Le RER A nouveau terrain de bataille entre l'UMP et le PS.

 |   |  285  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
D'après un inventaire demandé par la député des Yvelines Valérie Pécresse, une trentaine d'anciennes rames du RER A seraient "sans emploi". Elle regrette le manque d'action du Stif alors que le réseau parisien est dans une situation "d'urgence"...

La non utilisation de rames RER est devenu le nouveau sujet de dispute entre l?UMP et le PS. Avec le renouvellement en cours des rames du RER A, Valérie Pécresse (UMP) a reproché à Paul Huchon (PS), président du Stif, de ne pas avoir redéployé les anciennes rames sur les autres lignes du RER. Elle demande "le redéploiement d'une vingtaine de rames sur le RER D pour faire face à l'urgence", la levée de "la tranche optionnelle pour l'achat de 97 trains +Franciliens+ supplémentaires". Pour rappel, en juin la RATP a commandé 70 nouvelles rames pour la ligne A auprès d?Alstom-Bombardier. La RATP a prévu l?acquisition au total de 130 rames pour un coût de plus de 2 milliards d'euros. Ce programme est financé à hauteur de 1,35 milliard d'euros par la RATP et pour 650 millions d'euros par le Stif, le Syndicat des Transports d?Ile de France. La député des Yvelines qui est également administratrice du Stif, a reproché au Stif son manque d?anticipation et a envoyé un courrier à M. Huchon contenant l?inventaire des rames du RER A. La chef de file de l'opposition UMP au Conseil régional d'Ile-de-France affirme que "la vente des 50 anciennes rames de RER pourrait rapporter de 50 à 100 millions d'euros" ce qui permettrait de financer "5 à 10 rames neuves du Francilien". Le Stif a indiqué ne pas avoir encore reçu le courrier de Mme Pécresse. Le PS a aussitôt contre-attaqué. Guillaume Balas, président du groupe PS au Conseil régional a parlé d'"attaques truffées de chiffres erronés ou falsifiés", précisant que ?vingt-huit anciennes rames ont été redéployées sur le RER B". (Source : AFP)
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/01/2013 à 10:42 :
Il faut bien comprendre une chose : les femmes et les hommes politiques ne circulent pas en transport en commun, pas dans Paris et surtout pas en Banlieue. Ces dossiers sont aussi lointain pour eux que le traitement de la lèpre en Afrique pour vous (mais si vous savez, Dimanche c'était la journée mondiale des lépreux!).
.Obliger Pécresse ou Huchon à prendre le RER A chaque matin pendant 1 mois matin et soir serait surement le meilleur moyen de trouver une solution aux problèmes. Sinon bonne chance à tous pour Jeudi, grèves en vue ...
ps : A si, les politiques prennent les transports en commun, leur limousines avec chauffeur utilisent les couloir de bus dans Paris .... :-)))
a écrit le 30/01/2013 à 10:11 :
Où sont les hommes politiques qui auront une fois pour toute le courage de s'attaquer à cette dictature des agents publiques qui refusent toutes réformes structurelles dans l'intérêt général de notre pays ? Faudra-t-il une guerre civile des français contre les 5,2 millons d'ayatollahs de l'état ?
a écrit le 30/01/2013 à 9:14 :
Cette chère Valerie devrait tout de même savoir que la non-uniformisation des rames sur une ligne peut poser pas mal de soucis.

De plus, le matériel de la ligne D n'est composé que de rames à deux niveaux alors que pour les anciennes du RER A, il ne s'agit que de rames à simple niveau.
Réponse de le 30/01/2013 à 9:50 :
De plus les systèmes d'alimentation, de signalisation et de sécurité ne sont pas les mêmes sur la partie RATP et sur la partie SNCF or les anciennes rames sont spécifiquement RATP ! Leur mutation éventuelle d'une ligne à une autre a donc un coût qui serait sûrement important dans les cas envisagés par la députée qui montre ainsi une grande méconnaissance du dossier.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :