L’Enac lorgne l'incroyable business de la formation des pilotes d’avion

 |   |  1027  mots
Selon Boeing, le transport aérien a besoin de 498.000 nouveaux pilotes au cours des 20 prochaines années
Selon Boeing, le transport aérien a besoin de 498.000 nouveaux pilotes au cours des 20 prochaines années (Crédits : Reuters)
L'école nationale de l'aviation civile entend créer des franchises à l'échelle mondiale pour augmenter ses moyens de production. Une Enac a Oman va ouvrir en 2014. Le moyen de recaser tous les diplômés français qui n'ont pas trouvé de compagnies à l'issue de leur formation.

498.000. C'est le nombre de pilotes de ligne à former au cours des 20 prochaines années selon Boeing. Même si Marc Houalla, le directeur de l'Enac, l'école nationale de l'aviation civile, estime plutôt le nombre à 50.000 à 100.000 pilotes au cours des dix prochaines années, au prix de 100.000 euros la formation d'un seul pilote de ligne, le business est juteux. Et suscite les convoitises. En témoigne la bagarre qui s'annonce pour l'appel d'offres lancé récemment par Air Algérie pour la formation de 200 pilotes en deux ans. Pas moins de onze écoles provenant des quatre coins du globe sont sur les rangs. Aux côtés des Australiens ou des Canadiens, l'Enac, alliée avec une autre école française, l'Esma, en fait partie. Une bagarre qui illustre la volonté de l'Enac de se développer sur ce marché, contrôlé au niveau mondial par les écoles anglo-saxonnes, comme les canadiens de CAE, les Anglais d'Oxford, ou encore les américains de PAN AM et de Fligth Safety.

International

 Fondée en 1949, l'Enac, traditionnellement spécialisée sur la formation des métiers de contrôles aériens, d'ingénieurs aéronautiques, et sur la formation théorique des navigants techniques, est montée en puissance dans la formation des pilotes en fusionnant en 2011 avec le Sefa, en charge jusqu'ici de la formation pratique. Mais, ce dernier ne faisait pas de formation internationale. Après avoir formé les instructeurs pour qu'ils puissent enseigner en langue anglaise, c'est le cas aujourd'hui. Les différents contrats signés avec des compagnies aériennes chinoises China Southern, China Eastern, Oman Air et surtout Easyjet (et bien d'autres) pour la formation de leurs pilotes en attestent. Ces élèves étrangers représentent 80% des 100  pilotes formés chaque année par l'Enac. Les autres sont élèves français, sélectionnés par un concours extrêmement difficile, et leur formation est payée par l'Etat.

 Un budget de 125 millions d'euros

Ces contrats avec les compagnies aériennes contribuent à alimenter les ressources propres de l'Enac, alors que la subvention de la direction générale de l'aviation civile (DGAC) diminue.

« Le budget de l'Enac est de 125 millions d'euros. 35 millions viennent de nos ressources propres, c'est à dire de la vente de nos formations, contre 15 millions il y a 15 ans. Dans deux ans, elles pourraient atteindre environ 50 millions », estime Marc Houalla, le directeur de l'Enac.

La formation des pilotes représente 40% des ressources propres de l'école. Et pourrait atteindre entre 40 et 50% dans quelques années.

 Capacités de production

Car l'Enac se met en ordre de bataille pour capter une partie de ce marché. Marc Houalla cherche à mettre en place un réseau d'écoles de pilotages dans plusieurs zones géographiques stratégiques comme la Chine , l'Asie du sud-est, le Brésil, la Russie et le Moyen-Orient. « L'idée est d'ouvrir des franchises », indique-t-il, « pour augmenter nos capacités de production ». Celles de l'Hexagone sont insuffisantes pour répondre à la demande. C'est d'ailleurs dans le Golfe persique que le projet est le plus abouti. L'Enac va ouvrir à Oman une école de pilotage. Entièrement financée par le gouvernement omanais, elle aura vocation de former non seulement les pilotes de la compagnie Oman Air, mais aussi ceux, à terme, des autres compagnies de la région (Maghreb compris), dont certaines comme Emirates ou Etihad Airways se développent fortement. Un sacré pari dans la mesure où les écoles anglo-saxonnes sont omniprésentes dans la région. Au Qatar, dès que l'Enac a pointé son nez, les avocats d'une école américaine ont débarqué en agitant l'exclusivité qu'ils avaient pour la formation des pilotes de Qatar Airways. Il n'empêche, au regard du grand nombre de livraisons d'avions à venir au sein des transporteurs de cette région, il table sur le besoin, pour ces compagnies, d'avoir besoin de nouvelles sources de formation à proximité. 

150 pilotes français sur le carreau

Si l'objectif est d'augmenter la « production », l'ouverture de l'école d'Oman (mais aussi les prochains franchisés) nourrit un autre objectif : celui de caser les quelque 150 pilotes français qui depuis sept ans, n'ont pas trouvé de postes à l'issue de leur formation, soit à Air France qui a gelé les embauches ou dans d'autres compagnies. Ceci alors que le besoin de pilotes augmente dans le monde. Mais il y a plusieurs freins à l'embauche des pilotes français. Beaucoup de compagnies ne recrutent des navigants pour être copilote qu'à partir du moment où ils comptabilisent déjà 1.500 heures de vol à leur actif. Problème, les pilotes de l'Enac finissent leur formation avec seulement 250 heures. Autre frein, la barrière nationale. Beaucoup de pays comme le Brésil ou la Chine (qui manquent pourtant de pilotes) ne recrutent que des pilotes nationaux. L'idée est donc, avec ces écoles étrangères d'envoyer des pilotes français comme instructeur, une étape qui peut servir de tremplin par «réseautage » à une embauche, à Oman Air par exemple dans le cas de l'école d'Oman.

 Renommée mondiale

L'Enac a de sérieux atouts pour réussir à l'international. Sa renommée est mondiale. Si elle n'a pas encore la taille des grandes écoles de pilotage, elle est plus grande école aéronautique du Vieux continent, toutes formations confondues. Surtout, en termes de pilotage, l'école ne cesse de marquer des points.  

« Il y a deux ans, Lufthansa nous a appelé et nous a dit : nous avons testé la moitié des écoles européennes pour la sélection des pilotes et trois écoles sortent du lot : la nôtre, (celle de Lufthansa, ndlr),  KLS et l'Unac. Plusieurs de nos pilotes de lignes sont allés chez Lufthansa en court-circuitant tout le process interne de Lufthansa», explique Marc Houalla.

En décembre, Easyjet a également recruté des  17 pilotes de l'Enac qui n'avaient pas trouvé de compagnies aériennes.

 S'il veut créer des franchises à l'international, Marc Houalla veut également, pour répondre aux appels d'offres étrangers, regrouper sous la bannière Enac, les petites écoles françaises qui n'ont pas la taille pour postuler en solo. « Nous avons envie d'être le porte-drapeau du pilotage à la française », explique Marc Houalla. 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/09/2016 à 11:20 :
Confirme l'ecroquerie... Suis qualifie sur Boeing, qqs centaines d'heures sur type, no jobs...La realite est qu'il faut :
1/ entretenir le systeme de formtion pour qu'il survive (FTO etc...)
2/ entretenir un vivier de pilotes au chomage pour que le systeme puisse choisir les plus experimentes et a bas cout

Dites vous bien la chose suivante :
Quand le systeme aura besoin de pilotes, ils vous recruteront au niveau cpl/ir et les companies vous financeront la Qt!!! Ca fait trente ans qu'on nous ascene les memes mensonges. En 1991 avant la crise, Air France recrutait des ppl/ir avec ATPL theorique!!!
CQFD....
a écrit le 27/01/2016 à 16:38 :
Ce genre d'articles est hallucinant! Enormément de pilote sont au chômage, sans parler de ceux qui sont beaucoup plus nombreux qui ont dû trouver un autre emploi! Ce genre d'articles de jpurnalistes qui finalement ne ervent à rien sinon qu'à ne pas informer réeellement les gens avec des recherches sérieuses! L'information du survol comme d'habitude!! Il n'y a plus de travail pour les pilotes en France c'est terminé, et en Europe c'est catastrophique, l'Asie ou le Moyen Orient pour ceux qui ont les heures sur type et en compagnie uniquement!! L'aviation est devenue une roulette russe, et les élèves ne sont bons qu'à se ruiner à la sortie des écoles. Très peu trouveront un emploi et seront endettés et iront travailler s'ils trouvent un travail pour rembourser leur emprûnt...Ca fait trente ans que j'entends les memes sornettes....
a écrit le 26/03/2015 à 20:57 :
Notre métier est devenu le métier de la honte ! revenir à la maison avec pleins de galons sur les manches pour un salaire de responsable rayon poissonnerie en grande surface voila le résultat de tous ces sacrifices..dites moi quel est le métier au monde où l'on doit repasser son diplôme chaque année avec 4h00 de test (au simu) sans compter "les récurrent" semestriels ni les visites médicales et le fameux FCL055 (le test favori de la dgac pour aller au casse pipe) ? même président de la république ou autres ne le passent pas ! Vous les jeunes qui êtes passionnés, voyez vous un avenir pérenne avec tout ce qui est mentionné dans les commentaires précédents ? je n'ai pas le droit de briser votre rêve, (qui a été le miens à votre âge, dans un contexte plus favorable) et avec un autofinancement qui m'a couté des décennies de remboursement...alors gaffe ! je totalise des milliers d'heures de vol sur jet et j'arrête tout ! La France est un pays féodal avec toute la puissante suprématie d'un système surveillé par les organismes officiels de l'aéronautique (ce qui explique l’anonymat des commentaires)..mais bientôt une émission TV va paraître qui cette fois ne sera pas de la "tv réalité" mais la RÉALITÉ de ce métier qu'il faudra bien exposer au public !
a écrit le 21/01/2015 à 11:53 :
Bonjour, je recherche des info et temoignages sur l'ecole ESMA
a écrit le 02/08/2014 à 7:17 :
Pauvre France !!!!
Les autres se développent et nous on constate les dégâts
a écrit le 19/06/2014 à 10:45 :
Bonjour

Ne parler que des 120 pilotes formé par L'ENAC est proprement insultant...

La DGAC m'ayant confirme que la France dispose de 1200 pilotes de ligne sans emploi dans un avion....

Embroche les chômeur... Vous gagnerez temps et argent....
a écrit le 29/01/2014 à 9:02 :
La seule école nationale en Europe ... Payé par les contribuables.... Pour faire des chômeurs.... Vendez l'ENAC, et voyons si des investisseurs suivent votre raisonnement...
a écrit le 23/01/2014 à 23:31 :
Unac ? Enac plutôt, non ?
Petite précision : on est plus près des 300 pilotes formés sur le carreau
a écrit le 21/01/2014 à 18:24 :
encore un exemple s'il en était besoin, de la décadence de la France.
pas d'autre salut que de s'expatrier pour développer des ressources, comme le fait l'Enac.

Air France mal gérée, ses personnels trop gâtés qui se permettent pourtant des grèves, des tarifs non compétitifs, une compagnie (parmi les plus belles mondiales) qui meurt sans se remettre en cause....

l'ENAC : 28 places ouvertes au concours en 2012 - 14 en 2013.
autant dire aucune (ou presque) chance d'intégrer pour un jeune ; même si c'est son rêve d'être pilote depuis sa plus tendre enfance, et qu'il travaille d'arrache pied chaque jour depuis le collège pour y parvenir....

trop triste.... et inquiétant pour les générations futures....
a écrit le 20/01/2014 à 19:38 :
Le directeur de l'ENAC est tees fier qu'une filière entièrement financée par l'état français fournit gratuitement des pilotes déjà formés à des compagnies étrangères concurrentes des françaises. Tout va bien.
a écrit le 20/01/2014 à 15:11 :
Merci Stormy pour votre témoignage.
En effet, avec les formations privées, tout le monde se pense être capable d'être pilote d'avions de lignes. Et comme vous l'avez mentionné, elles coutent au MINIMUM 100 000 euros car après il y a des tas de certifications à passer pour piloter tel ou tel modèle d' appareil.
Mais dans le lot, il n'y a pas que les gosses de riches, dont le talent est incertain (dont certains n'ont pas le bac ! ) qui se lancent dans ces formations. Il y a aussi d'autres d'origines plus modestes qui font ces formations et qui font des emprunts à la banque ou à des proches et dont ils n'ont aucune garantie d'être embauché derrière !
Un intervenant dans le forum a très bien expliqué l'aspect malsain de ces formations privées car une fois le diplôme obtenue, vous devez à tout pris voler un certain nombre d'heures dans l'année sous peine de perdre votre licence de pilote et beaucoup de pilotes formés (par leur propre moyens) n'ont pas pu être engagés ! Donc formation à la poubelle !
Réponse de le 19/06/2014 à 10:49 :
Il faudrait peu être développer l'embouchure en France par le piston et les école étrangère qui font passé des entretiens d'embauche des la sortie de la formation.... Moi perso sorti de l'epag j'ai été... Au pôle emploi....
a écrit le 20/01/2014 à 14:52 :
Je suis d'accord avec Stormy et je me pose une question : Si des écoles ouvrent dans des pays où la demande en pilote est soi disant forte, quel est l'avenir pour les pilotes français qui n'ont plus le choix si ce n'est de s'expatrier ? Ils seront dépassés face à ces locaux formés sur place...
a écrit le 20/01/2014 à 13:38 :
C'est bien beau de vouloir exporter la "méthode française"..... sauf qu'à vouloir tout faire en anglais et en méprisant ce qu'on appelle le "franco-français" on se demande ce qu'il en reste de cette méthode française (qui est pourtant de grande qualité, ce n'est pas la question)
Dommage aussi que ces pilotes formés aux frais du contribuable n'aient plus comme solution que de s'exporter (c'est ce qu'on leur dit, et l'ENAC de se glorifier - encore dans cet article - de ce que ses diplômés soient embauchés chez easyjet et consorts) alors pourquoi garder cette formation d'état ? quel est l'intérêt pour le pays ?
Quant au juteux marché de la formation des pilotes, il faut savoir qu'il concerne en majorité des gosses de riches, qui eux ont les moyens de débourser les 80 000 euros minimums de ces formations... pas de sous, pas de diplôme, pas de carrière ! alors évidemment, cela attire des mercantis qui font miroiter beaucoup de choses, à des gens fort peu diplômés...
Eric, ancien pilote de chasse (Ecole de l'Air, admis ENAC également jadis) et actuel CDB long-courrier (précisions données pour ne pas perdre de temps avec des commentaires en retour mal ciblés)
Réponse de le 20/01/2014 à 14:52 :
Pourquoi ne pas creer une vraie compagnie Low-Cost francaise (y compris investir massivement dans Transavia) pour offrir des opportunites a tous ces pilotes ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :