Ryanair visé par un appel au boycott en Norvège : ses conditions de travail dénoncées

 |   |  576  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
A la suite d'une plainte que devait déposer une hôtesse de l'air licenciée, les critiques pleuvent en Norvège contre les conditions de travail chez Ryanair. Elles sont remontées jusqu'au Parlement et des syndicats et des hommes politiques ont appelé au boycott. Ce que fait une grande compagnie d'assurance. Ryanair se dit victime de fausses allégations et dénonce une campagne de dénigrement.

Le ton monte en Norvège contre les conditions de travail chez Ryanair. Depuis que deux hôtesses licenciées par la compagnie à bas coûts irlandaise ont dénoncé les conditions de travail en vigueur chez Ryanair, les critiques pleuvent. Elles sont remontées jusqu'au Parlement où le Premier ministre, Jens Stoltenberg, a déclaré mercredi qu'il ne volerait jamais avec cette compagnie. Après la décision de la principale compagnie d'assurances norvégienne Storebrand de ne plus faire voyager ses collaborateurs sur Ryanair, des responsables politiques et syndicaux ont appelé à boycotter le transporteur.
A l'origine de la fronde, une plainte. Une ancienne hôtesse de l'air licenciée a annoncé cette semaine assigner en justice Ryanair pour violation du droit du travail et licenciement injuste. Une deuxième hôtesse, également licenciée, devait la suivre. Toutes deux estiment que la compagnie viole la législation norvégienne avec des salaires bas, une privation de certains droits et une ambiance de travail marquée par un régime de terreur, le stress et les pressions. "Ce n'est pas du dumping social. C'est un contrat esclavagiste", a déclaré Vegard Einan, le président adjoint de Parat, l'organisation syndicale qui assiste les deux femmes.

"Nous ne forçons personne à travailler chez Ryanair"
Jeudi, le directeur général de Ryanair Michael O'Leary s'est rendu en Norvège pour se défendre. Pour lui, les deux plaignantes sont "mécontentes" d'avoir été remerciées par la avant la fin de leur période d'essai d'un an, l'une pour violation des règles de sécurité, l'autre pour absentéisme. Rejetant ces accusations, il dit être victime d'"une série de fausses allégations" dans le cadre d'une campagne de dénigrement orchestrée par les organisations syndicales. "Nous respectons totalement la législation irlandaise et la législation européenne", a-t-il affirmé lors d'une conférence de presse à l'aéroport de Rygge (sud-est de la Norvège). Pour lui, les conditions de travail à bord de ses avions, immatriculés en Irlande, relevaient du la loi et du droit irlandais et que la justice norvégienne n'était par conséquent pas habilitée à trancher. Michael O'Leary a aussi défendu les conditions de travail chez Ryanair, soulignant que la compagnie employait 8.500 personnes et qu'elle croulait actuellement sous 5.000 candidatures. "Nous ne forçons personne à travailler chez Ryanair", a-t-il dit.

Un procès en attente en France
En toile de fond, on retrouve le même débat que celui en vigueur en France. Ryanair, compagnie irlandaise, doit-elle, lorsqu'elle s'installe dans un autre pays européen, se soumettre au droit social de celui-ci, ou bien continuer à employer ses salariés sous contrat irlandais, plus avantageux ? Initié en France, ce débat fait donc tâche d'huile ailleurs en Europe. En France, le procès de Ryanair pour travail dissimulé de son personnel à Marseille est prévu fin mai. Si Ryanair l'emporte, s'ouvrira donc un boulevard pour se développer dans l'Hexagone avec des coûts sociaux inférieurs à ceux des compagnies françaises. Si elle perd, cela pourrait freiner la marche en avant des low-cost dans l'Hexagone. L'obligation d'appliquer le droit du travail français pourrait les dissuader de créer des bases dans en France. Si Ryanair perd, le dossier ne sera pas tranché pour autant. La compagnie a d'ores et déjà annoncé qu'elle en appellerait à la cour de justice de l'Union européenne.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/04/2013 à 14:26 :
De deux choses l'une : ou Ryanair respecte le droit du travail ou elle ne le respecte pas.
En fait ce n'est pas Ryanair qui paye trop peu ses personnels (personne ne les a obligés à s'engager) mais Air France et d'autres qui payent trop les leurs.
a écrit le 12/04/2013 à 18:39 :
C'est à croire que ne pas faire partie de l'UE, ça rend moins con.
Réponse de le 03/06/2013 à 21:11 :
oui.
a écrit le 12/04/2013 à 15:53 :
Eh oui l'exemple vient du Nord.
Boycott total de Ryan Air et d'O'Leary, qui voit des rouges partout et donne des leçons à tout le monde, sans balayer devant sa porte.
a écrit le 12/04/2013 à 15:40 :
Une periode d'essai d'un un chez RYANAIR! en plus c'est une hotesse de l'air mais c'est même pas un cadre vraiment chez RYANAIR c'est l'exploitation de l'homme par l'homme et en plus c'est un irlandais qui veut imposer son modèle.
Réponse de le 12/04/2013 à 17:01 :
Ben en fait ils auraient voulu une période d'essai perpétuelle.
a écrit le 12/04/2013 à 14:37 :
Et pourquoi AIR FRANCE/KLM et compagnie ne bénéficieraient pas des mêmes avantages que RYANAIR : peu de cotisations sociales et peu de taux d'imposition. Ah si nos politiques se souciaient de l'économie au lieu de ne préserver que les rentes des retraités et décidaient que nos entreprises marathoniennes n'aient plus de sac à dos chargés de taxes à tout va pour pouvoir espérer gagner la course, je pense que nous courrions un peu plus vite.
Réponse de le 12/04/2013 à 15:15 :
@magic: 1) en France, il y a des lois qui ne permettent pas de faire ce que font les Anglosaxons. 2) les retraités ont payé des cotisations toute leur vie pour bénéficier d'une retraite et 3) peut-être pourrais-tu demander à ton patron de te faire travailler à l'oeil et dans les conditions que les employés de Ryanair subissent :-) Mais je crois pressentir que t'es d'accord pour que ça arrive aux autres, mais pas à toi :-)
Réponse de le 12/04/2013 à 15:35 :
Plutôt d'accord avec vous Patrickb, sauf sur le fait que les retraités ont payé ce qu'il fallait pour leur retraite. Car si le régime des retraites est en déficit, le pays surendetté, et les actifs ponctionnés plus que ci qu'il faudrait, cela signifie que les seniors n'ont pas suffisamment cotisé par rapport à ce qu'ils ont obtenu. Ce que les jeunes se voient maintenant contraint de payer à leur place...
Réponse de le 12/04/2013 à 17:17 :
@@Patrickb: cela signifie aussi peut-être que l'argent s'est évaporé dans les poches de quelques-uns. Et pour info, les actifs ont toujours été ponctionnés au maximum, et même si les cotisations d'il ya 50 ans paraissent aujourd'hui dérisoires, crois-moi elles représentaient un bon purcentage sur la fiche de paie :-) Mais à l'allure où va l'inflation, tu sauras de quoi je parles dans quelques années :-) et je tesignale qu'à l'époque, quand on tarvaillais pas, on avait pas droit au RSA et autres subsides qui existent actuellement pour des gens qui n'ont jamais cotisé à rien :-) Mais, c'est plus facile de vouloir partager quand on a rien, non :-)
Réponse de le 13/04/2013 à 9:02 :
Bravo Patrickb, je suis encore actif mais je sais que vous avez raison. Ceux qui parlent comme magic du 56 ont peut être déjà bénéficiés des aides de l'état et ils oublient volontairement que la retraite est payée par la nouvelle génération qui normalement doit travailler mais avec les 35 heures ils ne se foulent pas beaucoup. Mon travail actuel payent les retraites de nos parents je suppose que magic n'a jamais eu de parents ce doit être un alien. Ces propos de génération font le lie de nos politiques véreux et d'ailleurs les retraités ne doivent pas recevoir des leçons de ceux qui sont plus souvent au chômage qu'au boulot car des emplois il y en a mais faire garçon de café ou des métiers similaires ça ils n'en veulent pas. Avec votre analyse le pays n'est pas près de se relever, j'espère que lorsque vous êtes malade vous ne faites pas appel à la sécu et que vos congés payés vous les laissez à votre patron si toutefois vous travaillez mais certainement vos conseils avisés s'adressent aux autres.
a écrit le 12/04/2013 à 14:02 :
ryan air: un modèle économique trés simple.
Leur bénéfice correspond exactement à l'ensemble des subventions versées par les collectivités locales.
C'est à dire nos impôts locaux. On nous vends alors le pseudo-dynamisme économique que cela amène ...etc
Le soucis, c'est que ce bénéfice est imposé en Irlande à 12,5% ! Dommage ...

a écrit le 12/04/2013 à 12:06 :
J"ai dit ou écrit dans les commentaires d'un article paru il y a deux jours dans la Tribune ce journal que je ne prendrai jamais des compagnies comme Ryanair et Easy Jet qui sont de la régression sociale, des boites qui évadent l'impôt etc...et qui se foutent du service client, des vraies machines à fric dirigée par... et j'ai été censuré je trouve cela regrettable.
Réponse de le 12/04/2013 à 12:37 :
N'utilisez pas le mot censure trop rapidement. TOUS les commentaires que j'ai mis sur ce site ont été publiés, qu'ils soient vindicatifs ou non.
Réponse de le 12/04/2013 à 16:29 :
@Pas content : je confirme que La Tribune semble censuré de plus en plus de commentaires. Sur l'article de Poutine et l'espace j'ai fait une blague sur Depardieu qui n'a pas été mise en ligne alors qu'il n'y avait rien de graveleux, d'ordurier ou d'insultant. Par contre j'ai pu apercevoir un commentaire au relent raciste sur l'article du Grand Paris. La Tribune penche-t-elle de plus en plus à droite au risque de tomber ?
a écrit le 12/04/2013 à 12:01 :
vu que ryanair se fait grassement subventionner par le contribuable pour deservir un aeroport, il est a souhaiter que ceux ci ne se developpent pas trop
a écrit le 12/04/2013 à 12:01 :
Je ne comprend pas pourquoi nous n'arrivons pas à boycotter cette société qui en ait à se poser la question s'il ne faut pas enlever les WC d'un avion pour parquer plus de passagers. Tout est bon pour diminuer les coûts au delà du raisonnable. En plus ce monsieur O'Leary annonce clairement qu'il prend les français pour des beaufs.
Réponse de le 12/04/2013 à 15:29 :
@missiles: Ryanair ne contrevient pas les lois anglosaxonnes et n'a donc rien à se reprocher pénalement. Si l'on adopte la directive Bolkestein, les lois du moins donant vont s'appliquer dans toute l'Europe et on reviendra au Moyen-Age, taxable et corvéable à merci. Mais beaucoup, qui ne sont pas encore affectés et ont encore du boulot, pensent qu'il faut tout accepter plutôt que de se battre contre la paupérisation des peuples....comme si "après les autres" cela ne devait jamais leur arriver :-)
Réponse de le 12/04/2013 à 15:42 :
en même temps cela permet au plus grand nombre de voyager.

ou est le probleme puisqu'ils repondent a un besoin democratique
Réponse de le 12/04/2013 à 17:20 :
@tco1: besoin démocratique ou besoin de faire comme tout le monde ? Je te signale que quand on voyage, il n'y a pas uniquement les frais de transport, mais aussi la bouffe, l'hôtel, etc. Quand on a pas les moyens, on reste chez soi :-)
a écrit le 12/04/2013 à 12:00 :
"Si elle perd, cela pourrait freiner la marche en avant des low-cost dans l'Hexagone. L'obligation d'appliquer le droit du travail français pourrait les dissuader de créer des bases dans en France."

Si Ryanair perd, alors bienvenu au 15.000 nouveaux chomeurs... mais cela les syndicats et les actionnaires d'AF n'en ont cure.

Vive la liberté, vive l'Europe, vive RyanAir, vive la concurrence et le choix
Réponse de le 12/04/2013 à 12:39 :
Vous ne voyez qu'un pan du problème, je regarde plutôt l'argent que les collectivités vont dépenser autrement au lieu de le verser à Ryanair. Voyez global... nous avons fait des avancées sociales, ce n'est pas pour les perdre face à ce fou hyperactif.
Réponse de le 12/04/2013 à 14:08 :
Je pense que c'est plutôt la concurrence déloyale qui fait perdre des emplois à la France. Donc le fait d'appliquer les mêmes règles à TOUTES les compagnies, y compris Ryanair, ne fera que soutenir l'emploi en France, gràce aux compagnies qui respectent le droit français et qui sont actuellement désavantagées.
Réponse de le 12/04/2013 à 14:21 :
Plutôt d'accord avec @tco1. L'argent dépensé par les collectivités pour Ryanair tue la concurrence d'une part et les met dans une position de vulnérabilité. Au lieu de la stimuler, elle assure le monopole d'une compagnie qui a un droit de vie ou de mort sur elle et peut augmenter les prix. Ce fut le cas d'Angoulème, mais les aéroports espagnols ne le savent que trop bien, et mieux que la France!
Lancer un plan pour les aéroports régionaux plutôt que de favoriser ce monopole serait un bon début.
Réponse de le 12/04/2013 à 15:23 :
@tco1: et vive le retour au droit de cuissage, à la semaine de 7 jours sur 7 et 14 heures par jour pour les enfants dans les mines :-) et je parierais même que quand on sera revenu au Moyen-Age, ton patron va continuer à te payer comme un ministre :-) Mais encore un qui veut bien que ça arrive aux autres, mais pas à lui :-)
Réponse de le 12/04/2013 à 15:32 :
Cependant personne ne s'offusque que les régions financent la SNCF
Réponse de le 12/04/2013 à 15:45 :
Patrickb, Ryanair est la seule compagnie pour les chomeurs et les rsaistes, non ? n'en faut-il pas une ? les pauvres ont-ils le droit de voyager ?
Réponse de le 12/04/2013 à 16:12 :
probablement,mais pas si les pauvres le font au détriment d'autres qui deviennent pauvres à leur tour! en fait on est content de consommer (j'en suis) sans se rendre compte qu'à vouloir payer le moins cher possible,on fout tout en l'air et on exploite nos semblables!
Réponse de le 12/04/2013 à 17:25 :
@bill: les subventions à qui que ce soit sont anormales parce qu'une entreprise, c'est fait pour gagner de l'argent, pas pour pomper l'argent du contribuable. Il ne faut toutefois pas confondre des dépenses d'infrastruture de sociétés investissant en France et payant des impôts en France avec des sociétés étrangères ne faisant que sucer le sang du pays sans aucune contrepartie :-) et ce d'autant plus que la SNCF est une société d'État, pas une société privée .
Réponse de le 12/04/2013 à 18:00 :
@tco1: les pauvres ont-ils le droit d'avoir champagne et caviar sur la table aux frais du contribuable ? les allocs chômage et le RSA sont des subsides pour les aider à passer un mauvais moment, pas pour aller se promener !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :