Alitalia : encore un sauvetage miraculeux ?

Le gouvernement italien propose un soutien financier avec La Poste italienne de 150 millions d'euros à condition que les actionnaires actuels apportent la même somme. A cela s'ajouteraient 200 millions de prêts bancaires. Rome demande aussi un changement de stratégie d'Alitalia.
Fabrice Gliszczynski

2 mn

La Poste italienne pourrait contribuer au sauvetage
La Poste italienne pourrait contribuer au sauvetage

Un nouveau sauvetage sorti de derrière les fagots pour Alitalia ? Peut être. Le gouvernement italien propose un soutien financier à la compagnie italienne mais en exigeant en contrepartie que les actionnaires existants, dont Air France-KLM, participent à l'augmentation de capital et que l'entreprise change radicalement de stratégie. Poste Italiane, le groupe public postal qui contrôle la compagnie charter Mistral Air, participera à l'augmentation de capital, a fait savoir le gouvernement dans un communiqué, sans fournir d'éléments chiffré.

500 millions d'euros d'aides

Selon Reuters,    La Poste italienne contribuerait à hauteur de 75 millions d'euros, la même somme que prévoit d'apporter l'Etat italien sous forme de garanties de crédit.  Soit 150 millions d'euros de fonds publics. Les actionnaires existants sont appelés à également apporter 150 millions. Ce qui fait 300 millions. S'ajouteraient 200 millions de lignes de crédit accordées par les banques. Soit une aide totale de 500 millions d'euros, très éloignée  des 100 millions d'euros d'augmentation de capital décidés par le conseil d'administration il y a une dizaine de jours.

Reste à voir la position d'Air France-KLM. Celle-ci dépendra notamment des intentions réelles de l'Etat italien lorsque ce dernier demande un revirement stratégique à la direction. Cela coïncidera t-il avec les souhaits d'Air France-KLM,qui estime que la taille de la compagnie est encore trop importante? Un conseil d'administration de la compagnie italienne doit se réunir aujourd'hui.

En 2008, Alitalia liquidée

En 2008, Rome avait déjà concocté un savant montage pour maintenir en vie une compagnie nationale. Après l'échec du rachat d'Alitalia par Air France-KLM, le gouvernement de Silvio Berlusconi avait convaincu plusieurs industriels italiens de venir sauver le pavillon italien. Toutes les conditions avaient été réunies pour rendre Alitalia attractive. Celle-ci avait été liquidée (et les dettes effacées) pour laisser place à une nouvelle Alitalia que l'on a fusionnée avec son principal concurrent Air One, qui avait l'avantage d'avoir une flotte jeune. Délestée de la dette, d'une partie des effectifs, et de ses vieux avions, et de son principal concurrent, Alitalia n'a pas pour autant réussi à redécoller.

Fabrice Gliszczynski

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 15
à écrit le 11/10/2013 à 17:43
Signaler
Pour AF qui a déjà 25% du capital, c'est quitte ou double. Soit elle laisse Alitalia couler et sa participation part en fumée, soit elle recapitalise avec le risque de détruire le semblant de viabilité qu'avait récupéré AF_KLM dans les derniers mois ...

à écrit le 11/10/2013 à 10:21
Signaler
Le temps joue pour AF avec de italiens toujours aussi malins. Surtout il est urgent d'attendre et de ne surtout pas intervenir car on peut dresser un parallèle entre notre compagnie (déjà aux abois dans les années 90 et renflouée par l'ETAT malgré le...

à écrit le 11/10/2013 à 10:18
Signaler
On croit comprendre qu'Air France joue un jeu similaire que celui joué avec Air Afrique. D'ailleurs Alitalia et Air Afrique sont des entreprises au profil proche. Ce qui intéresse Air France, ce sont des slots entre Roissy et Milan ou Rome (ou d'aut...

à écrit le 11/10/2013 à 9:38
Signaler
"Délestée de la dette, d'une partie des effectifs, et de ses vieux avions, et de son principal concurrent, Alitalia n'a pas pour autant réussi à redécoller." Ben forcément, vous savez comment la compagnie est gérée ? C'est AF en dix fois pire : on em...

le 11/10/2013 à 11:58
Signaler
D'accord, et tous ses commentaires? Elles sont ou les preuves?

le 11/10/2013 à 14:40
Signaler
@Italiano : Ben dites donc "Italiano" vous on peut dire que vous, vous connaissez bien Alitalia. J'ai vécu 100 fois comme fournisseur d'Alitalia ce que vous décrivez. Bravo et bien vu !

à écrit le 10/10/2013 à 21:41
Signaler
Moi, je maintien mon intuition qu'au final, c'est Air France qui va reprendre Alitalia qui aura préalablement été mis en dépôt de bilan pour annuler les dettes et mettre en place un plan de départ à moindre frais... Après, les gesticulations du gouve...

le 11/10/2013 à 8:27
Signaler
Pareil. A mon avis Air France - KLM a joué la montre, démontrant par la même qu'aucune autre compagnie n'était intéressée. Air France - KLM aura désormais plus de temps pour réfléchir plus sérieusement soit à racheter le tout, faire le ménage avec u...

le 11/10/2013 à 10:31
Signaler
un plan de reconquête? AF a pas trop de leçons à donner en termes de bonne gestion.

le 11/10/2013 à 10:55
Signaler
Mais si A350, ils sont leader sur le plan du licenciement ... Ils peuvent très bien conseiller Alitalia sur ce point

le 11/10/2013 à 22:55
Signaler
C'était quand, le dernier licenciement chez Air France ?? (les départs volontaires n'étant jusqu'à preuve du contraire, des licenciements)

le 12/10/2013 à 8:08
Signaler
@ @Jul, jouer sur les mots pour mieux faire passer la pilule? je suis sur que sur les 10 000 derniers licenciés tous sont partis le sourire aux lèvres ... AF est une société qui licencie ou si vous préférez qui supprime des postes (c'est plus jolimen...

le 13/10/2013 à 14:38
Signaler
Moi j'en ai rencontré, installé en maison d'hôte aux Antilles, et qui ne regrette absolument pas !! On leur a proposé de bonnes primes de départ et ca en a intéressé certains ! Et cette personne m'a parlé de plusieurs de ses anciens collègues qui ont...

à écrit le 10/10/2013 à 21:01
Signaler
il n'y a pas de solutions miracles et AF a raison de ne pas se laisser embarquer dans une aventure perdue d'avance. Le gouvernement italien ne semble pas prendre les bonnes mesures. serait-ce reculer pour mieux sauter ?

le 11/10/2013 à 12:47
Signaler
Petite précision à l'article : le gouvernement de Berlusconi, alors en campagne électorale, a rejeté le rachat par AF/KL, privilégiant une solution italienne. Les partenaires italiens devaient s'engager à investir dans cette nouvelle Alitalia avec po...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.