SNCF : "L’objectif est de faire un service public moins cher" (Pepy)

 |   |  718  mots
(Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le président de la SNCF, Guillaume Pepy, veut réduire les coûts de production de l'entreprise au cours des cinq prochaines années pour pouvoir baisser les prix. Il veut doubler le nombre de petits prix.

Le 15 octobre prochain, le président de la SNCF, Guillaume Pepy présentera au conseil d'administration le plan d'entreprise de la société ferroviaire pour les cinq prochaines années. Baptisé "Excellence 2020", ce plan doit préparer la SNCF à affronter la concurrence sur le marché intérieur à partir de 2019. En clair, de lui permettre de baisser ses coûts de production par afin de pouvoir baisser ses prix.

La SNCF prévoit des économies de ses frais de fonctionnement (système informatique, fonctions support, immobilier, achats) à hauteur de 700 millions d'euros d'ici à la fin 2015 (170 millions seront économisés en 2013), ainsi qu'une meilleure utilisation de moyens de production pour économiser 1,3 milliard d'euros au cours des cinq prochaines années, avait indiqué Guillaume Pepy le 18 septembre à l'assemblée nationale. "L'objectif est de faire un service public moins cher pour les chargeurs, les passagers et les collectivités locales, c'est-à-dire le faire à un prix ajusté pour les financeurs".

"Qui peut croire que le low-cost aérien épargne le TGV"

Six jours plus tôt, le 12 septembre, Guillaume Pepy avait présenté à 5.000 managers  les grandes lignes du plan Excellence 2020, selon Les Echos.  Il avait notamment évoqué l'intensité de la concurrence tarifaire. "Le low-cost aérien dépasse 50% du marché aérien. Il percute Air France d'abord, note concurrent.

Mais qui peut croire qu'il épargne le TGV ? (…) Faire face, c'est admettre que nous sommes encore perçus comme trop chers", avait-il déclaré en annonçant qu'il allait "simplifier les prix, pour mieux donner à comparer" et qu'il comptait "doubler le nombre de petits prix en produisant moins cher, comme on l'a fait avec Ouigo", le TGV à bas coûts lancé au printemps.

Développer le porte-à-porte

Par ailleurs, il a indiqué à ses managers, ce qu'il avait déjà dit en mars devant les députés lors d'une précédente audition : mettre l'accent sur les "voyages personnalisés" en développant des solutions de transports dits "porte-à-porte" en combinant au train d'autres modes de transport comme le bus, le tram, les autos ou le vélo en libre service, le covoiturage, gérés soit par sa filiale de transports urbains Keolis, soit par d'autres opérateurs.

L'idée est en effet de vendre un ticket par trajet, regroupant l'ensemble de ces moyens de transport et de ces opérateurs, filiales de la SNCF ou non: "Nous ne nous ferons pas marginaliser par Google", a commenté M. Pepy, évoquant "une marque unique SNCF, simple et bienveillante".

"Il ne faut pas laisser Google ou d'autres faire ce magnifique projet à notre place". Guillaume Pepy a par ailleurs cité les offensives de certains groupes dans le covoiturage. "Voilà nos nouveaux concurrents", a-t-il lancé en évoquant Blablacar, le leader européen du covoiturage "qui fait aujourd'hui 600.000 voyageurs par mois » ou « Avis qui a racheté pour plus de 500 millions de dollars le leader américaine de la voiture partagée".

Si la SNCF a racheté, cet été, la société GreenCove Ingénierie, éditrice du site de covoiturage 123envoiture.com, ce n'est pas néanmoins par le biais d'acquisitions qu'elle souhaite développer le porte-à-porte.

"Faire de SNCF la référence d'excellence mondiale des services de mobilité, voilà notre vision pour 2020. Comme Apple, devenu la référence en matière de design, Nespresso, modèle sur la relation clients, ou Leclerc avec les prix bas, nous devons devenir le champion du service rendu à nos clients", a encore dit le président de la SNCF

Par ailleurs, la SNCF veut continuer d'améliorer les transports du quotidien, tout particulièrement en Ile-de-France, « une priorité nationale". La SNCF mise sur sa filiale transport routier et logistique Geodis, et sur Keolis, dont la croissance à l'international "sera de 80% en cinq ans".

40 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 20108

Ce plan stratégique vise, pour la SNCF, à financer les "investissements sans aucune dette supplémentaire. Grâce à (une) marge opérationnelle portée de 3 à 4 milliards d'euros".L'endettement de la SNCF s'élève à 7 milliards d'euros. "Retenez ce chiffre de croissance du chiffre d'affaires : 3% annuels (donc plus ou moins 40 millions d'euros de CA en 2018)", a lancé Guillaume Pepy aux managers.

Le chiffre d'affaires devra, d'ici à 2018, être réalisé à 30% à l'international, qui est l'une des trois priorités fixées par ce plan. Cette part était de 13% en 2007 et de 24% en 2012.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/10/2013 à 1:55 :
Pépy comme dab est approximatif. si la dette de la SNCF est bien de 7 milliards, celle de RFF dépasse 30 milliards. le règlement de cette dette due au délirant programme TGV voulu par la SNCF sera inclu dans les billets de train.
ce n'est pas demain la veille que les billets de train baisseront. mais Pépy sera toujours là dire tout et son contraire sans jamais assumer ses échecs.

Réponse de le 01/10/2013 à 9:45 :
"tchoutchou",petite précision.Sans dédouaner la SNCF,le seul et unique actionnaire de cette entreprise est ...l'Etat !Les administrateurs de la SNCF sont majoritairement des représentants de l'Etat.Rappelons que lors du Grenelle de l'environnement ,MM.Borloo and co avaient décidaient SANS FINANCEMENTS ,la construction de 4000 Km de lignes à grande vitesse !!!Alors rendre responsable la SNCF reste un argument un peu limité.Le premier responsable est donc l'Etat.Je pourrai dire la même chose concernant le FRET ferroviaire qui est devenu moribond grâce au même Etat.
a écrit le 30/09/2013 à 22:50 :
Exemple de trajet cher et lent, aller d'Angers à Versailles : on est obligé de prendre le TGV, et d'aller jusqu'à Montparnasse; là il faut traverser toute la gare pour atteindre les lignes de banlieue, poireauter une demi-heure pour avoir son tortillard, une demi-heure de trajet pour atteindre Versailles Chantier et une demi-heure de bus pour atteindre le centre-ville : à peu près 4 heures de transport dont 2 serrés au coude à coude dans les voitures TGV, collé contre une paroi semi-aveugle, sans pouvoir choisir sa place, pour au moins 50 ? le trajet simple
Ca ne me coûte pas plus cher d'y aller en voiture, ça ne me prend pas plus de temps, et je voyage dans des conditions autrement plus agréables
a écrit le 30/09/2013 à 18:37 :
Un service public moins cher... en attendant , ultime objectif, sa suppression pure et simple ?
a écrit le 30/09/2013 à 14:51 :
Le paradoxe du système ferroviaire qui date du 19 ème siècle est qu'il s'agit d'une infrastructure lourde nécessitant de grosses dépenses au départ avant d'escompter un éventuel retour sur investissements pour la collectivité.(voir l'exemple du tunnel sous la Manche) Pour ce faire ,il faut être visionnaire .Que voulons nous dans le domaines des transports DEMAIN ? Alors que la réduction de notre dépendance énergétique s'impose urgemment ,alors qu'une réduction des émissions de gaz à effet de serre doit être enclenchée face aux enjeux du changement climatique ,alors que la réduction des accidents sur route doit être poursuivie,dans le même temps ,il faut réduire les coûts.Une grosse partie des dépenses du ferroviaire repose en effet sur des investissements et seulement après sur l'exploitation.Les premiers bénéficiaires en sont les entreprises du BTP et les équipementiers.(Bombardier,Alstom principalement) Quant aux "pertes" qui seraient supportées par les contribuables ,je rappelle que l'infrastructure ferroviaire appartient à la collectivité qui en contrepartie est en droit de savoir mais également d'exprimer ses souhaits. Cela est valable pour le RAIL mais aussi pour l'infrastructure ROUTIÈRE (de plus utilisée par des entreprises étrangères),le système SCOLAIRE,le système de sante, etc.Bref ,quel société voulez-vous ...demain ?
a écrit le 30/09/2013 à 14:15 :
La première chose à faire pour améliorer définitivement le service, les prix, l?accueil, et la quantité de travail, c'est de ne plus appeler les citoyens "les usagés" mais bel et bien des "client". Ensuite il faut faire comprendre aux camarades syndiqués que le contribuable en a vraiment mais vraiment ras la casquette de payer leur laxisme, leur grève, leur congé maladie pour la moindre cassure de cheveux, bref, soit il faut mettre de l'ordre sérieusement dans la SNCF, c'est pas gagné, soit privatiser et protéger le contribuable définitivement d'un ogre rouge tout puissant.
Réponse de le 30/09/2013 à 20:44 :
C'est amusant cette question sémantique... Dans le temps,on disait usager du service public, et ça évoquait le grand respect de l'entreprise pour ce dernier de part son obligation morale de lui rendre service par tous les moyens.

Cet état d'esprit n etait pas rentable, on s'est donc orienté vers un client a qui l'on ne donne que ce pour quoi il a payé. Malheureusement, le rail deficitaire,il n'a pas payé pour grand chose. ..
a écrit le 30/09/2013 à 14:14 :
la SNCF essaye de nous faire prendre des vessies pour des lanternes mais personne n'est dupe, partout où elle a un quasi-monopole elle se "gave", les utilisateurs du train le savent bien, Thalys est hors de prix (62% du capital à la SNCF), Eurostar aussi (55% du capital à la SNCF) et sur le marché domestique bien sur ou la SNCF règne sans partage, du coup, pour calmer les politiques qui remontent la grogne des citoyens on a inventé des petits prix, distribués au compte goute avec des conditions alambiquées ou alors l'on a repeint quelques rames de TGV en mauve pour les baptiser OUIGO mais surtout ne pas les faire partir de Paris qui est tellement rentable! Et puis, vous "les pauvres" si vous n'êtes pas content de ce qu'il reste de ce service public vous n'avez qu'a prendre les bus de la SNCF ou le co-voiturage SNCF (participation dans 123envoiture.com). Ce qui est formidable, c'est que grâce à ses super bénéfices, la SNCF peut racheter les chemins de fers Grecs! Merci le contribuable, merci l'usage français, merci monsieur Pepy !
a écrit le 30/09/2013 à 11:35 :
Avant de ma parler de prix, je souhaiterais plutôt qu'on me parle de fiabilité. En terme d'horaire, de solution de remplacement en cas de grève, de sécurité.
a écrit le 30/09/2013 à 11:35 :
est ce que la réduction des coûts ne passe pas par l'application stricte des 35 heures, c-à-d que les salariés de la SNCF fassent 1609 heures effectives par an... La maintenance serait sans aucun doute mieux assurée.
Réponse de le 30/09/2013 à 12:33 :
???
vous tenez d ou (a part les on dit) que les salarie de la sncf travaille moins de 1609H par an?
a écrit le 30/09/2013 à 10:18 :
Guillaume Pepy a par ailleurs "cité" les offensives de certains...
a écrit le 30/09/2013 à 9:51 :
Tout le monde est d'accord, dans la mesure oùu la SNCF ne fait pas de véritables pertes, qui sont nos impôts.
Il faudra bien admettre que les bilans de la SNCF sont manipulés par la le prix arbitraire du RSF pour les voies, qui est loin du prix réel,même avec la réduction chronique de la maintenance nécessaire à la sécurité.

cordialement,

giantpanda
a écrit le 30/09/2013 à 9:48 :
Autant le dire tout de suite. Le rail repose sur une technologie du 19è siècle. Le ballast, les traverses, la fixation des rails (éclisses),... tout se règle à la main, centimètre par centimètre, et sur des centaines de kilomètres de distance... Chaque augmentation du SMIC condamne un peu plus le rail !
a écrit le 30/09/2013 à 8:45 :
Et pourquoi ne pas dire les choses: avoir un impact environnemental, c'est arrêter toutes les aides publiques sur le transport aérien, les aéroports, arrêter la construction de ces nouveaux aéroports regionaux dont NDDLandes, cogner en usant de l'arme fiscale sur le déplacement dévoreur d'empreintes de nos concitoyens pour leurs vacances à l'autre bout du Monde. Et pourquoi ne pas dire qu'il est honteux qu'un grand succès en nombre de personnes transportées, avec des infrastructures centenaires, - le métro -, constitue un véritable scandale en continuant à perdre de l'argent..inouï! Pourquoi ne pas dire que la SNCF, qui avait été délestée de ses dettes par la créations de RFF, a continué à parère de l'argent, et que cela est tout simplement inadmissible. Que l'absence de gestion de la SNCF est révoltante, et qu'il importe enfin de ne plus faire financer par le peuple des avantages indus de quasi fonctionnaires, et des fonctionnements dignes d'un autre âge..M.Pepy, votre mission est certes compliquée, mais expliquez-nous en quoi la SNCF est en route vers une situation plus normale...!
a écrit le 30/09/2013 à 7:18 :
vu les dettes de la SNCF, seul le don , a la DB peut se resoudre
Réponse de le 30/09/2013 à 13:57 :
Quelle honte ces français prêts en toutes circonstances à vendre leur pays au plus offrant....
a écrit le 29/09/2013 à 13:36 :
Pour obtenir de l'efficacite et donc du mpoins cher,il faudrait privatiser..
Réponse de le 30/09/2013 à 13:59 :
Comme tous les exemples étrangers nous l'ont prouvé dans le domaine du rail... De toute façon la concurrence arrivera dans quelques années en France, donc nous verrons bien s'il est si facile d'être concurrentiel dans ce domaine, et si le fait d'être privé est suffisant !
a écrit le 28/09/2013 à 21:40 :
"40 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 20108"

C'est dans 18000 ans. Il se donne de lamage.
a écrit le 28/09/2013 à 11:15 :
SNCF : "l'objectif est de faire un service public moins cher" Alors Monsieur Pepy mettait fin une fois pour toute fin au grève à répétition nationale, régionale, départementale et locale qui a un coût énorme pour le contribuables. Augmenté la faible productivité des cheminots (6 heures de travail) et mettait fin au m'en foutisme général de la sncf pour augmenter la qualité de service rendu aux usagers enfin d'éviter les mal-lunés des agents des billetteries et des contrôleurs. Revoyait la sécurité et la responsabilisation ainsi que la productivité lamentable dans vos ateliers, voies ferrés et la maintenance qui est catastrophique, etc, etc. Heureusement, 2019 l'arrivée de nouvelles compagnies ferroviaires concurrentes de la sncf va redonner le sourire aux contribuables usagés...
Réponse de le 28/09/2013 à 11:45 :
Faudrait que tu changes de refrain,tu deviens lourd à force....
Réponse de le 28/09/2013 à 14:52 :
la vérité dérange ce qu ecrit republique ban....est partage par des milliers de FRANCAIS ...
Réponse de le 30/09/2013 à 9:05 :
partagé peut-être mais faux surement...
Réponse de le 30/09/2013 à 9:49 :
L'essentiel de ce que dit flanby était et est faux. Il a quand même été élu.
a écrit le 28/09/2013 à 0:36 :
Etonnant, tous le billets sur tous les trajets que j'ai effectués depuis un an ont été les plus chers que j'ai payé... ce doit être une aberration statistique...
a écrit le 27/09/2013 à 18:29 :
que deviennent les saboteurs du réseau éclectique de la SNCF ou en est l enquête ....
a écrit le 27/09/2013 à 16:58 :
Ou moment ou la SNCF est mise en cause dans l'accident de Bretigny reduire les prix sera sans doute populaire. maintenant c'est reculer pour mieux sauter en France le train et le metro proposent des prix defiant toutes concurrences par contre les autoroutes sont payantes. Cherchez l'erreur.
Réponse de le 27/09/2013 à 17:35 :
Chirac-DeVillepin Entetés ont bradé les autoroutes à leurs amis, en fin d'amortissement, alors qu'elles devenaient de plus en plus juteuses pour l'Etat en Milliards de Dividendes. Toute la classe politique considérait fou et irresponsable cette Privatisation-Bradage, y compris Sarkozy. Tout le monde prédisait des autoroutes amorties et payées, avec des prix fous. De surcroit tout, en plus du péage, y est hors de prix : carburant, restauration....boissons. A quand, Hermès, Dior, sur ces autoroutes là. Je ne les emprunte plus du tout : je roule sur les anciennes routes nationales, et fais travailler le petit-commerce des Bourgs traversés.
a écrit le 27/09/2013 à 15:34 :
Formidable idée Monsieur Pépy, d'autant que vous serez bientôt mis en concurrence directe. Puis-je vous suggérer trois idées simples - 1 - faire travailler vos employés le nombre d'heures pour lesquels ils ont rémunérés (certains se reposant à leurs postes de travail mais travaillant au noir en dehors, et parfois pendant, les heures qu'ils vous doivent), 2 - supprimer les régimes spéciaux, 3 - faire payer les trajets en train aux salariés et à leurs familles. Voilà quelques mesures simples dont vous avez sûrement connaissance mais qui sont tellement politiquement incorrecte que vous ne ferez jamais appliquer tant vos syndicats de l'ère glaciaire (SUD, CGT notamment) font leurs fonds de commerce de la protection des privilégiés.
Réponse de le 27/09/2013 à 16:53 :
certain sa correspond a vos connaissances ou vous en faites une generalite?
Réponse de le 30/09/2013 à 20:38 :
Concernant les fameuses "facilités de circulation",elles reviennent selon les estimations hautes à 300? par an par employé, ce qui vu le niveau de salaire est vite compensé (entre un et 6 mois suffisent)

Ensuite pour ce qui est des heures de travail, il n'y a pas spécialement plus de glandeurs que dans n'importe quelle grande entreprise privée ou public... Et niveau congés, c'est moins généreux que chez PSA ou Renault... Donc non vos grandes idées n'auraient pas l'effet attendu.
a écrit le 27/09/2013 à 15:27 :
Les prix pas chers de la sncf ressemblent à la loto. De plus l faut se lever tôt quelques mois à l'avance, pour décrocher les bas tarifs. Ils préfèrent à la sncf, voyager parfois avec des trains à moitié vides.
a écrit le 27/09/2013 à 14:59 :
cette entreprise publique est propriete de la CGT AUX FRAIS DU CONTRIBUABLES .......
Réponse de le 27/09/2013 à 16:00 :
Oui cette entreprise est la PROPRIETE de la C.G.T Communiste, et aux frais du contribuable, et aux frais du client qui paie 75eur, en 2ème Classe, pour Un Aller Simple, un Paris-Vannes 400km.
Ces Cégétistes Propriétaires de cette entreprise publique, bénéficient de résidences de vacances à prix symboliques, les pieds dans l'eau ou au pied des pistes, d'une gratuité totale en 1ère Classe sur tout le réseau (25% de remise serait justifié, et décent) Et alors que le Régime Général des Retraites sera équilibré en 2020, il sera pourtant déficitaire de 8 Milliards d'Euros, encore à cause d'eux, et de leurs "droits acquis" à perpétuité, après avoir subventionné leur régime spécial, et donc payé leur retraite de camarades-syndiqués-prolétaires v.i.p. Naturellement le 2ème comité d'entreprise le plus riche de France après E.D.F, verse une bonne part de ses recettes au Siège National de la C.G.T Communiste.
Réponse de le 27/09/2013 à 16:51 :
pilotin qu il y ai des avantages a etre cheminot certe mais vous racontez n importe quoi.....vous avez oubliez la prime charbon ,les grèves payées ,et leurs salaires equivalent a 15 smic par mois en moyenne.
Réponse de le 27/09/2013 à 18:21 :
c exactement ça ....mais ce sont les electeurs de gauche ...il ne faut pas casser la boutique ..elle trop bonne et pour lomgtemps le pouvoir est entre leurs mains
Réponse de le 27/09/2013 à 21:10 :
Usurpation de Pseudo : je n'ai pas répondu ci-dessus à 18H21
Réponse de le 30/09/2013 à 9:11 :
est-ce que ça reviendrait à dire que les cheminots sont tous cgtISTE?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :