Quelle compagnie aérienne française gagnera de l'argent en 2013 ?

 |   |  1244  mots
Corsair table sur un retour à l'équilibre en 2014
Corsair table sur un retour à l'équilibre en 2014 (Crédits : DR)
Le pavillon français va très mal. Les compagnies aériennes françaises seront pour la plupart dans le rouge en 2013. La Tribune a interrogé la quasi-totalité des dirigeants des transporteurs français. Tour d’horizon.

Pour la sa sixième année de pertes consécutives, Air France sera une nouvelle fois dans le rouge. Prévu cette année initialement, le retour à l'équilibre a en effet été repoussé à 2014. Si le long-courrier est rentable, les activités moyen-courrier et cargo souffrent énormément. La direction va détailler ce jeudi les mesures de restructuration supplémentaires qui vont entraîner un sureffectif de 2800 personnes, lequel sera réglé par un plan de départs volontaires. Hop, la nouvelle compagnie du groupe qui regroupe les filiales régionales Régional, Britair et Airlinair, table sur une perte d'exploitation de 30 millions d'euros en 2013 a indiqué récemment à l'AFP son PDG Lionel Guérin. Il prévoit ensuite de « diviser par deux cette perte en 2014 pour un retour à l'équilibre en 2015. Quant à Transavia, la filiale à bas coûts d'Air France, elle n'a pas souhaité donner d'indications sur ses résultats. Légèrement bénéficiaire en 2012, la compagnie rappelle que la communication financière se fait au niveau d'Air France-KLM. Rendez-vous donc en fin d'année pour mesurer la performance de cette compagnie amenée à jouer un rôle majeur dans la stratégie du groupe.

 Corsair : réduction des pertes

Accusant des lourdes pertes depuis des années Corsair a été une nouvelle fois dans le rouge à l'issue de son exercice fiscal 2012-2013 qui s'est achevé le 30 septembre. « Le niveau de pertes a fortement diminué. Nous avons fait une très bonne année », explique à La Tribune le PDG de la compagnie Pascal de Izaguirre. Et d'ajouter : «L'année a été excellente sur le plan commercial et nos coûts ont baissé. Nous sommes en ligne pour un retour à l'équilibre l'an prochain ». Le transporteur réalise cette performance avec un chiffre d'affaires en stagnation (autour de 500 millions d'euros), en raison d'une baisse de capacité. Cette contraction de l'offre a permis d'augmenter à la fois le remplissage des avions et le prix moyen des billets. « Le coefficient d'occupation a augmenté de 11 points par rapport à l'année précédente pour atteindre le niveau record de 85% », explique Pascal de Izaguirre. Pour ce dernier, le défi de l'année 2014 sera de continuer à maîtriser les coûts, tout en continuant à augmenter le prix moyen coupon et le taux de remplissage.

 Air Med sauvée par sa filiale grecque

La compagnie qui s'était retrouvée sous les feux des projecteurs il y a deux ans en créant une filiale grecque, Hermes, recommence à dégager des bénéfices grâce justement à sa compagnie grecque. Celle-ci est « très largement bénéficiaire », explique le PDG d'Air Méditerranée Antoine Ferretti quand Air Med est, elle, « légèrement déficitaire ». « Au cumul, les résultats devraient être positifs », estime Antoine Ferretti pour qui « Hermes a sauvé Air Med ». La compagnie grecque, deuxième opérateur grec derrière Aegean, compte 6 avions, quasiment deux fois plus qu'Air Med (5 avions). Une compagnie du Moyen-Orient a même proposé de racheter Hermes. 

 Air Caraïbes, vers des profits record

Il semble loin le trou d'air traversé en 2011, quand la compagnie du groupe Dubreuil avait plongé dans le rouge. Après un retour aux bénéfices en 2012-2013 (avec un résultat net de 7,9 millions d'euros), Air Caraïbes, dont l'exercice fiscal 2013-2014 s'achèvera le 31 mars prochain, nourrit l'objectif  d'améliorer ses résultats cette année a indiqué à La Tribune, Marc Rochet, le président du directoire de la compagnie. Air Caraïbes est la grande gagnante du durcissement de la concurrence entre la métropole et les Antilles françaises.

 Air Austral remonte la pente

La compagnie de la Réunion remonte la pente. Après avoir essuyé une perte nette de 86 millions d'euros en 2011-2012, la compagnie est en train de récolter les fruits de sa restructuration (laquelle s'était accompagnée d'une recapitalisation) : fermetures des lignes déficitaires, cessions d'actifs pour désendetter l'entreprise, restructuration de la dette, du réseau (fermeture des vols au départ de la province). «Nous maintenons notre objectif d'un retour à l'équilibre à l'issue de notre exercice fiscal 2013-2014, qui s'achèvera fin mars », indique à La Tribune Marie-Joseph Malé, le président du directoire d'Air Austral. Ce dernier prépare le coup d'après, celui du développement. Marie-Joseph Malé le voit vers l'Inde, le Moyen-Orient et l'Afrique, notamment dans toute la zone de l'Océan Indien. Air Austral vient d'ailleurs de créer une filiale à Mayotte (EWA Air) en partenariat avec la CCI et des capitaux locaux. Celle-ci débutera ses opérations en novembre.

 Europe Airpost, des bénéfices non sans mal

L'ex Aerospostale résiste et devrait parvenir à rester une nouvelle fois bénéficiaire cette année. Toujours en charge du transport du courrier, transportant par ailleurs du cargo et des passagers via son activité charter, Europe Airpost pense « être dans le vert cette année », déclare son PDG Jean-François Dominiak.  Ce ne sera pas sans difficulté. La compagnie est parvenue à stabiliser le trou d'air enregistré l'an dernier dans l'activité passagers  où le nombre d'heures de vols s'était effondré passant de 23.000 heures en 2011 à 16.000 heures en 2012. Dans le même temps, l'activité fret stagne. « Nous sommes fortement concurrencés par les compagnies des pays étrangères. Les prix unitaires s'écroulent, y compris dans le cargo. En deux ans, le prix à l'heure de vols à chuté de 20% », explique Jean-François Dominiak. Au final l'activité moindre et la pression sur les prix font reculer légèrement le chiffre d'affaires « et baisser la marge de moitié ». Du coup, la baisse des coûts sera au cœur du plan stratégique pour les trois prochaines années, en cours de finalisation.

 XL Airways discret, Aigle Azur muet

Faisant partie des rares compagnies bénéficiaires ces dernières années, XL Airways entretient un flou sur les résultats. Interrogé lors du salon du tourisme IFTM Top Résa, Laurent Magnin, le PDG de la compagnie aérienne a simplement déclaré : «nos comptes seront en ligne avec nos prévisions », a-t-il simplement répondu en rappelant qu'XL Airways avait ouvert six nouvelles lignes en 2013. Sauf cas extraordinaire, les ouvertures de ligne, en particulier sur les vols long-courriers, ont du mal à atteindre la rentabilité la première année, quelle que soit la compagnie. Contactée, Aigle Azur n'a pas souhaité faire de commentaires. 

Demande d'un gel des redevances aéroportuaires

 Face à autant de difficultés, les compagnies aériennes dénoncent non seulement la concurrence de compagnies étrangères présentes sur le sol français, qui disposent d'un coût du travail inférieur à celui en vigueur en France, mais aussi le poids des taxes et des redevances aéroportuaires. Celles d'Aéroports de Paris en particulier. Récemment, le Scara, un syndicat professionnel de compagnies aériennes françaises (Air France n'en fait pas partie) a déploré la hausse des redevances du gestionnaire des aéroports parisiens. « Les résultats financiers d'Aéroports de Paris, obtenus grâce à une augmentation continue des redevances aéroportuaires, confirment une politique actionnariale de l'Etat, menée aux dépens des compagnies aériennes », a déclaré le Scara dans un communiqué.  Et d'ajouter : cette « politique met en péril les emplois des compagnies françaises ». Le Scara demande un gel des redevances. Début septembre, les administrateurs salariés avaient fait la même demande.

  

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/12/2013 à 10:33 :
Je ne savais pas que la compagnie Corsair existait encore !
a écrit le 04/10/2013 à 15:15 :
Je suis pas sûr qu'Air France fasse des benefs !
a écrit le 01/10/2013 à 15:15 :
La convention de Chicago datant de 1947 exonère les compagnies aériennes de toutes taxes sur le kérosène.Alors que les débats sur la transition énergétique viennent de se terminer ,le sujet fait tâche mais dans le ciel !Quant aux commentaires de "chich" je ne comprends pas ."Je suis pour l'écologie mais contre les écolos ..." Vous devriez vous pencher sur l'impact climatique du transport aérien qui est largement sous-évalué en raison de la combustion de pétrole à haute altitude.Les écolo sont des politiques.Parfois ils sont dans le vrai ,parfois dans le faux ! Je suis heureux d'être LIBRE dans le monde associatif.
a écrit le 01/10/2013 à 9:40 :
Et si les voyageurs aériens payaient autant de taxes sur le carburant que les automobilistes, qui prendrait encore l'avion ? Aujourd'hui le transport aérien est honteusement aidé par le contribuable. Comparez un Nantes Nice en train et en avion et essayez de comprendre pourquoi le transport le plus polluant est le moins cher au km passager ? Et on nous fait de beaux discours sur la transition énergétique et on nous promet du changement. Et oui du changement, on va en avoir quand le niveau des eaux des océans montera et envahira les zones côtières, quand les périodes de sécheresse succèderont aux périodes de pluie abondante accompagnées de tempête. Et si on écoute le club de Rome, la population terrestre risque de se réduire de moitié à partir de 2030, avec des effets sensibles dès 2020.
Quels changements souhaitons nous pour cette terre que nous empruntons à nos enfants ?
Réponse de le 01/10/2013 à 12:02 :
@elbet : sur le fond je suis tout à fait d'accord avec vous. Sur la forme faites un effort, on dirait un abruti d'écolo de base. Je suis pour l'écologie, mais contre les écolos pour être clair^^.
Réponse de le 01/10/2013 à 12:25 :
Le moins polluant est le plus cher : peut être parce que les frais d'infrastructures sont facturés dans les 2 cas : si un aéroport coute un peu plus cher qu'une gare, la prise en compte du cout d'entretien de la voie ferrée est pris en compte aussi, et là, le train revient cher ! Il n'y a que le transport routier qui, pour l'instant, ne paie pas le cout des infrastructures !!!
Réponse de le 01/10/2013 à 16:22 :
Un Passager d'un A380 consomme 2.5l au 100km. L'avion est de tous les moyens de transport le moins polluant de tous. Mme Duflot prétenduement "écologiste" l'utilise. Elle l'a meme utilisé peu avant de devenir ministre, pour aller en vacances de luxe aux Maldives : en étant de Gauche, c'est un paradoxe pour elle, et une provocation à l'endroit du Prolérariat de Gauche, qui LUI ! n'en a pas les moyens. Le voyage en Avion est DEJA SURTAXE : Plus de la Moitié, du Prix du Billet c'est de la Taxe. Le contribuable automobiliste ne subventionne donc absolument pas l'avion, qui par passager consomme 2.5l au 100km : il paie plus que sa part de Taxes. Aéroport de Paris détenu à 60.2% par l'Etat Actionnaire, exagère : ses redevances, et son inconfort absolu : les Aéroports d'A.D.P sont chaque année dans le classement international, les plus détestés du monde pour leur Inconfort : une honte, vis à vis de nos touristes "étrangers" ainsi accueilli en France. Encore des pertes pour Air France : leurs clients vont pour la énième fois faire les frais du nouveau plan d'économies. Les repas devenus si Médiocres, après tous ces plans d'économie, vont l'etre encore plus, ainsi que toutes les prestations, la prétendue carte de fidélité "Flying Blue" tant rabotée par le plan de 2011, et devenue sans intérêt, attendons de voir. Naturellement le personnel d'Air France va continuer à bénéficier de privilèges insolents : rien contre une gratuité totale en classe dite "éco", mais ils bénéficient ainsi que leur famille, d'une gratuité totale en classe grand luxe pour la planète entière. Et en escale, ce personnel d'A.F bénéficie d'hôtels-restaurants les plus luxueux existant. J'achète mes billets d'avions long courrier quelques mois avant le déplacement (quand il est programmable longtemps avant) : A.F est régulièrement plus cher de 60 à 88% que les autres compagnies classiques : plus A.F s'enfonce, et plus il augmente ses tarifs, et plus il néglige le confort et les prestations de ses clients.
Réponse de le 01/10/2013 à 18:39 :
Concernant le train est-il si écologique que ça? Il faut produire son électricité. Comment est produite cette électricité? Par des éoliennes? Par des panneaux solaires?
Réponse de le 01/10/2013 à 23:36 :
@pilotin : pour avoir été invité à voyager en R1 sur Air France, je peux le dire : vous faites de la désinformation ! Primo, les vols en classe éco sont PAYANTS même si c'est à prix réduit. En classe business, la proportion par rapport aux prix publics reste la même ! Quand aux hôtels, nous avons bien évidemment payé nos chambres sans aucune subvention de qui que ce soit. Simplement, notre négociation a été d'autant plus fructueuse que l'hotelier, sachant que mon amie bosse chez Air France, a considéré que l'on était susceptible de revenir et que nos proches étaient susceptible de voyager souvent !! On a des taux de remises qui correspondent aux prix d'achat d'Expedia, hôtel.com etc, c'est à dire jusqu'à 25% de leurs prix de vente !! Quand aux prétendus tarifs exorbitants, le 24 septembre, j'ai réservé en direct ( mon amie ne voyageant pas avec nous, et c'est une des conditions pour voyager en R1) un vol Lyon-Réunion pour janvier prochain : j'ai comparé toutes les compagnies possibles y compris en passant par Kayak, opodo, Expedia, et chaque compagnie en direct :AF 804 euro contre 798 pour le moins cher... et pour 6 euro d'écart, on fait tout en avion au lieu du train ce qui nous permet de nous débarrasser du port des bagages dès Lyon et bénéficier d'une collation ...et ce à l'aller comme au retour. Je ne sais pas comment vous achetez vos billets régulièrement plus cher, mais moi, je les achètent occasionnellement moins cher, et c'est sur airfrance.fr !!!!
Réponse de le 04/10/2013 à 15:28 :
Je confirme, les "GP" Air France (salariés de la compagnie et leur famille proche) sont loin d'avoir les billets gratuits.

* Soit ils optent pour un tarif assez préférentiel (nommé R2) mais n'embarquent QUE si il y a de la place en rab (c'est à dire quasi jamais sur un vol long courrier). Et plus la famille est nombreuse plus c'est difficile de partir. Imaginez : un couple + 2 enfants, mais il ne reste plus que 3 places. On laisse sur place un des deux enfants ? Donc concrètement ce tarif très intéressant n'est souvent utilisé que pour les vols courts disposant de beaucoup de rotations (Paris-Nice par ex).

* Soit ils optent pour une solution qui leur garantit l'embarquement (nommé R1) mais qui ne leur propose qu'une petite ristourne par rapport au prix de base. Cela étant c'est déjà cela de pris bien sûr, mais rien à voir le fantasme des "billets d'avion gratuits et illimités pour toute la famille" comme on peut entendre.
a écrit le 01/10/2013 à 8:41 :
en France ,le TGV ,pour l etranger lufthanza vers Francfort ,et adieu l arrogance et la suffisance de air France !!
a écrit le 01/10/2013 à 7:47 :
Donc en gros, sauf une, elles sont toutes dans le rouge ... ce qui est d'autant plus navrant quand on sait qu'un certain nombre de lignes est financé avec de l'argent publique ... Il n'y a qu'à voir la ligne Lyon -- L'Orient ou l'état et le CCI du Morbihan ont décidé de se retirer afin que le "peuple" n'ait plus à payer pour X personnes qui utilisent cette ligne ...
Réponse de le 01/10/2013 à 12:00 :
@Jul : euh vous devez parler de Lorient ?
Réponse de le 01/10/2013 à 18:47 :
Effectivement Chich, je parlais bien de Lorient et non de l'Orient ...
Mais le problème reste le même on applique à une compagnie française ce qu'on dénonce à une compagnie irlandaise ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :