Transports franciliens : 900 millions d'euros pour améliorer le service

 |   |  368  mots
Le Stif va commander 91 rames de RER et 12 rames de métros, pour améliorer le service de transport au fur et à mesure jusqu'en 2017.
Le Stif va commander 91 rames de RER et 12 rames de métros, pour améliorer le service de transport au fur et à mesure jusqu'en 2017. (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le président du Stif Jean-Paul Huchon annonce la commande de 91 rames neuves de RER et 12 nouvelles rames de métro dans un entretien accordé au Parisien. Une hausse des tarifs doit également être votée mercredi prochain.

Retards inopinés, trains supprimés, RER surchargés... les Franciliens continuent de subir de difficiles conditions de déplacements. Pour améliorer un peu la situation, le Syndicat des transports d'Ile-de-France et la SNCF s'apprêtent à voter mercredi 11 décembre un investissement commun de 900 millions d'euros, qui sera versé à parts égales.

"Nous poursuivons l'achat de matériel avec un effort particulier cette année puisque nous commandons à la société Bombardier 91 rames neuves pour renouveler les rames sur les lignes SNCF franciliennes : 43 rames à un seul niveau et 48 rames à étage" explique ainsi Jean-Paul Huchon, président du Stif, dans un entretien accordé au Parisien dont les échanges sont publiés ce jeudi. Ces nouvelles rames viendront renforcer le réseau sud-est et celui de la gare Saint Lazare, au fur et à mesure, les dernières d'entre elles seront livrées en 2017. En sus, 6 rames doivent être rachetées à la région Nord-Pas-de-Calais. Livrables en 2014, elles permettrons de renforcer le service sur la ligne D du RER.

Le titre de transport augmentera de 3%

Côté métropolitain, 12 nouvelles rames doivent être affectées, dont certaines sur la ligne 9, indique le président socialiste du conseil régional d'Ile-de-France. Il ajoute également: "le plan bus se poursuit. 45 lignes seront renforcées".

Côté tarifs, le vote du Stif devrait s'orienter vers une  augmentation globale de 3%, justifiée par la hausse de la TVA. Jean-Paul Huchon regrette que les transports en commun parisiens ne bénéficient pas d'un taux réduit. "Les transports en Ile-de-France doivent être considérés comme un bien de première nécessité" estime-t-il. Mais les abonnements vont bel et bien augmenter: "Je proposerai aux élus du conseil du Stif de maintenir le prix du ticket T + vendu à l'unité à 1,70 €, un titre de transport dont on sait qu'il est utilisé par les Franciliens les plus modestes. En outre, la gratuité dans les transports et les tarifs réduits qui bénéficient à plus de 600000 Franciliens seront maintenus" conclue-t-il.

Le réseau de transports publics franciliens assure chaque jour les 8,3 millions de trajets de plus 4 millions de voyageurs.

LIRE AUSSI:

>> "Le Grand Paris Express devra être le métro le plus numérique du monde!"

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/12/2013 à 11:37 :
La modernisation du réseau passe par le changement des rames. Certes.
Je ne peux que m'en réjouir, mais le constat de cette amélioration me laisse pantois !
Les membres du STIF sont-ils eux même des voyageurs ?
Usager (client?) des transports SNCF de banlieue quotidiennement, le STIF m'a annoncé il y a environ 6 mois la mise en œuvre de rames pimpantes et presque luxueuses. Imaginez des couleurs vives, des lumières tamisées, des télévisions, une climatisation, une vision dégagée intérieure et extérieure. Une modernité merveilleuse comparée aux "petits gris" qui me rudoyaient souvent.
MAIS!
Car il y a un MAIS. Chaque matin, la SNCF me transportait aux heures de pointe dans des wagons à double niveau, pour me permettre une position assise ainsi qu'au plus grand nombre.
Et depuis l'apparition des wagons du 21ième siècle, sur un seul niveau, donc permettant la position assise aux seuls passagers montant en tête de ligne, aux femmes enceinte (et encore....) aux personnes très âgées, donc à quelques privilégiés, je suis contraint à la position debout.
La modernité se résume pour moi à être transporté debout dans un train luxueux. Je préférais largement être assis dans un train moins moderne.
Si les membres du STIF pouvaient compter les places disponibles des nouvelles rames et le comparer au nombre de voyageurs aux heures de pointe avant de s'engager dans des dépenses nouvelles, ma fatigue de banlieusard leur en serait reconnaissante.

Cdt
a écrit le 05/12/2013 à 11:35 :
La modernisation du réseau passe par le changement des rames. Certes.
Je ne peux que m'en réjouir, mais le constat de cette amélioration me laisse pantois !
Les membres du STIF sont-ils eux même des voyageurs ?
Usager (client?) des transports SNCF de banlieue quotidiennement, le STIF m'a annoncé il y a environ 6 mois la mise en œuvre de rames pimpantes et presque luxueuses. Imaginez des couleurs vives, des lumières tamisées, des télévisions, une climatisation, une vision dégagée intérieure et extérieure. Une modernité merveilleuse comparée aux "petits gris" qui me rudoyaient souvent.
MAIS!
Car il y a un MAIS. Chaque matin, la SNCF me transportait aux heures de pointe dans des wagons à double niveau, pour me permettre une position assise ainsi qu'au plus grand nombre.
Et depuis l'apparition des wagons du 21ième siècle, sur un seul niveau, donc permettant la position assise aux seuls passagers montant en tête de ligne, aux femmes enceinte (et encore....) aux personnes très âgées, donc à quelques privilégiés, je suis contraint à la position debout.
La modernité se résume pour moi à être transporté debout dans un train luxueux. Je préférais largement être assis dans un train moins moderne.
Si les membres du STIF pouvaient compter les places disponibles des nouvelles rames et le comparer au nombre de voyageurs aux heures de pointe avant de s'engager dans des dépenses nouvelles, ma fatigue de banlieusard leur en serait reconaissante.

Cdt
a écrit le 05/12/2013 à 11:08 :
"Les transports en Ile-de-France doivent être considérés comme un bien de première nécessité" toujours des propos très démagogiques.
En quoi les transports seraient un bien de première nécessité? OK, pour l'alimentation et la santé. Non pour les transports même lorsqu'il s'agit d'aller au boulot.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :