Air France : le plan pour muscler sa low-cost Transavia

 |   |  722  mots
Air France va muscler Transavia pour lutter contre la concurrence du low-cost (c) Reuters
Air France va muscler Transavia pour lutter contre la concurrence du low-cost (c) Reuters (Crédits : dr)
Air France va réduire la voilure à Orly sur les lignes intérieures et développer Transavia sur les lignes européennes. La flotte de Transavia doit passer de 11 à une trentaine d'avions d'ici à 5 ans. Celle d'Air France va diminuer d'une dizaine d'appareils.

C'est le 4 octobre qu'Air France-KLM et Air France détailleront les mesures supplémentaires du plan de restructuration Transform 2015 pour redresser les activités court et moyen-courriers et cargo du groupe, fortement déficitaires. Pour rappel, Transform vise à réduire la dette de 2 milliards d'euros entre 2012 et 2015, à 4,5 milliards, via une génération de cash flow de 2 milliards hors investissements. Pour Air France, déficitaire depuis 5 ans, ces mesures structurelles complèteront la mise en place d'un nouveau plan de départs volontaires concernant 2.500 personnes, prioritairement ciblé vers le personnel en escale travaillant dans l'assistance en aéroports.

Triplement de la flotte

Pour enfin redresser le court et moyen-courrier (500 millions d'euros de pertes en 2012) complètement débordé par les compagnies à bas coûts, Air France va muscler Transavia France, sa filiale mi-charter mi-low-cost. Selon nos informations, la direction compte réduire la voilure d'Air France sur certaines lignes domestiques et développer dans le même temps Transavia sur des lignes européennes. L'objectif est de faire passer la flotte de Transavia à une trentaine d'avions d'ici à 5 ans, soit un quasi triplement par rapport à cet été (11 avions en exploitation) et un quasi quadruplement par rapport à l'an dernier (8 avions). Inversement, la flotte d'Air France devrait perdre une dizaine d'appareils moyen-courriers. La flotte de Transavia restera tout Boeing 737-800 (en location).

>> Lire aussi : Air France face aux low-cost, la pression de British Airways et Lufthansa

Priorité à Orly

Ce projet concerne l'aéroport d'Orly. En tout cas en 2014. La suppression de lignes ou la réduction du nombre de vols sur certaines routes d'Air France permettra de transférer des créneaux horaires pour le développement en Europe de Transavia. Par ailleurs, Air France n'exclut pas de mettre fin, à terme, à des accords de partage de codes avec certaines compagnies partenaires qui assurent pour elles un certain nombre de routes pour fournir de l'activité à Transavia. Cela pourrait être le cas avec la compagnie espagnole Air Europa qui effectue pour le compte d'Air France plusieurs lignes vers l'Espagne comme Séville ou Malaga. Autant de destinations « loisirs » qui pourraient être confiées à Transavia. Cette dernière ne sera donc pas positionnée sur les bases province d'Air France de Nice, Toulouse, et Marseille (au moins dans un premier temps), où d'ailleurs l'activité d'Air France va être une nouvelle fois réduite.

Evolution du modèle

Le modèle de Transavia va donc être complètement modifié. Jusqu'ici, Transavia ne devait pas faire d'ombre à Air France. Elle ne pouvait pas se positionner sur des lignes exploitées par sa maison-mère, à l'exception d'une ou deux lignes comme Marrakech. Demain, elle va remplacer Air France, même si dans un premier temps, elle n'assurera pas de vols domestiques. En outre, son modèle hybride de commercialisation (une partie aux tour-opérateurs, l'autre en vols secs auprès du grand public), est appelé à évoluer vers un modèle essentiellement « B to C ».

 Plusieurs obstacles

Pour autant, derrière ce plan de marche, plusieurs dossiers cruciaux sont encore en suspens. Ce transfert d'activité d'Air France à Transavia suppose un transfert des pilotes d'Air France vers Transavia aux conditions de Transavia (grosso modo, plus d'heures de vols pour le même salaire). Pour cela il faudra trouver un accord avec le syndicat national des pilotes de ligne (SNPL) d'Air France afin de lever l'accord actuel sur le périmètre de Transavia (14 avions). Or, ces derniers ne veulent pas être les seuls à faire des efforts. Et souhaitent s'assurer que ce transfert d'activité vers Transavia n'entraîne pas un transfert de structure de coûts. Autrement dit, que Transavia, qui utilise des sous-traitants pour l'assistance en escale, ne soit pas obligée d'utiliser les services en escale d'Air France, dont les prix son supérieurs au marché. La direction n'entend pas faire ce choix. D'où son hésitation à transférer Transavia d'Orly Sud à Orly Ouest, le fief d'Air France. Et son intention de ne pas ouvrir de vols domestiques (ou de se positionner sur les bases de province) au moins dans un premier temps. Pour autant, certains transferts de compétence d'Air France à sa filiale low-cost semblent nécessaires pour assurer la fiabilité de l'exploitation. Pour beaucoup, en raison de la gestion difficile de plusieurs pannes d'avions, Transavia est incapable, dans sa structure actuelle, d'absorber une augmentation massive de sa flotte.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/09/2013 à 21:05 :
Moi je bosse dans l'aérien je sais ce que sais le métier de PNC et Agent Escale j'ai les deux expériences.

J'ai vécu chez les Anglais, et làbas ca bosse dure. Ils ne font pas de chichi pour juste 1 fourchette ou une cuillère ..

Donc si AIR FRANCE veut vraiment s'en sortir il on juste çà à faire:

1) Plan de départ à la Retraite Obligatoire pour tous ceux qui ont les cotisations ( dans la logique il y a facile + de 1000 personnes en âge de partir à la retraite chez les PNC seulement)

2) Redynamiser HOP et TRANSAVIA avec une politique Tarifaire agressive afin de clouer le bec aux concurrents et reprendre des parts de marchés.

3) Et Embaucher un nouveau personnel au SOL et PNC avec de nouveaux objectifs et une nouvelle grille salariale adaptées à la situation économique ACTUELLE.

AIR FRANCE doit être partout dans toute la France ...des Publicités, en Permanance Partout dans Toute la France ...dans toutes les Villes du monde desservies par AF...

Pour réconquerir la Clientèle, AF n'aura pas le choix que de mettre le PAQUET dans tous:

1) SECURITE DES VOLS
2) EMBAUCHER UN PERSONNEL VRAIMENT TOP " Customer Service à 100% "
3) POLITIQUE TARIFAIRE AGRESSIVE pour détruire la Concurrence.

Bonne chance à AF ..
a écrit le 13/09/2013 à 20:53 :
C'est Marrant dans cette France tout le monde Parle de subventions, de concurrence, qu'il faut changer la manière de faire, mais personne ne prends de décisions concrètes.
Tout le monde à peur de tout le monde entre " les syndicats qui sont pas contents, le Gouvernement qui fais la sourde oreille, les clients qui se plaignent pour un oui et un non ",

A ce rythme AF ne va jamais s'en sortir ..

Ce qui me choque en France et là je reste dans le domaine de l'aérien:
Quand AF décide de changer une fourchette sur le plateau :

1) Non seulement il y aura 3 à 4 réunions avec les syndicats sur 2 Mois facile
2) Ensuite 1 mois pour le vote des PNC voir même accord des PNT pour savoir si la fourchette n'est pas trop lourde ou pas trop fine sur les plateaux
3) et au minimum 2 mois d'éssai avec les clients
TOTAL DE TEMPS PERDU : 5 MOIS pour juste un changement de fourchette..
a écrit le 11/09/2013 à 22:51 :
Et le personnel administratif qui plombe les comptes de cette entreprise, sera-t-il lui aussi "transféré" chez transavia ou bien restera-t-il accroché aux machines à café du siège social d'air france?
Chez rayanair les navigants représentent 80% des effectifs de l'entreprise. Combien chez AF? Moins de 30%...allez les navigants, encore un petit effort pour redresser les comptes svp.
a écrit le 10/09/2013 à 10:10 :
Dissoudre AIR FRANCE pour laisser les compagnies PRIVEES opérer selon les propos de "John" c'est un peu réducteur ! Savez-vous à combien s'élève la dotation PUBLIQUE que reçoit RYANAIR par le biais des CCI ? Sans subventions,RYANAIR n'est RIEN ! Sans compter son attitude limite insultante pour les usagers !Vivement la taxe carbone !
a écrit le 09/09/2013 à 16:50 :
On a pas besoin d'un autre low cost soutenu par l'etat . Qu'ils vendent AF qui perd une fortune et qu'ils laissent les entreprises privées faire leur travail.
Réponse de le 09/09/2013 à 17:49 :
AF KLM est une entreprise PRIVÉE, cotée en bourse, cela vous avait sûrement échappé.....
Réponse de le 09/09/2013 à 22:10 :
... il est vrai que certains représentants des salariés au conseil d'administration semblent l'avoir oublié, au vu d'un courrier récent ...http://www.latribune.fr/entreprises-finance/services/transport-logistique/20130903trib000782971/competitivite-les-salaries-d-air-france-reclament-un-soutien-de-l-etat.html. !!!!
a écrit le 09/09/2013 à 15:55 :
Etonnant! La reprise de l'activité mondiale est en panne et le prix du pétrole est à la hausse, alors que ça devrait être le contraire. On construit toujours plus d'avions, le coût du transport aérien est à la baisse, alors que la charge carburant augmente...Est-ce vraiment durable dans le contexte économique actuel? Ecologiquement, on sait déjà, c'est un désastre.
a écrit le 09/09/2013 à 15:52 :
Air France exploite 135 appareils de la famille A320 (A318-319-320-321) et Transavia France exploite 11 Boeing 737 (+ 36 Boeing 737 pour Transavia Pays-Bas).
Même en faisant du body-building pour se muscler, Transavia n'est absolument pas en mesure de chatouiller Air France.
La "Stratégie" d'Air France est difficilement lisible car faire passer des pilotes d'Airbus A320 sur des B-737 coute cher en formation et certification ...
Pour info, les vrais concurrents, c'est à dire EasyJet et RyanAir exploitent respectivement 194 A320 (EasyJet) et 305 B737-800 (Ryan Air)
La route va être longue ....
Réponse de le 10/09/2013 à 9:23 :
10 ans de retard......irratrapables vis à vis des ''concurents'' qui peuvent dormir tranquilles ou presque.Les coupables sont l'état et donc les politiques qui ont eu une vison rétrécie, très cocoricarde démago populiste et un personnel qui croyait pouvoir très bien vivre en travaillant peu pour toujours à nos frais.La note du contribuable dans cette affaire depuis 25 ans est extrêmement salée pour un résultat qui peut s'apparenter à la bérézina.Je n'ose faire l'addition.....
Réponse de le 11/09/2013 à 16:40 :
Vous avez peut-être oublié qu'Air France est désormais un entreprise privée, ce depuis 2006...elle n'est donc plus à la charge du contribuable , ou "à vos frais " comme vous dîtes...
Réponse de le 11/09/2013 à 17:18 :
depuis 2004 avec la fusion AF-KL
a écrit le 09/09/2013 à 12:38 :
J'avais compris qu'après le lancement de HOP, Transavia devient une companie de charter et surtout pour le compte de KLM. Maintenant Transavia devient un concurrent de HOP. C'est compliqué, Air France. Personnellement je prend Swiss ou Easyjet depuis Genève et c'est beaucoup plus simple.
Réponse de le 09/09/2013 à 13:38 :
C'est intelligent comme commentaire... Moi je ne choisi pas le plus simple. Je chois le moins cher. Donc je vole sur les 3 compagnies.
a écrit le 09/09/2013 à 12:26 :
"...obligée d'utiliser les services en escale d'Air France, dont les prix son supérieurs au marché..."
Deux pays dont les lois sclérosées cassent l'autorégulation du marché (même si celle-ci n'est pas parfaite)... Inspirez-vous des lois "taxis parisiens" pour savoir ce qu'il ne faut pas faire. Bizarre bizarre... dans les autres pays (qui ont a relever les mêmes défis) on s'en sort ! A croire qu'en France l'exception n'est pas seulement culturelle !!!
a écrit le 09/09/2013 à 11:50 :
Et plusieurs années après la création des compagnies low cost et leur succès, air france décide de vraiment se positionner sur un secteur arrivé à maturité... mieux vaut tard que jamais ! mais pourquoi avoir tant attendu ? les autres grandes compagnies aériennes sont elles autant à la traîne ?
a écrit le 09/09/2013 à 10:59 :
Une suggestion : plutôt que faire Paris Beauvais pour prendre un vol Ryanair, les parisiens économes (pas tous, bien sur) sont peut être prêts à prendre le TGV lowcost pour s'envoler de Lyon-st Exupéry, non ???
Réponse de le 09/09/2013 à 12:24 :
@lyon69 : je ne prends pas Ryanair à cause de cela.
La navette en bus coûte 30? A/R depuis la porte mailllot, l'aéroport est situé à 95 kms de Paris. il faut prévoir une marge de 3h30 entre le départ de la navette et celui du vol.

Conclusion, à part pour ceux qui habitent à côté de Beauvais, je ne vois pas l'intérêt d'utiliser cette compagnie. Il faudrait que la différence soit telle par rapport à A.F, que cela justifie ces 3h30 et la navette.
a écrit le 09/09/2013 à 10:37 :
Les PN gagnent à peu près le même salaire sur AF, sur BA ou LH, mais aussi chez Easyjet ! La différence porte principalement sur les temps de vol, qui sont supérieurs chez tous les autres : il faudra bien envisager un alignement sur la concurrence, il n'y a pas d'alternative ! Alors le plus simple, c'est peut-être de fusionner Hop et Transavia ( au conditions Transavia bien sur) avec aucun départ mais au contraire une hausse de l'offre ! Perso, j'ai voyagé sur AF, Hop et Transavia, et Transavia n'a pas démérité : les principales différences portant sur l'aérogare plus bas de gamme (mais une augmentation d'activités permet certainement de mieux négocier les tarifs d'aéroport, en tout cas en province...), et sur les boissons & repas payants sur un vol Lyon-crete, par exemple !! NB le personnel en escale était badgé "Hop" ..
a écrit le 09/09/2013 à 9:56 :
Il serait bon que Transavia améliore sa qualité de service. Près de 5 heures de retard cet été sur un vol Transavia Paris-Tunis, parce que l'avion était en panne, mais aucune information, pas une aide, pas une excuse.
Ce genre d'incidents n'est pourtant pas exceptionnel : c'est stupéfiant de voir qu'on se soucie tellement peu d'une qualité minimale de service, qu'aucune procédure n'est prévue ni appliquée pour rendre la situation moins pénible aux passagers...
Réponse de le 09/09/2013 à 15:59 :
@julien Paris
C'est mieux quand l'avion tombe en panne en plein ciel, après, le seul service dont on a besoin c'est un service funéraire...si on retrouve suffisamment de matière à inhumer.
a écrit le 09/09/2013 à 9:26 :
Pour un parisien, se carapater à Roissy, c'est à dire au diable Vauvert, pour prendre un vol régional frise le contre sens.
Les vols régionaux, c'est bien à Orly, qui est à proximité. Et ce serait encore mieux au Bourget, qui est manifestement sous-utilisé, soit un beau gâchis de plus, apparemment.
a écrit le 09/09/2013 à 8:19 :
Si le fameux plan pour sauver le CMC AF s'arrête à ce que vous décrivez, je pense qu'AF aura beaucoup de mal à s'en sortir...On ne soigne pas un cancéreux avec du Doliprane...
Il est nécessaire et indispensable d'être plus radical.
Réponse de le 09/09/2013 à 9:14 :
C'est en effet me paraître un peu léger, quant on sait le "travail" qu'il faudrait mener au sein d'AF pour redresser la Compagnie qui peine à dégager des profits. Au demeurant, une "ponction" plus importante de la flotte moyen-courrier d'AF à Roissy, remettrait en cause le modèle du "hub" d'AF à CDG, flotte qui est censée alimenter et "nourrir" le réseau long-courrier (plus lucratif) de la compagnie. Enfin il serait de bon ton, d'abandonner la marque Transavia (qui n'a aucun historique en France) pour un nom plus proche du Groupe AF (et des couleurs moins moches). Pourquoi pas HOP par exemple, histoire de limiter les "brandings" qui pullulent dans l'environnement d'AF (CityJet, Hop - ou subsiste encore à l'intérieur des appareils, BritAir, Regional, etc.), on s'y perd quand on vol "Air France" désormais....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :