Pourquoi les taxis font grève lundi

 |   |  583  mots
Selon l'AFP, les organisateurs attendraient un millier de taxis (salariés) en région parisienne, et plus de 5.000 selon France Info. Ce qui reviendrait à une mobilisation de moins d'un chauffeur de taxi sur trois, le nombre de licences étant d'un peu plus de 17.000 à Paris.
Selon l'AFP, les organisateurs attendraient un millier de taxis (salariés) en région parisienne, et plus de 5.000 selon France Info. Ce qui reviendrait à une mobilisation de moins d'un chauffeur de taxi sur trois, le nombre de licences étant d'un peu plus de 17.000 à Paris. (Crédits : reuters.com)
Une minorité de taxis manifeste à Paris ce lundi pour protester contre la hausse de la TVA et la concurrence, selon eux déloyale, des véhicules de tourisme avec chauffeurs. Il s'agit des taxis salariés.

Opération escargot. Une partie des taxis bloque les rues de la capitale ce lundi, répondant à l'appel à la grève des cinq syndicats de chauffeurs de taxis (CFDT, CGT, FO, SDCTP et CST) à Paris et dans plusieurs grandes villes pour défendre leur emploi, menacé selon eux par la "concurrence déloyale" des voitures avec chauffeur.

Deux cortèges se dirigent vers les Invalides. Le rendez-vous avait été fixé à 6 heures ce matin aux aéroports parisiens de Roissy et Orly. Des rassemblements ont également été annoncés à Marseille, Bordeaux, Montpellier et Lyon.

Environ un taxi sur 3 en grève

Selon l'AFP, les organisateurs attendaient un millier de taxis en région parisienne, et plus de 5.000 selon France Info. Ce qui représente moins d'un chauffeur de taxi sur trois, le nombre de licences étant d'un peu plus de 17.000 à Paris. La police, elle, avançait le chiffre de 600. Pour l'heure, selon l'AFP, "plusieurs centaines" de véhicules étaient rassemblés ce matin à Orly et Roissy.

Mais attention, il y a taxi et taxi. En effet ceux qui sont appelés à manifester lundi sont les taxis salariés. Les artisans, eux, ne seront pas de la partie. "Nous n'avons pas les mêmes revendications", explique-t-on à la Fédération nationale des artisans du taxi. Ceux-ci ont ainsi adressé un courrier à Jean-Marc Ayrault, fixant un ultimatum au 15 janvier. Ils attendent donc la réponse du gouvernement avant d'agir. 

Contre la hausse de la TVA

Parmi les motifs de la grogne des taxis: le relèvement de la TVA sur les transports de 7 à 10% au 1er janvier. Aussi les syndicats réclament-ils un retour à une taxation à 5,5%.

Mais surtout, le principal sujet d'"exaspération" est la prolifération des voitures de tourisme avec chauffeurs (VTC). Mi-2013, on recensait dans l'hexagone près de 5.300 entreprises de VTC exploitant plus de 9.800 véhicules, tandis que le nombre de taxis dépasse les 50.000. Dans leur tract, ils dénoncent les "multinationales du VTC", "véritable lobby qui détruit nos emplois". Selon Nordine Dahmane, secrétaire général de FO-taxis cité par l'AFP, "la coupe est pleine".

La concurrence des VTC jugée "déloyale"

Sans signalétique lumineuse, ces véhicules peuvent être réservés pour une course mais n'ont en théorie pas le droit de prendre des passagers à la volée dans la rue. Les taxis les accusent d'opérer sans réservation, notamment aux sorties des aéroports, et dénoncent par conséquent une concurrence déloyale.

Cependant, pour calmer les fédérations patronales de taxis, un décret impose depuis le 1er janvier aux VTC un délai de 15 minutes entre la réservation et la prise en charge. Mais cet arbitrage du gouvernement n'a pas suffi à calmer les syndicats, qui réclament une réglementation plus stricte (course minimum de 60 euros, délai de 30 minutes entre réservation et prise en charge, gel des licences).

Le problème des tarifs

De l'autre côté, les sociétés de VTC (Uber, Chauffeur-prive.com, etc.) sont vent debout contre le décret. Certaines ont même saisi le Conseil d'Etat, à l'instar d'AlloCab.com.

Reste que pour le directeur général de Taxiloc, le délai de 15 minutes est un "faux débat". Le problème vient surtout de la fixation des tarifs. A cet égard, l'intersyndicale demande d'ailleurs l'ouverture d'une "négociation nationale" sur les conditions tarifaires, concernant notamment le transport des malades, en partie opéré par les taxis. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/01/2014 à 13:58 :
A bientôt pour de nouvelles aventures "taxi versus vtc" en attendant ce petit billet de Philippe Bouvard qui résume à lui seul la situation :
« Il serait vraiment dommage de ne pas étendre à d’autres secteurs d’activité l’enthousiasmante idée d’encourager les « véhicules avec chauffeur », dépourvues de plaque et de formation, à faire une concurrence déloyale aux taxis professionnels, si sévèrement encadrés. Et pourquoi pas des secouristes-chirurgiens qui, après un court stage de plomberie, seraient habilités à pratiquer des greffes de cœur à condition qu’ils soient artificiels et d’occasion ? Ils opéreraient dans les campagnes touchées par la désertification médicale ou devant les hôpitaux dont les services d’urgence sont parvenus à saturation. Naturellement, ils auraient pour obligation de soigner en priorité, lorsqu’ils sont victimes d’accidents de la circulation, les passagers des « véhicules avec chauffeur ». »
A bientôt, bonne route et longue vie aux taxis...
a écrit le 14/01/2014 à 10:04 :
scandale à la française
ouvrons cette profession , ah bas les privilèges , on a déjà la SNCF et la RATP on ne va pas rajouter les taxis
peu aimable s, ne parlant pas anglais , écoutant leur musique , téléphonant en voiture ..; service nul on est en 2014 pas en 1914
a écrit le 14/01/2014 à 9:41 :
soyons honnêtes, les taxis ne servent à rien en france. Les tarifs sont trop élevés pour qu'ils soient utiles aux particuliers, leur disponibilité est médiocre, ils se permettent de refuser des courses. A qui servent-ils à part à eux même ? Pour avoir un vrai service à la population, supprimons la licence et la réglementation des prix.
Réponse de le 14/01/2014 à 11:23 :
Les taxis, une caste nuisible à laquelle je ne ferai plus jamais appel. J'opte définitivement pour les VTC, même si c'est le même prix, voire plus cher, j'en ai marre de participer à l'engraissement de gens malhonnêtes, peu sympathiques, adeptes du travail au noir. Sans oublier le scandale des licences qu'ils se revendent pour se faire du blé sur le dos de la pénurie, alors que les licences sont délivrées GRATUITEMENT par l'administration.
a écrit le 14/01/2014 à 3:34 :
Taxi, c'est une profession non qualifiee (enfin si, il faut un permis de conduire...) tenue par une caste qui s'accroche a un carcans legislatif qui les protege encore... On devrait pouvoir etre taxi en etant autoentrepreneur (par exemple) et en achetant/louant un compteur a installer dans sa voiture. Je passe les magouilles des taxis parisiens qui refusent dans la tres grande majorite les paiement par carte bancaire ou encore les taxis subventionnes a prix d'or pour transporter les "malades"... Liberalisez sans attendre... Ca va donner du boulot a pas mal de monde...
a écrit le 14/01/2014 à 1:44 :
Je n'ai aucune sympathie pour des taxis. Ils arnaquent les touristes et laisse une mauvaise image de la France. Vivement la liberalisation.
a écrit le 13/01/2014 à 16:24 :
Une chose m'agace dans les commentaires que je lis depuis longtemps sur l'affrontement entre les taxis et les VTC. Le chauffeur de taxi n'est pas quelqu'un d'agréable. On se calme les parisiens !!! Il y a des taxis en province. Vous ne les connaissez pas. Alors ne faîtes pas une généralité ...

J'ai signé un contrat commercial avec une centrale radio pour obtenir des courses. En France, le client est très habitué à la réservation par ce biais. Au moindre problème, le chauffeur peut être convoqué en comité de discipline et être sanctionné. Cela peut aller jusqu'à la rupture du dit contrat. Alors on arrête de jouer au français qui est râleur par nature et qui pense pouvoir tout obtenir sans se soucier de ce qu'il fait vivre au chauffeur à bord juste parce qu'il paie un service ...
Réponse de le 13/01/2014 à 18:50 :
Les taxis ont parfaitement le droit de tirer la tronche et d'être désagréable. Mais de diable laissons le droit aux usagers de choisir les VTC s'ils veulent un sourire et une prestations de qualité. Que le meilleur gagne!
Réponse de le 13/01/2014 à 19:41 :
Je me souviens faire une escale à Nice dans les années 90 et avant de reprendre un autre vol prendre un taxi pour aller au centre ville. le parcours m'avait paru long mais ne connaissant pas la ville pas de remarque une facture élevée mais pourquoi pas au retour un autre taxi un parcours rapide et une facture un fois et demi moins chère. Oui en province les escrocs sont aussi légion même si je ne veux pas généraliser et depuis fini les petits taxis sans envergure soit on vient me chercher soit je loue.
a écrit le 13/01/2014 à 10:58 :
Les taxis ne font que défendre leur fond de commerce ,la licence,leur combat est perdu d avance ,ils disparaîtront comme les petits commerçants ,aucun regret vu leur amabilité ,
Réponse de le 13/01/2014 à 14:20 :
C'est pour cela qu'ils se sont attaqués aux non grévistes...
a écrit le 13/01/2014 à 9:46 :
Les licences de taxi sont délivrées gratuitement par les pouvoirs publics. C'est de la faute à qui si les taxis se les revendent entre eux à 200 000 euros? Et s'ils la revendent si cher, c'est que le boulot doit être rentable! Je dis ça je dis rien....
Réponse de le 13/01/2014 à 19:14 :
les taxis prennent largement le cout de la course , d'ailleurs ils refusent parfois de vous emmenez chez certains spécialistes parceque cela ne les interessent pas il prefere une course plus longue (ex : allez à Orly quand vous etes a l'oppose) car cela leurs rapporte plussssssssssss c'est honteux des réponse comme celle sitée a des personnes agées !!!!!!!!!!!!!
Réponse de le 13/01/2014 à 19:18 :
car souvent ils prennent davantage que le prix de la course et parfois vous refusent la course car c'est dans la meme ville , ils preferent se rendre a l'aéroport d Orly( quand vous demeurez a l'opposé car cela leur rapporte plus ): réponse faites a des personnes agées qui devaient se rendre chez leur cardiologue Quelle HONTE!!!
Réponse de le 13/01/2014 à 19:29 :
Absolument. Pour autant l'Etat aurait pu intervenir pour faire eclater cette bulle bien avant qu'on atteigne des prix pareils. Cela n'a pas ete fait, c'est bien dommage pour les derniers rentres sur le marche... Pour autant, il ne faut pas sacrifier l'innovation au nom du corporatisme. J'aurais donc tendance a dire: tant pis pour ceux qui ont mise des centaines de milliers d'euros sur le fait que leur activite et rente associees resteraient protegees de la concurrence ad vitam eternam. Et tant mieux pour les consommateurs.
a écrit le 13/01/2014 à 9:20 :
encore un statut d'un autre temps avec cette dérive du paiement des licences dont les premières étaient gratuites. Bien d'autres métiers doivent être ouverts à la concurrence il a faut également en finir avec les ordres dont certains ont été créés sous Pétain. La France un pays de rente pour certains dont la plus nuisible car tellement coptée, entre familles et amis, l'affaire Dassault au sénat en est la meilleure des images, qu'elle en devient insoutenable avec le résultat que l'on connaît le statut de politicien le plus destructeur des valeurs morales.
a écrit le 13/01/2014 à 8:46 :
Le spectacle d'une corporation digne de l'ancien régime se débattant pour tenter de retarder la disparition inéluctable de sa petite rente bien douillette est un plaisir suffisamment rare pour être apprécié à sa juste valeur.

Il y avait beaucoup de candidats mais c'est tombé sur les taxis pour cette fois :un petit coucou aux notaires et à tous les rentiers de l'assurance maladie, votre tour viendra (quoique les taxis y croquent aussi un peu)...
Il est vrai qu'il s'agissait d'une proie facile puisqu'il n'ont ni l'argument, certes risible, de la durée d'études, ni celui de la qualité de service tant leur image est déplorable auprès de l'opinion ( demandez aux parisiens ce qu'ils pensent de leurs taxis...)

Parce que sérieusement vous voudriez nous faire croire que ça coûte 70 € de faire un Roissy CDG - Paris ?? Moi je compte plutôt au maximum 5 € d'essence, moins d'une heure de travail non qualifié (une heure de smic=12-13 € pour l'employeur) et 5-10 € d'amortissement du véhicule... Vivement une station autolib à l'aéroport et surtout que crèvent les monopoles !
Réponse de le 14/01/2014 à 14:04 :
Tu croi que t en romanie c pa des roumain les taxi
a écrit le 13/01/2014 à 8:08 :
Vive les taxis courage nous avons besoin de vous au quotidien lâchez rien à demain matin j'ai réservé pour 6h via la g7
Réponse de le 13/01/2014 à 16:30 :
G7, le pire du taxi: Grosse moustache, odeur de fennec, Rire et chanson, .. c'est plutôt à vous qu'il faut souhaiter du courage.
Réponse de le 13/01/2014 à 19:32 :
@ @JM: lol
a écrit le 13/01/2014 à 8:03 :
Bravo Fred tu (vous) avez tout résumé sur un métier respectable merci
Réponse de le 17/01/2014 à 13:17 :
Oui il y a des choses inadmissibles et ce dénigrement injuste et infondé démontre le caractère tordu de l'implantation des vtc.
a écrit le 13/01/2014 à 7:47 :
Fred écrit : "Autre point important quelle différence y a t il entre héler un taxi dans la rue et faire une réservation pour le même trajet via son smartphone".

Comme le rappelle très clairement l'Autorité de la Concurrence ici http://www.autoritedelaconcurrence.fr/user/standard.php?id_rub=482&id_article=2285, les taxis n'ont jamais disposé d'un monopole sur les courses avec réservation préalable, mais uniquement d'un monopole sur la maraude. C'est toute la différence. Le délai de quinze minutes ou tout autre délai, est donc une extension du monopole des taxis. Voilà pourquoi le délai de 15 mn fait polémique et s'en étonner est d'une mauvaise foi, Fred, qui décrédibilise la totalité de votre message.

Pour le reste, le message de Fred relève de la complainte de l'allumeur de bec de gaz.
Réponse de le 17/01/2014 à 13:06 :
Et le vôtre à la diatribe de quelqu' un qui à vendu la peau de l'ours avant de l'avoir tué !
Un pays sans taxi...
Réponse de le 17/01/2014 à 20:08 :
Quand au vôtre (de message) il s'apparente à la diatribe de quelqu'un qui vend la peau de l'ours avant de l'avoir tué... L'autortié de la concurrence n'est pas loi !
a écrit le 13/01/2014 à 6:55 :
Bravo les taxis ! Nous sommes de plus en plus nombreux à comprendre les enjeux, défendez-vous. L'intox médiatique est tellement énorme que finalement elle permet aux gens d'ouvrir les yeux.
Réponse de le 13/01/2014 à 16:13 :
Quelle blague ! Ils vont finir comme leurs amis du syndicat des imprimeurs à manger des miettes du gâteau qu'ils ne veulent pas partager.
Réponse de le 17/01/2014 à 13:15 :
@Hélène
Oui la prise de conscience est en train de se faire beaucoup de gens commencent à mesurer la supercherie et la campagne de dénigrement, le gouvernement redevient attentif aux remarques des taxis et à compris que le problême était d'ordre international et présents dans nombre de capitales...
a écrit le 13/01/2014 à 4:46 :
La concurrence déloyale est un prétexte fallacieux ! Cette mesure protectionniste avait été prise au sortir de la crise des années 30, à titre exceptionnel, pour sauver la profession et augmenter les prix. Le problème est qu’elle a été maintenue après la sortie de crise. Tout le reste n'est que blablabla ! Les pharmaciens et autres notaires idem !
Réponse de le 13/01/2014 à 14:10 :
tout est dit
a écrit le 13/01/2014 à 0:25 :
Nous sommes dans le cas typique d'un lobby qui défend ses privilèges au dépens de l'ensemble de la population. Le rapport ATTALI de 2007 avait déjà jugé qu'une libéralisation de ce secteur pouvait faire gagner plusieurs dizaine de milliers d'emplois. Je ne vois pas pourquoi ces chauffeurs revendiquent de pouvoir acheter des télévisions chinoises, et qu'on ne puisse pas les mettre en concurrence avec d'autres moyens de transport français. Un cas typique de blocage de la société française.
a écrit le 12/01/2014 à 22:44 :
Les artisans font aussi greve.
Article oriente et tres mal informe
Merci
a écrit le 12/01/2014 à 21:04 :
On réforme les taxis mais on subventionne la litté-rature. Si c'est une opération escargot, c'est à cause de la croissance? Nous ne sommes pas dans le bestiaire des volailles, nous sommes dans le terrestre! On a aussi Gaston alias la limasse en espadrilles, et le gratte papier, alias ragondin de la littérature subventionnée. Ce n'est pas du Vigny: Entendez-vous le cor au fond des bois, Ronceveau Ronceveau, dans ta sombre vallée, l'ombre du grand Rolland n'est donc point consolée. Ou bien, appolinaire, mort en 14, feu d'artifice en acier, qu'il est charmant cet éclairage, mêler quelque grâce au courage... on pourrait faire des maximarres aux canards boiteux, plouf un pavé!
a écrit le 12/01/2014 à 20:46 :
En voila une belle distorsion de marché!
a écrit le 12/01/2014 à 20:42 :
Si le nombre des taxis est limité et qu'on le libère et pourquoi aussi celui des médecins? Le service au meilleur coût pour le client. Qui disait déjà il n'y a plus de corporations dans l'Etat? Remarque certains candidats parlent de la suppression du statut de fonctionnaire sans régler celle des tentacules, mais on tape sur les salariés précaires sans réformer les papiers.
a écrit le 12/01/2014 à 19:18 :
Comme tout le reste, on préfère détruire une soit disant corporation qui fonctionne; plutôt que de penser a l' améliorer! Le dogme veut détruire sans vraiment savoir par quoi remplacer!
Réponse de le 12/01/2014 à 19:27 :
Enfin un peu de logique ! Je suis entièrement d'accord avec vous si il est nécessaire de d'améliorer ce n'est certainement pas en refilant une partie de l'économie française aux lobbys ou autres trust américains (google, goldman sachs...) effarant que cela ne soit pas perçu par plus de monde !!! Merci Monsieur !
Réponse de le 13/01/2014 à 2:46 :
La plupart des sociétés de VTC sont purement franco françaises. Ce sont de jeunes Français qui ont monté leur start-up. Mais évidemment à force de leur cogner dessus il finiront par se faire racheter par une boite américaine
Réponse de le 13/01/2014 à 16:25 :
Cette corporation ne fonctionne pas vu le nombre de plaintes des français contre cette profession.
Réponse de le 17/01/2014 à 13:10 :
@Antoine
Oui la plupart des entreprises vtc sont françaises mais la plus importante en nombre de véhicules et la plus puissante qui mettra d'ailleurs en danger les plus petits est bien Uber et là nous sommes bien en présence de fonds américains...
a écrit le 12/01/2014 à 19:18 :
Bonjour a tous,
Je suis taxi en Province en zône rurale et frontalière avec la Suisse, j'interviens ici car je suis scandalisé par les propos outrageants qui sont diffusés à l’encontre de la profession de chauffeur de taxi.
Il est tout d'abord important de préciser certaines choses.
1/ La profession de taxi est encadrée par une loi de 1995 qui oblige, notamment le véhicule à être équipé d'un dispositif lumineux, d'un compteur horokilométrique et d'une autorisation de stationnement généralement payante (onéreuse) ce qui nécessite un endettement conséquent.
2/L'artisan taxi cotise au RSI dans mon cas et comme beaucoup de confrères je paye des charges sociales a l'URSSAF puisque je fais travailler 10 personnes, je réponds ainsi aux obligations financières telles qu'elles sont définies dans ce pays.
3/Les taxis sont répertoriés sous le code NAF 49.32Z (transports de voyageurs par TAXI) et la première remarque et que les vtc exercent sous le même code le tout sans lumineux compteur etc... Deux poids deux mesures ? Les vtc se sont engouffrés dans cette faille. Monsieur Frédéric Lefevbre MERCI pour ce non sens. Bref c'est un problème juridique qui va être étudié de très près.
4/ Le chauffeur à l'obligation de posséder le CCPT et est soumis à une visite médicale périodique (tous les cinq ans et tous les ans à partir de 60 ans). Question sur l'aptitude du chauffeur de vtc qui ne dispose d'aucune qualification ni de contrôle médical... Ca m'interpelle confier une voiture au premier venu et la vie de personnes à celui-ci ? Qui plus est le chauffeur de taxi doit fournir un extrait de casier judiciaire VIERGE. Ce qui revient à dire aujourd'hui que n'importe quel pantin peut devenir chauffeur de vtc.
Pour ma part je travaille jusque 90 heures par semaine, mon entreprise c'est toute ma vie et j'ai la responsabilité de donner du travail à mes employés afin que eux aussi puissent vivre en toute décence. (Salaire fixe 1500 nets, paniers repas et 13 ème mois).
Nous transportons quotidiennement des gens malades avec des pathologies lourdes généralement liées au cancer et je ne saurais dire ici combien j'en ai vu mourir, pas facile tout çà... Nous avons aussi parmi nos clients, des entreprises et des usagers traditionnels. Nos voitures sont propres, nous parlons correctement le français et l'anglais. Je suis sidéré lorsque je lis certains commentaires sur les taxis, il y a une telle haine que je me demande parfois si ces fameuses entreprises de vtc ne se mobilisent pas sur le net pour décridibiliser ceux qui les gênent en finalité. C'est la Egénération !
Autre point important quelle différence y a t il entre héler un taxi dans la rue et faire une réservation pour le même trajet via son smartphone, le Ehailing ! Nous sommes bien dans le cas de figure d'une concurrence déloyale. Il est important de préciser qu'aux USA (vous savez le pays des meilleurs) un vtc à une obligation d'un délai de prise en charge de 30 mns et pour une course minimum de 70 dollars. Je suis surpris que le délai des 15 mns fassent polémique en France...
Derrière Uber se cache Google et la banque Goldman Sachs, les enjeux financiers sont considérables et leur envie de tout posséder clairement affichée. Les méthodes américaines ont les connais, faire du fric. Un chauffeur chez Uber doit acheter sa voiture et être auto-entrepreneur, on peut parler de précarité dans le travail et qui plus est aucune contribution économique de ces sociétés a l'égard du système français. J'avoue que j'ai du mal à comprendre ceux qui cautionnent une telle façon de fonctionner. La France à ses particularités, ses règles, ses lois, une identité, une histoire. A contrario des USA ! Et à ceux qui cautionnent de telles méthodes je les invite à aller faire un tour aux states, plus sauvage y a pas...
Demain si ces structures sont confortées dans leurs méthodes 55 000 personnes vont se retrouver ruinées, le prix de la licence est le droit à la retraite pour un artisan, je me vois mal veillir avec 400 euros par mois, pas vous ? Et puis un fond de commerce à un prix !
N'en déplaisent aux trust américains ou encore à ces Egolden boys (rachetés tôt ou tard par les grands groupes) qui se rêvent puissants les taxis justifieront et garderont leur place. Je ne dis pas qu'une remise en question n'est pas nécessaire et celà doit être discuté avec le gouvernement, si il y a un problème il faut le régler mais honnêtement et humainement, je n'arrive pas à comprendre certains propos inconscients, il y a des vies derrière tout ça, détruire 55 000 emplois avec des méthodes frauduleuses c'est impensable ! Il est grand temps de clarifier la situation et de légiférer afin que chacun reste à sa place, je rappelle ici que le vtc est le substitut des véhicules de grande remise (voir sa définition) hors il n'en rien puisque derrière la dénomination de vtc se cache une prestation identique qui contourne la loi, précarise la société, l'emploi c'est injuste et vous comprendrez aisément que les taxis ne peuvent accepter une telle situation, c'est la raison du mécontentement et des manifestations qui sont le seul moyen de se faire entendre par le gouvernement. Je ne souhaite à personne la ruine et le malheur et j’encourage les médisants à bien analyser la situation, à s’informer correctement et ne pas croire que Paris est le centre du monde. Il y a une vie en Province et nous avons le droit de travailler, l’artisan est un acteur économique vital dans ce pays. Au nom de quelles ambitions devrions nous crever ? J’ai l’impression parfois d’être dans un (mauvais) western, vous savez quand les méchants indiens attaquaient les gentils cow-boys.
Réponse de le 12/01/2014 à 21:26 :
Malheureusement, a Paris ce n'est pas la même chanson. Avez-vous déjà pris un taxi à Paris.
Réponse de le 12/01/2014 à 23:23 :
@Kro magnon

Peu importe la ville, la profession est mal aimée et à juste titre car les clients ne sont globalement pas satisfaits des services et des prix proposés par le monopole des taxis. Lorsqu'une entreprise est obsolète, elle est vouée à disparaître et ce malgré les passe-droits obtenus de ci de là faute de clientèle. Pour le moment, seul le service hospitalier assure une rente (aux frais de la sécurité sociale) aux taxis mais jusqu'à quand?
Réponse de le 13/01/2014 à 3:00 :
Bravo fred
Réponse de le 13/01/2014 à 16:22 :
Ne vous inquiétez pas Fred, vous ne finirez pas avec 400 euros : Vous possédez une entreprise d'une dizaine de personnes. Celle-ci lors de sa revente vous assurera un bon pécule lors de votre retraite. Franchement, votre discours sur les pauvres chauffeurs de taxis m'a bien fait rire.
Réponse de le 13/01/2014 à 19:21 :
provinces sont surement plus utiles -
Réponse de le 13/01/2014 à 19:47 :
@fred: merci pour ce temoignage. Je suis d'accord avec 80% de votre propos; notamment que si la profession de taxi est reglementee d'un point de vue securite (visite medicale, casier judiciaire...), transparence (compteur...), il devrait en etre de meme pour les VTC, sinon il s'agit effectivement de concurrence deloyale. Mais je ne pense pas que le gros du probleme soit la. En revanche, ce sont les 20% restants qui sont clairement les plus problematiques: "le prix de la licence est le droit a la retraite". Non, les licences etaient initialement gratuites et a permis d'enrichir les anciens au depens des nouveaux arrivants: je ne vois AUCUNE justification economique au fait de payer une licence de taxi 200.000 balles. L'Etat a laisse faire et la bulle est devenue enorme, ce qui est tres regrettable, mais ce n'est pas une raison pour laisse un marche bloque ad vitam eternam. J'ai tendance a penser: tant pis pour ceux qui se sont endettes sur 20 ans pour miser sur le fait que leur monopole et activite resteraient proteges de toute concurrence exterieure... C'est tout de meme un bien gros risque d'acheter un actif (i.e. la licence) purement artificiel a ce prix-la: un changement de reglementation, et ca perd 95% de sa valeur...
a écrit le 12/01/2014 à 19:11 :
Après les VTC ce sera au tour du co-voiturage...
a écrit le 12/01/2014 à 18:55 :
Vivement que cesse ce monopole des taxis........
Réponse de le 12/01/2014 à 19:23 :
Qui sera remplacé par celui de google et Goldman Sachs, bien vu l'aveugle.
Réponse de le 13/01/2014 à 7:47 :
L'important est la satisfaction du client, dans le respect de sa sécurité. Le transport de voyageur "à la maraude" doit être fait de manière encadrée, par des gens compétents, dans le cadre d'une profession réglementée. Cela s'appelle un taxi (du moins en principe parce que la compétence, le sourire et la courtoisie ne font pas toujours partie du programme". Le transport des malade est organisé aujourd'hui de manière scandaleuse, à un cout prohibitif pour la Sécurité Sociale. Cela doit être changé.

Enfin, le transport par réservation est libre. Si j'ai envie de me faire transporter par un ami, ma tante ou par un VTC, Goldman Sachs ou Google, c'est mon choix et vous n'avez aucun, mais aucun monopole sur cela.
Réponse de le 13/01/2014 à 16:24 :
L'économie de marché de Google me semble plus saine que celle de G7..

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :