Thalys se transforme avant l'arrivée de la concurrence de la Deutsche Bahn

 |   |  488  mots
(Crédits : DR)
Thalys prépare sa transformation en entreprise ferroviaire pour 2015 en France et en Belgique. Basée à Bruxelles, celle-ci aura sa propre licence, ses propres trains, son propre personnel.

Etre plus réactif, plus agile. C'est l'ambition que se donne Thalys et ses actionnaires la SNCF et la SNCB (Belgique) à l'horizon 2015. Histoire de préparer, sans le dire, l'arrivée probable de la Deutsche Bahn sur les lignes à grande vitesse Paris-Bruxelles, Paris Amsterdam et Paris-Cologne à partir de 2016. Interrogé ce mercredi lors d'un point presse à Paris sur sa vision de la concurrence pour les années à venir (pas spécifiquement celle de la « DB ») Franck Gervais, le directeur général de Thalys, s'est contenté de répondre que « gérer un train à 300 km/h dans quatre pays constitue une vraie prouesse technique qui n'était pas donnée à tout le monde ».

La DB ne distribue plus les billets Thalys en Allemagne

En juillet la SNCF et la SNCB ont annoncé la création à partir de 2015 d'une entreprise commune pour exploiter les lignes de Thalys, dans laquelle la DB, actionnaire aujourd'hui à 10%, ne fera pas partie. Histoire de mieux se lancer avec ses propres trains sur ces lignes lucratives. En juin, la fin de la distribution de billets Thalys en Allemagne dont avait la charge la « DB » donne un avant goût de la bataille qui se prépare.

 Deux systèmes

La SNCF et la SNCB ont approuvé les 27 juin et 8 juillet le projet de transformer Thalys en entreprise ferroviaire de plein exercice. Elle sera basée à Bruxelles. « Cela va accroître notre agilité. L'objectif est de gagner en réactivité et en maîtrise pour continuer à devancer les attentes des voyageurs. Le développement de Thalys mérite l'organisation la plus efficace possible », explique Franck Gervais. Concrètement, aujourd'hui Thalys International a la charge de l'exploitation commerciale des fameux trains rouges mais l'opération ferroviaire en tant que telle, qui consiste à faire rouler ces trains sur chacune des infrastructures nationales est assurée par les quatre partenaires de Thalys (SNCF, SNCB, NS-les chemins de fer néerlandais- et la DB), chacun étant responsable de la mission de transport pour son pays. L'idée de la SNCF et de la SNCB est de confier à Thalys en direct la mission de transport.

De fait Thalys opèrera en direct ses trains en France et en Belgique, mais continuera son partenariat avec la NS et la DB, lesquelles exploiteront les trains de Thalys aux Pays-Bas et en Allemagne.

 Les cheminots conserveront leur statut

En France et en Belgique, Thalys aura donc sa propre licence ferroviaire, son propre certificat de sécurité, son propre matériel roulant, ses proches salariés... Aujourd'hui ces derniers appartiennent à la SNCF ou à la SNCB. Chez Thalys, ils conserveront leur statut. Un inconvénient pour affronter la concurrence ? «Pas du tout, répond Franck Gervais. Le plus gros de nos coûts concerne les infrastructures, le matériel roulant….Au contraire avoir la gestion directe de ce personnel va nous changer la vie ». Aujourd'hui, la direction de Thalys ne communique pas en direct avec son personnel.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/09/2013 à 16:23 :
Voilà une bonne nouvelle en période de crise : l'arrivée de compagnies ferroviaires privés comme la Deutsche Bahn. Adieu grève à répétition et à la dictature de la SNCF. Les usagers vont pourvoir choisir et voyager sereinement... Après la sncm viendra le dépôt de bilan de la sncf mais qui s'en plaindra...
Réponse de le 12/09/2013 à 13:22 :
Ne vous réjouissez pas trop, le ICE de la DB tombe constamment en panne et est régulièrement en retard. Mais si vous avez la DB carte de réduction 50%, les prix sont trés avantageux. C´est un très beau train, confortable, et on y mange très bien, au contraire du Thalys. Beaucoup d´usagers ne pourront pas choisir, car sans carte de réductions de la DB, le ICE reste très cher: La DB accepte pas les cartes de réductions étrangères, á part, peut être, l´Autriche, la Suisse.
a écrit le 11/09/2013 à 15:51 :
Boycote des entreprises boche
Réponse de le 12/09/2013 à 1:34 :
...de retard mon brave!
Réponse de le 12/09/2013 à 7:55 :
c'est génial de trouver des personnes qui ont les même convictions que moi ... moi quand je vois "origine France" "Made In France" "..." je recherche automatiquement un autre produit venant d'ailleurs. Pourquoi je ferais vivre des gens comme vous qui sont assez proche du béret .... ?
a écrit le 11/09/2013 à 15:35 :
C'est tout de même étrange cette manie de privatiser les bénéfices et de nationaliser les pertes !
Quand c'est rentable c'est une entreprise privée, (Thalys, Eurostar, Lyria, etc) quand cela perd de l'argent c'est un service public (Transilien, TER, Intercités, etc ...)
Mais qui sont les conducteurs et les contrôleurs de Thalys ? Du personnel SNCF et SNCB !
Ou sont entretenus les Thalys ? Par la SNCF à Saint-Denis près de Paris !
Sur quelles voies roulent les Thalys ? Sur des lignes à grande vitesse construites par la SNCF et la SNCB (devenues RFF et Infrabel) !
Maintenant il faudrait savoir à quel tarif exactement les agents et les infrastructures SNCF & SNCB sont ils facturés à Thalys ?
Ce sont quand même 2 entreprises de service public qui n'exercent pas leur mission ! A voir les tarifs Thalys entre Paris et Bruxelles, pas de place pour les pauvres, les jeunes ou les familles nombreuses ....
a écrit le 11/09/2013 à 14:24 :
Le paradoxe de la dérégulation dans le transport ferroviaire Européen sera l'arrivée croissante d'opérateurs issus au départ des opérateurs historiques ! (SNCF,DB,SNCB,...)Vraissemblement ,ces opérateurs auront grandi sous l'aile protectrice de leur maison mère pour mieux voler de leurs propres ailes ensuite quitte à concurrencer la même mère quelques années plus tard ! Hier EUROSTAR(désormais filiale de droit Britannique),aujourd'hui THALYS (future filiale de droit Belge) et demain LYRIA (dessertes ferroviaires de/vers la Suisse). Ces opérations conduiront rapidement à la mise en concurrence avec les services ferroviaires existants par le biais du cabotage (dans un premier temps) .Le rail est un éternel recommencement avec le retour des compagnies privées d'avant 1938 ...
a écrit le 11/09/2013 à 14:13 :
"basée à Bruxelles". Serait-ce encore une optimisation fiscale?
Réponse de le 11/09/2013 à 14:43 :
ou sociale (Code du Travail belge et non pas français).
Réponse de le 11/09/2013 à 17:06 :
le siège est à Bruxelles depuis 1995...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :