcé de Rynair par la faute de la compagnie nationale, c'est le désert total. Une superbe aérogare avec une gare, mais des salles d?embarquement quasiment désertes.
Réponse de le 28/01/2013 à 12:16 :
Ah ! que serait un article de La Tribune sur le transport aérien, sans la sempiternelle ritournelle de Gilles 1 sur "European Airport" ???
PS les A380 d'Emirates ne se posent pas à Brive la Gaillarde sans que ça émeuve quiconque, semble t il...
Réponse de le 28/01/2013 à 12:18 :
Ryanair est partie de Strabsourg à la suite d'un jugement rendu par la justice Française ! Ryanair vit de subventions distribuées de manière bien peu transparente , et par une politique sociale des plus cyniques, ou devrait on dire, par une absence de politique sociale. Est-celà que vous souhaitez pour les aéroports alsaciens , monsieur Gilles1?
Réponse de le 28/01/2013 à 12:57 :
Mieux que rien non ?
a écrit le 28/01/2013 à 10:11 :
nous sommes a pau et ca nous coute la peau des fesses pour aller à paris, ou est le low costsi c'est pour les 3 ou4 grandes villes de france et massacrer les autres petites villes possedant des aeroport
a écrit le 28/01/2013 à 9:44 :
Je pense que air inter etait deja le bras regional d'air france non!!! sa ne marchait pas ou on a dit qu'il fallait changer... Alors pourquoi on recommence?. Je ne comprend pas.
Réponse de le 28/01/2013 à 10:43 :
Air Inter ..marchait très bien, AF était en déficit (comme toujours) et à donc racheté Air Inter grâce à l'état pour se renflouer...pari gagné..jusqu'à ce jour!!!...
Quand on ne sait pas, on se tait!
a écrit le 28/01/2013 à 8:57 :
Vérifier plus soigneusement vos sources.
Ce sera HOP For Air France et non pas By Air France.
La différence joue sur le côté "filiation juridique" de la nouvelle structure vis-à-vis d'Air France.
Cordialement,
La cfdt britair.
Réponse de le 28/01/2013 à 10:24 :
Merci à vous. Vous avez raison. C'est For Air France. Sincèrement désolé.
Fabrice Gliszczynski
Réponse de le 28/01/2013 à 12:31 :
C'est pas la CGT qui lit la Tribune !
a écrit le 28/01/2013 à 8:48 :
Après le Sosh d'Orange, déjà ridicule, voici Hop! En cas de retard ou d'accident (malheureusement), j'imagine déjà les "Et Hop, un retard", "et Hop le crash"
Réponse de le 28/01/2013 à 10:30 :
"Hop le crash": je ne vous souhaite pas la perte d'un de vos proches dans de telles circonstances...
a écrit le 28/01/2013 à 8:21 :
HOP! ça sonne vraiment low cost....ils ont intérêt à assurer sur les prix
a écrit le 28/01/2013 à 8:02 :
Je souhaite que ce nouvel avatar d'Air France soit une réussite mais comment peut-on choisir un nom aussi crétin pour une compagnie aérienne? Au lieu de suggérer des valeurs positives , allez Hop! ne fait que cheap et bâclé.
Pourquoi pas "Crash".L'imagination au pouvoir, ve n'est pas d'actualité chez nos aviateurs.
Réponse de le 28/01/2013 à 10:44 :
A tous les rabats joie : moi je le trouve plutôt logique ce nom, et bien choisi. Hop, cela fait simple, rapide, et donne une idée, peu-être fausse d'ailleurs, de pas cher. C'est tout ce qu'on pouvait espérer pour le choix du nom de cette compagnie. En plus il y a une connotation anglaise "hop on, hop off" ce qui est lié à l'idée de navette ou de bus. Cette flexibilité vers laquelle tend inéluctablement le transport aérien régional.
Réponse de le 29/01/2013 à 0:20 :
Tout a fait d'accord!!! Et HOP! Y à plus qu'a !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :